En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Affaire Léon Sadorski

        Robert Laffont
        EAN : 9782221187777
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 140 x 225 mm
        L'Affaire Léon Sadorski

        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 25/08/2016

        Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.
        Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des...

        Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.
        Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les « terroristes ».
        Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police… De retour à Paris, il reçoit l’ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d’appartenir à un réseau antinazi.
        Après le succès de Monsieur le commandant, Romain Slocombe nous entraîne dans les abîmes de la collaboration et de la mauvaise conscience française.

        « Slocombe offre au polar un immense roman qui résonne avec notre Histoire. Grandiose. » Benoît Minville, auteur de Rural noir, libraire Fnac Défense.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221187777
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 140 x 225 mm
        Robert Laffont
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mfrance Posté le 24 Mars 2018
          "Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé !" ..... et Paris pas encore libéré ! Paris, Printemps 1942 ! l'Occupation comme si on y était ! Ach ! Parisss .... ses p'tites femmes, ses restaus chics, ses cabarets, ses bordels ... sa Gestapo qui est là pour en profiter .... et vive la collaboration franche et joyeuse qui permet à certaines "élites" françaises et jolies femmes opportunistes de mener belle et bonne vie ! Paris sous la botte nazie, une ville sinistre où l'on côtoie une humanité vivant dans la peur, craignant la délation, rasant les murs dans la crainte d'un contrôle inopiné, des citoyens se réfugiant pour la plupart dans la veulerie et l'indifférence face aux exactions de l'occupant. Paris, ses "youpins", ses "cocos" ... toute cette humanité traquée aussi bien par la Gestapo que par la police française dévoyée ! Et digne représentant de cette police à la botte des nazis l'Inspecteur Léon Sadorski, magnifique représentant du salaud ordinaire, haïssant les "youtres", flic zélé dès qu'il s'agit d'arrêter un juif, désireux de complaire à l'occupant, dégoulinant d'obséquiosité envers les nazis et ses supérieurs, mais arrogant avec ses inférieurs, pratiquant l'interrogatoire musclé, voire sadique, libidineux avec les jolies filles et... "Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé !" ..... et Paris pas encore libéré ! Paris, Printemps 1942 ! l'Occupation comme si on y était ! Ach ! Parisss .... ses p'tites femmes, ses restaus chics, ses cabarets, ses bordels ... sa Gestapo qui est là pour en profiter .... et vive la collaboration franche et joyeuse qui permet à certaines "élites" françaises et jolies femmes opportunistes de mener belle et bonne vie ! Paris sous la botte nazie, une ville sinistre où l'on côtoie une humanité vivant dans la peur, craignant la délation, rasant les murs dans la crainte d'un contrôle inopiné, des citoyens se réfugiant pour la plupart dans la veulerie et l'indifférence face aux exactions de l'occupant. Paris, ses "youpins", ses "cocos" ... toute cette humanité traquée aussi bien par la Gestapo que par la police française dévoyée ! Et digne représentant de cette police à la botte des nazis l'Inspecteur Léon Sadorski, magnifique représentant du salaud ordinaire, haïssant les "youtres", flic zélé dès qu'il s'agit d'arrêter un juif, désireux de complaire à l'occupant, dégoulinant d'obséquiosité envers les nazis et ses supérieurs, mais arrogant avec ses inférieurs, pratiquant l'interrogatoire musclé, voire sadique, libidineux avec les jolies filles et ignoble avec les malheureux qu'il traque.... enfin le parfait exemple du type infect. Un personnage si dégueulasse que le lecteur sera ravi de suivre ses mésaventures berlinoises, lors de son incarcération en Allemagne, avant qu'il ne revienne hélas sévir