Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258144255
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm

Le Temps des tourments

Jacques MARTINACHE (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 01/03/2018
Au nom du Roi Mort
Jerome Burnel, héros un temps célébré puis déchu et expédié en prison pour pédophilie, n’a pas cessé de clamer son innocence. À sa libération, il prend contact avec Charlie Parker, le privé à l’âme tourmentée, et lui explique qu’il a été victime d’un coup monté. Le récit de Burnel a... Jerome Burnel, héros un temps célébré puis déchu et expédié en prison pour pédophilie, n’a pas cessé de clamer son innocence. À sa libération, il prend contact avec Charlie Parker, le privé à l’âme tourmentée, et lui explique qu’il a été victime d’un coup monté. Le récit de Burnel a des accents de vérité, et sa disparition soudaine achève de convaincre Parker d’enquêter. L’ancien flic, toujours choqué par son expérience de mort imminente, n’a de toute façon plus rien à perdre. Le voici embarqué sur les traces d’une communauté de Virginie occidentale, l’Entaille, qui vit en marge de la société selon ses propres règles, imposées par le meurtre et la terreur, et sur laquelle plane la présence d’un mystérieux Roi Mort. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258144255
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Un roman dérangeant et passionnant de bout en bout"
 
Paris Normandie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bebelle1725 Posté le 10 Juillet 2020
    Livre tourmenté, tortueux, noir ! Bref à lire !
  • loetyy Posté le 20 Avril 2020
    J'ai découvert John Connolly et son personnage Charlie Parker il y a une quinzaine d'année. À la lecture de Tout ce qui meurt, je me souviens d'avoir pris une claque littéraire tant j'ai trouvé l'histoire originale, les personnages profonds et l'écriture super. Alors oui c'est glauque, violent, mais juste. Ce nouvel opus est dans la lignée, violent, glauque mais juste dans l'écriture, dans les personnages, l'intrigue. Charlie et son équipe poursuivent leurs routes sur les chemins de la rédemption et Sam devient ce qu'elle doit devenir et que nous découvrirons je pense dans la suite. D'ailleurs vivement la suite.
  • katemandou Posté le 2 Juillet 2018
    Superbe! bien dans la lignée des Charlie Parker. Vite le suivant.
  • Killing79 Posté le 1 Mai 2018
    Depuis longtemps, je vois circuler le nom de John Connolly dans le monde des polars. Je ne compte plus le nombre de livres que j’ai pu lire dans cette catégorie que j’affectionne, mais je ne sais pour quelle raison, je n’avais jamais lu cet auteur. Pour la 15ème enquête, Charlie Parker accepte de s’intéresser à une affaire résolue dont les circonstances étaient plutôt floues. Le flair légendaire du détective va le pousser à réétudier le dossier. La rencontre de ce personnage a été une bonne surprise pour moi. Accompagné de son duo de tueurs charismatiques, il forme une équipe atypique mais attachante. Comme souvent dans les séries policières, ce sont des êtres torturés qui trainent des évènements sinistres derrière eux. Leurs passés sont brièvement rappelés, mais il m’a manqué plusieurs éléments pour tout comprendre. En effet, n’ayant pas connaissance des épisodes précédents, certains clins d’œil m’ont échappés. Ceci étant dit, on peut très bien lire cette aventure indépendamment et l’apprécier. Dans ce pavé de plus de 500 pages, à la narration maîtrisée, le lecteur suit l’action à travers les différents protagonistes de tous les camps. Chaque acteur a son histoire et l’auteur prend le temps de les étoffer. On a donc... Depuis longtemps, je vois circuler le nom de John Connolly dans le monde des polars. Je ne compte plus le nombre de livres que j’ai pu lire dans cette catégorie que j’affectionne, mais je ne sais pour quelle raison, je n’avais jamais lu cet auteur. Pour la 15ème enquête, Charlie Parker accepte de s’intéresser à une affaire résolue dont les circonstances étaient plutôt floues. Le flair légendaire du détective va le pousser à réétudier le dossier. La rencontre de ce personnage a été une bonne surprise pour moi. Accompagné de son duo de tueurs charismatiques, il forme une équipe atypique mais attachante. Comme souvent dans les séries policières, ce sont des êtres torturés qui trainent des évènements sinistres derrière eux. Leurs passés sont brièvement rappelés, mais il m’a manqué plusieurs éléments pour tout comprendre. En effet, n’ayant pas connaissance des épisodes précédents, certains clins d’œil m’ont échappés. Ceci étant dit, on peut très bien lire cette aventure indépendamment et l’apprécier. Dans ce pavé de plus de 500 pages, à la narration maîtrisée, le lecteur suit l’action à travers les différents protagonistes de tous les camps. Chaque acteur a son histoire et l’auteur prend le temps de les étoffer. On a donc le tableau global de la situation sous les yeux. Toutes les pièces du puzzle se mettent en place, sur fonds de péripéties et de croyances paranormales. L’ensemble est parfaitement dosé au point que moi, le cartésien, je me suis laissé embarquer avec plaisir. Sans échapper aux clichés du genre, John Connolly nous offre une enquête sombre et efficace, relevée d’une touche de fantastique, qui en fait son originalité. La série repose donc sur ce mélange des genres et sur des protagonistes forts. Dorénavant, j’ai envie de suivre Charlie Parker dans ses prochaines aventures et aussi de connaître ses antécédents. Une belle découverte qui en annonce d’autres !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Igguk Posté le 18 Avril 2018
