En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        White Coffee

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265098558
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        White Coffee

        Collection : Fleuve noir
        Date de parution : 13/10/2016
        Sur la Route 66, Lola Lombard a risqué sa vie et celle de ses enfants pour retrouver Pierre, son mari disparu. Sa confrontation avec David Owens, un tueur en série ayant fait de la route mythique une immense scène de crime, l’a fragilisée. Elle rentre en France, sans Pierre, ignorant... Sur la Route 66, Lola Lombard a risqué sa vie et celle de ses enfants pour retrouver Pierre, son mari disparu. Sa confrontation avec David Owens, un tueur en série ayant fait de la route mythique une immense scène de crime, l’a fragilisée. Elle rentre en France, sans Pierre, ignorant s’il fait partie des victimes du serial killer. Mais Gaston, leur fils, est persuadé que son père est vivant. Son retour pourrait bien remettre en cause la relation nouée entre Lola et le criminologue Desmond G. Blur, dont elle a bouleversé le destin en levant le mystère sur un drame familial passé. Chacun se languit désormais d’un côté de l’Atlantique, elle à Nancy, lui à Chautauqua Institution où manifestations étranges, disparitions d’objets et morts suspectes se multiplient. Au fil des jours, l’été bascule vers l’automne, confirmant les menaces qui pèsent sur la population d’une ville coquette, mais aussi sur Lola et son fils. Car les restes d’un corps sont bientôt retrouvés dans le désert de Mojave. Quelqu’un, habité d’un appétit de revanche, est décidé à reprendre possession de ce qui lui appartient.
        Le plus dangereux prédateur n’est pas forcément celui qu’on croit.
         
        Dans la lignée de Black Coffee, brûlant de l’aura de lieux imprégnés par l’intimité fragile des êtres, White Coffee promet quelques nuits blanches.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265098558
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        Fleuve éditions
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Laurie_lucas Posté le 26 Février 2018
          Avant même de commencée ma lecture, j’étais impatiente de retrouvée Sophie Loubière. Sa plume que j’aime beaucoup et son univers. Et encore une fois, je ne suis pas déçue du voyage. J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce thriller. Les toutes premières pages sont un avertissement aux lecteurs. Une petite façon de prévenir ceux qui n’ont pas encore lu « Black Coffee », de souligner qu’il serait peut-être plus judicieux de le faire avant de lire cette suite. Cet avertissement est accompagné d’un résumé reprenant l’intrigue du tome précédent. Un petit rappel pour que l’on se replonge dans l’ambiance. Tout comme « Black Coffee », ce livre est impossible à fermé. Avec ses chapitres courts, son écriture rythmée et cette nouvelle intrigue qui se dessine doucement, en douceur, avant de montée en puissance, il se dévore page après page. Même quand on croit qu’il n’y en a plus, il y en a encore ! Le suspense est encore une fois au rendez-vous. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’intrigue autour de la ville de Chautauqua Institution et de ses habitants. Niveaux personnages et pendant que je vous parle de l’intrigue de Chautauqua, je suis tombée sous le charme de Desmond. J’étais tout bonnement... Avant même de commencée ma lecture, j’étais impatiente de retrouvée Sophie Loubière. Sa plume que j’aime beaucoup et son univers. Et encore une fois, je ne suis pas déçue du voyage. J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce thriller. Les toutes premières pages sont un avertissement aux lecteurs. Une petite façon de prévenir ceux qui n’ont pas encore lu « Black Coffee », de souligner qu’il serait peut-être plus judicieux de le faire avant de lire cette suite. Cet avertissement est accompagné d’un résumé reprenant l’intrigue du tome précédent. Un petit rappel pour que l’on se replonge dans l’ambiance. Tout comme « Black Coffee », ce livre est impossible à fermé. Avec ses chapitres courts, son écriture rythmée et cette nouvelle intrigue qui se dessine doucement, en douceur, avant de montée en puissance, il se dévore page après page. Même quand on croit qu’il n’y en a plus, il y en a encore ! Le suspense est encore une fois au rendez-vous. