Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221146590
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 135 x 215 mm

Si loin de toi

Magali DUEZ (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 13/11/2014

Sophie Winters a failli mourir.
Deux fois.
Survivante.

Blessée à vie, elle est accro aux antidouleurs.
Droguée.

Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.

Personne ne croit à sa version des faits.
Ni la police.
Ni sa famille.
Seule au monde.

Elle se battra pour qu’éclate la vérité.
Au nom de l’amour.
Prête à tout....

Sophie Winters a failli mourir.
Deux fois.
Survivante.

Blessée à vie, elle est accro aux antidouleurs.
Droguée.

Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.

Personne ne croit à sa version des faits.
Ni la police.
Ni sa famille.
Seule au monde.

Elle se battra pour qu’éclate la vérité.
Au nom de l’amour.
Prête à tout.

Unanimement salué par la critique aux États-Unis, ce roman ravira les fans de Nos étoiles contraires.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221146590
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Manonee03 Posté le 7 Juillet 2020
    Ce roman n’est pas joyeux, au contraire. Pourtant, il m’a fait du bien. Parce qu’enfin un livre raconte la vie telle qu’elle pourrait être, telle qu’elle est. Dure. Cruelle. Affligeante. Angoissante. Remplie de mensonges, de secrets et de trahison. Parce que la vie n’est pas toujours belle, parce qu’elle ne ressemble pas toujours à un conte de fée. Mais l’amour et l’amitié qui relient Sophie, Mina, Trev, Kyle et Rachel nous prouve que la vie peut aussi être magnifique. Parce qu’elle est également remplie de bons moments et de fous rires. De bonheur et de confiance. La vie peut nous briser en mille morceaux et en même temps nous remettre debout, nous refaire sourire. Parce qu’on est vivant. Et la mort fait partie de cette vie. Elle arrive quand on s’y attend le moins. Elle nous achève, nous fait hurler de douleurs, nous fait pleurer. Mais sans elle, la vie n’aurait aucun sens. Et au fond peut-être que nous ne mourrons jamais vraiment. Parce que les morts seront toujours là, Mina sera toujours là. Dans le cœur des vivants, dans la mémoire de tout ceux qui nous ont un jour aimés. Et ça, c’est le plus important.
  • gruz Posté le 23 Avril 2020
    En 2019, Mon territoire avait été une lecture marquante. Le roman de Tess Sharpe, paru chez Sonatine, me restera en mémoire comme l’une des lectures les plus fortes de ces dernières années. Cet enthousiasme pour ce livre et pour l’immense talent de l’écrivaine m’a donné envie de me pencher sur son premier roman, paru en 2014. Quatre ans séparent l’écriture des deux romans, tout un monde… Si loin de toi est publié dans la Collection R estampillée « Jeunes adultes » de Robert Laffont. Donc initialement à destination d’un public jeune et en grande partie féminin. J’ai cinquante-deux ans et je suis un homme, et alors ? Le talent n’a pas de frontière, ni d’âge, ni de sexe, ni de goûts littéraires. Cet excellent livre est au contraire à mettre entre toutes les mains, tant les formidables personnages et leurs ressentis ont de quoi toucher le plus grand nombre. Et l’histoire n’est pas en reste, mélange de suspense et de questionnements amoureux. L’autrice réussit son coup, dès son premier roman, loin des clichés et avec ambition. Pas étonnant donc de voir que l’intrigue se développe sur 500 pages. Les personnages se débattent dans un vrai sac de nœud sentimental et émotionnel. A seize ou dix-sept... En 2019, Mon territoire avait été une lecture marquante. Le roman de Tess Sharpe, paru chez Sonatine, me restera en mémoire comme l’une des lectures les plus fortes de ces dernières années. Cet enthousiasme pour ce livre et pour l’immense talent de l’écrivaine m’a donné envie de me pencher sur son premier roman, paru en 2014. Quatre ans séparent l’écriture des deux romans, tout un monde… Si loin de toi est publié dans la Collection R estampillée « Jeunes adultes » de Robert Laffont. Donc initialement à destination d’un public jeune et en grande partie féminin. J’ai cinquante-deux ans et je suis un homme, et alors ? Le talent n’a pas de frontière, ni d’âge, ni de sexe, ni de goûts littéraires. Cet excellent livre est au contraire à mettre entre toutes les mains, tant les formidables personnages et leurs ressentis ont de quoi toucher le plus grand nombre. Et l’histoire n’est pas en reste, mélange de suspense et de questionnements amoureux. L’autrice réussit son coup, dès son premier roman, loin des clichés et avec ambition. Pas étonnant donc de voir que l’intrigue se développe sur 500 pages. Les personnages se débattent dans un vrai sac de nœud sentimental et émotionnel. A seize ou dix-sept ans, les émotions