en France, où entre autres exploits, il enquêtera sur un meurtre ! Les péripéties policières de ce roman deviennent tout à fait secondaires au regard de la réalité quotidienne de la vie parisienne décrite dans cette passionnante histoire, d'autant plus que le propos de l'auteur, fondé sur de nombreuses archives et témoignages avérés et nourri d'une impressionnante bibliographie nous transporte directement dans ces damnées années 40. Et quelle évocation nous fait Slocombe de l'Occupation ! stupéfiante de réalisme sinistre. Certes, on n'apprend pas grand chose de neuf pour peu que l'on se soit intéressé à cette période de l'histoire. Mais l'auteur en utilisant ses informations de façon romancée nous rend l'occupation plus proche encore. Le lecteur baigne dans cette ambiance lourde, glauque et malsaine, où délation et refus, voire haine de l'étranger, sont monnaie courante. Réjouissons- nous qu'aujourd'hui, heureusement, tout cela appartienne au passé, et au passé uniquement, n'est-ce-pas ? Une telle abomination serait-elle encore possible ? ..... "Le ventre d'où a surgi la bête immonde" peut-il "encore être fécond" ? Ah, que ces interrogations sont inconfortables ! Et que ce roman, lui, est passionnant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Malise Posté le 14 Février 2018
          Le sentiment de malaise ressenti en commençant ce livre n'a fait que s'accentuer au fur et à mesure que je tournais les pages. Et je dois reconnaître que je les ai tournées de plus en plus vite à la fin, lisant en diagonale, sautant certains passages, les plus glauques. Alors que dire ? D'abord que, malgré tout, "L'Affaire Léon Sadorski" est un très bon roman, très documenté, une plongée dans la réalité de l'Occupation, de cette police française collaborationniste dont les bassesses, les compromissions et l'ignominie nous sautent au visage, sans fard. Mais c'est un roman dur à lire. Non pas dur en tant que difficile stylistiquement, vous l'aurez compris, mais dur au sens de violent, de brutal. Plus que pour d'autres romans, je me suis interrogée sur ce qu'avait pu ressentir l'auteur en l'écrivant. Peut-être le fait de s'appuyer sur des documents d'archives lui a permis d'épargner un peu son imagination dans les moments les plus ignobles (les interrogatoires notamment) et pour la création de la kyrielle de seconds rôles infâmes ? à moins que cela l'ait motivé ??? Léon Sadorski, le personnage principal, flic de son état, est un être vil, petit bourgeois sans état d'âme (sauf... Le sentiment de malaise ressenti en commençant ce livre n'a fait que s'accentuer au fur et à mesure que je tournais les pages. Et je dois reconnaître que je les ai tournées de plus en plus vite à la fin, lisant en diagonale, sautant certains passages, les plus glauques. Alors que dire ? D'abord que, malgré tout, "L'Affaire Léon Sadorski" est un très bon roman, très documenté, une plongée dans la réalité de l'Occupation, de cette police française collaborationniste dont les bassesses, les compromissions et l'ignominie nous sautent au visage, sans fard. Mais c'est un roman dur à lire. Non pas dur en tant que difficile stylistiquement, vous l'aurez compris, mais dur au sens de violent, de brutal. Plus que pour d'autres romans, je me suis interrogée sur ce qu'avait pu ressentir l'auteur en l'écrivant. Peut-être le fait de s'appuyer sur des documents d'archives lui a permis d'épargner un peu son imagination dans les moments les plus ignobles (les interrogatoires notamment) et pour la création de la kyrielle de seconds rôles infâmes ? à moins que cela l'ait motivé ??? Léon Sadorski, le personnage principal, flic de son état, est un être vil, petit bourgeois sans état d'âme (sauf quand il est personnellement touché, il est alors prompt à s'apitoyer sur son sort...), antisémite, collaborateur zélé, anticommuniste plus que primaire, dénonciateur, opportuniste etc. La liste est trop longue pour que je l'énumère entièrement. Seul point positif à son actif, Romain Slocombe en a fait un bon professionnel, pugnace et malin. Mais, là aussi je m'interroge, fallait-il vraiment donner une suite à ce roman ? Envisager une "série", faire de Sadorski le Maigret de la collaboration ? Je reste sceptique. Le travail accompli pour ce livre a rempli largement son office : nous mettre dans l'ambiance d'une époque et, plus que ça, dans les pensées de ces protagonistes auxquels nous ne voudrions surtout pas ressembler. Il me semble que c'était suffisant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lhuitre Posté le 12 Février 2018
