RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Sari rose

            Robert Laffont
            EAN : 9782221113141
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 153 x 240 mm
            Le Sari rose

            François ROSSO (Traducteur)
            Date de parution : 12/05/2010

            Un portrait de Sonia Gandhi et la saga d'une dynastie politique :
            Un récit épique et tragique.

            Cambridge, 1965 : rien ne prédisposait Sonia Maino, une étudiante italienne piémontaise d'origine modeste à rencontrer Rajiv Gandhi, petit-fils de Nehru et fils d'Indira. Au Varsity, le restaurant où leur ami commun, Christian von Stieglitz, les présente, Sonia tombe immédiatement sous le charme de cet étudiant discret, presque ordinaire, dont...

            Cambridge, 1965 : rien ne prédisposait Sonia Maino, une étudiante italienne piémontaise d'origine modeste à rencontrer Rajiv Gandhi, petit-fils de Nehru et fils d'Indira. Au Varsity, le restaurant où leur ami commun, Christian von Stieglitz, les présente, Sonia tombe immédiatement sous le charme de cet étudiant discret, presque ordinaire, dont le seul rêve dans la vie est de devenir pilote. Trois ans plus tard, bravant les réticences de son père (qui n'assistera pas à la noce), Sonia épouse Rajiv à New Delhi. Elle revêt pour l'occasion le sari rose tissé par Nehru en prison, celui-là même qu'avait porté Indira pour son propre mariage. Le symbole est fort : en épousant Rajiv, Sonia Maino, l'Européenne catholique, choisit d'unir son destin à celui d'une nation, qui, pour l'heure, lui est étrangère. Plus de vingt ans plus tard, la mort tragique de Rajiv, en 1991, ne pourra défaire les liens qui se sont tissés entre Sonia et le peuple indien.
            Par-delà l'histoire de Rajiv et Sonia, ce couple improbable et passionné, Javier Moro nous livre le récit de la métamorphose d'une femme : étudiante timide à Cambridge, Sonia devient une épouse, une mère, pour se révéler dans l'épreuve une politique habile. Dans ce pays qu'avec le temps elle a fait sien, Sonia reprendra le flambeau des Gandhi. En racontant sa vie, Javier Moro écrit la saga tragique de la première famille de l'Inde.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221113141
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 153 x 240 mm
            Robert Laffont
            22.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Nono92120 Posté le 4 Janvier 2019
              Le « Sari rose » raconte, au travers de l’histoire hors du commun de Sonia Maino – épouse de Rajiv Gandhi – celle de l’Inde et de la famille Nehru-Gandhi, en particulier celle d’Indira Gandhi. Ces deux niveaux de lecture – à la fois roman et documentaire – font tout l’intérêt du récit : le lecteur suit la trajectoire incroyable de Sonia Gandhi, modeste italienne devenue l’une des plus puissantes femmes politiques indiennes, et découvre en même temps toute la diversité et la complexité de l’Inde, avec une histoire fortement influencée par la famille Nehru-Gandhi. Le personnage d’Indira Gandhi, fille de Jawaharlal Nehru et belle-mère de Sonia Maino est fascinant, malgré les controverses entourant sa politique. Certains pourraient regretter une absence de vision critique de l’auteur par rapport à la famille Nehru-Gandhi et la politique qu’elle a menée en Inde. Ce que j’ai ressenti au fil des pages était plutôt l’amour immense de Javier Moro pour l’Inde, à la fois dans sa richesse culturelle, ses couleurs, et les zones d’ombre de son histoire et ses traditions.
            • lila11 Posté le 24 Décembre 2018
              Une plongée dans la vie de Sonia Gandhi, belle-file de Indira. Étonnant et instructif.
