Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258143715
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Madame Einstein

Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
Date de parution : 08/02/2018
L'autre génie
Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l’époque pour vivre sa passion de la science. À l’Institut polytechnique, cette étrangère affublée d’une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion.... Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l’époque pour vivre sa passion de la science. À l’Institut polytechnique, cette étrangère affublée d’une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion. C’est Albert Einstein. Les deux parias tombent aussitôt amoureux. Et élaborent ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ? De drames domestiques en humiliations conjugales, Mileva apprend la dure réalité du mariage, passé les premières ferveurs de l’amour.

Dans un récit à la première personne aux poignants accents de vérité, Marie Benedict rend hommage à l’une des femmes les plus bafouées de l’histoire du xxe siècle, dont la contribution à la théorie de la relativité a donné lieu à un virulent débat, et brosse un portrait nuancé – mais toujours documenté – de celui qui reçut à lui seul tous les honneurs.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258143715
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Marie Benedict revisite le triste destin de l'épouse d'Einstein, génie réduit au silence de la vie de famille."
 
Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Saiwhisper Posté le 9 Mars 2020
    J’ai découvert ce titre grâce au club des lecteurs de ma bibliothèque : Bountynette nous l’a présenté en nous expliquant qu’Albert Einstein avait épousé une femme aussi intelligente que lui, voire davantage dans certaines matières comme les mathématiques… Mais qu’étrangement, on n’avait pas entendu parler d’elle. Or, c’est tout à fait vrai ! Hélas, le physicien théoricien a véritablement fait de l’ombre à sa compagne. Pire : il s’est comporté comme un goujat ou un escroc en s’attribuant son travail à plusieurs reprises !… Je savais que derrière ce grand esprit se dissimulait une personne aux agissements douteux (ne serait-ce qu’entretenir une relation avec sa cousine…) cependant, je ne l’imaginais pas aussi égocentrique, cruel, lunatique, égoïste, volage et peu conventionnel ! Ce fut une véritable douche froide. Dans ce contexte historique où le « sexe faible » n’a pas sa place dans les carrières scientifiques et doit généralement être contraint de devenir femme au foyer, j’ai fait la rencontre de Mileva Maric. J’ai été véritablement touchée par cette physicienne serbe brillante, travailleuse, déterminée et rêveuse qui, malgré les déceptions infligées par celui qu’elle aime, n’a cessé de garder la tête haute. Elle a reçu toute mon admiration, d’abord en... J’ai découvert ce titre grâce au club des lecteurs de ma bibliothèque : Bountynette nous l’a présenté en nous expliquant qu’Albert Einstein avait épousé une femme aussi intelligente que lui, voire davantage dans certaines matières comme les mathématiques… Mais qu’étrangement, on n’avait pas entendu parler d’elle. Or, c’est tout à fait vrai ! Hélas, le physicien théoricien a véritablement fait de l’ombre à sa compagne. Pire : il s’est comporté comme un goujat ou un escroc en s’attribuant son travail à plusieurs reprises !… Je savais que derrière ce grand esprit se dissimulait une personne aux agissements douteux (ne serait-ce qu’entretenir une relation avec sa cousine…) cependant, je ne l’imaginais pas aussi égocentrique, cruel, lunatique, égoïste, volage et peu conventionnel ! Ce fut une véritable douche froide. Dans ce contexte historique où le « sexe faible » n’a pas sa place dans les carrières scientifiques et doit généralement être contraint de devenir femme au foyer, j’ai fait la rencontre de Mileva Maric. J’ai été véritablement touchée par cette physicienne serbe brillante, travailleuse, déterminée et rêveuse qui, malgré les déceptions infligées par celui qu’elle aime, n’a cessé de garder la tête haute. Elle a reçu toute mon admiration, d’abord en tant