ressenties sont puissantes, souvent incontrôlables et parfois impénétrables (non, ce n’est pas un mauvais jeu de mot). Ce sont ces ingrédients qui donnent du corps aux personnages. Ceux qui font qu’on s’y accroche dès les premières pages. Qu’on ne veut plus les lâcher. Les dispositions de Tess Sharpe à ainsi les rendre aussi crédibles sont vraiment innées. Mais le roman ne se résume pas à ces sentiments exacerbés. Les protagonistes ont de vraies failles et l’héroïne principale a vécu des événements douloureux, inscrits dans sa chair aujourd’hui déformée. C’est l’explication de sa forte dépendance aux antidouleurs. Et l’auteure développe aussi une véritable intrigue à suspense digne d’un thriller, puisqu’il est question d’un meurtre et d’une disparition. Sauf que personne ne veut croire la jeune droguée aux médocs. Tout sonne juste, c’est mené avec habileté, sans jamais simplifier les sensations sous le mauvais prétexte de cibler un jeune public. J’insiste, ce livre conviendra à tous les lecteurs. Je ne peux que constater, avec un certain amusement, que la construction narrative se rapproche assez de son roman suivant, Mon territoire. Avec ce jeu d’alternance présent et passé, et ce choix de mélanger (avec intelligence et à-propos) les périodes. Si loin de toi est une belle réussite, touchante par ses personnages, prenante par son intrigue, intéressante par la description du feu intérieur adolescent. Un joli début de carrière de Tess Sharpe, qui deviendra une très grande, je n’en doute pas une seule seconde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nikouette Posté le 15 Avril 2020
    L’histoire commence sur les chapeaux de roues. On est tout de suite pris dans l’intrigue et on attend les nombreux flashbacks (heureusement très bien indiqués ce qui permet de ne jamais se perdre dans l’histoire) pour comprendre de quoi il est question. On entre petit à petit dans l’intimité de Sophie et Mina, et de tous ceux qui gravitent autour d’elle, notamment le frère de Mina, Trev. Les deux filles se connaissent depuis longtemps et plus qu’une histoire d’amitié elles partagent un amour inavoué. Sophie quant à elle a eu un accident de voiture très grave à 14 ans alors que Trev était au volant, elle a subi de la chirurgie lourde et en souffre encore. Pour faire face à la douleur elle prenait de l’Oxycodin, un médicament puissant dont elle est peu à peu devenue accro. Le récit commence alors que Mina est assassinée sous les yeux de Sophie. Un flacon d’Oxy est retrouvé dans la poche de Sophie, la police s’oriente donc vers un meurtre crapuleux lié à la drogue. Mais Sophie jure ne pas avoir retouché à la drogue depuis 6 mois... On est complètement pris dans cette histoire entre récit intimiste qui sonne juste et thriller angoissant.... L’histoire commence sur les chapeaux de roues. On est tout de suite pris dans l’intrigue et on attend les nombreux flashbacks (heureusement très bien indiqués ce qui permet de ne jamais se perdre dans l’histoire) pour comprendre de quoi il est question. On entre petit à petit dans l’intimité de Sophie et Mina, et de tous ceux qui gravitent autour d’elle, notamment le frère de Mina, Trev. Les deux filles se connaissent depuis longtemps et plus qu’une histoire d’amitié elles partagent un amour inavoué. Sophie quant à elle a eu un accident de voiture très grave à 14 ans alors que Trev était au volant, elle a subi de la chirurgie lourde et en souffre encore. Pour faire face à la douleur elle prenait de l’Oxycodin, un médicament puissant dont elle est peu à peu devenue accro. Le récit commence alors que Mina est assassinée sous les yeux de Sophie. Un flacon d’Oxy est retrouvé dans la poche de Sophie, la police s’oriente donc vers un meurtre crapuleux lié à la drogue. Mais Sophie jure ne pas avoir retouché à la drogue depuis 6 mois... On est complètement pris dans cette histoire entre récit intimiste qui sonne juste et thriller angoissant. Il y a des menaces et un étau qui se resserre de plus en plus à la fin, du suspense, des doutes, des frissons, pour un cocktail parfaitement réussi. On est vraiment intrigué dès le départ, les fils de l’histoire se dénouant petit à petit. Le ton est plaisant et l’écriture très agréable à lire. Un premier roman touchant, sombre et lumineux à la fois.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cristalya Posté le 28 Mars 2020
