Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221247006
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 1 x 215 mm

Louis veut partir

Date de parution : 20/08/2020
Rentrée littéraire 2020.
La neige recouvre tout mais pas les images. Pascal voudrait s’ouvrir la tête pour les prendre à mains nues et les jeter dans la Semoy, qu’elles s’enfoncent dans la vase, dans les algues vertes et gelées de la rivière. Il se dit que c’est peut-être ça que Louis a cherché à faire. Il a cherché à tout éteindre. À faire un noir. À fuir.

Pascal, ouvrier dans une petite ville des Ardennes françaises, a toujours été fier de son fils Louis, un garçon calme et bon élève qui passe son temps dans les livres. Une passion presque obsessionnelle pour la littérature qui surprend dans leur entourage modeste. Tous deux mènent une vie tranquille, faite...

Pascal, ouvrier dans une petite ville des Ardennes françaises, a toujours été fier de son fils Louis, un garçon calme et bon élève qui passe son temps dans les livres. Une passion presque obsessionnelle pour la littérature qui surprend dans leur entourage modeste. Tous deux mènent une vie tranquille, faite de silences complices. C’est du moins ce que pense Pascal jusqu’à ce que Louis soit retrouvé mort à la confluence de la Meuse et de la Semoy, où il a décidé de mettre fin à ses jours. Pourquoi un tel geste ? Que s’est-il passé ? Abasourdi et accablé, Pascal va peu à peu découvrir la vérité. Et bientôt, une évidence : son fils était pour lui un parfait inconnu.
Premier roman incisif et sensible, Louis veut partir dissèque une relation manquée entre un père et son fils. Il fait saillir l’absence tragique de communication au sein d’une famille et le caractère implacable du déterminisme social.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221247006
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Annette55 Posté le 10 Novembre 2020
    «  La neige recouvre tout mais pas les images . Pascal voudrait s’ouvrir la tête pour les prendre à mains nues et les jeter dans la Semoy, qu’elles s’enfoncent dans la vase ainsi que dans les algues vertes et gelées de la rivière. Il se dit que c’est peut- être ça que Louis a cherché à faire . Il a cherché à tout éteindre . À faire un noir. À FUIR. » Extrait de ce premier roman sensible, incisif et dérangeant . Un roman d’affection paternelle qui dissèque une relation manquée entre un père et un fils. Connait- on vraiment ceux avec qui l’on vit? Connaissons - nous vraiment nos enfants? Pascal est ouvrier dans une petite ville des Ardennes où tout le monde se connaît . Il a élevé seul son fils Louis , sa femme Nathalie les a quittés , ne se sentant pas capable de se consacrer à eux, il y a très longtemps déjà. Très fier de son fils, taiseux, secret , très bon élève , calme et discret qui passe son temps dans les livres ——une passion exclusive qui surprend dans ce milieu modeste,——Pascal et Louis mènent une vie tranquille , faite de silences complices .... «  La neige recouvre tout mais pas les images . Pascal voudrait s’ouvrir la tête pour les prendre à mains nues et les jeter dans la Semoy, qu’elles s’enfoncent dans la vase ainsi que dans les algues vertes et gelées de la rivière. Il se dit que c’est peut- être ça que Louis a cherché à faire . Il a cherché à tout éteindre . À faire un noir. À FUIR. » Extrait de ce premier roman sensible, incisif et dérangeant . Un roman d’affection paternelle qui dissèque une relation manquée entre un père et un fils. Connait- on vraiment ceux avec qui l’on vit? Connaissons - nous vraiment nos enfants? Pascal est ouvrier dans une petite ville des Ardennes où tout le monde se connaît . Il a élevé seul son fils Louis , sa femme Nathalie les a quittés , ne se sentant pas capable de se consacrer à eux, il y a très longtemps déjà. Très fier de son fils, taiseux, secret , très bon élève , calme et discret qui passe son temps dans les livres ——une passion exclusive qui surprend dans ce milieu modeste,——Pascal et Louis mènent une vie tranquille , faite de silences complices . C’est du moins ce que pense Pascal jusqu’à ce que Louis soit retrouvé mort à la confluence de la Meuse et de la Semoy, où il a décidé de mettre fin à ses jours. Pourquoi un tel geste? Pascal a besoin de réponses . Au fil des chapitres, le père, abasourdi , accablé, se rend compte naïvement , avec douleur et tendresse que son fils , pour lui était un parfait inconnu . À travers les rencontres avec Adrien, Sylvie , Brandon, Vincent et Josselin qui l’ont entouré, Pascal découvre avec stupeur la vie secrète de Louis, ses attentes, ses rêves , ses espoirs , ses amours, ses sorties cachées , ses souffrances , ses non- dits ...... J’ai aimé la naïveté de ce père qui se culpabilise , de n’avoir rien vu, sauf en Louis «  Un grand enfant » , un être multiple et éphémère, absent , trompeur , fragmenté ..... L’auteur aborde l’homosexualité, les sites éphémères de rencontre , les réseaux sociaux , la drogue , le porno amateur , le VIH .... Un livre bouleversant d’authenticité , sincère, rude sur la résilience , à la langue vive, parfois crue qui soulève des questions , sorte de reflet vrai de notre société où tout est médiatisé et où plus personne ne se parle vraiment ! Ce roman contemporain décrit cruellement , une vérité nue. : L’INCOMMUNICABILITÉ entre les êtres , à notre époque ——un paradoxe flagrant —— La difficulté à exister lorsqu’on est issu d’un milieu défavorisé ——-Peut- on échapper au caractère implacable du déterminisme social ? —— Ce récit aurait pu être mièvre , il ne l’est pas , il pourrait être lu par tous les parents ayant du mal à communiquer avec leur enfant ! L’auteur , issu d’un quartier populaire de la banlieue parisienne , originaire des Ardennes , normalien de vingt - quatre ans vit et travaille à Paris . Chez Robert Laffont.
    Lire la suite
    En lire moins
  • 94sophie947708 Posté le 5 Novembre 2020
    Un roman émouvant, touchant, doux et pudique. En effet, Pascal, découvre la mort de son fils Louis, qui s'est suicidé par des médicaments. Avec l'horreur de cet évênement, Pascal, découvre également toute la vie cachée de Louis : sa vie. Car, il y a deux facettes de chacun, ce qu'on veut montrer à nos proches, et ce que l'on cache, pour les protéger. C'est en remontant le fil de ses connaissances, de ses rencontres, que Pascal, apprend à connaître son fils, ses sentiments, ses souffrances, face au déterminisme social, aux non-dits, au manque de communication, entre le père et le fils, malgré une très grande tendresse. Il y découvre que c'est difficile de parler, de se confier, à ses proches, quand on parle de l'intime, que la souffrance est difficile à faire comprendre, car bien souvent, non visible physiquement. Ce n'est pas une histoire triste, mais douce et empreinte de grande tendresse envers un fils aimé. Pour ce premier roman, l'auteur nous confie, un bijou de lecture, en abordant des thèmes douloureux comme le deuil, l'homosexualité, la filiation, l'impact de la société, les tabous , avec délicatesse et finesse. Un auteur prometteur que je vais suivre.
  • HQL Posté le 12 Octobre 2020
    C’est étonnant comme parfois, une couverture réussit à parler d’un livre sans en dire beaucoup. La première fois que mon regard s’est posé sur celle de Louis veut partir, que j’ai scruté l’image de ce jeune homme se laissant porter par l’eau de ce que j’imaginais être un lac en forêt, et que j’ai relu le titre, je me suis dit « ça doit parler du suicide d’un jeune homo » . C’est en lisant la quatrième de couverture que je me suis dit que j’avais vu juste, et qu’il fallait que je sollicite ce titre à l’éditeur parmi ma sélection de la rentrée littéraire. On apprend dans les premières pages (mais c’est aussi écrit dans le résumé de l’éditeur, ne me jetez pas la pierre) que Louis s’est suicidé. Ce gamin d’à peine dix-huit ans a été retrouvé flottant dans un cours d’eau, la main crispée sur une boîte de médicaments, et lorsque son père arrive sur les lieux après un appel de la gendarmerie, la douleur laisse place à l’incompréhension. C’est qu’il a fait ce qu’il a pu, Pascal, pour élever son gamin tout seul. Avec sa vie d’ouvrier dans un village des Ardennes, il a fallu faire avec... C’est étonnant comme parfois, une couverture réussit à parler d’un livre sans en dire beaucoup. La première fois que mon regard s’est posé sur celle de Louis veut partir, que j’ai scruté l’image de ce jeune homme se laissant porter par l’eau de ce que j’imaginais être un lac en forêt, et que j’ai relu le titre, je me suis dit « ça doit parler du suicide d’un jeune homo » . C’est en lisant la quatrième de couverture que je me suis dit que j’avais vu juste, et qu’il fallait que je sollicite ce titre à l’éditeur parmi ma sélection de la rentrée littéraire. On apprend dans les premières pages (mais c’est aussi écrit dans le résumé de l’éditeur, ne me jetez pas la pierre) que Louis s’est suicidé. Ce gamin d’à peine dix-huit ans a été retrouvé flottant dans un cours d’eau, la main crispée sur une boîte de médicaments, et lorsque son père arrive sur les lieux après un appel de la gendarmerie, la douleur laisse place à l’incompréhension. C’est qu’il a fait ce qu’il a pu, Pascal, pour élever son gamin tout seul. Avec sa vie d’ouvrier dans un village des Ardennes, il a fallu faire avec l’absence de la mère, et trouver un équilibre avec son fils. Louis, c’était un taiseux, un mystère qui passait sa vie à dévorer des livres, semblait toujours heureux d’un rien, ne demandait pas grand chose et évitait de se plaindre. Entre eux, une douce harmonie dans une vie sans fioritures, jusqu’au drame, qui laisse plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Alors Pascal va chercher à comprendre, et quand après les obsèques il consultera le téléphone portable de son fils qui émet tout un tas de bruits, il commencera à détricoter la vie de celui qu’il ne connaissait en réalité absolument pas. J’ai beaucoup aimé cette lecture, bien qu’elle soit relativement courte, parce que je trouvais ça original d’avoir le point de vue du père, celui qui reste, et pas simplement le récit misérabiliste du gosse qui se serait morfondu sur sa triste vie et ses espoirs fragiles d’un avenir meilleur. À plusieurs moments, j’ai même pensé, « qu’est-ce que mon père découvrirait de moi s’il venait à devoir nettoyer les dernières traces de ma vie ? » . Pourtant, si le récit est très bien écrit, sans forcer le trait, sans pathos, j’ai à certains moments trouvé que c’était un peu trop gros. Alors oui on peut certainement vivre avec un gamin discret qui ne dit rien de sa vie, mais là chapitre après chapitre, on en découvrait des vertes et des pas mures, et je me suis demandé ce qu’il pourrait nous trouver de plus gros encore au chapitre suivant. Un premier roman prometteur que je vous conseille de lire, et un auteur que j’espère retrouver prochainement en librairie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MagicMoa Posté le 11 Octobre 2020
    Un père ouvrier est confronté au versant caché de la vie d'un fils dont il ignore tous les rouages : l'homosexualité, les sites de rencontres, la drogue, Ie porno amateur. Dans la relation parents-enfants, il y a beaucoup de choses non dites dans une intimité qui compte plus que tout. Et que le père aille se confronter à ces choses qu'il ne connaît pas, voilà du courage ! Un livre qui parle d’une réalité que certains parents vivent. Un reflet de notre société dans laquelle tout est médiatisée et où plus personne ne se parle vraiment.
  • MarieIsano Posté le 10 Octobre 2020
    Dans ce premier roman, David Fortems explore la part d'inconnu qui se cache au-delà des apparences. Le lecteur suit Pascal, qui élève seul son fils, Louis, jeune homme brillant et discret. Mais tout s'écroule quand Louis est retrouvé mort. Pascal, qui pensait son fils heureux, va devoir remettre en question ses certitudes puisque Louis s'est suicidé. Et le récit ressemble à une course folle contre le temps pour connaitre réellement Louis avant qu'il ne parte définitivement, avant que les souvenirs ne s'enfuient. Chaque chapitre dévoile une nouvelle facette du fils qui n'etait pas si lisse, pas si heureux. Ce premier roman questionne : Connait-on vraiment ceux que nous côtoyons chaque jour ? Laissons-nous, à nos proches, le temps, une oreille attentive, un esprit ouvert qui leurs permettent de se dévoiler sincèrement ? Un premier roman tout en justesse qui évite les clichés et les résolutions attendues. Il n'a manqué, pour une 5ème étoile, qu'un brin d'émotion : cette émotion qui vous compresse le coeur en pleine lecture. Un peu trop de retenu pour moi à certains moments du récit, mais une belle écriture qui laisse espérer de bons romans en perspective.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire : 12 premiers romans prometteurs à ne pas manquer

    Qui dit rentrée littéraire dit forcément premiers romans. Cette année, 12 primo-romanciers et romancières sont à l'honneur chez nos éditeurs. David Fortems, Capucine Delattre, Elizabeth Wetmore ou encore Damian Barr... retenez bien leurs noms, de belles et grandes découvertes vous attendent. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : partez à la découverte de nos romans français

    Plus que jamais, la rentrée littéraire 2020 est l'occasion de célébrer ensemble le plaisir de la lecture. Côté domaine français, nos éditeurs ont retenu 20 romans, autant de pépites qui invitent à l'évasion et au questionnement. Auteurs confirmés et primo romanciers se croisent et se rejoignent pour vous raconter des histoires singulières et inoubliables. Bonne(s) découverte(s) !

    Lire l'article