    J’en ai déjà parlé mais j’ai quelques difficultés avec le genre policier, un ras-le-bol face à la surenchère de clichés, de glauque, de « serial-killer pervers », de victime torturée… Mais pourtant je tente, incorrigible optimiste, j’essaye toujours de nouveaux auteurs avec l’espoir d’en trouver un qui me fascine autant que ce cher Michael Connelly. Oh, tiens, un John Connolly dans la dernière opération Masse Critique de Babelio… Qu’est-ce que c’est donc ? J’ai reçu le Temps des tourments sans trop savoir où je mettais les pieds, et en lisant que c’était le quinzième tome de la série « Charlie Parker » (d’après Ouikipedia), j’ai du louper quelques détails. M’enfin, en général les auteurs de grosses séries de polars se démerdent assez bien pour rendre chaque enquête indépendante donc c’est pas bien grave. J’ai découvert l’histoire de Jerome Burnel, un ex-taulard qui engage le détective Charlie Parker pour revenir sur son affaire après avoir purgé une peine de prison assez hardcore, ayant été condamné pour pédophilie. Charlie, qui se remet d’une affaire particulièrement traumatisante, sent que cette histoire cache des trucs pas nets et décide d’enquêter. Il va se retrouver sur le chemin de L’Entaille, une communauté isolée de Virginie qui... J’en ai déjà parlé mais j’ai quelques difficultés avec le genre policier, un ras-le-bol face à la surenchère de clichés, de glauque, de « serial-killer pervers », de victime torturée… Mais pourtant je tente, incorrigible optimiste, j’essaye toujours de nouveaux auteurs avec l’espoir d’en trouver un qui me fascine autant que ce cher Michael Connelly. Oh, tiens, un John Connolly dans la dernière opération Masse Critique de Babelio… Qu’est-ce que c’est donc ? J’ai reçu le Temps des tourments sans trop savoir où je mettais les pieds, et en lisant que c’était le quinzième tome de la série « Charlie Parker » (d’après Ouikipedia), j’ai du louper quelques détails. M’enfin, en général les auteurs de grosses séries de polars se démerdent assez bien pour rendre chaque enquête indépendante donc c’est pas bien grave. J’ai découvert l’histoire de Jerome Burnel, un ex-taulard qui engage le détective Charlie Parker pour revenir sur son affaire après avoir purgé une peine de prison assez hardcore, ayant été condamné pour pédophilie. Charlie, qui se remet d’une affaire particulièrement traumatisante, sent que cette histoire cache des trucs pas nets et décide d’enquêter. Il va se retrouver sur le chemin de L’Entaille, une communauté isolée de Virginie qui cache bien des secrets et des tarés. Effectivement, la lecture de ce roman nous donne l’impression d’avoir loupé quelques épisodes dans la vie de Charlie Parker, et vu l’état dans lequel il est ça donne bien envie de rétropédaler pour aller voir ce qui s’est passé, mais pourtant ça n’enlève rien au plaisir de lire celui-ci. J’ai découvert un détective qui en a vu des vertes et des pas mûres mais qui en impose ! Épaulé par un duo de criminels dont le simple regard suffirait à faire chialer Hannibal Lecter, l’enquêteur a abandonné les méthodes classiques pour taper dans le borderline assez régulièrement. Passé une introduction qui m’a donné l’impression de retomber dans des clichés énervants, l’apparition du trio a directement changé la donne. Parker a une dynamique qui réveille l’intérêt du lecteur et donne une saveur particulière au roman. Même si j’ai rien suivi de son passé, il lui a laissé une grosse ombre au-dessus de la tête, et quelque part ça a participé à son aura pour moi, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas si j’avais lu toute la série. L’enquête part sur un classique du genre, le gars emprisonné pour un crime qu’il n’a pas commis, ou peut-être, ou on sait pas trop. Mensonge ? Complot ? Faille spatio-temporelle ? Double maléfique ? L’histoire de l’Entaille va venir prendre sa place dans le puzzle et imposer une touche paranoïaque poisseuse superbement mise en place. L’ambiance un peu « fargo » associée aux bars sordides, aux campagnards hyper-violents qui dégagent tous les touristes qui marchent dans leurs rues, elle donne une vraie identité à cette lecture et s’ancre grâce à une belle brochette de personnages secondaires bien mis en place. J’ai été surpris par la petite touche fantastique qui plane sur le récit. Moi qui m’attendait à un simple polar réaliste, voilà qu’on me montre des morts qui reviennent, des visions, de la sorcellerie, on est où là ? Chez Gabriel Knight ? Et pourtant c’est cool ! Ben oui, de l’imaginaire dans un polar, tu parles que ça va me botter moi… L’ombre au tableau est un rythme un peu mou qui s’attarde beaucoup sur pas mal de personnages secondaires et ralentit le tout. Et bizarrement, notre héros s’efface sur un gros milieu de l’intrigue où c’est le Shérif Henkel qui prend la main, Parker ne sert que de point de départ et de gros muscles sur le final, je reste un peu sur ma faim, j’avais bien envie d’en savoir plus sur le bonhomme. Pour ça il va falloir que je lise tous les livres précédents, peut-être. Bouquin reçu dans le cadre d’une opération Masse Critique du site Babélio.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.