Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782258195981
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Le Pavillon des combattantes
Valérie Bourgeois (traduit par)
Date de parution : 19/08/2021
Éditeurs :
Presses de la cité

Le Pavillon des combattantes

Valérie Bourgeois (traduit par)
Date de parution : 19/08/2021
Rentrée littéraire 2021

En pleine pandémie de grippe espagnole, l’ancien monde est en train de s’effondrer.
À la maternité, des femmes luttent pour qu’un autre voie le jour.
1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par... 1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par la maladie.
Partout, la confusion règne, et le gouvernement semble impuissant à protéger sa population. À l’aube de ses 30 ans,...
1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par la maladie.
Partout, la confusion règne, et le gouvernement semble impuissant à protéger sa population. À l’aube de ses 30 ans, alors qu'à l’hôpital on manque de tout, Julia se retrouve seule pour gérer ses patientes en quarantaine. Elle ne dispose que de l’aide d’une jeune orpheline bénévole, Bridie Sweeney, et des rares mais précieux conseils du Dr Kathleen Lynn – membre du Sinn Féin recherchée par la police.
Dans une salle exiguë où les âmes comme les corps sont mis à nu, toutes les trois s’acharnent dans leur défi à la mort, tandis que leurs patientes tentent de conserver les forces nécessaires pour donner la vie. Un huis clos intense et fiévreux dont Julia sortira transformée, ébranlée dans ses certitudes et ses repères.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258195981
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • hibernatus88630 Posté le 10 Mai 2022
    excellentissime, merveilleux, belle plume, belle histoire. quand cette dernière très documentée rencontre le domaine médical très fouillé , la maternité, sur fond de première guerre mondiale, au temps de la grippe espagnole, et bien, je fonce, je savoure et c est trop court. l auteurs est talentueuse. Bref , vous l aurez vite compris, j adore. un énorme coup de cœur
  • livreclem Posté le 20 Avril 2022
    Trois jours en compagnie de Julia, infirmière gérant en pleine épidémie de grippe durant l'année 1918, des femmes enceintes infectées par la maladie. Aidée par une jeune orpheline, elle va essayer de soulager ses patientes, mettre au monde leur progéniture et renaitre elle même par les rencontres qu'elle fera lors de ces trois jours. Un roman puissant, assez angoissant.
  • Ttanya Posté le 17 Avril 2022
    un livre comme j'aime, palpitant, haletant, j'ai vécu avec cette infirmière, Julia. un roman lu en 24h. a chaque fois que je devais fermer le livre, j'avais qu'une idée l'ouvrir de nouveau et poursuivre la lecture. une jolie histoire de vie pendant la première guerre mondiale. je conseille le livre a 100%
  • Cranberries Posté le 13 Avril 2022
    Ohlala, ce livre… Quelle claque ! Comme tout le monde, j’avais vu passer ce titre lors de la dernière rentrée littéraire et la couverture m’avait tout de suite séduite. Un livre parlant de maternité en 1918, cela ne pouvait que me plaire, même si je savais que ça n’allait pas être pour autant une partie de plaisir. Car le sujet traité dans ce livre est dur. Très dur. Parler de grossesses et d’accouchements se déroulant au début du XXe siècle, avec tout ce que cela implique comme dangers et complications pour les femmes, c’était déjà un vaste sujet. Ajoutez à cela la variable de la grippe Influenza et vous imaginez aisément l’atmosphère de ce roman. Jusqu'à la dernière page, j'ai espéré me tromper sur les intuitions qui me sont apparues très tôt dans ma lecture. Cependant, je pense qu'à force, mon esprit est trop bien aiguisé pour commettre ce genre d'erreur. J'ai donc dû me résoudre à avoir raison, et pour une fois, cela ne m'a pas fait plaisir. Pourtant, malgré une thématique difficile, ce livre est plein de bienveillance et d’espoir. Il m’a à la fois brisé et réchauffé le cœur. Les femmes qui apparaissent dans ce roman sont toutes des... Ohlala, ce livre… Quelle claque ! Comme tout le monde, j’avais vu passer ce titre lors de la dernière rentrée littéraire et la couverture m’avait tout de suite séduite. Un livre parlant de maternité en 1918, cela ne pouvait que me plaire, même si je savais que ça n’allait pas être pour autant une partie de plaisir. Car le sujet traité dans ce livre est dur. Très dur. Parler de grossesses et d’accouchements se déroulant au début du XXe siècle, avec tout ce que cela implique comme dangers et complications pour les femmes, c’était déjà un vaste sujet. Ajoutez à cela la variable de la grippe Influenza et vous imaginez aisément l’atmosphère de ce roman. Jusqu'à la dernière page, j'ai espéré me tromper sur les intuitions qui me sont apparues très tôt dans ma lecture. Cependant, je pense qu'à force, mon esprit est trop bien aiguisé pour commettre ce genre d'erreur. J'ai donc dû me résoudre à avoir raison, et pour une fois, cela ne m'a pas fait plaisir. Pourtant, malgré une thématique difficile, ce livre est plein de bienveillance et d’espoir. Il m’a à la fois brisé et réchauffé le cœur. Les femmes qui apparaissent dans ce roman sont toutes des héroïnes en puissance. Je parle évidemment de Julia et Birdie, mais aussi de leurs patientes. Chacune a quelque chose à apporter aux autres, même si elles ne s’en rendent pas compte. La relation qui se tisse entre Julia et Birdie est vraiment sublime. A l'instar de Julia, je me suis surprise à m'attacher à cette jeune fille un brin naïve, mais pleine de vie et de bonne volonté. Une personnalité radieuse qui illumine un roman par sa seule présence et nous met du baume au cœur à chaque apparition. C’est pour ce genre de pépite que je continue de dévorer les livres les uns après les autres. Parce que parfois, il y en a un comme Le pavillon des combattantes qui vous déchire le cœur tout en vous donnant une sacrée dose d’espoir. C’est cette dichotomie quasi irrationnelle qui me plaît et que je recherche dans mes lectures.
    Lire la suite
    En lire moins
  • GOUPIL14 Posté le 12 Avril 2022
    Dublin en 1918, la pandémie de grippe espagnole, l'activisme du Sinn Féin et, dans cet univers tout en menaces, une maternité où se succèdent les femmes au bout de leur grossesse. Voilà pour le décor (ressemblance troublante, à bien des égards, avec la tornade provoquée par un certain virus en 2020 partout dans le monde...). S'agissant des personnages, Julia, une infirmière obstétricienne, admirable de dévouement et d'empathie, secondée par Bridie, une jeune fille sans la moindre formation médicale. Chaque page (ou presque) emmène lectrices et lecteurs dans des descriptions de situations d'accouchement saisissantes de réalisme. Aucun homme, je crois, ne pourra ressentir, comme les femmes ayant enfanté, ces meurtrissures, ces appareillages, ces délivrances (pour les unes) et ces désespoirs (pour les autres) dont l'auteure restitue les sons, les odeurs et les tensions. Les naissances et les morts (des enfants, des mères) jalonnent les trois jours que Julia et Bridie passent ensemble dans l'établissement ; c'est l'occasion pour elle de se raconter (un peu), de se rapprocher (beaucoup) et de nous offrir une conclusion où l'émotion atteint son paroxysme. Une écriture simple (une vraie prouesse car la toile de fond est parfois très "technique", mais un intérêt maintenu jusqu'au bout. Dans un... Dublin en 1918, la pandémie de grippe espagnole, l'activisme du Sinn Féin et, dans cet univers tout en menaces, une maternité où se succèdent les femmes au bout de leur grossesse. Voilà pour le décor (ressemblance troublante, à bien des égards, avec la tornade provoquée par un certain virus en 2020 partout dans le monde...). S'agissant des personnages, Julia, une infirmière obstétricienne, admirable de dévouement et d'empathie, secondée par Bridie, une jeune fille sans la moindre formation médicale. Chaque page (ou presque) emmène lectrices et lecteurs dans des descriptions de situations d'accouchement saisissantes de réalisme. Aucun homme, je crois, ne pourra ressentir, comme les femmes ayant enfanté, ces meurtrissures, ces appareillages, ces délivrances (pour les unes) et ces désespoirs (pour les autres) dont l'auteure restitue les sons, les odeurs et les tensions. Les naissances et les morts (des enfants, des mères) jalonnent les trois jours que Julia et Bridie passent ensemble dans l'établissement ; c'est l'occasion pour elle de se raconter (un peu), de se rapprocher (beaucoup) et de nous offrir une conclusion où l'émotion atteint son paroxysme. Une écriture simple (une vraie prouesse car la toile de fond est parfois très "technique", mais un intérêt maintenu jusqu'au bout. Dans un style sans emphase, quelques fois très direct, Emma Donoghue glorifie un métier peu visible, jusque dans ces derniers temps, et nous propose un hymne à l'amour, à la vie, qui prend aux tripes. Bravo
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !