En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Livre de la jungle et autres récits

        Robert Laffont
        EAN : 9782221113639
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1024
        Format : 132 x 198 mm
        Le Livre de la jungle et autres récits

        Francis LACASSIN (Textes réunis par)
        Collection : Bouquins
        Date de parution : 12/11/2009

        Ces histoires ont été recueillies en tous lieux, et je les tiens de toutes sortes de gens, des prêtres de la Chubara, d’Ala Yar le graveur et de Jiwun Singh le charpentier, de gens sans nom à bord des bateaux et des trains autour du monde, de femmes filant devant...

        Ces histoires ont été recueillies en tous lieux, et je les tiens de toutes sortes de gens, des prêtres de la Chubara, d’Ala Yar le graveur et de Jiwun Singh le charpentier, de gens sans nom à bord des bateaux et des trains autour du monde, de femmes filant devant leurs demeures au crépuscule, d’officiers et de gentlemen à cette heure morts et enterrés ; et un petit nombre, mais celles-là sont de loin les meilleures, c’est mon père qui me les a transmises… »
        Aux amis de Mowgli et de Kim, aux lecteurs des chefs-d’oeuvre rassemblés ici de dire si, pour trouver leur coeur, Kipling s’est adressé à eux comme à des enfants et comme s’il était un pauvre, ainsi que le lui conseillait le saint homme borgne rencontré dans la cour du monastère de la Chubara, dans le nord de l’Inde.
        « Parle-leur d’abord de choses que toi et eux vous avez ensemble. Ainsi leur savoir remédiera à tes imperfections. Parle-leur ensuite de ce que toi seul as vu, puis de ce que tu as entendu dire, et puisque ce sont des enfants, parle-leur batailles et rois, chevaux, diables, éléphants et anges, mais n’omets pas de leur parler d’amour et de choses semblables. Toute la terre est pleine d’histoires pour celui qui écoute le pauvre et ne le chasse pas de son seuil. »
        Francis Lacassin.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221113639
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1024
        Format : 132 x 198 mm
        Robert Laffont
        29.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • baribal Posté le 18 Juillet 2018
          C’est un peu compliqué de découvrir aujourd’hui Le Livre de la Jungle sans avoir une vague idée de qui sont Mowgli, Bagheera, Baloo, Kaa et cette teigne de Shere Kahn. Mais cette découverte, c’est aussi celle de l’écriture d’un type qui semble, dès les premières lignes, avoir créé la jungle, et ce qui s’insinue comme vite évident, c’est que toutes, de Tarzan à King Kong en passant par Au Coeur des ténèbres, toutes les forêts impénétrables ont un jour pris naissance sous les frondaisons de Kipling. Alors tout cela est très heureux parce-qu’il suffit d’à peine quelques lignes pour que toute cette ménagerie s’extirpe des crayonnés géniaux de Milt Kahl et sa clique, plusieurs fois hasardés sur les vastes étendues de l’inconscient collectif, et s’enveloppe d’un autre génie créateur, celui qui dans le marbre des mots façonne les êtres les plus marquants. Le Livre de la Jungle est une oeuvre que j’étais loin de soupçonner aussi visuelle, aussi picturale, ressortant de ses multiples escales, du fin fond des forêts indiennes aux roches brumeuses des îles de la mer de Behring, avec une collection d’images gravées en tête. Il y a un peu de tout, des animaux les plus gigantesques au grouillants les... C’est un peu compliqué de découvrir aujourd’hui Le Livre de la Jungle sans avoir une vague idée de qui sont Mowgli, Bagheera, Baloo, Kaa et cette teigne de Shere Kahn. Mais cette découverte, c’est aussi celle de l’écriture d’un type qui semble, dès les premières lignes, avoir créé la jungle, et ce qui s’insinue comme vite évident, c’est que toutes, de Tarzan à King Kong en passant par Au Coeur des ténèbres, toutes les forêts impénétrables ont un jour pris naissance sous les frondaisons de Kipling. Alors tout cela est très heureux parce-qu’il suffit d’à peine quelques lignes pour que toute cette ménagerie s’extirpe des crayonnés géniaux de Milt Kahl et sa clique, plusieurs fois hasardés sur les vastes étendues de l’inconscient collectif, et s’enveloppe d’un autre génie créateur, celui qui dans le marbre des mots façonne les êtres les plus marquants. Le Livre de la Jungle est une oeuvre que j’étais loin de soupçonner aussi visuelle, aussi picturale, ressortant de ses multiples escales, du fin fond des forêts indiennes aux roches brumeuses des îles de la mer de Behring, avec une collection d’images gravées en tête. Il y a un peu de tout, des animaux les plus gigantesques au grouillants les plus sournois, du vautour d’altitude aux fourmis en multitudes, des conflits de titans aux guerres de jardins. Quand on sort du Livre de la Jungle, on a admiré des combats de phoques déchaînés tous crocs dehors et recouverts d’écarlate, on a épié des éléphants paradant au clair de lune ou somnolant