    Nous entrons dans cette histoire sous le point de vue de Sophie, qui ressort d'une cure de désintox après avoir assisté au meurtre de sa meilleure amie, ayant pour mobile la drogue selon la police. Seulement, ceci n'est pas la vérité, et Sophie va tout faire pour comprendre quelles sont les véritables raisons de l'assassinat de Mina. L'histoire se compose sous forme d'enquête, avec la protagoniste qui va interroger et suivre différentes pistes à la recherche de la vérité. Mais en plus de cela, nous avons aussi des souvenirs lorsqu'elle était avec Mina, après leur accident de voiture et durant sa plongée dans la drogue. J'ai aimé voir l'intrigue avec le point de vue d'une ancienne droguée. On suit le cheminement qu'elle a eu, comment elle est tombée dans la drogue, pourquoi, le besoin presque vital qu'elle avait, mais aussi comment elle s'en sorti malgré la difficulté de la désintox. On ressent également une injustice pour Sophie, son entourage ne croyant pas qu'elle est clean, et c'est des moments où on a envie de se révolter pour défendre le personnage. J'ai trouvé ce sujet sur la drogue bien amené et travaillé,... Nous entrons dans cette histoire sous le point de vue de Sophie, qui ressort d'une cure de désintox après avoir assisté au meurtre de sa meilleure amie, ayant pour mobile la drogue selon la police. Seulement, ceci n'est pas la vérité, et Sophie va tout faire pour comprendre quelles sont les véritables raisons de l'assassinat de Mina. L'histoire se compose sous forme d'enquête, avec la protagoniste qui va interroger et suivre différentes pistes à la recherche de la vérité. Mais en plus de cela, nous avons aussi des souvenirs lorsqu'elle était avec Mina, après leur accident de voiture et durant sa plongée dans la drogue. J'ai aimé voir l'intrigue avec le point de vue d'une ancienne droguée. On suit le cheminement qu'elle a eu, comment elle est tombée dans la drogue, pourquoi, le besoin presque vital qu'elle avait, mais aussi comment elle s'en sorti malgré la difficulté de la désintox. On ressent également une injustice pour Sophie, son entourage ne croyant pas qu'elle est clean, et c'est des moments où on a envie de se révolter pour défendre le personnage. J'ai trouvé ce sujet sur la drogue bien amené et travaillé, le tout de manière réaliste, sujet que j'ai personnellement peu rencontré dans mes lectures. L'enquête, elle, se construit comme toute enquête, avec des hypothèses, des fausses pistes, des interrogatoires, la recherche, ... La fin est prévisible dans le déroulement, le schéma est déjà vu un certain nombre de fois dans ce genre d'intrigue, et dès le début de cette fin, j'ai compris ce qu'il allait advenir dans l'avenir proche du personnage. Néanmoins, malgré que ce soit prévisible, elle n'est pas pour autant à jeter. J'ai plutôt bien apprécié les personnages que l'on rencontre. Je me suis attachée à Sophie, essayant de comprendre ses ressentis, ses motivations. Elle est muée par la recherche de la vérité, la rendant impulsive et déterminée dans ses actions, tout en nous touchant dans les moments de faiblesse, notamment lors des passages avec Mina. J'ai moins accrochée à cette dernière car c'est un type de personnalité qui me plaît moins, mais elle reste agréable à suivre dans les flash-backs. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé ces passages avec les deux jeunes filles. Ils ne sont pas toujours heureux du fait que ils sont liés à des événements durs tel que l'accident de Sophie, mais j'ai aimé voir comment leur relation était dépeinte. Elle montrait un amour doux et sincère entre Sophie et Mina, malgré la difficulté d'accepter leur attirance, et ce faisant, trébuchant et commettant des erreurs. La fin, comme dit précédemment, use d'un schéma déjà vu dans les livres avec des enquêtes de meurtre, mais j'ai apprécié la lire. J'ai aussi aimé ce qu'elle signifiait pour Sophie, et comment cela a impacté sa relation avec les autres et avec elle-même. En conclusion, une lecture franchement sympathique qui malgré quelques moments sans trop de suspens en terme de déroulement de l'intrigue, a su me porter grâce aux sujets abordés. J'ai apprécié voir le thème de la drogue, de la désintox et tout ce qui était lié, ressentis, réactions et autres, mais aussi découvrir la relation entre les deux jeunes filles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Saiwhisper Posté le 13 Février 2020
    Au cours de ma lecture, je suis passée par plusieurs ressentis… J’ai d’abord été intriguée par l’idée de jeune droguée qui hurle des vérités sans être entendue, mais complètement perdue par la narration. En effet, l’auteure a opté pour une alternance passé/présent qui, de coutume, me plaît beaucoup ! Cependant, les bonds dans le temps sont perturbants et sans réelle chronologie. D’un chapitre à un autre, on plonge par exemple lors des seize ans de l’héroïne, ensuite quatorze ans, puis on repasse au présent, on retourne aux seize ans, pour ensuite avancer d’une année plus tard, etc. Certes, les dates et l’âge de l’héroïne sont toujours indiqués toutefois, il m’a tout de même fallu un petit temps d’adaptation avant de me faire