Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707183217
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 135 x 220 mm

Voyage de classes

Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers

Collection : Cahiers libres
Date de parution : 09/10/2014
Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d’étudiants du 93 ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s’initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, avec ses « indigènes » aux coutumes insolites. Ce livre étonnant raconte de manière crue et joyeuse, implacable et drôle, les batailles de tous ordres menées pour mieux connaître le monde de « ceux d’en haut ».
Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d’étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s’initier à la démarche sociologique, ils... Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d’étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s’initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites.
Boire un café dans un palace pour observer ce qui s’y passe (et être traité comme un client illégitime), stationner dans les boutiques de luxe pour décrire leur organisation (et se faire mettre dehors), apprendre à manger un mille-feuilles à 14 euros avec des « bourgeoises », approcher des institutions prestigieuses où les femmes n’ont pas le droit de vote, se faire expliquer le Bottin mondain et l’arrangement des mariages, interviewer dans son hôtel particulier un grand dirigeant qui « fait partie de ces familles qui ont des châteaux un peu partout » : ce sont quelques-unes des expériences que ces étudiants du 93 ont vécues. En même temps qu’il leur a fallu dompter l’exotisme pour bien comprendre le milieu dans lequel ils pénétraient, ils ont dû encaisser l’humiliation des multiples rappels à l’ordre social que suscitait leur démarche.
Des premières incursions anonymes et timides jusqu’aux face-à face sans échappatoire, ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L’enjeu : renverser l’habitude qui veut que ce soit « ceux d’en haut » qui inspectent l’existence de « ceux d’en bas ».
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707183217
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 135 x 220 mm
La Découverte