rougis à la lueur des braises, on a visité une cité éteinte exhibant des ruines dignes de Piranèse, on a frémi pour une jeune mangouste bravant les cobras… Et de toutes ces histoires, celle de la jungle, du petit d’homme et du tigre avili est de loin la plus prenante, la plus fascinante, racontée avec une maestria d’histoire au coin du feu et l’on sait combien ce genre de magie est l’atout des dompteurs de mots les plus talentueux. Ce n’est qu’émerveillement, violence, aventures et frissons et c’est quand, très vite, Baloo montre qu’il n’est pas ici que pour remuer l’arrière train et colle une taloche pleine de griffes à Mowgli qu’on comprend que cet écosystème là est impitoyable et ne dispense son savoir qu’au prix du sang et des cicatrices. Et certaines scènes sont incroyables, d’une puissance évocatrice folle, que cela soit dans un conseil de loups à la pleine lune, sous les sabots fous d’une débandade de buffles ou dans les arabesques ondulées d’un serpent chassant le rhésus (la scène où Kaa s'adresse aux Bandar-log est pétrifiante...). La jungle de Kipling, c’est celle du mystère, de l’inconnu, du fantasme, une jungle de monde perdu. Un endroit isolé, évanoui dans des profondeurs indéfinies, où le fléau de la raison scientifique n’est pas encore complètement survenu. Une jungle de démesure où, par quelque étrange sorcellerie de conteur, l'ours lippu retrouve les traits de son cousin des cavernes, où le python rappelle en proportion le titanoboa de 60 millions d'années son aïeul. Kipling y dessine ses légendes merveilleuses avec toute l’élégance d’un style théâtrale immédiatement prégnant – j’avais toutes les voix de chacune des bêtes qui murmuraient, s’esclaffaient, jappaient ou babillaient dans mon crâne en lisant ce bouquin, et chacun d’eux aurait parfaitement pu être là, juste à côté ou moi là-bas sur un rocher – et offre des tableaux brillant d’évidence et un souffle pour l’aventure probablement insurclassable. Traiter le sujet animal est loin d’être évident, c’est se risquer sur un terrain friable où les embûches du simplement puéril, de la niaiserie et de l’artifice inutile sont partout, mais Kipling entreprend le sujet avec une habileté sidérante, l’élevant à une classe mythologique. Et entre ses mains une chose est sûre, les animaux n’avaient plus eu tant à nous apprendre depuis La Fontaine.
          Lire la suite
          En lire moins
        • ramsesgribou Posté le 8 Juillet 2018
          Quel bonheur intense que de lire ce grand classique qui passé le temps de l'enfance prend une signification toute nouvelle où par exemple, il m'a semblé que le peuple des singes était le modèle actuel de notre société, vite, mal, bruyant, sans règles, opportuniste ce que je déplore quotidiennement. Il faut le relire.
        • cvd64 Posté le 14 Avril 2018
          Recueil de nouvelles assez truculentes qui mettent en scène aussi bien l'homme que des animaux. on est loin du long métrage de Walt Disney même si sa version plait toujours autant.
        • Chocolatiine Posté le 29 Mars 2018
          Sacré plongeon dans l'univers de la jungle indienne avec cette œuvre de Rudyard Kipling ! Cet ensemble de nouvelles est loin de se limiter à l'histoire de Mowgli, comme pourrait le laisser croire sa célèbre adaptation de Walt Disney. Au contraire, la moitié du livre nous emmène à la rencontre d'autres héros : des phoques, une mangouste et des serpents, des chameaux, des mulets, des bœufs... parfois même totalement hors de la jungle. On voyage un peu, c'est varié, jamais trop long. J'ai particulièrement apprécié l'histoire de Rikki-Tikki la mangouste, ne me demandez pas pourquoi. Cette lecture changeait un peu de mes romans habituels. J'ai bien aimé, sans exagération toutefois car, malgré tout, ça ne m'a pas plu au point de me confondre en éloges sans fin. Ceci dit, Le livre de la jungle reste une pause divertissante et appréciable. Challenge ABC 2017/2018
        • Ileauxtresors Posté le 4 Février 2018
          Lu à haute voix en janvier 2018 Le livre de la jungle est souvent considéré comme un classique de littérature jeunesse – peut-être en raison de l'âge de son protagoniste et de la renommée des adaptations cinématographiques proposées par Disney. Il s'agit en réalité d'un texte subtil autour duquel petits et grands peuvent se retrouver avec plaisir, ce que nous avons fait en lisant à voix haute la première partie consacrée aux aventures de Mowgli. Nous avons ainsi (re-)découvert « l'histoire de Mowgli », dont nous avons apprécié le cadre dépaysant, la belle écriture et les dilemmes. Avant tout, et nous le savions déjà pour apprécier notre magnifique album illustré des Histoires comme ça (lues et relues !), Rudyard Kipling est un grand conteur. Nous avons été captivés par les péripéties de la jungle dès les premières pages. L'histoire de Mowgli est archi-connue : enfant-loup initié à la loi de la jungle par un ours et une panthère, il est contraint de rejoindre un