Lisez! icon: Search engine

Les Aventures de Donovan S., le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde

Nil
EAN : 9782841119752
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 1 x 205 mm
Les Aventures de Donovan S., le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde

Date de parution : 07/02/2019

La boucherie de Donovan S., c’est toute une histoire. Chez lui, on ne découpe pas la viande – on la sublime, car elle a un superpouvoir : quiconque la goûte ne peut plus s’en passer. On ne choisit pas un morceau : on assiste au ballet des couteaux tranchants et...

La boucherie de Donovan S., c’est toute une histoire. Chez lui, on ne découpe pas la viande – on la sublime, car elle a un superpouvoir : quiconque la goûte ne peut plus s’en passer. On ne choisit pas un morceau : on assiste au ballet des couteaux tranchants et caressants avec distinction. Car Donovan S. n’est pas un mortel comme les autres : en un tour de bras, ce gourou du steak envoûte clients et collaborateurs. Bienvenue dans Les Aventures de Donovan S., le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde, une entreprise déraisonnable, gigantesque et totalement loufoque où une vache voyage en jet privé aux côtés d’une actrice accro à l’agneau pour un tour du monde haut en couleur et proche de l’hystérie.
D’une plume rythmée qui laisse la parole libre, Virginie Nuyen nous livre un premier roman saignant et décalé où la société de consommation est passée au crible avec un humour féroce et où la charogne n’est pas celle que l’on croit.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841119752
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 1 x 205 mm

Ils en parlent

« L'histoire est originale. Amusante, un peu grinçante aussi.
Virginie Nuyen, une Rouennaise qui vit à Paris, livre avec ce premier roman une satire délicieuse de nos travers de consommateurs, prompts à se laisser séduire par les gourous du marketing. »
 