          Le livre a remporté un joli succès d’estime. Le prix du meilleur polar décerné par le cercle du Point. Avec comme personnage principal, un anti-héros ordinaire, un flic des Renseignements Généraux pendant l’occupation allemande. Un salopard, collaborateur zélé et antisémite farouche qui a juste quelques très rares éclairs d’humanité. « L’affaire Leon Sadorski » est un livre qui déménage… De la littérature qui n’épargne pas ses lecteurs par le récit minutieux des puanteurs de la Collaboration. Le roman a eu droit pourtant à une suite un an plus tard. On ne peut parler de ce livre sans évoquer le remarquable travail d’historien de l’auteur, Roman Slocombe qui replace son action dans le contexte précis des années noires de l’occupation. Tous les personnages cités ont vécu et sévi au service des intérêts allemands, et le plus souvent au service de leurs propres intérêts. D’ailleurs le livre s’inspire d’un inspecteur ayant raconté ses années de service. Un roman inspiré de faits réels, ce qui lui donne une authenticité absolument unique. Jamais on n’aura vu les bassesses et les petites cuisines de la gestapo française et des flics collaborateurs sous un jour aussi crû. C’est d’une brutalité inouïe. L’inspecteur Sadorski est un salopard, entouré de... Le livre a remporté un joli succès d’estime. Le prix du meilleur polar décerné par le cercle du Point. Avec comme personnage principal, un anti-héros ordinaire, un flic des Renseignements Généraux pendant l’occupation allemande. Un salopard, collaborateur zélé et antisémite farouche qui a juste quelques très rares éclairs d’humanité. « L’affaire Leon Sadorski » est un livre qui déménage… De la littérature qui n’épargne pas ses lecteurs par le récit minutieux des puanteurs de la Collaboration. Le roman a eu droit pourtant à une suite un an plus tard. On ne peut parler de ce livre sans évoquer le remarquable travail d’historien de l’auteur, Roman Slocombe qui replace son action dans le contexte précis des années noires de l’occupation. Tous les personnages cités ont vécu et sévi au service des intérêts allemands, et le plus souvent au service de leurs propres intérêts. D’ailleurs le livre s’inspire d’un inspecteur ayant raconté ses années de service. Un roman inspiré de faits réels, ce qui lui donne une authenticité absolument unique. Jamais on n’aura vu les bassesses et les petites cuisines de la gestapo française et des flics collaborateurs sous un jour aussi crû. C’est d’une brutalité inouïe. L’inspecteur Sadorski est un salopard, entouré de repris de justice et de flics sans états d’âme. Toute la merde de l’époque qu’on a voulu enfouir à la Libération, souvent par l’exécution des collabos, refait surface. L’occasion de voir que quelques Français n’ont pas été blancs-bleus dans cette période troublée. L’enquête est un prétexte pour raconter une période. C’est d’ailleurs la faiblesse du livre, cette volonté de raconter, de coller à la réalité et à l’original des mémoires du collabo et d’oublier sa propre dynamique. La première moitié du roman est un peu crispante car le récit fait une longue diversion sur un « séjour » subi par l’inspecteur collabo dans les geôles allemandes. Intéressant sur le plan historique, mais peu pertinent dans la trame du roman. L’auteur n’a pas su prendre un peu de hauteur et recentrer son enquête sur ce qui motive l’intérêt des lecteurs : une enquête de police dans un contexte original et peu connu. Ce livre est prenant et percutant. Il nous surprend dans notre vision souvent un peu édulcorée des années de guerre. Mais cette fange boueuse des années de collaboration ne donne pas forcément envie d’attaquer le second opus, « l’Etoile jaune de l’inspecteur Sadorski ».
