Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221197479
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 640
Format : 140 x 225 mm

Tu tueras le Roi

Delphine GACHET (Traducteur)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 23/05/2019
Une seule règle à retenir : le roi gagne à tous les coups.

Voilà quinze mois que Dante Torre, l’Homme du Silo, a été enlevé. Quinze mois que Colomba Caselli vit retirée du monde dans une petite ferme perdue dans la région italienne des Marches.
Mais, après une violente tempête de neige, Colomba découvre un adolescent autiste, Tommy, dans la remise de son jardin....

Voilà quinze mois que Dante Torre, l’Homme du Silo, a été enlevé. Quinze mois que Colomba Caselli vit retirée du monde dans une petite ferme perdue dans la région italienne des Marches.
Mais, après une violente tempête de neige, Colomba découvre un adolescent autiste, Tommy, dans la remise de son jardin. Il est traumatisé et couvert de sang, ses parents ont été assassinés. Pour la police locale, cela ne fait aucun doute : c’est lui le coupable. Entraînée malgré elle dans l’enquête, l’ancienne commissaire de police découvre des liens entre cette affaire et la disparition de Dante et, peut-être, un moyen de retrouver ce dernier.
Pendant ce temps, un mystérieux « Roi de Deniers » agit dans l’ombre…
Une conclusion magistrale à la trilogie de Dante Torre et Colomba Caselli.
« Dazieri a créé deux des personnages les plus mémorables du monde du polar. » Jonathan Kellerman.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221197479
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 640
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ROUMANOFFBE Posté le 2 Juillet 2020
    Le troisième volume commence avec le dernier chapitre du volume deux. Ce qui démontre qu'il s'agit bien d'une trilogie. Je dois vous avouer qu'à force de rebondissements dans tous les sens et d'un nombre de pages conséquent (600 pages par volume), j'ai parfois perdu le fil voire même décroché à un moment. J'ai lu les trois volumes en moins de 2 semaines pour garder la mémoire des faits et gestes des personnages principaux. Néanmoins, l'auteur est resté conséquent dans ses élucubrations (parce que les événements sont parfois tellement gros qu'on a du mal à encore y croire) jusqu'au déroulement final. Et en même temps, comme l'auteur mêle des faits réels avec son imagination, cela donne un récit plutôt original. Je ne peux pas nier que je me suis bien amusée mais au bout de 1800 pages, il était temps que l'histoire prenne fin.
  • Khalya Posté le 23 Juin 2020
    Et voilà, je termine avec ce tome la trilogie tout simplement géniale de Sandrone Dazieri. Depuis l’enlèvement de Dante à la fin du 2nd tome, Colomba a jeté l’éponge. Elle se terre dans un chalet de montagne, a quitté la police. De Dante, on a quelques « nouvelles » à travers des chapitres dont in ne sait pas bien s’il s’agit de souvenirs, de réalité ou de simples cauchemars. Colomba va se retrouver, un peu malgré elle, mêlée au double assassinat d’un couple en trouvant leur fils autiste caché, paniqué, dans sa remise. Dans ce dernier tome, on va vraiment tout savoir : les motivations du père, la relation existant entre Giltiné et les victimes de ce grand malade, comment tout ceci s’organise, tout (ou presque) va trouver son explication. D’ailleurs, l’un des aspects de cette histoire a vraiment été difficile à avaler. Au bout du 3ème livre, je me fais toujours autant avoir par l’auteur ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai vraiment pas vu venir tout ce que l’on découvre dans la dernière partie du roman. Pourtant, j’aurais dû me méfier, mais non, je me suis faite avoir comme une bleue. Le duo Colomba/Dante va être rapidement réuni (comme vous vous en... Et voilà, je termine avec ce tome la trilogie tout simplement géniale de Sandrone Dazieri. Depuis l’enlèvement de Dante à la fin du 2nd tome, Colomba a jeté l’éponge. Elle se terre dans un chalet de montagne, a quitté la police. De Dante, on a quelques « nouvelles » à travers des chapitres dont in ne sait pas bien s’il s’agit de souvenirs, de réalité ou de simples cauchemars. Colomba va se retrouver, un peu malgré elle, mêlée au double assassinat d’un couple en trouvant leur fils autiste caché, paniqué, dans sa remise. Dans ce dernier tome, on va vraiment tout savoir : les motivations du père, la relation existant entre Giltiné et les victimes de ce grand malade, comment tout ceci s’organise, tout (ou presque) va trouver son explication. D’ailleurs, l’un des aspects de cette histoire a vraiment été difficile à avaler. Au bout du 3ème livre, je me fais toujours autant avoir par