            • sandrine57 Posté le 24 Septembre 2017
              Lorsque Sonia Maino rencontre le regard chaleureux de Rajiv dans un bar de Cambridge, elle est loin de se douter qu'elle vient de lier son destin à un homme, un nom, une famille, un pays. Le coup de foudre est immédiat et réciproque même si les amoureux n'ont rien en commun. La jeune italienne est issue d'une famille pauvre, lui est Rajiv Gandhi, le fils d'Indira Gandhi, le petit-fils de Jawaharlal Nehru, l'héritier de la famille la plus connue en Inde. Chez les Maino, on est loin de s'enorgueillir de cette prestigieuse lignée. Rajiv a beau être sympathique, il est surtout indien et s'il épousait leur fille, il l'emmènerait dans son lointain pays. Indira, par contre, tombe sous le charme de Sonia. Bien sûr, elle n'est pas indienne mais cela n'est pas préjudiciable pour Rajiv qui ne compte pas faire une carrière politique. L'héritier de la dynastie, c'est Sanjay, le fils cadet, le préféré d'Indira. Mais en intégrant la famille Nehru-Gandhi, Sonia entre malgré elle en politique. Indira est Premier ministre, la politique est sa raison d'être et régit la vie d'une famille héritière d'une longue tradition, qui a fondé le parti du Congrès et a contribué à l'indépendance de... Lorsque Sonia Maino rencontre le regard chaleureux de Rajiv dans un bar de Cambridge, elle est loin de se douter qu'elle vient de lier son destin à un homme, un nom, une famille, un pays. Le coup de foudre est immédiat et réciproque même si les amoureux n'ont rien en commun. La jeune italienne est issue d'une famille pauvre, lui est Rajiv Gandhi, le fils d'Indira Gandhi, le petit-fils de Jawaharlal Nehru, l'héritier de la famille la plus connue en Inde. Chez les Maino, on est loin de s'enorgueillir de cette prestigieuse lignée. Rajiv a beau être sympathique, il est surtout indien et s'il épousait leur fille, il l'emmènerait dans son lointain pays. Indira, par contre, tombe sous le charme de Sonia. Bien sûr, elle n'est pas indienne mais cela n'est pas préjudiciable pour Rajiv qui ne compte pas faire une carrière politique. L'héritier de la dynastie, c'est Sanjay, le fils cadet, le préféré d'Indira. Mais en intégrant la famille Nehru-Gandhi, Sonia entre malgré elle en politique. Indira est Premier ministre, la politique est sa raison d'être et régit la vie d'une famille héritière d'une longue tradition, qui a fondé le parti du Congrès et a contribué à l'indépendance de l'Inde. Sonia tente cependant de mener une vie normale en s'occupant de la maison, de son mari, de sa belle-mère, puis plus tard de ses deux enfants. Si elle aime son pays d'adoption, elle déteste par contre la pression provoquée par la renommée et la puissance de sa nouvelle famille et se tient éloignée des manœuvres politiques. Pourtant, sa réserve naturelle va être malmenée par les tragédies successives que subissent les Gandhi. Sanjay meurt dans un accident d'avion, Rajiv prend sa place auprès de sa mère et quand celle-ci tombe sous les balles de son garde du corps sikh, il est appelé à répondre à son destin. Il devient Premier ministre à son tour et Sonia vit dans l'angoisse permanente de le perdre lui aussi... Le destin hors normes d'une paysanne italienne devenue la femme la plus puissante d'Inde et à travers elle, l'histoire de cet immense pays et de la famille Nehru-Gandhi, de la lutte pour l'indépendance jusqu'au XXIè siècle. Ni documentaire, ni véritable roman, ce Sari rose (en référence au sari tissé en prison par Nehru pour sa fille Indira) nous en apprend beaucoup sur l'Inde, la plus grande démocratie du monde, faite de contradictions et de paradoxes, constituée d'une multitude de communautés ethniques et religieuses, où les plus riches côtoient la plus grande misère. C'est aussi une mine d'informations sur les Gandhi, surtout Indira, véritable animal politique qui a voué sa vie à son pays et à la pratique du pouvoir, fidèle en cela à la prédiction paternelle qui savait que son nom serait difficile à porter et serait synonyme de sacrifice à la patrie. Le règne d'Indira, long et tumultueux, sera traversé par des heurts inter-communautés, des guerres, des famines, des drames aussi bien nationaux que familiaux, mais aussi de lourds efforts pour hisser le pays au rang de puissance mondiale qui compte. Un personnage ambigu, proche de son peuple mais hostile à la contradiction, partisane de la manière forte, aveugle et sourde aux exactions commises par son fils Sanjay, initiateur, entre autres, de l'état d'urgence, d'une certaine dérive dictatoriale et d'une vaste campagne de stérilisation des hommes aussi violente qu'impopulaire. Malheureusement pour la vérité historique, Javier Moro regarde tout ce beau monde avec les yeux de l'amour. Pour le peuple indien, Indira était une déesse, pour Moro, aussi ! Il a laissé son objectivité et son esprit critique au vestiaire pour composer un panégyrique de cette famille, dépourvu de nuances. Dirigeants hors pair, entièrement voués à leur peuple, dépourvus de toute ambition personnelle, l'esprit de sacrifice chevillé au corps...quand leurs opposants ne pensent qu'à s'enrichir, à