Ils en parlent

On se souvient de Ma ligne 13 (Le Rocher, 2003) de Pierre-Louis Basse ou de Voyage en grande bourgeoisie des Pinçon-Charlot (Puf, 1998). Nicolas Jounin a opté pour une forme intermédiaire, entre le témoignage et l'investigation. Le sociologue a demandé à ses étudiants de l'université Paris-8 Saint-Denis d'aller examiner les beaux quartiers parisiens. De 2011 à 2013, trois promotions de première année ont donc investi les zones huppées des Champs-Elysées, de Monceau et de la Madeleine. D'habitude, ce sont des chercheurs confirmés qui étudient les riches pour limiter les situations de dépendance lors des entretiens. Dans le cas présent, une demi-heure de transport suffit à mettre en évidence la distance sociale qui sépare les quartiers les plus pauvres du triangle d'or où s'imposent les palaces et les boutiques de luxe. Les étudiants sont mal à l'aise, le plus souvent. "Nous sommes pris dans les limites de notre corps socialisé", constate Nicolas Jounin. Ils ne sont pas non plus les bienvenus dans ce havre de la profusion, d'autant qu'une des étudiantes est voilée. Ces trois enquêtent imbriquées se lisent comme un reportage. Nicolas Jounin nous immerge avec ses apprentis sociologues dans le monde de l'opulence. Il montre aussi les moyens de dépasser l'exotisme et le manichéisme pour entre dans la compréhension. Chacun part sur des a priori, puis il affine. Nicolas Jounin n'est pas un pédagogue sadique. Il expose la méthode sociologique pour explorer ce gouffre social et explique à es jeunes du 93 qu'il existe un outil pour réduire cette faille. Cela s'appelle l'université...
Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AntigoneStrange Posté le 24 Août 2020
    Plus qu'un livre sur les élites, il s'agit d'un manuel méthodologique et pédagogique sur la manière de pratiquer et d'enseigner les sciences sociales en général, et la sociologie en particulier. Écrit sans fioriture et mêlé à des témoignages analysés, la lecture en est très facile et agérable.
  • JulyF Posté le 5 Avril 2020
    Le livre reprend le déroulé d'un cours de sociologie "de terrain", nous guidant à travers les outils de cette science alors que nous suivons les aventures d'une classe d'étudiants de Saint-Denis. Renversant la démarche habituelle, leur prof les emmène étudier l'exotisme des très beaux quartiers, qui se révèle plus divers en réalité qu'à prime abord. Avec eux, nous découvrons la variété des expériences, les rivalités qui existent entre commerçants et familles, mais aussi la force de l'héritage. Quand on estime venir "comme tout le monde" de la classe moyenne, le récit nous montre aussi les points communs et les différences avec les deux extrêmes de notre société représentés par enquêteurs et enquêtés. On apprend aussi quelques tuyaux de base pour bien préparer et mener observations, questionnaire et entretiens, même en milieu déstabilisant voire humiliant. Très instructif sur le plan humain au-delà de la sociologie !
  • Sirenedesmers Posté le 17 Novembre 2019
    Le concept est merveilleux : venir du 93 et aller dans les quartiers chics de Paris, faire une observation sociologique chez Chanel et autres grandes enseignes. Ce livre m'a littéralement sciée ! Quand même, plantons le tableau : nous faisons partie de la même espèce, j'ai nommé là l'espèce humaine. Alors comment se fait-il que les habitudes puissent être si radicalement éloignées entre deux êtres, prenons par exemple un habitant du 16ème arrondissement de Paris et un résident de Saint-Denis ? Notre espèce a pour avantage de défier toute logique. Quand certains ne portent que de la soie et que d'autres triment pour s'acheter des vêtements en polyester, et que dans les deux cas la personne est humaine, ni plus ni moins, on se demande ce qui a pu nous mener là. Le professeur est génial, et, moi qui étudie la psychologie, j'ai presque voulu me convertir dans la sociologie tant ce livre m'a happée. Il est passionnant et surprenant à chaque page. Il faut dire que tout a été pensé au mieux; le titre, "Voyage de classes", excellent jeu de mots prenant toute son ampleur à la lecture de ce livre, annonçait déjà un excellent ouvrage. Je recommande... Le concept est merveilleux : venir du 93 et aller dans les quartiers chics de Paris, faire une observation sociologique chez Chanel et autres grandes enseignes. Ce livre m'a littéralement sciée ! Quand même, plantons le tableau : nous faisons partie de la même espèce, j'ai nommé là l'espèce humaine. Alors comment se fait-il que les habitudes puissent être si radicalement éloignées entre deux êtres, prenons par exemple un habitant du 16ème arrondissement de Paris et un résident de Saint-Denis ? Notre espèce a pour avantage de défier toute logique. Quand certains ne portent que de la soie et que d'autres triment pour s'acheter des vêtements en polyester, et que dans les deux cas la personne est humaine, ni plus ni moins, on se demande ce qui a pu nous mener là. Le professeur est génial, et, moi qui étudie la psychologie, j'ai presque voulu me convertir dans la sociologie tant ce livre m'a happée. Il est passionnant et surprenant à chaque page. Il faut dire que tout a été pensé au mieux; le titre, "Voyage de classes", excellent jeu de mots prenant toute son ampleur à la lecture de ce livre, annonçait déjà un excellent ouvrage. Je recommande aux habitants du 16ème, ceux d'Ivry sur Seine, de Penmarch', d'Orgon et d'ailleurs; car les chocs culturels, loin de nous accabler, nous enrichissent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NinoG Posté le 17 Février 2019
    Je conseille ce livre pour tous ceux qui aimerait apprendre sur la méthode de recherche en sciences sociales car ce livre explique les étapes de recherches de sociologie sans être barbant ou trop méthodologique. On est vraiment pris dans ce récit vivant alliant sociologie et enquête.
  • iris29 Posté le 18 Octobre 2016
    J'ai eu envie de lire ce livre en entendant l'auteur (un professeur de sociologie et ses élèves ) en parler sur France Inter, c'était passionnant . Le résultat et le problème , c'est que je n'ai pas appris grand chose de plus en le lisant , mais ce n'est pas grave .... Bon, c'est un livre de sociologie et je ne suis pas étudiante en socio donc j'ai trouvé que des fois c'était un peu long mais le sujet est super intéressant . Des étudiants de St Denis en sociologie, ont été "lachés"dans les beaux quartiers et nous livrent toutes leurs observations... ( C'est à la limite de la thèse ou du reportage animalier ! ). Entrées dans des palaces, dans des magasins de grands couturiers, dans des jardins publics fréquentés essentiellement par des nounous (toutes étrangères ...), terrasses des cafés etc... La vie des classes très, très aisées vue par les classes sociales moyennes ou plus que moyennes (!) . Les jeunes " sans dents "qui se mettent à observer, disséquer les comportements des plus riches , je ne pense pas que ça a déjà été fait ... Ça "calme", ça surprend... J'ai eu envie de lire ce livre en entendant l'auteur (un professeur de sociologie et ses élèves ) en parler sur France Inter, c'était passionnant . Le résultat et le problème , c'est que je n'ai pas appris grand chose de plus en le lisant , mais ce n'est pas grave .... Bon, c'est un livre de sociologie et je ne suis pas étudiante en socio donc j'ai trouvé que des fois c'était un peu long mais le sujet est super intéressant . Des étudiants de St Denis en sociologie, ont été "lachés"dans les beaux quartiers et nous livrent toutes leurs observations... ( C'est à la limite de la thèse ou du reportage animalier ! ). Entrées dans des palaces, dans des magasins de grands couturiers, dans des jardins publics fréquentés essentiellement par des nounous (toutes étrangères ...), terrasses des cafés etc... La vie des classes très, très aisées vue par les classes sociales moyennes ou plus que moyennes (!) . Les jeunes " sans dents "qui se mettent à observer, disséquer les comportements des plus riches , je ne pense pas que ça a déjà été fait ... Ça "calme", ça surprend , ça indigne, et ça écoeure aussi parfois....
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !