Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221109816
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 592
Format : 153 x 240 mm

La Mémoire est une chienne indocile

Johan Frédérik HEL-GUEDJ (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 10/01/2013
« Déchirant. Éperdument humain. Et brillant. » The Times

Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale pour lui au service d’entretien du grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire à Columbia et fils d’un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit...

Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale pour lui au service d’entretien du grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire à Columbia et fils d’un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l’effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu’il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d’une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l’Holocauste. Dans le même temps, à l’hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps…
Entremêlée au destin personnel de Lamont et d’Adam et de la myriade de personnages qui les entoure dans le New York d’aujourd’hui, c’est l’histoire du XXe siècle – sa barbarie et son humanité – qu’Elliot Perlman interroge dans une construction narrative aussi virtuose qu’émouvante.
Épique et intime, une peinture magistrale du pouvoir de la mémoire sur nos vies.
Après Ambiguïtés, le nouveau grand roman d’Elliot Perlman.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221109816
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 592
Format : 153 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • namango Posté le 28 Avril 2021
    L'idée de départ et le sujet sont passionnants. J'ai toutefois été plusieurs fois déroutée, perdue par ce roman et ses nombreux personnages. J'ai dû m'accrocher à certains moments. Bien m'en a pris. C'est une lecture que je ne suis pas prête d'oublier.
  • namango Posté le 28 Avril 2021
    L'idée de départ et le sujet sont passionnants. J'ai toutefois été plusieurs fois déroutée, perdue par ce roman et ses nombreux personnages. J'ai dû m'accrocher à certains moments. Bien m'en a pris. C'est une lecture que je ne suis pas prête d'oublier.
  • namango Posté le 28 Avril 2021
    L'idée de départ et le sujet sont passionnants. J'ai toutefois été plusieurs fois déroutée, perdue par ce roman et ses nombreux personnages. J'ai dû m'accrocher à certains moments. Bien m'en a pris. C'est une lecture que je ne suis pas prête d'oublier.
  • SamDLit Posté le 9 Janvier 2021
    Quelle chienne cette mémoire qui peut blesser comme guérir. Difficile de décrire ce qui est à part, résolument complètement à part. Racisme black white, Holocauste, US/Europe années 30 à 2010. "Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale comme balayeur dans un grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, Adam Zignelik, professeur d'histoire à Columbia et fils d'un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l'effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu'il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d'une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l'Holocauste. Dans le même temps, à l'hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps..." * Focus sur le racisme passé présent et l'antisémitisme mis en parallèle dans une fresque s'étalant sur le 20è S ( 21è), vs US vs Europe * Spot sur le devoir et le pouvoir de la mémoire, le rôle du témoin, tout ce qui nous est transmis, tout ce que nous transmettons, tout ce que nous souhaitons nous rappeler et tout ce que nous souhaiterions oublier.... Quelle chienne cette mémoire qui peut blesser comme guérir. Difficile de décrire ce qui est à part, résolument complètement à part. Racisme black white, Holocauste, US/Europe années 30 à 2010. "Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale comme balayeur dans un grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, Adam Zignelik, professeur d'histoire à Columbia et fils d'un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l'effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu'il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d'une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l'Holocauste. Dans le même temps, à l'hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps..." * Focus sur le racisme passé présent et l'antisémitisme mis en parallèle dans une fresque s'étalant sur le 20è S ( 21è), vs US vs Europe * Spot sur le devoir et le pouvoir de la mémoire, le rôle du témoin, tout ce qui nous est transmis, tout ce que nous transmettons, tout ce que nous souhaitons nous rappeler et tout ce que nous souhaiterions oublier. Le pouvoir qu'a la mémoire de blesser et de guérir. Le devoir que nous avons de la respecter et de l'écouter. * Choral le style où s'entrecroisent plusieurs destins et plusieurs peuples, érudit, sans pathos (qques longueurs, brasse, indienne ou planche, cool) * Poétiques brutales certaines descriptions où on est littéralement propulsé dans ce bus-là avec cette petite fille-là, "la noire" aux longues nattes qui essaie juste d'aller à cette école, réservée aux blancs en 1957/59/60 (jugement US Brown 1954); d'autres où on la sent monter, la tension de cette foule dont la colère gronde de plus en plus fort contre elle (la petite) ou est-ce contre qqun d'autre à une autre époque ? des scènes aussi où l'on éprouve la peur et le désir de vivre malgré, envers et contre tout (1ers témoignages oraux des Déracinés, rescapés des camps de concentration). $$"La mémoire est une chienne indocile. Elle ne se laissera ni convoquer ni révoquer, mais ne peut survivre sans vous. Elle vous nourrit comme elle se repaît de vous. Elle s’invite quand elle a faim, pas lorsque c’est vous l’affamé. Elle obéit à un calendrier qui n’appartient qu’à elle, dont vous