          Lire la suite
          En lire moins
        • amandinelouis9 Posté le 5 Février 2018
          "L'occupation comme vous ne l'avez jamais lu". Effectivement, je ne peux que confirmer! Ce livre mérite largement son prix. Quel suspens, quelle histoire, quelle magnifique manière de raconter! Je suis passionnée par cette période historique, et ce roman viens de me couper le souffle. L'auteur décrit les événements, mais surtout l'ambiance de la France sous occupation de manière très réaliste, à tel point qu'on se plonge dans l'histoire, avec une certaine fascination. De se dire que de tels faits se sont produits... La violence, la peur, la légèreté de certains individus avec l'occupant...et que dire de la collaboration et de la dénonciation scandaleuse qui était monnaie courante! J'ai eu un peu de mal avec le personnage qui est très paradoxal: [masquer] antisémite, collabo de première heure, limite pédophile (on se pose la question), qui "fabrique" des communistes, corrompu, mais qui essaie à la fois d'aider certaines personnes et qui rend justice à la fin de ce livre. On se demande vraiment dans quel camps il est (bon/mal), et on se rends vite compte que tout n'est pas noir ou blanc. J'ai enlevé une demie étoile pour certains passages un peu longs: le rêve dans la prison allemande, son exécution, et... "L'occupation comme vous ne l'avez jamais lu". Effectivement, je ne peux que confirmer! Ce livre mérite largement son prix. Quel suspens, quelle histoire, quelle magnifique manière de raconter! Je suis passionnée par cette période historique, et ce roman viens de me couper le souffle. L'auteur décrit les événements, mais surtout l'ambiance de la France sous occupation de manière très réaliste, à tel point qu'on se plonge dans l'histoire, avec une certaine fascination. De se dire que de tels faits se sont produits... La violence, la peur, la légèreté de certains individus avec l'occupant...et que dire de la collaboration et de la dénonciation scandaleuse qui était monnaie courante! J'ai eu un peu de mal avec le personnage qui est très paradoxal: [masquer] antisémite, collabo de première heure, limite pédophile (on se pose la question), qui "fabrique" des communistes, corrompu, mais qui essaie à la fois d'aider certaines personnes et qui rend justice à la fin de ce livre. On se demande vraiment dans quel camps il est (bon/mal), et on se rends vite compte que tout n'est pas noir ou blanc. J'ai enlevé une demie étoile pour certains passages un peu longs: le rêve dans la prison allemande, son exécution, et le passage dans le frigo.[/masquer] Je ne peux conclure que par ces mots: Lisez-le!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Kirzy Posté le 29 Décembre 2017
          Impossible de dégotter un enquêteur plus odieux et antipathique que Léon Sadorski : fieffé collabo, antisémite convaincu, opportuniste et pervers, il révulse et suscite un dégoût quasi viscéral. Il est inspecteur au " rayon juif " de la direction des Renseignements généraux en pleine Occupation. Et c'est la bonne idée de ce polar bien noir que d'avoir choisi de nous faire suivre un " héros " bien loin des stéréotypes habituels du genre. Ce salopard tout sourire évolue entre Gestapo allemande et Gestapo française rue Lauriston, passe entre les mailles du filet après un passage musclé dans les geôles berlinoises, tout en enquêtant sur le meurtre et viol d'une jeune prostituée " à Boches ". Si l'enquête policière est parfois un noyé sous le flux d'informations, c'est qu'en fait elle est un peu prétexte à décrire de façon très méticuleuse toute cette époque de l'Occupation et du pétainisme. Romain Slocombe possède un réel talent pour dépeindre les affres de cette période, sa complexité, ses ambiguïtés. On est littéralement plongé dans le quotidien des Français et des collabos, mais aussi des Juifs persécutés. La précision documentaire est étayée par les nombreuses recherches comme en témoignent la longue bibliographie de fin... Impossible de dégotter un enquêteur plus odieux et antipathique que Léon Sadorski : fieffé collabo, antisémite convaincu, opportuniste et pervers, il révulse et suscite un dégoût quasi viscéral. Il est inspecteur au " rayon juif " de la direction des Renseignements généraux en pleine Occupation. Et c'est la bonne idée de ce polar bien noir que d'avoir choisi de nous faire suivre un " héros " bien loin des stéréotypes habituels du genre. Ce salopard tout sourire évolue entre Gestapo allemande et Gestapo française rue Lauriston, passe entre les mailles du filet après un passage musclé dans les geôles berlinoises, tout en enquêtant sur le meurtre et viol d'une jeune prostituée " à Boches ". Si l'enquête policière est parfois un noyé sous le flux d'informations, c'est qu'en fait elle est un peu prétexte à décrire de façon très méticuleuse toute cette époque de l'Occupation et du pétainisme. Romain Slocombe possède un réel talent pour dépeindre les affres de cette période, sa complexité, ses ambiguïtés. On est littéralement plongé dans le quotidien des Français et des collabos, mais aussi des Juifs persécutés. La précision documentaire est étayée par les nombreuses recherches comme en témoignent la longue bibliographie de fin ainsi que les nombreuses sources d'archives mentionnées. Les dernières pages sont un bijou de cynisme.
          Lire la suite
          En lire moins
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.