manipuler, à fomenter des complots sans se soucier jamais du bien-être des indiens. Une vision un peu légère et manichéenne d'une famille beaucoup plus complexe qui a pourtant cumulé les erreurs. Pour Moro, elles sont minimes, fruits parfois d'une trop grande naïveté et non d'une mauvaise compréhension de la situation. Sonia apparaît comme un ange tombée du ciel, préoccupée uniquement par le bonheur de sa trop célèbre famille, fée du logis, cordon bleu, discrète, timide, polie et respectueuse. Une sainte ! Même Sanjay sort épargné de ce concerto en louanges majeures. Par contre, son épouse, l'ambitieuse, obstinée, condescendante, inutile et stupide Maneka qui s'est opposée à sa belle-famille est parée de tous ces défauts et de bien d'autres, à se demander comment elle a pu être ministre dans différents gouvernements du parti d'opposition... En bref, si Le sari rose se lit sans déplaisir, il pêche par manque d'objectivité et doit avant tout être considéré comme une biographie romancé et non une source d'informations infaillibles.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Maghily Posté le 15 Juin 2017
              Je connais assez peu l’histoire et la politique orientales, ce qui est assez dommage. Ce livre m’intéressait donc beaucoup pour l’éclairage qu’il pouvait m’apporter. En effet, ce n’est pas seulement l’histoire d’une femme que l’on suit, mais celle de toute une nation, sur une quarantaine d’années. Mais là où je suis assez mitigée, c’est sur le format choisi par l’auteur. Il ne s’agit pas d’une biographie car Sonia Gandhi a refusé de participer à son élaboration et a demandé à son entourage de ne pas diffuser d’information à l’auteur, comme celui-ci l’explique au début du livre. Mais ce n’est pas non plus tout à fait un roman puisque Javier Moro s’est basé sur des faits réels, historiques, présentant des protagonistes qui ont réellement existé. Il se contente « juste » de combler les blancs avec de la fiction, sans que le lecteur ne sache jamais vraiment déterminer ce qui est fiction de ce qui est réel. Du coup, cela m’a un peu dérangée car j’étais parfois tellement immergée dans l’histoire que j’avais tendance à perdre de vue le fait que tout ce que je lisais n’était pas forcément vrai, or ça en avait l’air. Globalement, j’ai trouvé ce roman instructif. Le... Je connais assez peu l’histoire et la politique orientales, ce qui est assez dommage. Ce livre m’intéressait donc beaucoup pour l’éclairage qu’il pouvait m’apporter. En effet, ce n’est pas seulement l’histoire d’une femme que l’on suit, mais celle de toute une nation, sur une quarantaine d’années. Mais là où je suis assez mitigée, c’est sur le format choisi par l’auteur. Il ne s’agit pas d’une biographie car Sonia Gandhi a refusé de participer à son élaboration et a demandé à son entourage de ne pas diffuser d’information à l’auteur, comme celui-ci l’explique au début du livre. Mais ce n’est pas non plus tout à fait un roman puisque Javier Moro s’est basé sur des faits réels, historiques, présentant des protagonistes qui ont réellement existé. Il se contente « juste » de combler les blancs avec de la fiction, sans que le lecteur ne sache jamais vraiment déterminer ce qui est fiction de ce qui est réel. Du coup, cela m’a un peu dérangée car j’étais parfois tellement immergée dans l’histoire que j’avais tendance à perdre de vue le fait que tout ce que je lisais n’était pas forcément vrai, or ça en avait l’air. Globalement, j’ai trouvé ce roman instructif. Le personnage de Sonia est assez touchant, contrairement à d’autres membres de son entourage : italienne de naissance, elle a accepté de partir vivre à l’autre bout du monde pour embrasser la culture indienne et plonger au sein d’une famille dont la vie est en grande partie régie par la vie politique indienne. Sonia doit faire face aux menaces d’attentats et abandonner sa propre culture afin de ne pas attiser la haine et les critiques des opposants à la famille Gandhi. Mais elle est folle amoureuse de Rajiv et est prête à tous les sacrifices pour lui. Elle est confrontée à un véritable choc culturel mais semble facilement s’accommoder de sa nouvelle vie. Son évolution, tout au long du récit, est impressionnante et force le respect. Par contre, ce livre présentait parfois trop la famille Gandhi comme des saints qui avaient sacrifié leur vie pour leur pays, et ce contre leur volonté : ça manquait parfois d’esprit critique, surtout dans la partie concernant les mandats d’Indira Gandhi, la mère de Rajiv. J’ai également trouvé que ce roman était assez long et trop axé sur la politique. J’ai parfois lu certains passages en diagonale parce que je voulais vraiment avancer dans l’histoire mais que les trop nombreux détails et atermoiements m’ennuyaient. C’est donc un livre que je conseillerais plutôt aux personnes qui souhaitent en apprendre davantage sur l’histoire de l’Inde et de la famille Gandhi mais qui ne sont généralement pas trop rebutées par les trop nombreux détails. Dans le même genre de lecture, j’avais découvert De la part de la princesse morte de Kénizé Mourad qui m’avait davantage passionnée.
