Lisez! icon: Search engine
Proust, roman familial - Prix Médicis essai 2023
Date de parution : 24/08/2023
Éditeurs :
Robert Laffont

Proust, roman familial - Prix Médicis essai 2023

Date de parution : 24/08/2023
Un texte sur le pouvoir émancipateur de la littérature, qui est aussi un pouvoir de consolation et de réconciliation avec la vie.
 
Toute mon adolescence, j'ai entendu parler des personnages d'À la recherche du temps perdu, persuadée qu'ils étaient des cousins que je n'avais pas encore rencontrés. À la maison, les répliques de... Toute mon adolescence, j'ai entendu parler des personnages d'À la recherche du temps perdu, persuadée qu'ils étaient des cousins que je n'avais pas encore rencontrés. À la maison, les répliques de Charlus, les vacheries de la duchesse de Guermantes se confondaient avec les bons mots entendus à table, sans solution de... Toute mon adolescence, j'ai entendu parler des personnages d'À la recherche du temps perdu, persuadée qu'ils étaient des cousins que je n'avais pas encore rencontrés. À la maison, les répliques de Charlus, les vacheries de la duchesse de Guermantes se confondaient avec les bons mots entendus à table, sans solution de continuité entre fiction et réalité. Car le monde révolu où j'ai grandi était encore celui de Proust, qui avait connu mes arrière-grands-parents, dont les noms figurent dans son roman. 
J'ai fini, vers l'âge de vingt ans, par lire la Recherche. Et là, ma vie à changé. Proust savait mieux que moi ce que je traversais. il me montrait à quel point l'aristocratie est un univers de formes vides. Avant même ma rupture avec ma propre famille, il m'offrait une méditation sur l'exil intérieur vécu par celles et ceux qui s'écartent des normes sociales et sexuelles. 
Proust ne m'a pas seulement décillée sur mon milieu d'origine. Il m'a constituée comme sujet, lectrice active de ma propre vie, en me révélant le pouvoir d'émancipation de la littérature, qui est aussi un pouvoir de consolation et de réconciliation avec le Temps. 

« Ce que rappelle avec force ce livre, c'est le formidable pouvoir émancipateur de la littérature. »
Elisabeth Philippe, L'Obs

« Erudit, réjouissant, euphorisant. »
Nathalie Crom, Télérama

« Un des meilleurs livres qu'on puisse rêver sur Proust. »
Tiphaine Samoyault, Le Monde des livres