que Femme, mais également en tant que Mère. Ce qu’elle a traversé est bouleversant ! À plusieurs reprises, elle a su encaisser des propos difficiles, des actes d’une trahison sans nom et des passages difficiles. À sa place, j’ignore si j’aurais été capable d’aller aussi loin par amour… Surtout après autant de désillusions ! Rien que le passage avec Lieserl m’a remué les tripes ! Je n’aurais jamais pardonné… Dans cette biographie, Marie Benedict brosse un portrait peu flatteur, mais ô combien réaliste d’Einstein, ce génie révolutionnaire qui a eu un comportement plus que discutable avec ses proches et plus particulièrement avec sa « Madame Einstein » ! Certes, le contenu est romancé toutefois, l’Histoire est avérée et respectée dans ses grandes lignes… En tant que Femme, j’ai été scandalisée et furieuse face au comportement qu’il a eu vis-à-vis de son épouse. Certes, dans le contexte historique, il était légitime qu’une Femme veille aux besoins de son mari, mais cela n’en demeure pas moins révoltant… Ainsi, « Madame Einstein » fut une lecture intéressante qui ne laisse pas insensible. On notera néanmoins quelques petits défauts : certains passages scientifiques peuvent paraître indigestes ou trop complexes (pour ma part, j’ai lu en diagonale certaines explications scientifiques). Cela dit, cela n’a pas entravé mon ressenti général, puisque j’ai été ravie de découvrir ce personnage malheureusement méconnu qui mérite d’être mis en lumière, non seulement pour son travail, mais aussi pour ses valeurs humaines. Je recommande cet ouvrage à ceux qui cherchent un roman documenté et fluide, s’inspirant de faits réels et mettant en avant une féministe de son époque…
    Lire la suite
    En lire moins
  • RLSblog Posté le 7 Mars 2020
    Madame Einstein revient sur le destin aussi oublié que bafoué de Mileva Maric, première épouse du célèbre Albert Einstein. Derrière la figure du grand physicien, deux fois prix Nobel et professeur de l’Université de Princeton, se cache la scientifique Mileva Maric. Cette biographie romancée explique la complexité d’un destin de femme à l’orée du XXème siècle. Tout particulièrement d’une jeune femme serbe qui souhaite faire des études de physique. La Serbie, alors province de l’Empire austro-hongrois et qui cherche à obtenir son indépendance, demeure un pays reculé aux idées patriarcales. Les femmes sont bonnes à rester au foyer et à s’occuper des enfants. Dès son plus jeune âge, l’infirmité de Mileva (une claudication qu’elle subit toute sa vie) et son intelligence incitent ses parents à envisager un autre avenir que celui des jeunes filles dites normales. Son père la pousse vers la science et c’est avec passion que Mileva étudie la physique et les mathématiques. Cette vocation la mène à l’école polytechnique de Zurich où elle est la seule femme à suivre ce cursus. C’est là-bas qu’elle rencontre Albert Einstein. D’abord hostile à l’idée d’entretenir une relation qui pourrait mettre à mal ses projets universitaires et professionnels (devenir professeur), Mileva... Madame Einstein revient sur le destin aussi oublié que bafoué de Mileva Maric, première épouse du célèbre Albert Einstein. Derrière la figure du grand physicien, deux fois prix Nobel et professeur de l’Université de Princeton, se cache la scientifique Mileva Maric. Cette biographie romancée explique la complexité d’un destin de femme à l’orée du XXème siècle. Tout particulièrement d’une jeune femme serbe qui souhaite faire des études de physique. La Serbie, alors province de l’Empire austro-hongrois et qui cherche à obtenir son indépendance, demeure un pays reculé aux idées patriarcales. Les femmes sont bonnes à rester au foyer et à s’occuper des enfants. Dès son plus jeune âge, l’infirmité de Mileva (une claudication qu’elle subit toute sa vie) et son intelligence incitent ses parents à envisager un autre avenir que celui des jeunes filles dites normales. Son père la pousse vers la science et c’est avec passion que Mileva étudie la physique et les mathématiques. Cette vocation la mène à l’école polytechnique de Zurich où elle est la seule femme à suivre ce cursus. C’est là-bas qu’elle rencontre Albert