ne savez rien. Elle peut s’emparer de vous, vous acculer ou vous libérer. Vous laisser à vos hurlements ou vous tirer un sourire." $$"Elle venait de survivre à l’Holocauste, mais il était impossible qu’elle ait un mot pour dire la chose. De toutes les langues auxquelles le monde avait donné naissance depuis le commencement des temps, aucune d’entre elles ne possédait de mot pour décrire ce qu’était cette femme ou ce qu’elle venait de connaître" $$"Gandhi, Harlem, le Christ, les juifs d’Europe, un homme, un Noir qui vivait là-bas en 1930 : on ne sait jamais quels peuvent être les liens entre les choses, les gens, les lieux, les idées. Mais il y a des liens. On ne sait jamais où on les trouvera. La plupart des gens ne savent pas où les trouver, ils ignorent même que cela vaudrait la peine de les rechercher." $$"Une bonne part de l’impulsion du mouvement des droits civiques aux USA est venue de ces soldats noirs démobilisés après la seconde guerre et je ne pense pas que les gens le sachent" # Challenge perso: si j'arrête de respirer de ce que je lis, combien de temps vais-je tenir ? S'accrocher au bord de temps en temps (qques longueurs), émotions, informations, érudition, documentation, références, écriture
    Lire la suite
    En lire moins
  • SamDLit Posté le 9 Janvier 2021
    Quelle chienne cette mémoire qui peut blesser comme guérir. Difficile de décrire ce qui est à part, résolument complètement à part. Racisme black white, Holocauste, US/Europe années 30 à 2010. "Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale comme balayeur dans un grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, Adam Zignelik, professeur d'histoire à Columbia et fils d'un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l'effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu'il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d'une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l'Holocauste. Dans le même temps, à l'hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps..." * Focus sur le racisme passé présent et l'antisémitisme mis en parallèle dans une fresque s'étalant sur le 20è S ( 21è), vs US vs Europe * Spot sur le devoir et le pouvoir de la mémoire, le rôle du témoin, tout ce qui nous est transmis, tout ce que nous transmettons, tout ce que nous souhaitons nous rappeler et tout ce que nous souhaiterions oublier.... Quelle chienne cette mémoire qui peut blesser comme guérir. Difficile de décrire ce qui est à part, résolument complètement à part. Racisme black white, Holocauste, US/Europe années 30 à 2010. "Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale comme balayeur dans un grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, Adam Zignelik, professeur d'histoire à Columbia et fils d'un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l'effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu'il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d'une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l'Holocauste. Dans le même temps, à l'hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps..." * Focus sur le racisme passé présent et l'antisémitisme mis en parallèle dans une fresque s'étalant sur le 20è S ( 21è), vs US vs Europe * Spot sur le devoir et le pouvoir de la mémoire, le rôle du témoin, tout ce qui nous est transmis, tout ce que nous transmettons, tout ce que nous souhaitons nous rappeler et tout ce que nous souhaiterions oublier. Le pouvoir qu'a la mémoire de blesser et de guérir. Le devoir que nous avons de la respecter et de l'écouter. * Choral le style où s'entrecroisent plusieurs destins et plusieurs peuples, érudit, sans pathos (qques longueurs, brasse, indienne ou planche, cool) * Poétiques brutales certaines descriptions où on est littéralement propulsé dans ce bus-là avec cette petite fille-là, "la noire" aux longues nattes qui essaie juste d'aller à cette école, réservée aux blancs en 1957/59/60 (jugement US Brown 1954); d'autres où on la sent monter, la tension de cette foule dont la colère gronde de plus en plus fort contre elle (la petite) ou est-ce contre qqun d'autre à une autre époque ? des scènes aussi où l'on éprouve la peur et le désir de vivre malgré, envers et contre tout (1ers témoignages oraux des Déracinés, rescapés des camps de concentration). $$"La mémoire est une chienne indocile. Elle ne se laissera ni convoquer ni révoquer, mais ne peut survivre sans vous. Elle vous nourrit comme elle se repaît de vous. Elle s’invite quand elle a faim, pas lorsque c’est vous l’affamé. Elle obéit à un calendrier qui n’appartient qu’à elle, dont vous ne savez rien. Elle peut s’emparer de vous, vous acculer ou vous libérer. Vous laisser à vos hurlements ou vous tirer un sourire." $$"Elle venait de survivre à l’Holocauste, mais il était impossible qu’elle ait un mot pour dire la chose. De toutes les langues auxquelles le monde avait donné naissance depuis le commencement des temps, aucune d’entre elles ne possédait de mot pour décrire ce qu’était cette femme ou ce qu’elle venait de connaître" $$"Gandhi, Harlem, le Christ, les juifs d’Europe, un homme, un Noir qui vivait là-bas en 1930 : on ne sait jamais quels peuvent être les liens entre les choses, les gens, les lieux, les idées. Mais il y a des liens. On ne sait jamais où on les trouvera. La plupart des gens ne savent pas où les trouver, ils ignorent même que cela vaudrait la peine de les rechercher." $$"Une bonne part de l’impulsion du mouvement des droits civiques aux USA est venue de ces soldats noirs démobilisés après la seconde guerre et je ne pense pas que les gens le sachent" # Challenge perso: si j'arrête de respirer de ce que je lis, combien de temps vais-je tenir ? S'accrocher au bord de temps en temps (qques longueurs), émotions, informations, érudition, documentation, références, écriture
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.