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’intrigue autour de la ville de Chautauqua Institution et de ses habitants. Niveaux personnages et pendant que je vous parle de l’intrigue de Chautauqua, je suis tombée sous le charme de Desmond. J’étais tout bonnement fascinée pendant les passages le concernant. En particulier quand il raconte des faits plutôt corsés et pendant ses investigations. Sinon, tout comme « Black Coffee », il y a beaucoup de personnages secondaires, mais l’histoire tourne surtout autour de Lola et Desmond. Et aussi de quelques autres… mais je n’en dirai pas plus à ce sujet ! Pour finir, comme le titre et la couverture le laisse présager, ce deuxième tome, en comparaison au premier, est différent. L’ambiance, l’atmosphère, ou encore le ressenti n’est pas pareil… mais pour ça aussi je n’en dirai pas plus. Je vous laisse le découvrir par vous-mêmes. Je vous conseille fortement ce livre qui peut-être lu sans lire le tome précédent. Mais je vous invite tout de même à lire « Black Coffee » avant, vous n’apprécierez que plus cette suite.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Anaislectrice Posté le 4 Décembre 2017
          White Coffee se veut la suite logique, le prolongement direct de l’histoire amorcée dans Black Coffee. Nous retrouvons ici une grande majorité des personnages principaux dont nous avions fait la rencontre précédemment, presque là où on les avait laissés à la fin du tome 1. Lola a retrouvé son mari, fin des investigations sous le soleil brûlant de l’ouest américain, retour à Nancy. Et là badaboum, le drame dans mon cœur de globe trotteuse, je ne veux pas rentrer chez moi ! ( et oui, je suis Lorraine ! ). La Lorraine, c’est clairement moins fun et ça fait moins rêver mon âme de voyageuse que l’oust américain et je me demande comment je vais trouver le courage de lire ce bon pavé de 724 pages alors que j’avais tellement vibré lors du précédent opus. Je suis très souvent déçue par les suites surtout quand j’avais adoré le premier livre de la série, mais, il y a un mais, Sophie Loubière a réussi le tour de force de ne pas tomber dans une sorte de redondance ou de réécriture de son excellent Black Coffee en nous proposant ici quelque chose de profondément différent, et ça fait du bien ! L’auteure nous... White Coffee se veut la suite logique, le prolongement direct de l’histoire amorcée dans Black Coffee. Nous retrouvons ici une grande majorité des personnages principaux dont nous avions fait la rencontre précédemment, presque là où on les avait laissés à la fin du tome 1. Lola a retrouvé son mari, fin des investigations sous le soleil brûlant de l’ouest américain, retour à Nancy. Et là badaboum, le drame dans mon cœur de globe trotteuse, je ne veux pas rentrer chez moi ! ( et oui, je suis Lorraine ! ). La Lorraine, c’est clairement moins fun et ça fait moins rêver mon âme de voyageuse que l’oust américain et je me demande comment je vais trouver le courage de lire ce bon pavé de 724 pages alors que j’avais tellement vibré lors du précédent opus. Je suis très souvent déçue par les suites surtout quand j’avais adoré le premier livre de la série, mais, il y a un mais, Sophie Loubière a réussi le tour de force de ne pas tomber dans une sorte de redondance ou de réécriture de son excellent Black Coffee en nous proposant ici quelque chose de profondément différent, et ça fait du bien ! L’auteure nous emmène donc aux côtés des personnages lors de leur retour chez eux, comme si leur road trip n’avait été qu’un mirage, une parenthèse dans leur vie et dans leur routine familiale. L’écrivaine a marqué une rupture franche et nette en nous faisant quitter durant une bonne moitié du livre la Route 66, et en balayant l’incroyable atmosphère de road movie qui régnait dans le premier tome pour nous proposer cette fois une atmosphère glauque et mélancolique à la fois, plus posée aussi car nous ne voyagerons pas énormément cette fois, mais également pleine de suspicion. J’ai ressenti une sorte de vide, vous l’aurez compris vu que je me répète un peu, à quitter l’ouest américain, mais également parce que j’ai continué à m’identifier à Lola et que le retour dans sa vie de son mari et l’éloignement de Desmond m’ont mise vraiment mal à l’aise, à l’image de ce qu’elle-même a pu ressentir. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi je me suis autant identifiée à elle car ma vie n’a absolument rien à voir avec la sienne, mais je pense simplement que l’auteure a réussi à créer un lien entre elle et les lecteurs grâce aux traits de son caractère qui en font un personnage profondément humain, plein d’ambivalence et de sentiments contradictoires, et que je l’ai trouvée touchante et intéressante. Passé ce choc géographique, mon âme de lectrice de thrillers a repris le dessus et j’ai réussi à me défaire du premier tome dont je n’avais pas encore fait le deuil, pour entrer pour de bon dans l’intrigue cette fois. Je pense que les personnes qui ont lu Black Coffee il y a un certain temps ne retrouveront pas forcément cette sensation de choc culturel, car moi j’ai enchaîné les deux et je ne suis en fait jamais sortie de l’histoire. Si dans Black Coffee, tout tournait autour de la recherche de Pierre et les investigations pour retrouver la trace d’un serial killer, ici il y a une alternance entre scènes qui se déroulent à Nancy au retour de la famille Lombard, et scènes où nous suivons Desmond sur tout autre chose que je ne développerai pas ici car je risquerai de faire une chronique bien trop longue pour être attractive pour les lecteurs qui me suivent. Que ça soit clair, j’ai détesté Pierre, j’ai vomi son attitude, son comportement, tout ce qu’il est, et j’aurais préféré qu’ils le retrouvent à l’état de cadavre en putréfaction dans un désert aride plutôt que de le voir revenir triomphant, sûr de lui et avec toute l’attitude du mec macho qui pense que sa femme va lui tomber dans les bras après avoir semé le chaos dans sa vie en l’abandonnant avec les enfants en plein désert américain. Son personnage crève les pages et annihile tout ce qu’est Lola, pleine de doutes, tiraillée entre sa rancœur, le bien être de son fils et son attachement à Desmond. Alors que j’avais rencontré une femme profondément combative précédemment, elle est ici réduite à faire de la figuration dans la vie de son mari égocentrique, et c’est en grande partie pour ça que j’ai autant détesté ce dernier. Il est un personnage qui, en tant que femme, m’a fait peur, m’a fait ressentir une profonde aversion et il a largement contribué à créer ce climat malsain qui s’installe durant toute la lecture. L’histoire est très fournie, notamment parce que de nombreux rappels sont faits des événements précédents, mais aussi parce que de nouvelles intrigues s’installent, notamment aux côtés de Desmond qui erre dans une sorte de brouillard depuis le départ de Lola. La multiplicité des personnages secondaires et des intrigues a fait que je me suis sentie parfois un peu perdue même si j’ai trouvé que cela apportait quelque chose de très positif à l’histoire car cela a évité justement la redondance dont je vous parlais lorsqu’un auteur publie une suite. [Le mot de la fin] Sophie Loubière a une nouvelle fan, et sur les conseils des lecteurs qui me suivent sur les réseaux sociaux, je vais m’intéresser à son livre L’enfant aux cailloux dans les semaines à venir. C’est avec une sorte de pincement au cœur que je quitte ces personnages auxquels je me suis tant attachée. C’est comme ça avec les bons bouquins, on a envie de les terminer pour connaître le dénouement, et en même temps on n’en a pas envie car on sait qu’on va avoir du mal à accrocher à une autre lecture le temps de nous en défaire. Moi qui étais en profonde dépression littéraire depuis le dernier Indridason, preuve en est, l’effondrement de mon rythme de lecture, et bien j’ai enfilé ce livre en l’espace de trois jours parce qu’à nouveau, l’auteur a réussi à susciter ma curiosité en créant quelque chose de totalement nouveau sans pour autant délaisser complètement le tome précédent. Vous l’aurez compris, je recommande à nouveau !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elodieuniverse Posté le 28 Octobre 2017
          Ce livre est la suite du livre "Black coffee". Je vous conseille fortement de commencer par le premier tome pour mieux comprendre l'histoire des personnages. Il est composé de 6 parties portant le titre d'une chanson. Pour résumer "Black coffee", c'est l'histoire de Pierre Lombart qui abandonne sa famille lors d'une épopée sur la route 66 aux États-Unis, qui va se rapprocher dangereusement d'un serial killer et se mettre à écrire ses confessions dans un cahier. Lola, sa femme, va tout faire pour le retrouver et va se retrouver au plus près du tueur. Elle sera sauvée par le criminologue Desmond Blur avec qui elle entretiendra une relation intime... Juillet 2011. Los Angeles/Nancy. Rentrés sans réponses quand au sort de Pierre, meurtris par leur expédition sur les routes américaines, Lola et ses enfants, Annette et Gaston, tentent de