à ce procédé. Cela dit, l’idée n’est pas mauvaise : pendant longtemps, ces bribes de souvenirs permettent de comprendre le drame, mais surtout de donner la sensation de démence chez l’héroïne. A-t-elle imaginé ce qu’il s’est passé en raison de son addiction à la drogue ? Est-elle totalement hors de cause ? Pourquoi avoir tué son amie et pas elle ? Étant habituée aux narratrices borderline ou écorchées vives qui sont en fait les coupables, je me suis... Au cours de ma lecture, je suis passée par plusieurs ressentis… J’ai d’abord été intriguée par l’idée de jeune droguée qui hurle des vérités sans être entendue, mais complètement perdue par la narration. En effet, l’auteure a opté pour une alternance passé/présent qui, de coutume, me plaît beaucoup ! Cependant, les bonds dans le temps sont perturbants et sans réelle chronologie. D’un chapitre à un autre, on plonge par exemple lors des seize ans de l’héroïne, ensuite quatorze ans, puis on repasse au présent, on retourne aux seize ans, pour ensuite avancer d’une année plus tard, etc. Certes, les dates et l’âge de l’héroïne sont toujours indiqués toutefois, il m’a tout de même fallu un petit temps d’adaptation avant de me faire à ce procédé. Cela dit, l’idée n’est pas mauvaise : pendant longtemps, ces bribes de souvenirs permettent de comprendre le drame, mais surtout de donner la sensation de démence chez l’héroïne. A-t-elle imaginé ce qu’il s’est passé en raison de son addiction à la drogue ? Est-elle totalement hors de cause ? Pourquoi avoir tué son amie et pas elle ? Étant habituée aux narratrices borderline ou écorchées vives qui sont en fait les coupables, je me suis posé une multitude de questions sur la santé mentale de l’héroïne. Or, ce mélange de flash-back désordonnés a renforcé cette sensation. Ai-je eu tort ou raison, hors de question de vous le dire ! Progressivement, ce thriller psychologique au rythme calme, mais à la tension constante saisit le lecteur. Les questions se bousculent dans notre tête et on se prend au jeu, cherchant, à notre tour, à connaître la vérité. Le traumatisme de l’adolescente est à la fois palpable et bien retranscrit. La phase de deuil est encore fraîche. Pour preuve : Sophie est pleine de TOC (elle compte les jours depuis qu’elle a été sevrée), de peurs et de colère. On sent qu’elle n’est pas encore prête à tourner la page, ni à accepter cette injustice. Mina a été assassinée et elle compte bien le prouver, quitte à enquêter dans son coin ! Hélas, sa réputation la précède et l’empêche d’être prise au sérieux. Même ses parents ne lui font pas confiance : ils l’accusent d’avoir de nouveau sombré et, malgré ses objections, ne la croient pas aussi « clean » qu’elle le prétend. Après tout, on a bien trouvé des cachets dans sa poche au moment du meurtre… Ce sentiment d’impuissance, on ne peut que le partager, car on constate que quasiment tous les proches de la demoiselle lui ont tourné le dos. Tous la jugent ou l’accusent. Elle est seule contre tous. La tante Macy et Rachel, la femme qui a trouvé Sophie au milieu de la forêt après le drame, sont les seules qui ne mettent pas en doute ses dires. Mais peut-on réellement compter sur elles ? Mensonges, manipulations, coups en douce, … Rien ne l’arrêtera dans son enquête. La relation ambiguë, complexe et intense entre Mina et Sophie m’a intéressée. On sent qu’il y a réellement quelque chose entre les deux demoiselles… Et ce n’est pas une simple camaraderie. C’est plutôt une amitié de longue date, très forte et infaillible… Ou peut-être plus ? Au fil des pages, on se rend compte que leur lien n’est pas forcément celui qu’on le croit… D’autant plus qu’à ce tandem s’ajoutent Trev, le frère de Mina qui ne se cache pas d’aimer Sophie, ou encore l’ancien petit-ami de Mina qui semble avoir menti à la police… Quatuor amoureux ? Sentiments malsains ? Secrets inavoués ? Une chose est certaine : tous ces personnages sont des sacs de nœuds que l’on prend plaisir à comprendre et à découvrir au fil de l’aventure… Cette complexité m’a énormément plu cependant, j’ai réalisé vers la moitié du roman que les choses commençaient à être un peu longues… J’ai eu l’impression que l’on répétait des faits que l’on avait déjà annoncé ou que l’on traînait volontairement sur certains passages pour détourner l’attention du lecteur. Il me manquait également un peu de rythme. En outre, le dénouement ne m’a pas totalement convaincue : il est trop précipité. Avec du recul, je me suis même dit : « Tout ça pour ça ? En fait, c’est du déjà-vu… » Je referme donc ce polar young adult avec un sentiment mitigé. Certes, j’ai globalement aimé ma lecture néanmoins, j’ignore si j’en garderai un souvenir impérissable à cause de la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)