Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258143715
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Madame Einstein

Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
Date de parution : 08/02/2018
L'autre génie
Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l’époque pour vivre sa passion de la science. À l’Institut polytechnique, cette étrangère affublée d’une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion.... Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l’époque pour vivre sa passion de la science. À l’Institut polytechnique, cette étrangère affublée d’une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion. C’est Albert Einstein. Les deux parias tombent aussitôt amoureux. Et élaborent ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ? De drames domestiques en humiliations conjugales, Mileva apprend la dure réalité du mariage, passé les premières ferveurs de l’amour.

Dans un récit à la première personne aux poignants accents de vérité, Marie Benedict rend hommage à l’une des femmes les plus bafouées de l’histoire du xxe siècle, dont la contribution à la théorie de la relativité a donné lieu à un virulent débat, et brosse un portrait nuancé – mais toujours documenté – de celui qui reçut à lui seul tous les honneurs.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258143715
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Marie Benedict revisite le triste destin de l'épouse d'Einstein, génie réduit au silence de la vie de famille."
 
Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Darjeelingdo Posté le 13 Mai 2020
    Un bel hommage aux « femmes de l'ombre » que cette biographie romancée de la première femme d'Albert Einstein, Mileva Maric. Physicienne et mathématicienne brillante, elle rencontre Albert à l'Institut polytechnique de Zurich, ce qui, en cette fin du XIXe siècle, est une prouesse pour une femme, d'origine serbo croate de surcroît ( les slaves d'Europe de l'Est ne sont pas forcément les bienvenus). Cette rencontre va changer définitivement sa vie et son rêve de devenir l'une des très rares femmes professeurs de physique en Europe. Quel a été réellement le rôle de Mileva dans la découverte de la théorie de la relativité et plus généralement dans le travail de son mari ? Marie Benedict , s'appuyant sur les correspondances échangées entre les deux époux, le présente comme essentiel, Mileva en ayant notamment assuré toute la partie mathématique et même l'écriture. En admettant même que ce soit exagéré, il reste que le nom de Mileva n'est jamais apparu sur les travaux publiés par son mari et qu'il n'aura rien fait pour la faire connaître et lui faire partager la reconnaissance de ses pairs. Si l'on ajoute à cela, sa conduite assez lamentable en tant que mari, on peut dire que l'image du génie en... Un bel hommage aux « femmes de l'ombre » que cette biographie romancée de la première femme d'Albert Einstein, Mileva Maric. Physicienne et mathématicienne brillante, elle rencontre Albert à l'Institut polytechnique de Zurich, ce qui, en cette fin du XIXe siècle, est une prouesse pour une femme, d'origine serbo croate de surcroît ( les slaves d'Europe de l'Est ne sont pas forcément les bienvenus). Cette rencontre va changer définitivement sa vie et son rêve de devenir l'une des très rares femmes professeurs de physique en Europe. Quel a été réellement le rôle de Mileva dans la découverte de la théorie de la relativité et plus généralement dans le travail de son mari ? Marie Benedict , s'appuyant sur les correspondances échangées entre les deux époux, le présente comme essentiel, Mileva en ayant notamment assuré toute la partie mathématique et même l'écriture. En admettant même que ce soit exagéré, il reste que le nom de Mileva n'est jamais apparu sur les travaux publiés par son mari et qu'il n'aura rien fait pour la faire connaître et lui faire partager la reconnaissance de ses pairs. Si l'on ajoute à cela, sa conduite assez lamentable en tant que mari, on peut dire que l'image du génie en prend un sacré coup ! Un livre qui redonne donc à Madame Mileva Maric Einstein la visibilité que ce cher Albert lui a refusé et qui rappelle opportunément , comme le rappelle la 4e de couverture , qu' « il n'y a pas de place pour deux génies dans un même foyer » et qu'hélas ce sont presque toujours les femmes qui cèdent la place !
    Lire la suite
    En lire moins
  • TheReadingBee Posté le 9 Mai 2020
    Une biographie romancée reçue dans ma Kube. Une histoire qui, si elle est aussi proche de la vérité qu'elle semble l'être, décrit l'enfer qu'à vécu Mileva Maric. Tout à tour : brillante élève moquée et rejetée par les autres enfants, excellente étudiante, amie fidèle et amoureuse éperdue, jeune fille enceinte à l'honneur bafoué, mère en deuil, scientifique dénigrée et évincée, épouse soumise, humiliée, maltraitée, effacée, rejetée... Ce n'est pas un conte de fée qu'a vécu Mileva Maric et ses contributions aux théories d'Albert Einstein sont destinées à rester dans l'ombre, tout comme elle l'a été la majorité de son existence. Ce roman est bouleversant à bien des égards. En tant que femme, mère, épouse et travailleuse il est impossible de rester de marbre au cours de cette lecture, c'est révoltant. L'auteure comble les lacunes historiques d'une façon extrêmement réaliste en usant de psychologie tant dans sa description des dialogues que