l’auteur ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai vraiment pas vu venir tout ce que l’on découvre dans la dernière partie du roman. Pourtant, j’aurais dû me méfier, mais non, je me suis faite avoir comme une bleue. Le duo Colomba/Dante va être rapidement réuni (comme vous vous en doutez sûrement) mais leur collaboration m’a parue plus tendue depuis que Dante ne cache plus les sentiments que lui inspirent Colomba, surtout que cette dernière est un vrai porc-epic dès que l’on aborde ce sujet. Bizarrement, malgré son caractère de cochon, j’ai bien aimé le carabinier Lupo. Il a l’air d’un bouseux arriéré du fin fond de sa campagne italienne, mais il ne manque pas de flair, même s’il pourrait faire des efforts de diplomatie. Encore plus bizarrement, malgré tout ce qu’il a pu faire, j’ai conservé une affection particulière pour Léo (oui, je sais, honte sur moi). En tout cas, malgré les nombreuses ramifications de toute cette histoire, l’auteur a une parfaite maîtrise de son récit et ne nous perd jamais dans ses explications. La fin est assez ouverte, certaines questions (relativement peu) restent sans réponses, mais je ne sais pas si j’aurais vraiment envie de savoir la vérité sur ces sujets-là. J’ai vraiment adoré cette trilogie dont chaque tome a été un coup de cœur et j’ai été vraiment inspirée d’attendre la sortie du tome 3 pour lire les deux dernier tomes peu de temps l’un après l’autre parce que je crois bien que je n’aurais pas supporté le final du tome 2 si j’avais eu à attendre deux ans pour découvrir cette fin littéralement explosive.
    Lire la suite
    En lire moins
  • alagnabarbara Posté le 2 Mai 2020
    Fragilisée par ses précédentes affaires et la disparition de Dante, Colomba vit recluse depuis plus d'un an dans une vieille maison familiale. Malgres elle, elle est mêlée à une enquête réveillant les réminiscences d'une vieille affaire. Muée d'un étrange sentiment et d'un doute, elle va enquêter sur le meurtre de ce couple où toutes les charges pèsent sur les épaules du jeune Tommy. Rapidement de vieux fantômes ressurgissent et son ami disparu émerge des limbes. Les mensonges et les faux-semblants s'enchaînent jusqu'à faire jaillir une once de vérité. Ressentis : J'ai vraiment apprécié la lecture de ce dernier volet de cette trilogie. Une fois commencé, je ne l'ai plus lâché. Je voulais savoir Comment cette histoire allait se terminer en m'y plongeant immédiatement car le deuxième tome (Tu tueras l'Ange) était un intermédiaire, avait laissé quelques éléments en suspend générant une certaine frustration. L'histoire est dynamique et puissante. L'auteur a le soucis du moindre détail dans ses descriptions quels qu'ils soient. Il a l'art de nous mener en bateau, de dévoiler parcimonieusement certains détails qui font l'intérêt de l'histoire. Il nous amène peu à peu dans une aventure où régne une atmosphère opaque emplie de complots. Les émotions sont palpables et... Fragilisée par ses précédentes affaires et la disparition de Dante, Colomba vit recluse depuis plus d'un an dans une vieille maison familiale. Malgres elle, elle est mêlée à une enquête réveillant les réminiscences d'une vieille affaire. Muée d'un étrange sentiment et d'un doute, elle va enquêter sur le meurtre de ce couple où toutes les charges pèsent sur les épaules du jeune Tommy. Rapidement de vieux fantômes ressurgissent et son ami disparu émerge des limbes. Les mensonges et les faux-semblants s'enchaînent jusqu'à faire jaillir une once de vérité. Ressentis : J'ai vraiment apprécié la lecture de ce dernier volet de cette trilogie. Une fois commencé, je ne l'ai plus lâché. Je voulais savoir Comment cette histoire allait se terminer en m'y plongeant immédiatement car le deuxième tome (Tu tueras l'Ange) était un intermédiaire, avait laissé quelques éléments en suspend générant une certaine frustration. L'histoire est dynamique et puissante. L'auteur a le soucis du moindre détail dans ses descriptions quels qu'ils soient. Il a l'art de nous mener en bateau, de dévoiler parcimonieusement certains détails qui font l'intérêt de l'histoire. Il nous amène peu à peu dans une aventure où régne une atmosphère opaque emplie de complots. Les émotions sont palpables et exprimées à la perfection. Tout au long de cette aventure, J'ai pu ressentir l'angoisse, la détresse, la tristesse mais aussi l'acharnement, la détermination, le courage et la force de Colomba. Dans ce troisième tome, comme dans le premier, j'ai retrouvé la profonde amitié et tendresse qui lie Colomba et Dante que je n'ai pas trop constaté dans le deuxième. Chacun aide l'autre comme il le peut avec les armes qu'il détient, parfois de façon maladroite qui prête à sourire et amène une certaine fraîcheur naïve à leur complexe relation. La plume est agréable à lire, rythmée par quelques traits d'humour. J'ai pu constater quelques longueurs mais qui n'élève rien à la qualité de l'histoire. Voilà, je referme le chapitre Dante/Colomba non sans émotions. L'auteur a su donner corps et vie à ses deux personnages principaux, aux personnalités complexes et torturés. Une véritable réussite. Bonne lecture
    Lire la suite
    En lire moins
  • moijelisetvous Posté le 11 Avril 2020
    Abasourdi... 620 pages avec l'ultime tome de la la trilogie de Sandrone Dazieri commencée en 2015. "Tu tueras l'ange" m'avait rendu léthargique, parce que la fin de ce livre nous laissait groggy, avec une scène incroyable où les héros Dante et Colomba étaient au plus mal... Et c'était absolument impossible pour moi de rester comme ça !!! Et bien j'ai appris la patience et surtout je me suis gardé le bon moment pour terminer cette histoire... "Tu tueras le Roi" livre les secrets, lève tous les complots... en apothéose. On retrouve Colomba Caselli, je n'ose pas vous révéler ce par quoi elle est passée, si vous n'avez pas lu le tome 2 mais quel plaisir de la retrouver en tout cas. Elle a démissionné, elle vit désormais à la campagne loin de tout, se protégeant surtout du Roi... Ne sachant pas à qui se fier, elle vit recluse, jusqu'à la découverte d'un double meurtre à côté de chez elle. Bien que retirée des "affaires" depuis la disparition de Dante il y a plus d'un an, son instinct est de nouveau sollicité lorsque le fils du couple assassiné, Tommy un jeune autiste vient se réfugier chez elle... Tout semble accusé Tommy, la violence de la... Abasourdi... 620 pages avec l'ultime tome de la la trilogie de Sandrone Dazieri commencée en 2015. "Tu tueras l'ange" m'avait rendu léthargique, parce que la fin de ce livre nous laissait groggy, avec une scène incroyable où les héros Dante et Colomba étaient au plus mal... Et c'était absolument impossible pour moi de rester comme ça !!! Et bien j'ai appris la patience et surtout je me suis gardé le bon moment pour terminer cette histoire... "Tu tueras le Roi" livre les secrets, lève tous les complots... en apothéose. On retrouve Colomba Caselli, je n'ose pas vous révéler ce par quoi elle est passée, si vous n'avez pas lu le tome 2 mais quel plaisir de la retrouver en tout cas. Elle a démissionné, elle vit désormais à la campagne loin de tout, se protégeant surtout du Roi... Ne sachant pas à qui se fier, elle vit recluse, jusqu'à la découverte d'un double meurtre à côté de chez elle. Bien que retirée des "affaires" depuis la disparition de Dante il y a plus d'un an, son instinct est de nouveau sollicité lorsque le fils du couple assassiné, Tommy un jeune autiste vient se réfugier chez elle... Tout semble accusé Tommy, la violence de la scène, mais Colomba commence à fouiller ce qui fait ressurgir le passé à une vitesse folle. Sandrone Dazieri nous maintient en haleine jusqu'à la dernière page : il y a une multitude de personnages que l'on a plaisir côtoyer à travers les pages, la révélation du pourquoi de la disparition de ces enfants, complot service secret, sécurité intérieure... Tout y passe avec maestria... J'aimerai vous parler un peu plus du duo Colomba et Dante Torre, que l'on découvre dans les deux premiers tomes : atypique, littéralement opposés par nature mais ils vont former un duo d'enquêteurs absolument incroyable !!! Vraiment j'ai adoré cette trilogie: les héros vivent, meurent parfois, l'enquête nous livre des faits insensés et on se dit néanmoins que la vérité n'est pas loin surtout avec les notes de l'auteur à la fin Un bijou, merci Sandrone Dazieri et les éditions La Bête Noire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • HaLoHan Posté le 17 Novembre 2019
    Dernier tome de la trilogie '' tu tueras le père '' et quelle fin !! Meilleur que le second en tout cas, on retrouve ici les réponses à toutes les questions (enfin presque) qu'on se posait tout au long des aventures de CC et Dante. Dante reste pour moi Le personnage, La mascotte quoi, malheureusement il n'arrive que tard dans l'histoire..( Eh oui ça commence fort mal pour lui.) Donc c'est Colomba qui met en route cette nouvelle intrigue. Je ne peux pas résumer, je viens juste de le terminer et je suis encore scotchée par la fin. Je vous laisse donc le plaisir de le lire, ce roman, en commençant évidemment par le tome 1 puis 2, sinon c compliqué. Et je garde un tout petit espoir de retrouver Dante et pourquoi CC aussi, dans un prochain tome ?( Signore Dazieri ?) Bonne lecture à vous,
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.