Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221217719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 215 mm

Que va-t-on faire de Knut Hamsun ?

Date de parution : 16/08/2018

« Ils m’ont placé dans cette bâtisse, entre hospice et hôpital, service des maladies infectieuses. Ils ne savent pas quoi faire d’un homme comme moi, du nom de Knut Hamsun, Prix Nobel de littérature. La justice piétine, tourne en rond, parle tout bas. Je me doute bien que pour beaucoup...

« Ils m’ont placé dans cette bâtisse, entre hospice et hôpital, service des maladies infectieuses. Ils ne savent pas quoi faire d’un homme comme moi, du nom de Knut Hamsun, Prix Nobel de littérature. La justice piétine, tourne en rond, parle tout bas. Je me doute bien que pour beaucoup de mes juges, il serait préférable que je passe de vie à trépas ou, tout au moins, que je bascule dans la sénilité. On aimerait que mes opinions politiques relèvent de la psychiatrie. On cherche à cerner mon caractère, on pense que j’ai courbé l’échine devant l’Allemand Terboven qui dirigeait notre pays pendant la guerre, et que j’ai baisé les pieds d’Hitler. Grands dieux, ce n’est pas ce que j’ai fait. Ils disent que je suis un traître. Je suis un traître mais mon procès est reporté. Je suis un traître qu’ils ne veulent pas juger. »
Avec les armes de la fiction, Christine Barthe s’interroge sur la dérive tragique d’un écrivain de génie, suivant son héros de son arrestation jusqu’à la cour de justice. Dans un livre percutant, empreint de poésie et de mystère aussi, elle pose la question de l’engagement et de la responsabilité, sans jamais perdre de vue le caractère romanesque de ses personnages.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221217719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Zernette Posté le 21 Août 2020
    "Ils disent que je suis un traître. Je suis un traître mais mon procès est reporté. Je suis un traître qu'ils ne veulent pas juger" Par cet incipit Knut nous fait entrer de plain pied dans son histoire. Prix de la Littérature 1920, reconnu par ses pairs cet écrivain à aucun moment ne désire gommer ses écrits. Il demande et exige à corps et à cris son procès. Durant l'occupation allemande il a écrit des articles en total accord avec les idées pangermanistes de l'Allemagne nazie, pour une nouvelle Norvège, plus grande afin qu'elle accède au rang qu'il considère qu'elle mérite car "mes opinions se sont construites pour et à travers la Norvège. Je suis et me sens norvégien de toute mon âme". On lui a reproché d'avoir eu une entrevue avec Hitler et Goebbels. Ce n'était pas une visite d'adoubement, mais une tentative qui s'est révélée vaine pour écarter du gouvernement en place le dirigeant pronazi : Vidhun Quisling. D'ailleurs, Hitler n'a voulu que parler littérature. Durant tout le livre Knut nous explique quel a été le sens de sa vie et surtout celui de ses écrits. Voilà d'ailleurs ce qu'on lui reproche " Je constate qu'en temps de guerre il... "Ils disent que je suis un traître. Je suis un traître mais mon procès est reporté. Je suis un traître qu'ils ne veulent pas juger" Par cet incipit Knut nous fait entrer de plain pied dans son histoire. Prix de la Littérature 1920, reconnu par ses pairs cet écrivain à aucun moment ne désire gommer ses écrits. Il demande et exige à corps et à cris son procès. Durant l'occupation allemande il a écrit des articles en total accord avec les idées pangermanistes de l'Allemagne nazie, pour une nouvelle Norvège, plus grande afin qu'elle accède au rang qu'il considère qu'elle mérite car "mes opinions se sont construites pour et à travers la Norvège. Je suis et me sens norvégien de toute mon âme". On lui a reproché d'avoir eu une entrevue avec Hitler et Goebbels. Ce n'était pas une visite d'adoubement, mais une tentative qui s'est révélée vaine pour écarter du gouvernement en place le dirigeant pronazi : Vidhun Quisling. D'ailleurs, Hitler n'a voulu que parler littérature. Durant tout le livre Knut nous explique quel a été le sens de sa vie et surtout celui de ses écrits. Voilà d'ailleurs ce qu'on lui reproche " Je constate qu'en temps de guerre il est dangereux de penser qu'il y a d'un côté l'homme de l'autre ses idées" et ce sont ses idées qui lui valent de passer au tribunal. Les autorités norvégiennes espèrent de tout leur vœux que notre écrivain devienne au pire sénile au mieux qu'il décède "Ce doit être une des choses les plus fatigantes et les plus interminables qui soient que de rester à attendre la mort de