I.E. / LA VOIX DU NORD
« Une aventure loufoque et grandiose »
LIVRES HEBDO
« Ce roman, qu’on aurait qualifié naguère de « sotie », démarre en flèche, sous la plume acérée de Virginie Nuyen. Ensuite, la viande est moins goûteuse. N’empêche, cette critique du snobisme est saignante. Car, chez Donovan, le gourou du steak, « on ne découpe pas la viande, on la sublime ».
Frédéric Pages / LE CANARD ENCHAINE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sydola Posté le 23 Août 2019
    Donovan S est un boucher ce qu'il y a de plus atypique. Même si sa boutique a pignon sur rue, il est indispensable de prendre rendez vous pour être servi par les bons soins de ce boucher. Il a le don de sublimer les morceaux de viande qui passent entre ses mains, morceaux qui proviennent des animaux qu'il élève. Au troisième rendez vous, il propose à Elena, chargée de communication en congé parental, un emploi pour développer son entreprise à travers le monde. Ils vont donc sillonner le monde pour faire rayonner son "art". Sous un aspect farfelu, loufoque, Virginie Nuyen, forte d'une expérience dans les entreprises de luxe, nous narre le monde de personnes complètement déconnectées de la réalité, et qui ne supportent pas la contradiction. Si c'est une véritable satire du monde du travail, où sous couvert de paternalisme, on n'hésite pas à profiter, abuser de ses salariés, voire à s'en débarrasser s'ils décident de faire valoir leur point de vue ; il est aussi question de ce monde de luxe où évoluent des personnes "toxiques" qui n'ont pas de scrupules à profiter. Avec humour, Virginie Nuyen nous dévoile un aspect de la société pas forcément agréable. Pour un premier roman, c'est vraiment... Donovan S est un boucher ce qu'il y a de plus atypique. Même si sa boutique a pignon sur rue, il est indispensable de prendre rendez vous pour être servi par les bons soins de ce boucher. Il a le don de sublimer les morceaux de viande qui passent entre ses mains, morceaux qui proviennent des animaux qu'il élève. Au troisième rendez vous, il propose à Elena, chargée de communication en congé parental, un emploi pour développer son entreprise à travers le monde. Ils vont donc sillonner le monde pour faire rayonner son "art". Sous un aspect farfelu, loufoque, Virginie Nuyen, forte d'une expérience dans les entreprises de luxe, nous narre le monde de personnes complètement déconnectées de la réalité, et qui ne supportent pas la contradiction. Si c'est une véritable satire du monde du travail, où sous couvert de paternalisme, on n'hésite pas à profiter, abuser de ses salariés, voire à s'en débarrasser s'ils décident de faire valoir leur point de vue ; il est aussi question de ce monde de luxe où évoluent des personnes "toxiques" qui n'ont pas de scrupules à profiter. Avec humour, Virginie Nuyen nous dévoile un aspect de la société pas forcément agréable. Pour un premier roman, c'est vraiment une belle réussite, je le recommande donc.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cancie Posté le 6 Août 2019
    Donovan S. est un boucher artiste, cher, mais excellent. Il a acquis une telle notoriété que, pour avoir un rendez-vous, il faut attendre deux mois minimum pour une découpe de filet de bœuf par le Maître et au moins trois semaines pour une côte de veau préparée par son assistant. Le cérémonial déployé lors du rendez-vous atteint des sommets presque inimaginables. Et si vous avez l’immense privilège de pouvoir goûter à cette viande, vous ne pouvez plus vous en passer. Elena, la narratrice, diplômée d’une grande école, qui avait arrêté de travailler pour élever ses enfants, se voit offrir par le Maître, dès sa deuxième visite, une proposition pour travailler à ses côtés. Celle-ci saisit l’opportunité et devient son associée. Va alors naître un projet grandiose : « nous allons partir faire de tour du monde pour enchanter dans toutes les villes à fort pouvoir d’achat les futurs aficionados de la Maison S. Car comment faire sans faire goûter ? Une fois cela fait, il ne restera plus qu’à ouvrir une boutique dans chaque endroit que nous aurons visité. » Avec Les Aventures de Donovan S., le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde, nous nous retrouvons embarqués... Donovan S. est un boucher artiste, cher, mais excellent. Il a acquis une telle notoriété que, pour avoir un rendez-vous, il faut attendre deux mois minimum pour une découpe de filet de bœuf par le Maître et au moins trois semaines pour une côte de veau préparée par son assistant. Le cérémonial déployé lors du rendez-vous atteint des sommets presque inimaginables. Et si vous avez l’immense privilège de pouvoir goûter à cette viande, vous ne pouvez plus vous en passer. Elena, la narratrice, diplômée d’une grande école, qui avait arrêté de travailler pour élever ses enfants, se voit offrir par le Maître, dès sa deuxième visite, une proposition pour travailler à ses côtés. Celle-ci saisit l’opportunité et devient son associée. Va alors naître un projet grandiose : « nous allons partir faire de tour du monde pour enchanter dans toutes les villes à fort pouvoir d’achat les futurs aficionados de la Maison S. Car comment faire sans faire goûter ? Une fois cela fait, il ne restera plus qu’à ouvrir une boutique dans chaque endroit que nous aurons visité. » Avec Les Aventures de Donovan S., le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde, nous nous retrouvons embarqués dans des aventures plus drôles, plus burlesques, plus rocambolesques les unes que les autres. C’est un premier roman complètement déjanté sur ce milieu délirant qu’est l’industrie du luxe. Virginie Nuyen ayant, entre autre, elle-même travaillé dans ce secteur pendant huit ans, brosse un portrait particulièrement intéressant de ce monde. Elle dépeint fort bien ces gens souvent très doués, avec de vraies vocations, comme ce fameux Donovan, qui font produire des choses extrêmement chères qu’ils vont vendre à des gens extrêmement riches. Leur notoriété établie, les élus leur seront entièrement dévoués puisqu’ils sont devenus de grands acteurs économiques et sociaux. Toutes les dérives peuvent alors en découler. Dans ce milieu