village humain pour échapper à la vengeance du tigre Shere Kahn mais peine à trouver sa place et à s'identifier aux humains comme aux animaux. Le livre de la Jungle pose plusieurs questions fascinantes pour les enfants comme... Lu à haute voix en janvier 2018 Le livre de la jungle est souvent considéré comme un classique de littérature jeunesse – peut-être en raison de l'âge de son protagoniste et de la renommée des adaptations cinématographiques proposées par Disney. Il s'agit en réalité d'un texte subtil autour duquel petits et grands peuvent se retrouver avec plaisir, ce que nous avons fait en lisant à voix haute la première partie consacrée aux aventures de Mowgli. Nous avons ainsi (re-)découvert « l'histoire de Mowgli », dont nous avons apprécié le cadre dépaysant, la belle écriture et les dilemmes. Avant tout, et nous le savions déjà pour apprécier notre magnifique album illustré des Histoires comme ça (lues et relues !), Rudyard Kipling est un grand conteur. Nous avons été captivés par les péripéties de la jungle dès les premières pages. L'histoire de Mowgli est archi-connue : enfant-loup initié à la loi de la jungle par un ours et une panthère, il est contraint de rejoindre un village humain pour échapper à la vengeance du tigre Shere Kahn mais peine à trouver sa place et à s'identifier aux humains comme aux animaux. Le livre de la Jungle pose plusieurs questions fascinantes pour les enfants comme pour les adultes, en particulier celle de l'identité de ceux qui évoluent à la frontière entre plusieurs groupes : est-il possible d'appartenir et de se montrer loyal envers deux mondes ? Kipling examine aussi la question des fondements de la société et de ses liens avec les individus qui la composent. Il semble promouvoir un contrat social à la Thomas Hobbes : dans le monde de tous les dangers que représente la vie sauvage, tous ont intérêt à accepter un ordre politique et moral, sous l'autorité d'un « bon chef » comme celui qu'incarne le loup Akela dans l'histoire. La fameuse « loi de la jungle » enseignée par Baloo ne correspond pas au sens commun de « loi du plus fort », mais presque à son contraire : code d'honneur et ensemble de règles et de valeurs, elle réprime les comportements asociaux (s'en prendre aux petits), définit les modalités de règlement des conflits et régit la répartition du gibier et des territoires de chasse. Cette justification de l'autorité bienveillante se retrouve lorsque Mowgli se fait corriger de façon assez musclée par Baloo qui exige qu'il maîtrise ces lois sur le bout des doigts. Cette méthode éducative brutale est présentée comme une marque de l'attachement de l'ours au garçon, dont la sécurité passe avant tout... La morale du livre est donc assez différente des exhortations du film à l'hédonisme et aux plaisirs simples ! Aux animaux fiables et disciplinés appliquant la loi de la jungle sont opposés les hommes, superstitieux et ignorant tout du monde sauvage, mais surtout les singes, le chacal et le tigre, imprévisibles, impulsifs, versatiles, soumis à leurs pulsions et à leurs désirs immédiats et incapables de reconnaître l'autorité. Que l'on partage ou non cette vision de la société, ces questions sont absolument passionnantes et le récit est moins manichéen qu'à première vue – ou que dans le film. Les personnages sont complexes et travaillés par leurs dilemmes, à l'image de Mowgli qui reste tiraillé jusqu'à la fin entre sa condition humaine et son attachement aux peuples de la « jungle ». le garçon est également partagé dans son rapport à l'ordre et à l'autorité, parfois tenté de rejoindre les singes et leur anarchie. Vif, tenace, intelligent et sûr de lui, Mowgli se montre souvent dominateur, voire violent et vengeur contre ceux qui l'ont menacé ou trahi. le serpent Kaa, hypnotique, est lui aussi très différent que dans sa version Disney. Quant à Baloo, le savant instructeur féru de droit, il a tant de remords d'avoir corrigé Mowgli qu'il me semble que le message transmis prend là encore la forme d'un point d'interrogation. Les enfants ont été happés par le récit qui se lit très vite et facilement, en dépit d'une organisation du récit un peu perturbante pour eux car ne suivant pas l'ordre chronologique des péripéties. Cette lecture a donné lieu à de vifs débats sur les grandes questions posées par Rudyard Kipling. Les garçons ont, en outre, beaucoup apprécié les vers des chants qui ponctuent le livre de la jungle. Cette lecture n'est pas adaptée pour des enfants trop jeunes : d'abord parce que le style est un peu exigeant, ensuite parce que l'histoire est terrible et parfois violente. La jungle est vraiment inquiétante et j'ai été surprise de ne pas retrouver du tout le décor féérique des films, ni le rêve d'une vie sauvage en harmonie avec des animaux majestueux.
          Lire la suite
          En lire moins
        Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
        Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com