              Lire la suite
              En lire moins
            • bollengc Posté le 22 Avril 2017
              Le Sari rose nous est présenté comme un livre consacré à Sonia Maino, jeune femme italienne qui se mariera à Rajiv Gandhi, fils d'Indira Gandhi et petit fils de Nehru. On est d'abord plongé dans le moment le plus tragique de sa vie, les funérailles de Rajiv, assassiné pendant une campagne électorale. Ce décès brutal marquera son entrée dans la vie politique indienne. L'auteur décide ensuite de reprendre l'histoire à ces débuts, en Italie, dans la famille Maino. On nous décrit l'enfance de Sonia puis son départ pour l'Angleterre où elle rencontre Rajiv et enfin sa rencontre avec Indira Gandhi, mère de Rajiv. A partir de cette rencontre, on a l'impression que ce n'est plus vraiment l'histoire de Sonia qui est le centre de ce roman mais plutôt celle de toute la dynastie Nehru-Gandhi qui nous y est décrite. Sonia en vient même à être complètement éclipsée au profit d'Indira Gandhi qui est omniprésente dans tout ce roman. Ainsi, on assiste à l'ascension d'Indira Gandhi, fille de Nehru, que rien ne destinait à devenir une figure de la vie politique indienne. Elle est décrite comme quelqu'un de passionnée par son combat contre la pauvreté et le destin de l'Inde, mais également très influençable par... Le Sari rose nous est présenté comme un livre consacré à Sonia Maino, jeune femme italienne qui se mariera à Rajiv Gandhi, fils d'Indira Gandhi et petit fils de Nehru. On est d'abord plongé dans le moment le plus tragique de sa vie, les funérailles de Rajiv, assassiné pendant une campagne électorale. Ce décès brutal marquera son entrée dans la vie politique indienne. L'auteur décide ensuite de reprendre l'histoire à ces débuts, en Italie, dans la famille Maino. On nous décrit l'enfance de Sonia puis son départ pour l'Angleterre où elle rencontre Rajiv et enfin sa rencontre avec Indira Gandhi, mère de Rajiv. A partir de cette rencontre, on a l'impression que ce n'est plus vraiment l'histoire de Sonia qui est le centre de ce roman mais plutôt celle de toute la dynastie Nehru-Gandhi qui nous y est décrite. Sonia en vient même à être complètement éclipsée au profit d'Indira Gandhi qui est omniprésente dans tout ce roman. Ainsi, on assiste à l'ascension d'Indira Gandhi, fille de Nehru, que rien ne destinait à devenir une figure de la vie politique indienne. Elle est décrite comme quelqu'un de passionnée par son combat contre la pauvreté et le destin de l'Inde, mais également très influençable par son entourage, notamment son fils cadet Sanjay. Même si l'auteur porte un regard parfois critique sur les actions d'Indira et de Sanjay, on pourra regretter son manque d'objectivité par rapport à cette grande famille indienne, visiblement adulée par le peuple et victime d'extrémistes. De plus, le roman est parsemé de nombreux détails et anecdotes qui l'alourdissent et rendent la lecture parfois pénible. Malgré l'admiration parfois excessive de l'auteur vis-à-vis de cette famille, ce roman est très instructif. Il nous permet de comprendre une partie de l'histoire contemporaine de l'Inde et de suivre la vie de la famille la plus influente de ce pays. On peut tout de même se demander à quel point ce roman reflète la réalité.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.