où l’argent est roi, des alliances se créent et l’entraide est de mise pour s’enrichir encore plus. Ici, Donovan S. va s’allier avec Monsieur P. et réussir à se faire offrir un jet pour transporter sa vache mais, en contrepartie, devra emmener une actrice célèbre et décrire l’immense qualité de service et la flexibilité de l’entreprise de Monsieur P. auprès de sa clientèle distinguée. Ce sont donc des questionnements sur les stratégies de communication et la soif d’expansion. Un peu comme un fil rouge, l’auteure revient souvent sur ce livre de développement personnel, à priori très prisé par les vedettes : « Les quatre accords toltèques : la voie de liberté personnelle » de Miguel Ruiz – ou comment arriver à une sérénité/sagesse avec soi donc avec les autres ? Les quatre clés sont : - Avoir une parole impeccable - Ne pas faire une affaire personnelle de quoi que ce soit - Ne pas faire de suppositions - Faire toujours de son mieux. Quel humour lorsque l’auteure fait dire à la narratrice que ça ressemblait étrangement à ce que Mamie Zaza lui avait répété toute son enfance ! Virginie Nuyen met en avant également la toxicité que peuvent apporter certaines relations de travail lorsqu’une personne se met au service de l’autre et s’oublie. Ce roman déjanté oscillant entre réalité et fantastique, satire d’une certaine classe sociale, d’un autre monde, se révèle beaucoup moins léger qu’il n’y paraît. Il se lit d’un trait ! J’étais, au départ, pas très emballée pour découvrir ce livre dont le thème récurrent est la viande dont il est fortement conseillé de diminuer la consommation pour l’avenir de notre planète. Mais le thème est en fait celui de la consommation en général et je n’ai pu qu’être gagnée par une certaine empathie vis-à-vis de cette vache Anastasia aux attitudes souvent très humaines. Un grand merci à NIL édition et Lecteurs.com grâce à qui j’ai découvert ce roman très distrayant dans le cadre des Explorateurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cassy Posté le 1 Août 2019
    Donovan S. est LE boucher de luxe par excellence. Il sublime la viande, envoûte ses clients fortunés et est encensé par la critique. Il faut dire que s’il ne vend pas de lunettes à un aveugle, il vend de la viande à un végétarien ! Nous suivons donc Elena, une cliente conquise qui va rapidement se voir offrir un poste aux côtés du boucher de stars. Donovan S. voit les choses en grand et compte bien conquérir le monde (rien que ça !). Ce titre est un roman satirique drôle et loufoque qui vous fera certainement réfléchir le luxe et nos modes de consommation !
  • belaval Posté le 1 Juillet 2019
    Je n'aurais pas choisi ce livre mais il m'a été envoyé par le cercle livresque. Je l'ai lu d'une traite en deux heures; c'est amusant surtout l'histoire de la vache Anastasia qui finit par danser la samba et se prendre pour une star, jalouse de celle qui n'aime que la viande de mouton Philibert. C'est plein d'humour mais dénonce aussi le monde du luxe. C'est un premier roman; une sorte d'ovni ou olni
  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 4 Mai 2019
    Un roman complètement déjanté. Un livre qui se moque allégrement de l'industrie du luxe, de la société de consommation et de la starification ? Je suis super cliente ! C'est un roman très second degré et drôlissime que nous propose Virginie Nuyen. Une lecture légère en apparence mais qui est une superbe critique satirique de notre société. Donovan S. est boucher. Non maître boucher, gourou, star... Aaaah Donovan... Sa boutique n'est pas celle que tu as au coin de la rue, non non non. Donovan S. tient une boutique classe, de belles couleurs élégantes, des lettres sophistiquées. Sa viande est emballée dans un joli papier de soie, raccord avec la couleur de la bête s'il te plaît, puis déposée dans un écrin noir. Parce que, voyez-vous, la viande de Donovan, quand tu y as goûtée, tu ne peux plus t'en passer, tu es accro et toutes les autres viandes sont bien fades. Pour pouvoir avoir ton petit steak, tu vas devoir patienter quelques mois mais, quand enfin ton tour viendra, tu verras le maître à l’œuvre, car la découpe c'est tout un cérémonial. Ils sont tous fous de Donovan et sa viande alors le maître décide de faire profiter le monde entier de ses délices. Ils ne peuvent plus... Un roman complètement déjanté. Un livre qui se moque allégrement de l'industrie du luxe, de la société de consommation et de la starification ? Je suis super cliente ! C'est un roman très second degré et drôlissime que nous propose Virginie Nuyen. Une lecture légère en apparence mais qui est une superbe critique satirique de notre société. Donovan S. est boucher. Non maître boucher, gourou, star... Aaaah Donovan... Sa boutique n'est pas celle que tu as au coin de la rue, non non non. Donovan S. tient une boutique classe, de belles couleurs élégantes, des lettres sophistiquées. Sa viande est emballée dans un joli papier de soie, raccord avec la couleur de la bête s'il te plaît, puis déposée dans un écrin noir. Parce que, voyez-vous, la viande de Donovan, quand tu y as goûtée, tu ne peux plus t'en passer, tu es accro et toutes les autres viandes sont bien fades. Pour pouvoir avoir ton petit steak, tu vas devoir patienter quelques mois mais, quand enfin ton tour viendra, tu verras le maître à l’œuvre, car la découpe c'est tout un cérémonial. Ils sont tous fous de Donovan et sa viande alors le maître décide de faire profiter le monde entier de ses délices. Ils ne peuvent plus être réservés à l'élite parisienne. Donovan part donc à la conquête du monde. Je me suis régalée avec ce roman. La plume de Virginie Nuyen est un bonheur d'intelligence et d'espièglerie. L'industrie du luxe, elle connaît. Tous ces personnages prenant le melon, je suppose qu'elle les a croisés. C'est un roman un peu dingue qui décrit un monde qui l'est tout autant, les précieux ridicules en somme. Il m'a fait penser aux livres de David Safier. En tout cas je ne pourrai plus jamais voir une couverture des 4 accords toltèques sans me marrer. Un très bon moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !

Lisez maintenant, tout de suite !