dans celle des personnages. C'est un travail magnifique et son écriture est addictive. On sait que ça va mal finir mais on ne peut s'empêcher d'espérer... Albert Einstein est dépeint comme un parfait égoïste, égocentrique voire même un pervers narcissique. Il semble se nourrir de son épouse, jusqu'à la déposséder de... Une biographie romancée reçue dans ma Kube. Une histoire qui, si elle est aussi proche de la vérité qu'elle semble l'être, décrit l'enfer qu'à vécu Mileva Maric. Tout à tour : brillante élève moquée et rejetée par les autres enfants, excellente étudiante, amie fidèle et amoureuse éperdue, jeune fille enceinte à l'honneur bafoué, mère en deuil, scientifique dénigrée et évincée, épouse soumise, humiliée, maltraitée, effacée, rejetée... Ce n'est pas un conte de fée qu'a vécu Mileva Maric et ses contributions aux théories d'Albert Einstein sont destinées à rester dans l'ombre, tout comme elle l'a été la majorité de son existence. Ce roman est bouleversant à bien des égards. En tant que femme, mère, épouse et travailleuse il est impossible de rester de marbre au cours de cette lecture, c'est révoltant. L'auteure comble les lacunes historiques d'une façon extrêmement réaliste en usant de psychologie tant dans sa description des dialogues que dans celle des personnages. C'est un travail magnifique et son écriture est addictive. On sait que ça va mal finir mais on ne peut s'empêcher d'espérer... Albert Einstein est dépeint comme un parfait égoïste, égocentrique voire même un pervers narcissique. Il semble se nourrir de son épouse, jusqu'à la déposséder de tout ce qui fait sa personnalité. C'est un portrait peu flatteur de ce détenteur du Nobel qui est dressé ici. Et il semble tellement probable...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Verodc76 Posté le 30 Avril 2020
    Mileva Maric est une jeune fille brillante, destinée aux études depuis toute jeune, ses parents y voyant son avenir à défaut de se marier vu sa claudication. Elle rencontre alors M. Einstein, avec qui elle étudie et élabore des théories. Ils flirtent, et Mileva tombe enceinte. Elle découvre alors la facette plus sombre d’Albert. Cet ouvrage dénonce la position des femmes à l’époque, et nous fait découvrir un Albert Einstein pas tout rose, qui dénigre sa femme et s’approprie seul ses trouvailles, Mileva s’efface petit à petit et atterrit dans la vie qu’elle n’a jamais souhaité, celle d’épouse et mère corvéable à merci. Malgré quelques longueurs, ce roman se laisse lire de manière très fluide
  • Livresenchantsthes Posté le 31 Mars 2020
    Madame Einstein et Monsieur Einstein étaient tous les deux musiciens, aussi. Mais c'est madame Einstein qui a toujours dû composer !
  • lyoko Posté le 31 Mars 2020
    Derrière chaque grand homme se cache une femme. Ce roman confirme cet adage. J'ai littéralement été envoûtée par l'écriture de l'auteure qui est simple et addictive. Et puis il faut reconnaître que le personnage principal a tout pour lui, une femme intelligente , boiteuse et Serbe de surcroit. Jj'ai toujours eu beaucoup d'affection pour ce grand homme qu'était Einstein (et pourtant il m'en a fait bavé ). Mais sans doute le côté médiatisé de l'homme ( qui n'a jamais vu ces fameuse photos ou il tire la langue ?) a aidé a le rendre sympathique. Je ne sais pas si ce roman remet l'homme qu'était Einstein a sa véritable place, mais il faut reconnaître que de très sympathique au début du roman, il l'est beaucoup moins à la fin. Ce roman est un véritable hommages aux femmes, une leçon de vie aussi. Beaucoup dans ce roman sont des parties inventées, ou la spéculation sur les évènements à une place importante. Rien ne prouve que les choses se sont passées de cette façon, rien ne prouve que Einstein était cet homme que Marie Benedict décrit avec brio.. mais qui sait... Car en fait tellement se sont cachés derrière le politiquement correct, derrière l'image... Derrière chaque grand homme se cache une femme. Ce roman confirme cet adage. J'ai littéralement été envoûtée par l'écriture de l'auteure qui est simple et addictive. Et puis il faut reconnaître que le personnage principal a tout pour lui, une femme intelligente , boiteuse et Serbe de surcroit. Jj'ai toujours eu beaucoup d'affection pour ce grand homme qu'était Einstein (et pourtant il m'en a fait bavé ). Mais sans doute le côté médiatisé de l'homme ( qui n'a jamais vu ces fameuse photos ou il tire la langue ?) a aidé a le rendre sympathique. Je ne sais pas si ce roman remet l'homme qu'était Einstein a sa véritable place, mais il faut reconnaître que de très sympathique au début du roman, il l'est beaucoup moins à la fin. Ce roman est un véritable hommages aux femmes, une leçon de vie aussi. Beaucoup dans ce roman sont des parties inventées, ou la spéculation sur les évènements à une place importante. Rien ne prouve que les choses se sont passées de cette façon, rien ne prouve que Einstein était cet homme que Marie Benedict décrit avec brio.. mais qui sait... Car en fait tellement se sont cachés derrière le politiquement correct, derrière l'image publique qu'il pouvait montrer et qui en fait était tout l'inverse une fois la porte de leur domicile fermée. D'autant que la rencontre entre Mileva Maric et marie Curie est juste formidable. Mileva Maric, est très certainement une femme que j'aurais voulu rencontrer.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.