continuer à vivre. Lola a quitté à regret Desmond pour retrouver sa vie continuant une relation longue distance. Mais, un jour, Pierre refait son apparition, il raconte sa disparition d'il y a quatre ans, sa rencontre avec le tueur en série mais celui-ci n'est plus le même homme et le FBI continue d'enquêter sur l'affaire... En parallèle, Desmond qui est à Chautauqua pour ses... Ce livre est la suite du livre "Black coffee". Je vous conseille fortement de commencer par le premier tome pour mieux comprendre l'histoire des personnages. Il est composé de 6 parties portant le titre d'une chanson. Pour résumer "Black coffee", c'est l'histoire de Pierre Lombart qui abandonne sa famille lors d'une épopée sur la route 66 aux États-Unis, qui va se rapprocher dangereusement d'un serial killer et se mettre à écrire ses confessions dans un cahier. Lola, sa femme, va tout faire pour le retrouver et va se retrouver au plus près du tueur. Elle sera sauvée par le criminologue Desmond Blur avec qui elle entretiendra une relation intime... Juillet 2011. Los Angeles/Nancy. Rentrés sans réponses quand au sort de Pierre, meurtris par leur expédition sur les routes américaines, Lola et ses enfants, Annette et Gaston, tentent de continuer à vivre. Lola a quitté à regret Desmond pour retrouver sa vie continuant une relation longue distance. Mais, un jour, Pierre refait son apparition, il raconte sa disparition d'il y a quatre ans, sa rencontre avec le tueur en série mais celui-ci n'est plus le même homme et le FBI continue d'enquêter sur l'affaire... En parallèle, Desmond qui est à Chautauqua pour ses conférences en criminologie, se retrouve au milieu d'évenements étranges: mort d'écureuils en grand nombre, des cadavres, des objets sont volés, des choses déplacées... Cela laisse Desmond perplexe mais celui-ci n'a pas dit son dernier mot. Oeuvre d'un fantôme ou d'un être maléfique? Desmond saura-t-il démêler les fils de cette étrange histoire? De la France en Amérique, l'auteure a le don de nous faire voyager. Un roman noir maîtrisé qui nous embrouille du début à la fin, le récit est fourni et nous embarque dans deux affaires différentes. J'ai trouvé les personnages secondaires un peu trop nombreux et il m'a été difficile parfois de comprendre leurs récits insérés à l'enquête de Desmond. J'ai beaucoup aimé l'histoire mais je n'ai pas ressenti de liens particuliers envers les personnages, les contemplant comme une spectatrice. J'ai été franchement agacée par Pierre et celui qui m'a le plus touchée je dirais le fils: Gaston. le rythme est soutenu et chaque chapitre nous laisse dans l'expectative du suivant. Bref, c'est un bon thriller, un peu long peut-être mais qui m'a tenue en haleine jusqu'au dernier chapitre et c'est le principal. Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lousine Posté le 26 Octobre 2017
          Sur la mythique route 66… White Coffee est le deuxième tome d’une série dont il vaut mieux lire le 1er tome (Black Coffee)comme le dit Sophie Loubière dans son mot d’auteur au début de ce roman. Il s’agit donc de la suite des aventures de Pierre et Lola Lombard et de Desmond G Blur dont on a déjà suivi les aventures sur la mythique route américaine –la route 66- dans le tome précédent. Le prologue nous donne par ailleurs des nouvelles de Pierre Lombard entre le 1e tome et celui-ci car ce personnage était moins présent dans le premier livre. Chaque chapitre commence par la date et le lieu où se déroule l’action qu’il va présenter : il y a une alternance entre les USA et la France pour suivre les péripéties et les pensées des personnages du roman précédent ainsi que celles de nouveaux venus pour alimenter l’histoire. Au départ, j’ai eu l’impression que l’intrigue offrait moins de suspens que dans celle du premier livre mais je me suis laissée autant, voire plus, emporter par l’histoire et encore lors de surprises qui surviennent dans la dernière partie du roman. Je recommande ce livre à tous les fans de polars et de l’Amérique avec ses... Sur la mythique route 66… White Coffee est le deuxième tome d’une série dont il vaut mieux lire le 1er tome (Black Coffee)comme le dit Sophie Loubière dans son mot d’auteur au début de ce roman. Il s’agit donc de la suite des aventures de Pierre et Lola Lombard et de Desmond G Blur dont on a déjà suivi les aventures sur la mythique route américaine –la route 66- dans le tome précédent. Le prologue nous donne par ailleurs des nouvelles de Pierre Lombard entre le 1e