quelqu'un". Le gouvernement l'assigne à résidence dans un hospice de vieillards, en prison et surtout dans un hôpital psychiatrique où là, il est interrogé, ausculté sans relâche afin de déterminer s'il est en possession de toutes ses facultés mentales. Si ce n'est pas le cas, cela éviterait aux autorités de lui faire un procès public. Malgré toutes les démarches et courrier Knut n'arrive pas à se faire juger. Il considère qu'"un homme n'est pas tout noir ou tout blanc, il n'est ni mauvais ni bon mais les deux à la fois. Je ne suis pas un autre personnage ou différents personnages, je suis une variété réunie dans un corps" et c'est dans celui - ci qu'il désire être entendu mais en vain. L'on peut se demander pourquoi le gouvernement n'accède pas à sa demande. De quoi a t'il peur? En faisant quelles révélations Knut Hamsun pourrait mettre en péril cette jeune Norvège ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • jg69 Posté le 27 Octobre 2018
    Knut Hamsun est un écrivain norvégien, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1920. En 1945, Knut Hamsun est placé dans une bâtisse entre hospice et hôpital en attendant son jugement pour trahison. En effet, pendant la guerre il a publié des articles sur l'Allemagne, affichant son soutien au Troisième Riech et au parti pro-nazi de Vidkun Quisling, à la tête du gouvernement de la Norvège occupée par l'Allemagne nazie, il a même rendu hommage à Hitler quelques jours après sa mort. Il attend un procès qui ne vient pas, son cas embarrasse les juges, il serait plus simple pour eux de le déclarer fou ou sénile mais l'écrivain veut être jugé pour pouvoir s'expliquer, pour revendiquer ses opinions politiques "Je me doute bien que pour beaucoup de mes juges, il serait préférable que je passe de vie à trépas ou, tout au moins, que je bascule dans la sénilité. Le roman se déroule de l'arrestation de l'écrivain pour collaboration en 1945 à sa mort à l'âge de quatre-vingt-douze ans en 1952. Ce roman qui adopte le point de vue de Knut Hamsun en nous plongeant dans ses pensées m'a mise mal à l'aise car j'ai fini par m'attacher à cet... Knut Hamsun est un écrivain norvégien, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1920. En 1945, Knut Hamsun est placé dans une bâtisse entre hospice et hôpital en attendant son jugement pour trahison. En effet, pendant la guerre il a publié des articles sur l'Allemagne, affichant son soutien au Troisième Riech et au parti pro-nazi de Vidkun Quisling, à la tête du gouvernement de la Norvège occupée par l'Allemagne nazie, il a même rendu hommage à Hitler quelques jours après sa mort. Il attend un procès qui ne vient pas, son cas embarrasse les juges, il serait plus simple pour eux de le déclarer fou ou sénile mais l'écrivain veut être jugé pour pouvoir s'expliquer, pour revendiquer ses opinions politiques "Je me doute bien que pour beaucoup de mes juges, il serait préférable que je passe de vie à trépas ou, tout au moins, que je bascule dans la sénilité. Le roman se déroule de l'arrestation de l'écrivain pour collaboration en 1945 à sa mort à l'âge de quatre-vingt-douze ans en 1952. Ce roman qui adopte le point de vue de Knut Hamsun en nous plongeant dans ses pensées m'a mise mal à l'aise car j'ai fini par m'attacher à cet homme, par comprendre le pourquoi de ses choix alors que je n'adhère évidemment pas à ses opinions. Cet homme a cru agir pour le bien de son pays et a soutenu le projet allemand qui rejoignait sa propre idéologie centrée sur l’importance de la terre, sur le rejet de industrialisation à outrance. Ce sont des idées qu'il a exprimées dans son oeuvre, condamner Hamsun revient à condamner toute son oeuvre... Il n'a pas adhéré au parti, n'a pas donné d'argent, il a juste écrit. A la fin de la guerre il n'exprime aucun regret et ne semble pas comprendre la gravité de ses prises de position et la colère de ses compatriotes envers celui qu'ils adulaient. Ce roman met en évidence toute la complexité humaine car Hamsun ne semble pas être un monstre comme on peut l'imaginer en commençant le livre, c'est un homme qui n'a jamais eu de propos antisémites et qui a sauvé des juifs. Un roman intéressant qui pose la question de la responsabilité de l'écrivain, dommage que le roman manque de rythme, après un début lent le récit gagne cependant en intérêt par la suite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • beberoots Posté le 22 Octobre 2018
    Knut Hamsun est un auteur norvégien très connu, depuis son prix Nobel de littérature en 1920, il y fait figure d'autorité. Pendant la seconde guerre mondiale il utilise donc sa notoriété pour faire passer ses idées en publiant des articles. En bon patriote, il souhaite une Norvège forte et d'après lui elle doit en passer par le nazisme pour devenir une grande nation. Comble du paradoxe, il aide ses amis juifs à échapper à la mort. Mais la guerre est finie, Hitler est mort, Knut Hamsun se fait vieux et malheureusement ses écrits restent. Alors que va-t-on faire de lui ? Il faut le juger mais en laissant traîner les choses il va bien finir par mourir, ou perdre la tête... Ce roman est particulièrement intéressant et étonnant. L'auteur donne la part belle à la psychologie de son personnage. Knut Hamsun s'est battu pour ses idées, ses idéaux qu'il croyait justes, en se voilant quelque peu la face. Jusqu'où peut-on aller pour défendre ses idées ? Et qu'en est-il lorsqu'on les juge bonnes mais qu'elles vont à l'encontre de l'humanité ? Malgré toutes les horreurs de la guerre il pense encore que le nazisme était la solution pour son pays. Il sait que... Knut Hamsun est un auteur norvégien très connu, depuis son prix Nobel de littérature en 1920, il y fait figure d'autorité. Pendant la seconde guerre mondiale il utilise donc sa notoriété pour faire passer ses idées en publiant des articles. En bon patriote, il souhaite une Norvège forte et d'après lui elle doit en passer par le nazisme pour devenir une grande nation. Comble du paradoxe, il aide ses amis juifs à échapper à la mort. Mais la guerre est finie, Hitler est mort, Knut Hamsun se fait vieux et malheureusement ses écrits restent. Alors que va-t-on faire de lui ? Il faut le juger mais en laissant traîner les choses il va bien finir par mourir, ou perdre la tête... Ce roman est particulièrement intéressant et étonnant. L'auteur donne la part belle à la psychologie de son personnage. Knut Hamsun s'est battu pour ses idées, ses idéaux qu'il croyait justes, en se voilant quelque peu la face. Jusqu'où peut-on aller pour défendre ses idées ? Et qu'en est-il lorsqu'on les juge bonnes mais qu'elles vont à l'encontre de l'humanité ? Malgré toutes les horreurs de la guerre il pense encore que le nazisme était la solution pour son pays. Il sait que sa fin est proche mais pourquoi ne peut-il pas être jugé comme tout le monde ? Il veut s'expliquer, expliquer qu'il a fait tout ça pour son pays. Il n'était pas tant attaché aux hommes qui les portaient, mais vraiment aux idées elles-mêmes. Il a encore des choses à dire et est très loin de perdre la tête, alors pourquoi devrait-il se taire ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • croc1706 Posté le 17 Septembre 2018
    Entre fiction et réalité, le lecteur découvre le destin de Knut Hamsun et la fin de sa vie. Ce poète et grand auteur Norvégien est un homme au double visage. Ecrivain surdoué, détenteur d'un prix Nobel , son destin changera à jamais au cours de la Seconde guerre Mondiale. Car ses rendez-vous avec la Kommandantur nazie, sa rencontre avec Hitler et celle avec Goebbels, vont faire de lui un collaborateur.  Mais une fois arrêté , cet homme si singulier provoque le doute. Placé dans une institution mi-prison, mi-hopital, les jours passent sans qu'il ne voit son procès arrivé. Et celui qui clame son innocence, raconte avec franchise et poésie ce qui l'a conduit dans cette chambre insipide en attente d'un verdict. Les faits sont-ils vraiment ce qu'ils semblent être, l'histoire est-elle vraiment aussi simple. Il livre son histoire, ses pensées et plonge le lecteur dans la paradoxe inévitable qu'est l'âme humaine.  Ce petit récit troublant et plaisant, malgré des répititions , permet de lever un coin du mystère Knut Hamsun, qui malheureusement conserve sa part de mystère. Une bonne lecture , qui enrichit et permet de découvrir un morceau de l'Histoire pas forcément connu.
  • cvd64 Posté le 16 Septembre 2018
    Gloire et chute d'un prix Nobel de littérature, l'homme sûr de ses choix devient infréquentable au sortir de la seconde guerre mondiale pour ses écrits et ses fréquentations. ce livre revient sur les dernières années de sa vie, son dernier combat pour faire entendre sa voix avant de disparaître à jamais, la Norvège aurait préféré le faire disparaître tout simplement en le prétendant inapte intellectuellement mais lui veut se battre quitte à être reconnu coupable; ce qui arrivera. belle découverte en cette rentrée 2018 qui donne envie de creuser plus loin en lisant sa biographie
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.