Lisez! icon: Search engine
Bouquins
EAN : 9782221219928
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1504
Format : 132 x 198 mm

Le Prince

et autres oeuvres

,

Date de parution : 13/09/2018

C’est pour avoir confondu morale et politique que l’on a fait à Machiavel une réputation de cynique. À tort. Le Prince est un manuel de gouvernement, comme il existe des manuels d’équitation. Le but d’un bon cavalier est de rester en selle ; le but d’un prince est de garder...

C’est pour avoir confondu morale et politique que l’on a fait à Machiavel une réputation de cynique. À tort. Le Prince est un manuel de gouvernement, comme il existe des manuels d’équitation. Le but d’un bon cavalier est de rester en selle ; le but d’un prince est de garder le pouvoir, de ne pas se faire désarçonner par un rival ou par le peuple. Gouverner, c’est d’abord conserver ce pouvoir, « c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser ». Le devoir de prince n’est point de faire le bonheur du peuple ; d’ailleurs le peuple « ne demande rien, sinon de n’être point opprimé ».
Ce que Machiavel met au jour, c’est le mécanisme du pouvoir sous l’Ancien Régime. Ses oeuvres politiques trouvent donc obligatoirement leur prolongement dans ses oeuvres historiques : l’Histoire de Florence est le complément indispensable du Prince.
Or, un homme de la Renaissance ne serait pas cet homme complet qu’est le « courtisan » sans le sens du divertissement. Machiavel est aussi un poète et un homme de théâtre. Sa Mandragore est une pièce régulièrement reprise par les troupes d’aujourd’hui. Et ses Lettres familières le restituent au milieu de ses amis, attentif aux plaisirs des uns, aux chagrins des autres, enjoué et plein d’humour.
Cette édition réunit pour la première fois dans une traduction nouvelle l’ensemble des oeuvres de Machiavel. Un Dictionnaire de Machiavel, inédit, permet au lecteur de replacer l’auteur dans son époque et de se familiariser avec les termes clés de sa pensée.
Robert Kopp

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221219928
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1504
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LesChroniquesdEmilie Posté le 6 Octobre 2020
    Bonne analyse mais trop technique à mon goût pour en comprendre toutes les subtilités (s'il y en a??). Cet homme n'était pas médium et heureusement d'ailleurs. J'ai pu saisir clairement certains passages mais comme dit plus haut le vocabulaire trop technique de l'auteur m'a vite refroidie.
  • castotlenka Posté le 25 Septembre 2020
    En rupture avec la tradition morale sur l'attitude et les qualités qui doivent faire un bon dirigeant, Machiavel propose un petit essai de real politik qui a fait l'effet d'une bombe au point de voir son patronyme devenir synonyme du mal. Pourtant, les volontés qui habitent ce conseiller d'Etat en exil sont tout sauf mauvaises, son idée étant de faire la part des choses entre l'idéal et le réalisable pour en arriver au meilleur contrat social possible pour l'Italie de son époque.
  • AmIvankovDiaz Posté le 17 Septembre 2020
    Que dire de plus, de nouveau (et d'intelligent) sur un ouvrage tel que "Le Prince" de Nicolas Machiavel ? Ici même, chez Babelio, je peux lire 82 critiques, rivalisant toutes de sagacité, et plus de 130 citations. Que rajouter ? Qu'il est difficile de commenter de façon novatrice un tel classique, à la fois chef d'oeuvre de science politique, de cynisme et de lucidité. L'ayant lu quand j'avais une vingtaine d'années, suivant les conseils d'un professeur, j'avais trouvé "Le Prince" brillant dans son style (Machiavel sait accrocher le lecteur par des formules chocs) mais trop cynique pour le jeune idéaliste, qui espérait "changer la vie", que j'étais,alors. Relisant Machiavel plus de trente ans plus tard je constate que j'ai plus d'empathie avec Machiavel. La froide constatation que je fais que le pouvoir des puissants est, à la Renaissance comme aujourd'hui, une chose bien mortifère et de plus en plus pesante, vient apporter de l'eau au moulin du Signore Machiavelli.... En tout cas si Machiavel avait pu vivre aussi longtemps que son oeuvre il se serait fait -excusez l'expression- des "couilles en or". Près de six siècles après son écriture son "Prince" se vend encore comme des petits pains. L'excellente édition "Librio" à deux... Que dire de plus, de nouveau (et d'intelligent) sur un ouvrage tel que "Le Prince" de Nicolas Machiavel ? Ici même, chez Babelio, je peux lire 82 critiques, rivalisant toutes de sagacité, et plus de 130 citations. Que rajouter ? Qu'il est difficile de commenter de façon novatrice un tel classique, à la fois chef d'oeuvre de science politique, de cynisme et de lucidité. L'ayant lu quand j'avais une vingtaine d'années, suivant les conseils d'un professeur, j'avais trouvé "Le Prince" brillant dans son style (Machiavel sait accrocher le lecteur par des formules chocs) mais trop cynique pour le jeune idéaliste, qui espérait "changer la vie", que j'étais,alors. Relisant Machiavel plus de trente ans plus tard je constate que j'ai plus d'empathie avec Machiavel. La froide constatation que je fais que le pouvoir des puissants est, à la Renaissance comme aujourd'hui, une chose bien mortifère et de plus en plus pesante, vient apporter de l'eau au moulin du Signore Machiavelli.... En tout cas si Machiavel avait pu vivre aussi longtemps que son oeuvre il se serait fait -excusez l'expression- des "couilles en or". Près de six siècles après son écriture son "Prince" se vend encore comme des petits pains. L'excellente édition "Librio" à deux euros que j'ai achetée dernièrement, parmi d'autres éditions, en est la preuve. Les rayonnages des librairies bien garnis d'exemplaires du "Prince" font de Machiavel, des forteresses, des condottieres, miliciens et soldats mercenaires qui peuplent cet ouvrage des archétypes éternels de l'action et de l'efficacité politique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Acidus Posté le 11 Septembre 2020
    En écrivant « Le Prince », Nicolas Machiavel signe un des plus célèbres traités politiques. Son influence et son aura ont traversé les siècles jusqu'à aujourd'hui. A travers cet ouvrage, l'auteur donne de multiples conseils afin de permettre à un Prince de gouverner sagement et éviter certains pièges pouvant nuire à son autorité. Relativement indigeste à lire car trop synthétique et redondant, « Le Prince » dispense néanmoins de bons conseils, de bonnes pistes de réflexions sur la politique italienne de son temps (début XVIème) et le tout agrémenté de plusieurs exemples. Une lecture sympathique, intéressante mais son contenu a toutefois pris un coup de vieux.
  • bfauriaux Posté le 6 Août 2020
    Un classique indémodable avec un personnage qui aurait ete inspire par Cesar Borgia : a decouvrir car l'analyse est superbe et très actuelle et nous offre une superbe vue sur le monde politique !
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.