Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258095106
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 225 mm

Rendez-vous au Sourire d'avril

Collection : Terres de France
Date de parution : 08/11/2012

Dans le quartier de Saint-Leu, à Amiens, vie et coutumes d’une communauté picarde se retrouvant dans le café Au sourire d’avril. Rétro, humaniste, authentique : une délicieuse tranche de vie picarde.

Rendez-vous au Sourire d’avril, c’est l’histoire d’un quartier d’Amiens, Saint-Leu, à la marge et pittoresque à souhait, avec son marché sur l’eau, ses halles, sa vie communautaire. Et, au cœur de ce quartier, un café, le Sourire d’avril, où se donne rendez-vous chaque jour une clientèle populaire et bigarrée. La...

Rendez-vous au Sourire d’avril, c’est l’histoire d’un quartier d’Amiens, Saint-Leu, à la marge et pittoresque à souhait, avec son marché sur l’eau, ses halles, sa vie communautaire. Et, au cœur de ce quartier, un café, le Sourire d’avril, où se donne rendez-vous chaque jour une clientèle populaire et bigarrée. La vie, en somme.
Rendez-vous au Sourire d’avril, c’est aussi le portrait d’une femme étonnante et charismatique, Louise, propriétaire du café, au cœur des confidences des uns et des autres, tissu d’intrigues, d’amours, d’amitiés…

Un roman attachant qui met en scène, avec une nostalgie tendre et vivace, trois décennies, des années 50 à la fin des années 70, d’un petit monde picard qui n’est plus.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258095106
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Mamiechou21 Posté le 23 Mars 2015
    Beau roman. Belle documentation sur le pays Picard et sur la ville d'Amiens.
  • Melcleon Posté le 26 Janvier 2014
    Je n'aurais pas entrepris la lecture de ce livre si je n'avais eu en mémoire quelques souvenirs de jeunesse liés à la ville d'Amiens : deux amis picards connus à Tours pendant nos années de fac m'avaient invité à leur mariage à Amiens, donc. Jean-Paul, le marié, avait mentionné lors de nos rencontres tourangelles les "hortillonnages", ces jardins maraîchers cernés de canaux conçus au Moyen Âge par les moines, sans doute (et assurément façonnés par les serfs...) pour assainir la zone marécageuse que formait la Somme à cet endroit et, faisant d'une pierre deux coups, nourrir la population. "Rendez-vous au Sourire d'avril" évoque les hortillonnages et, plus généralement, retrace l'évolution, fatale pourrait-on dire, d'un vieux quartier d'Amiens, le quartier Saint-Leu, entre 1950 et 1980. Au début des années cinquante, Louise Bancquart, célibataire, la quarantaine énergique, disposant de quelques économies, abandonne sans regrets son travail de dactylo pour acquérir et redonner vie à un bistrot au cœur de ce quartier populaire, le Café Arthur, qu'elle renomme le Sourire d'avril. Elle y ajoute une épicerie, ce qui lui permet d'élargir sa clientèle et de côtoyer, en plus des consommateurs de mêlé-cass et autres Picon-bière, des femmes et des enfants qui viennent s'approvisionner, qui... Je n'aurais pas entrepris la lecture de ce livre si je n'avais eu en mémoire quelques souvenirs de jeunesse liés à la ville d'Amiens : deux amis picards connus à Tours pendant nos années de fac m'avaient invité à leur mariage à Amiens, donc. Jean-Paul, le marié, avait mentionné lors de nos rencontres tourangelles les "hortillonnages", ces jardins maraîchers cernés de canaux conçus au Moyen Âge par les moines, sans doute (et assurément façonnés par les serfs...) pour assainir la zone marécageuse que formait la Somme à cet endroit et, faisant d'une pierre deux coups, nourrir la population. "Rendez-vous au Sourire d'avril" évoque les hortillonnages et, plus généralement, retrace l'évolution, fatale pourrait-on dire, d'un vieux quartier d'Amiens, le quartier Saint-Leu, entre 1950 et 1980. Au début des années cinquante, Louise Bancquart, célibataire, la quarantaine énergique, disposant de quelques économies, abandonne sans regrets son travail de dactylo pour acquérir et redonner vie à un bistrot au cœur de ce quartier populaire, le Café Arthur, qu'elle renomme le Sourire d'avril. Elle y ajoute une épicerie, ce qui lui permet d'élargir sa clientèle et de côtoyer, en plus des consommateurs de mêlé-cass et autres Picon-bière, des femmes et des enfants qui viennent s'approvisionner, qui en lait frais, qui en bonbons. Pendant ces trois décennies correspondant plus ou moins aux Trente Gloriseuses, liquidatrices de traditions, certains comme le curé de la paroisse ou l'instituteur s'appliquent à relancer des traditions tombées en désuétude : la fête de Saint-Germain coucou, sonore et coloré défilé d'enfants frappant aux portes pour une obole, ou le théâtre de cabotans, marionnettes à tringles et fils symbolisant comme ailleurs la contestation de l'ordre établi. En 1980, alors que Saint-Leu a pratiquement perdu son âme, un cinéaste parisien venu se refaire une santé à Amiens tourne avec ses habitants encore gaillards ce qu'on appellerait aujourd'hui un docufiction : "Rendez-vous au Sourire d'avril". Le troquet ne survivra pas à la retraite de Louise, quelques années plus tard.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.