Einstein. D’abord hostile à l’idée d’entretenir une relation qui pourrait mettre à mal ses projets universitaires et professionnels (devenir professeur), Mileva finit par se laisser tomber dans les bras du jeune physicien bohème. Toutefois, elle prend peu à peu conscience que son épanouissement sentimental l’empêchera de se réaliser professionnellement. La vie de Mileva montre à quel point c’était toujours les femmes qui devaient faire les choix. Avoir un mari était synonyme de perte d’indépendance. Avoir un enfant clouait davantage la femme au foyer familial. Mileva pâtit de cette situation et qui n’a commencé à changer qu’après la Seconde Guerre Mondiale. Cependant, elle aurait peut-être réussi à se réaliser si elle avait épousé un autre homme qu’Einstein. Dépeint dans le roman comme un être égoïste et solitaire, Albert s’est approprié les découvertes qu’il avait menées de front avec Mileva, l’écartant complètement des grandes avancées scientifiques qui lui sont attribuées. Ce n’est que récemment, depuis qu’on a retrouvé leur correspondance, que des doutes ont émergé pour reconsidérer la place de Mileva dans l’élaboration des théories d’Einstein. Marie Benedict prend le parti selon lequel Mileva serait à l’origine de la théorie de la relativité restreinte, celle pour laquelle Einstein a reçu un prix Nobel en 1905. La prise de position de l’autrice est féministe et défend une hypothèse possible étant donné que nous ne savons pas ce qu’il en retourne véritablement. J’ai adoré ce roman. Mileva est un personnage fort au caractère de feu. Albert est un superbe anti-héros. Il nous apparait d’abord ridicule avec ses idées bohèmes puis de plus en plus antipathique au fur et à mesure que sa relation avec Mileva se poursuit. L’écriture, enfin, est addictive. Une belle histoire, des personnages charismatiques et une belle plume : la recette parfaite pour un roman vite dévoré ! Plus de chroniques littéraires sur :
    Lire la suite
    En lire moins
  • Francedewepion Posté le 3 Janvier 2020
    Avant ce livre, je ne connaissais pas Milena Maric. Quelle découverte même si j'ai conscience que c'est un roman. Toutes les précautions oratoires de l'auteure à la fin du récit nous permettent cependant de se faire une idée de cette scientifique qui aurait pu être la Marie Curie de la physique et de la mathématique. Einstein me déçoit énormément . Je le citais volontiers l'an passé lorsque j'ai accepté ma mise à la retraite d'office dans la fonction publique belge ! Je faisais mienne cette citation : "Ne fais rien contre ta conscience même si c'est l'Etat qui te le demande". Evidemment ce fut un grand scientifique, je ne le nie pas. Mais quel goujat ! J'ai été captivée par ce roman ! L'auteure décrit finement le côté psychologique et (in-)humain des protagonistes; de même que la société de l'époque. Et je suis même arrivée à le faire lire à l'une de mes filles qui habituellement ne lit pas de roman. Elle est ingénieur civil-architecte , et au long de ses études à l'Université elle a étudié de la physique et de la mathématique, elle a donc "accroché" très rapidement!
  • cvd64 Posté le 22 Décembre 2019
    l'histoire d'une femme hors norme à une époque où il était compliqué de faire des études, voyager, être libre de ses choix racontée par une autre femme. Peu de nouveaux éléments si on est intéressé voir passionné par Einstein (l'auteure le dit elle-même elle ne connaissait pas ce pan de la vie d'Albert Einstein) ce qui n'enlève rien au parcours de la future Mme Einstein ; ce roman permet de redécouvrir la femme, la muse voire plus qu'était Dollie pour Johnny à savoir Mileva pour Albert .
  • Sicily Posté le 11 Décembre 2019
    Très belle lecture. Ce roman m'a permis de découvrir la femme du scientifique Albert Einstein. L'attitude méprisante de cet homme m'a amenée à chercher si toute cette histoire était vraie. Évidemment c'est romancé, mais il semble que la contribution de cette brillante femme aux découvertes d'Einstein a été largement ignorée et minimisée. Ça m'a scandalisée. En tout cas je suis ravie d'avoir lu ce livre qui la réhabilite enfin!
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.