« Éblouissant. ​»
Jérôme Garcin, Le Masque et la plume
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221271308
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 135 x 215 mm
EAN : 9782221271308
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Dextreit91 15/05/2024
    Critique féroce de l’aristocratie vide de tout sauf de conserver son rang avec le respect scrupuleux des codes en usage. La connaissance de ses codes, Laure Murat la possède via sa double origine aristocrate. Tableau féroce du côté de sa mère et plus élogieux du côté de son père. Proust en sauveur qui lui procure les bonnes clés de compréhension de son histoire familiale.
  • Austenrevisited 15/05/2024
    Formidable essai qui ravira les amoureux de Proust, et peut-être d'autres lecteurs aussi. C'est vif, très bien écrit, à la fois très éclairant sur cet auteur culte, mais aussi très humain: le milieu aristocratique recréé dans la Recherche du temps perdu est analysé par une transfuge de ce milieu, qui a trouvé chez Proust des réponses à certaines questions existentielles, et des armes pour changer sa vie.
  • Catherine3193 14/05/2024
    Une lecture en demi-teinte. Je ne connaissait pas cette auteure, qui a reçu le Prix Médicis Essai en 2023. Cette année devait être pour moi l'année de Proust et j'avais commencé la première partie du tome 1 de La Recherche en février avec comme objectif d'en lire un par mois. Las, je ne m'y suis remise qu'en mai avec les parties 2 et 3 du Tome 1. Mais, ce livre de Laure Murat m'aura donné le coup de pouce pour m'y remettre car elle ne cautionne pas les dires selon lesquels "il s'agit d'un exploit quasi insurmontable". Ce livre est une psychanalyse de son enfance, de sa rupture avec sa mère à la vingtaine il y a une trentaine d'années suite à l'annonce dans un café de son orientation sexuelle qui l'éloignera du tracé de l'aristocratie : mariage, enfant, pas de travail. Elle reste d'un autre côté très attachée à ses parents, surtout à son père qui lui a donné l'amour de la littérature en général et de Proust en particulier. Elle récupérait ses vieux livres annotés dès qu'un tome de la Pléiade sortait et qu'elle pouvait récupérer ses livres. Le retour sur l'arbre généalogique de la famille est parfois un peu long mais ses réflexions sur le "proustige" de l'aristocratie (la sienne et celle décrite par Proust) très justes, sur l'obligation de tenir, son rang, sa langue. Enfin, la longue partie sur l'orientation sexuelle de Proust (de ses amours ancillaires à son arrestation dans une maison de passe en 1918), qu'elle met bien-sûr en lien avec la sienne, est à mon sens beaucoup trop longue, d'autant qu'elle a déjà été documentée. Une entrée dans le monde Proust, comme le dit l'auteur, comme un entre dans un océan à 14 degrés, petit à petit mais dans lequel, une fois rentré, on est s'y bien.Une lecture en demi-teinte. Je ne connaissait pas cette auteure, qui a reçu le Prix Médicis Essai en 2023. Cette année devait être pour moi l'année de Proust et j'avais commencé la première partie du tome 1 de La Recherche en février avec comme objectif d'en lire un par mois. Las, je ne m'y suis remise qu'en mai avec les parties 2 et 3 du Tome 1. Mais, ce livre de Laure Murat m'aura donné le coup de pouce pour m'y remettre car elle ne cautionne pas les dires selon lesquels "il s'agit d'un exploit quasi insurmontable". Ce livre est une psychanalyse de son enfance, de sa rupture avec sa mère à la vingtaine il y a une trentaine d'années suite à l'annonce dans un café de son orientation sexuelle qui l'éloignera du tracé de l'aristocratie : mariage, enfant, pas de travail. Elle reste d'un autre côté très attachée à ses parents, surtout à son père qui lui a donné l'amour de la littérature en général et de Proust en particulier. Elle récupérait ses vieux livres annotés dès qu'un tome de la Pléiade sortait et qu'elle pouvait récupérer ses livres. Le retour sur l'arbre généalogique de la famille est parfois un peu long mais ses réflexions...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mareteint 04/05/2024
    Aristocratie code Proust l'a sauvée. Grâce à la fiction il su faire éclater la réalité. Celle de Laure Murat. Bannie de ce monde aristocratique par sa propre mère pour qui elle représentait l'échec de toute une éducation spirituelle et morale, Laure Murat a une révélation vers l'âge de vingt ans. La lecture de la Recherche lui a permis de mener à bien sa propre quête et pouvoir enfin s'émanciper d'un monde rongé par l'incompréhension. Un monde hermétique, où règnent l'implicite et le paraître et intransigeant avec ceux qui s'écartent des normes sociales et sexuelles. Marcel Proust, ce "petit journaliste que l'on plaçait en bout de table" lorsqu'il était invité aux fastes de l'hôtel Murat a beaucoup observé et beaucoup noté. Laure Murat a ainsi pu trouver les clefs de ce monde énigmatique et vide de sens en se positionnant comme une lectrice de sa propre vie. A la fois récit autobiographique, essai littéraire et historique, ce texte nous ouvre les portes capitonnées du monde de l'aristocratie et nous permet d'envisager la lecture de l'oeuvre d'un écrivain qui impressionne sous un angle nouveau. Mais par dessus tout, il constitue un véritable plaidoyer sur le pouvoir de consolation de la littérature.
  • Errant 19/04/2024
    Dans cet essai autobiographique, l’autrice butine entre sa vie, plus précisément son enfance dans le milieu aristocratique, et certains éléments de la Recherche de Proust, qu’elle enseigne d’ailleurs à l’université. Cela donne un ouvrage intéressant axé sur l’analyse de la nature de l’aristocratie à partir à la fois d’une perspective interne, vécue et aussi du tableau qu’en dresse Proust au fil des tomes de son œuvre. Bien qu’elle affirme d’emblée sa rupture avec ce monde où elle devait «tenir sa place», l’autrice ne règle pas ses comptes, ne paraît pas vindicative par rapport à son passé si singulier. Par contre, avec beaucoup de réserve, car je n’ai pas encore lu la Recherche dans son entier, n» étant rendu qu’à «La prisonnière», j’ai trouvé que, comme toute bonne «proustienne», Murat prête à l’œuvre de Proust des vertus que lui-même ignorait probablement. Quoi qu’il en soit, j’ai été comblé par cette incursion au pays des aristos, ayant apprécié l’éclairage qu’elle jette sur ce monument et restant tout au long intéressé par les liens qu’elle établit avec son cheminement. L’écriture m’a semblé très appropriée, précise, agréable, sans effet de toge tout en restant constamment recherchée et juste. En somme, je remercie grandement la lectrice qui a attiré mon attention sur cet essai.Dans cet essai autobiographique, l’autrice butine entre sa vie, plus précisément son enfance dans le milieu aristocratique, et certains éléments de la Recherche de Proust, qu’elle enseigne d’ailleurs à l’université. Cela donne un ouvrage intéressant axé sur l’analyse de la nature de l’aristocratie à partir à la fois d’une perspective interne, vécue et aussi du tableau qu’en dresse Proust au fil des tomes de son œuvre. Bien qu’elle affirme d’emblée sa rupture avec ce monde où elle devait «tenir sa place», l’autrice ne règle pas ses comptes, ne paraît pas vindicative par rapport à son passé si singulier. Par contre, avec beaucoup de réserve, car je n’ai pas encore lu la Recherche dans son entier, n» étant rendu qu’à «La prisonnière», j’ai trouvé que, comme toute bonne «proustienne», Murat prête à l’œuvre de Proust des vertus que lui-même ignorait probablement. Quoi qu’il en soit, j’ai été comblé par cette incursion au pays des aristos, ayant apprécié l’éclairage qu’elle jette sur ce monument et restant tout au long intéressé par les liens qu’elle établit avec son cheminement. L’écriture m’a semblé très appropriée, précise, agréable, sans effet de toge tout en restant constamment recherchée et juste. En somme, je remercie grandement la...
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !