RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Prince

            Robert Laffont
            EAN : 9782221219928
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1504
            Format : 132 x 198 mm
            Le Prince
            et autres oeuvres

            ,

            Collection : Bouquins
            Date de parution : 13/09/2018

            C’est pour avoir confondu morale et politique que l’on a fait à Machiavel une réputation de cynique. À tort. Le Prince est un manuel de gouvernement, comme il existe des manuels d’équitation. Le but d’un bon cavalier est de rester en selle ; le but d’un prince est de garder...

            C’est pour avoir confondu morale et politique que l’on a fait à Machiavel une réputation de cynique. À tort. Le Prince est un manuel de gouvernement, comme il existe des manuels d’équitation. Le but d’un bon cavalier est de rester en selle ; le but d’un prince est de garder le pouvoir, de ne pas se faire désarçonner par un rival ou par le peuple. Gouverner, c’est d’abord conserver ce pouvoir, « c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser ». Le devoir de prince n’est point de faire le bonheur du peuple ; d’ailleurs le peuple « ne demande rien, sinon de n’être point opprimé ».
            Ce que Machiavel met au jour, c’est le mécanisme du pouvoir sous l’Ancien Régime. Ses oeuvres politiques trouvent donc obligatoirement leur prolongement dans ses oeuvres historiques : l’Histoire de Florence est le complément indispensable du Prince.
            Or, un homme de la Renaissance ne serait pas cet homme complet qu’est le « courtisan » sans le sens du divertissement. Machiavel est aussi un poète et un homme de théâtre. Sa Mandragore est une pièce régulièrement reprise par les troupes d’aujourd’hui. Et ses Lettres familières le restituent au milieu de ses amis, attentif aux plaisirs des uns, aux chagrins des autres, enjoué et plein d’humour.
            Cette édition réunit pour la première fois dans une traduction nouvelle l’ensemble des oeuvres de Machiavel. Un Dictionnaire de Machiavel, inédit, permet au lecteur de replacer l’auteur dans son époque et de se familiariser avec les termes clés de sa pensée.
            Robert Kopp