tome et celui-ci car ce personnage était moins présent dans le premier livre. Chaque chapitre commence par la date et le lieu où se déroule l’action qu’il va présenter : il y a une alternance entre les USA et la France pour suivre les péripéties et les pensées des personnages du roman précédent ainsi que celles de nouveaux venus pour alimenter l’histoire. Au départ, j’ai eu l’impression que l’intrigue offrait moins de suspens que dans celle du premier livre mais je me suis laissée autant, voire plus, emporter par l’histoire et encore lors de surprises qui surviennent dans la dernière partie du roman. Je recommande ce livre à tous les fans de polars et de l’Amérique avec ses grands mythes et ses grands espaces.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lilou08 Posté le 29 Mars 2017
          Avant toute chose, sachez que ce livre est la « suite » de « Black Coffee » de la même Sophie Loubière. Il est impératif de l'avoir lu pour apprécier et s'y retrouver un peu dans « White Coffee ». J'avais beaucoup aimé Black Coffee, ce thriller, sorte de road movie qui se déroulait sur la route 66 aux Etats-Unis. On en prenait plein les yeux et le désert nous brûlait les bronches. Dans White Coffee, l'histoire se déroule encore un peu aux États-Unis, mais moins que dans l'ouvrage précédent et plus souvent en France, à Nancy et sa région principalement. Clin d’œil à mes années estudiantines.... sympa ! On retrouve les personnages principaux pratiquement où on les avait laissés. On suit surtout Desmond Blurr, impatient de venir retrouver Lola et ses enfants en France, qui doit continuer quelques temps ses conférences de criminologue. Il se trouve ainsi confronter à des phénomènes assez étranges, « surnaturels » et on lui demande de résoudre une enquête sur des fantômes qui séviraient à Chautauqua. Bien sûr, on suit également Lola, Gaston et Annette qui reprennent et réapprennent peu à peu la vie en France, à Nancy. Pierre, le père de Gaston, réapparaît... contrairement à ce que la plupart des gens pensait,... Avant toute chose, sachez que ce livre est la « suite » de « Black Coffee » de la même Sophie Loubière. Il est impératif de l'avoir lu pour apprécier et s'y retrouver un peu dans « White Coffee ». J'avais beaucoup aimé Black Coffee, ce thriller, sorte de road movie qui se déroulait sur la route 66 aux Etats-Unis. On en prenait plein les yeux et le désert nous brûlait les bronches. Dans White Coffee, l'histoire se déroule encore un peu aux États-Unis, mais moins que dans l'ouvrage précédent et plus souvent en France, à Nancy et sa région principalement. Clin d’œil à mes années estudiantines.... sympa ! On retrouve les personnages principaux pratiquement où on les avait laissés. On suit surtout Desmond Blurr, impatient de venir retrouver Lola et ses enfants en France, qui doit continuer quelques temps ses conférences de criminologue. Il se trouve ainsi confronter à des phénomènes assez étranges, « surnaturels » et on lui demande de résoudre une enquête sur des fantômes qui séviraient à Chautauqua. Bien sûr, on suit également Lola, Gaston et Annette qui reprennent et réapprennent peu à peu la vie en France, à Nancy. Pierre, le père de Gaston, réapparaît... contrairement à ce que la plupart des gens pensait, il n'est pas mort et revient en France avec ses lâchetés, ses démons, ses secrets et son envie de reprendre sa place dans sa famille qu'il a pourtant abandonnée quatre ans plus tôt sur cette fameuse route 66. Cela est loin d'être simple. De nombreux autres personnages gravitent autour d'eux, certains connus dans Black Coffee et que l'on retrouve, et de nombreux nouveaux.... Parfois, peut-être un peu trop à mon goût... Mais dans l'ensemble, je me suis encore laissée prendre par ces histoires et ces aventures... qui donnent comme une envie d'aller faire un tour là-bas aux États-Unis sur les pas de Desmond, ou Lola.... Je ne peux que vous conseiller vivement Black White Coffee.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Au sujet de Black Coffee : 
        « Suspense, péripéties, retournements, rien ne manque à ce roman noir mené de main de maître, rythmé par des brèves astrologiques pleines de sel, aux personnages fouillés, à commencer par l’héroïne, échappant à tout cliché comme à toute caricature. Une authentique réussite, qui donne envie de prendre à son tour la Route 66, immortalisée par Bob Dylan et Nat King Cole. » - L’Humanité 
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.