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221219928
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1504
            Format : 132 x 198 mm
            Robert Laffont
            33.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Allantvers Posté le 15 Avril 2019
              Où l'on explique aux Princes comment conquérir le pouvoir, comment s'y maintenir et sur qui s'appuyer, ou pas. Cela faisait longtemps que je voulais découvrir ce texte mythique, et j'avoue avoir été un peu surprise par ma lecture : non seulement le propos n'est pas seulement centré sur une approche de politique politicienne dans l'exercice du pouvoir, mais en plus ce n'est pas ce petit précis de cynisme et de manipulation des hommes auquel je m'attendais, perception du 'machiavélisme' oblige. L'oeuvre, bien que courte, embrasse plus large, est très ancrée dans son temps et dans l'histoire avec de nombreux exemples mis en exergue par l'auteur, qui déroule ses arguments avec une sagesse plus bienveillante que fielleuse. Les classiques ne sont décidément jamais les stéréotypes auxquels on les réduit, et c'est tant mieux!
            • RiffMacKaulaye Posté le 30 Janvier 2019
              L'art de la démagogie théorisé. Un essentiel pour éclairer certains comportements politiques.
            • denis76 Posté le 29 Janvier 2019
              Nicolas Machiavel ( 1469-1527 ), est un théoricien politique florentin ( Florence, que c'est beau ! ) Machiavel n'est pas, à ma grande surprise, machiavélique... sauf quand il cite des princes qui se créent une opposition pour venir écraser celle-ci, et se faire passer pour un héros au regard de son peuple. Machiavel est synthétique : après une analyse des princes (gouvernants ) romains et italiens, il crée une sorte de système pour désigner la meilleure façon de gouverner. . Quel dommage que le style soit très alambiqué, confus, et que de plus, je ne connaisse pas la politique de l'Italie du moyen-âge : une Italie très morcelée que convoitent Louis XII de France, Philippe d'Espagne, les Vénitiens, les Sforza de Milan, les Médicis, les Borgia... Oui, Rodrigo de Borja, Espagnol, transforme son nom en Borgia en Italie et devient le pape Alexandre VI, le licencieux. Machiavel côtoie son fils César Borgia en 1502-1503, un des princes les plus cruels, qui assassine à tire-larigot, tout ce qui veut prendre sa place, couche avec sa sœur Lucrèce.... Enfin, le dernier pape auquel l'auteur fait allusion est carrément un guerrier et un conquérant : Jules II... ! La naissance de ce livre est étayée par... Nicolas Machiavel ( 1469-1527 ), est un théoricien politique florentin ( Florence, que c'est beau ! ) Machiavel n'est pas, à ma grande surprise, machiavélique... sauf quand il cite des princes qui se créent une opposition pour venir écraser celle-ci, et se faire passer pour un héros au regard de son peuple. Machiavel est synthétique : après une analyse des princes (gouvernants ) romains et italiens, il crée une sorte de système pour désigner la meilleure façon de gouverner. . Quel dommage que le style soit très alambiqué, confus, et que de plus, je ne connaisse pas la politique de l'Italie du moyen-âge : une Italie très morcelée que convoitent Louis XII de France, Philippe d'Espagne, les Vénitiens, les Sforza de Milan, les Médicis, les Borgia... Oui, Rodrigo de Borja, Espagnol, transforme son nom en Borgia en Italie et devient le pape Alexandre VI, le licencieux. Machiavel côtoie son fils César Borgia en 1502-1503, un des princes les plus cruels, qui assassine à tire-larigot, tout ce qui veut prendre sa place, couche avec sa sœur Lucrèce.... Enfin, le dernier pape auquel l'auteur fait allusion est carrément un guerrier et un conquérant : Jules II... ! La naissance de ce livre est étayée par le côtoiement de nombreux Grands dans sa fonction de légat, mais c'est César Borgia qui inspira, 10 ans après, Machiavel pour écrire Le Prince, en 1513. . Voici ce qui en ressort : les hommes sont mauvais, la cruauté ( et fermeté ) du Prince est nécessaire, sinon, il y a licence et rébellion du peuple, de l'armée : le prince est alors méprisé, haï, et à l'époque, il est souvent tué. . Un prince peut être héréditaire ou nouveau (ce point est aussi analysé par La Boétie ) ; il peut avoir de la fortune ( chance ), mais son libre-arbitre ( ses choix ) entrent en jeu : il peut être indolent, circonspect ou impétueux ; il doit s'appuyer sur les lois, les armes et les exemples ; il doit également s'appuyer sur ses soldats et son peuple. Les soldats peuvent être des mercenaires, mais le prince a plus d'autorité sur une armée propre, une armée de son pays ; et quand le prince est haï par son peuple, ça finit toujours mal pour le prince, ça me rappelle quelqu'un, présentement ! . Le dernier chapitre est attendrissant : Nicolas Machiavel demande, supplie le pape Léon X de tout faire pour unir l'Italie, ce pays convoité, déchiré et morcelé. Je pense qu'il faudra attendre Cavour, au XIXè siècle, pour que sa prière se réalise.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Zoreillivre Posté le 29 Décembre 2018
              Voilà un Machiavel qui m'a semblé bien droit dans ses bottes contrairement à sa réputation. L'ouvrage est agréable, soutenu par de nombreux exemples historiques, mais largement en dessous de ce que l'on nomme aujourd'hui de machiavélique. Evidemment, on n'en voudra pas à l'auteur son absence d'analyse psychologique à une époque ou elle n'existait pas, mais nous sommes loin ici de l'analyse d'un Thomas Hobbes qui considérait l'homme comme un loup pour l'homme. Intéressant donc dans sa dimension de philosophie politique et par la clairvoyance de son analyse politique mais un peu décevant en ce qui concerne la plongée dans l'âme humaine...
            • unlivreuncafe Posté le 28 Décembre 2018
              Nicolas Machiavel et Le Prince Qui était Nicolas Machiavel ? Qu'apprenons-nous de son traité politique Le Prince ? Je vous invite à découvrir ma proposition d'article : 1. Qui est Nicolas Machiavel, de son nom italien Niccolò di Bernardo dei Machiavelli 2. Le Prince : le traité politique > Les grands lignes du livre Le Prince : Le Prince ou Des Principautés ? 26 chapitres, le plan du traité politique Vertù et Fortune, leur définition > La notion de moralité et d’Etat > Etre Prince : Les qualités d'un prince Les noms des princes ou des personnages qui ont été cités et/ou inspirés Machiavel pour Le Prince A qui s'adressait Le Prince ? 3. Pour aller plus loin dans les œuvres de Machiavel L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? Belle lecture
            Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
            Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.