Lisez! icon: Search engine
American Psycho
Alain Defossé (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 14/04/2016
Éditeurs :
Robert Laffont

American Psycho

Alain Defossé (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 14/04/2016

À vingt-six ans, Patrick Bateman est un golden boy de Wall Street ; le parfait yuppie des années 80. Il est aussi un serial killer

«Patrick Bateman est, hélas, un des...

À vingt-six ans, Patrick Bateman est un golden boy de Wall Street ; le parfait yuppie des années 80. Il est aussi un serial killer

«Patrick Bateman est, hélas, un des personnages de roman les plus intéressants qu'on ait créés au cours des dix dernières années.» Michel Braudeau, Le Monde.
«Le...

À vingt-six ans, Patrick Bateman est un golden boy de Wall Street ; le parfait yuppie des années 80. Il est aussi un serial killer

«Patrick Bateman est, hélas, un des personnages de roman les plus intéressants qu'on ait créés au cours des dix dernières années.» Michel Braudeau, Le Monde.
«Le premier roman depuis des années à faire résonner des thèmes aussi profonds, dostoïevskiens... [Bret Easton Ellis] nous oblige à regarder en face l'intolérable, ce que peu de romanciers ont le courage de faire.» Norman Mailer.
«On entend rarement dire, dans la fureur des commentaires, que ce roman est une satire, une satire hilarante, écœurante, pince-sans-rire, consternante... Ellis est avant tout un moraliste. Dans ses romans, chaque mot prononcé d'une voix laconique naît d'une indignation intense, douloureuse, éprouvée au regard de notre condition spirituelle...» The Los Angles Times.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221128107
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782221128107
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • damelazare 08/01/2024
    Une façon sympathique et joyeuse de commencer 2024 (non) : la lecture d'American Psycho, où un jeune golden boy new-yorkais profite de la fin des années 80 pour dîner dans des endroits branchés, s'adonner au soin de sa peau grâce à une minutieuse routine, s'acheter des vêtements de luxe et torturer à mort des femmes. Les critiques à l'égard du livre sont, ironiquement, des partis-pris de l'auteur : le discours insipide des personnages se confondent, comme eux-mêmes passent leurs temps à oublier et confondre les noms et les visages de leurs amis yuppies, photocopies les uns des autre ; les descriptions des vêtements luxueux sont si précises qu'elles en deviennent absurdes et inimaginables ; les chapitres passés à disserter au sujet de Phil Collins après la description morbide de la torture infligée à une prostituée ; les questions perpétuelles : Patrick va-t-il enfin obtenir une réservation au Dorcia ? Et finalement rencontrer son idole, Donald Trump ?    Évidemment, ces parti-pris, s'ils sont assumés, ne peuvent faire l'unanimité ; pour reproduire la vie répétitive, vaine et superficielle de la frange la plus fortunée de la société, Bret Easton Ellis se doit la décrire, et il s'y emploie avec beaucoup d'enthousiasme, dans un style sec et clinique.  Ces descriptions ne se limitent pas à la garde-robe de Patrick et de son entourage, tous vice-présidents d'un établissement bancaire quelconque, mais s'étendent à la minutieuse torture qu'il inflige aux femmes. Au fur et à mesure du récit, alors qu'il s'enfonce dans une spirale de folie et perd pied avec la réalité, elles deviennent de plus en plus morbides et malsaines, et l'horreur malsaine commence à prendre pas sur le vernis clinquant de superficialité. Là aussi, le parti-pris semble évident : impossible de ne pas le lire comme une critique du machisme, de la brutalité sordide de ces hommes à l'air civilisé.  A accompagner du film, bien sûr. Une façon sympathique et joyeuse de commencer 2024 (non) : la lecture d'American Psycho, où un jeune golden boy new-yorkais profite de la fin des années 80 pour dîner dans des endroits branchés, s'adonner au soin de sa peau grâce à une minutieuse routine, s'acheter des vêtements de luxe et torturer à mort des femmes. Les critiques à l'égard du livre sont, ironiquement, des partis-pris de l'auteur : le discours insipide des personnages se confondent, comme eux-mêmes passent leurs temps à oublier et confondre les noms et les visages de leurs amis yuppies, photocopies les uns des autre ; les descriptions des vêtements luxueux sont si précises qu'elles en deviennent absurdes et inimaginables ; les chapitres passés à disserter au sujet de Phil Collins après la description morbide de la torture infligée à une prostituée ; les questions perpétuelles : Patrick va-t-il enfin obtenir une réservation au Dorcia ? Et finalement rencontrer son idole, Donald Trump ?    Évidemment, ces parti-pris, s'ils sont assumés, ne peuvent faire l'unanimité ; pour reproduire la vie répétitive, vaine et superficielle de la frange la plus fortunée de la société, Bret Easton Ellis se doit la décrire, et il s'y emploie avec beaucoup d'enthousiasme, dans un style...
    Lire la suite
    En lire moins
  • FredericSTUDZINSKI 04/01/2024
    Oh. Wouah. Stop. Âmes sensibles s'abstenir. On navigue aux limites de la démence, à moins que l'on y soit réellement. Je conseille d'abord de regarder le film ( avec l'excellent Christian Bales) avant d'aborder le livre. Il permettra de mieux comprendre et cerner les écrits. A noter que le film est ...dix fois moins pire que le livre qui vous emmène au bord du gouffre avec une personnage vide de tout sauf de cruauté. Patrick Bateman est-il un pur produit d'un mode de vie capitaliste poussé à l'extrême ? Une chose est sûre, il a quitté la réalité telle que définie par ses semblables. Sa superficialité n'a d'égale que le vide au fond de lui. Tantôt préoccupé par les problèmes du monde, tantôt les méprisant allégrement aux détriments d'obsessions vestimentaires ou autres, Bateman ne pense qu'à ressentir. Ressentir des choses que lui permettent de se sentir un peu vivant, d'oublier sa douleur, sa douleur de vivre dans un monde creux. Et pour cela, il tue, des plus atroces manières que son esprit lui permette. Dans sa tête ou dans son entourage ? Ou un peu des deux ? Un livre dérangeant qui traduit parfaitement le malaise de l'être "civilisé", possédant tout et ne possédant rien car sans réponse aux vrais questions pouvant substanter l'âme. Un coup de maître, une photographie de l'ère moderne à lire entre les lignes. Le sang versé n'étant qu'un véhicule aux frustrations. Bonne chance. Vous n'en ressortirez pas indemne. Oh. Wouah. Stop. Âmes sensibles s'abstenir. On navigue aux limites de la démence, à moins que l'on y soit réellement. Je conseille d'abord de regarder le film ( avec l'excellent Christian Bales) avant d'aborder le livre. Il permettra de mieux comprendre et cerner les écrits. A noter que le film est ...dix fois moins pire que le livre qui vous emmène au bord du gouffre avec une personnage vide de tout sauf de cruauté. Patrick Bateman est-il un pur produit d'un mode de vie capitaliste poussé à l'extrême ? Une chose est sûre, il a quitté la réalité telle que définie par ses semblables. Sa superficialité n'a d'égale que le vide au fond de lui. Tantôt préoccupé par les problèmes du monde, tantôt les méprisant allégrement aux détriments d'obsessions vestimentaires ou autres, Bateman ne pense qu'à ressentir. Ressentir des choses que lui permettent de se sentir un peu vivant, d'oublier sa douleur, sa douleur de vivre dans un monde creux. Et pour cela, il tue, des plus atroces manières que son esprit lui permette. Dans sa tête ou dans son entourage ? Ou un peu des deux ? Un livre dérangeant qui traduit parfaitement le malaise de l'être "civilisé", possédant...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Esthehr 28/11/2023
    Excellent livre de Bret Easton Ellis que j’ai lu comme une dénonciation cynique du matérialisme des sociétés occidentales, des Etats-Unis en particulier. Le narrateur, Patrick Bateman, est un golden boy, fleuron de l’Amérique triomphante. Beau, brillant, riche, sûr de lui, il est parfaitement intégré socialement et maîtrise avec brio les codes du monde dans lequel il évolue. Le jour, il est un « killer » en affaires, la nuit, c'est un sérial-killer qui va au bout de tous ses fantasmes sans compassion ni remords. En réalité, sa violence nocturne comble le vide de sa vie où triomphent l’argent et ses manifestations ostentatoires. Bateman est le produit monstrueux du matérialisme et de l’individualisme forcené de la société dans laquelle il vit, qui a broyé la pensée, les sentiments et la morale. Ses meurtres se répètent à l’infini si bien qu’il finit par faire sauter, une à une, les barrières de la conscience. Il lui reste encore le désir de faire rejaillir sa douleur sur les autres mais la machine se grippe peu à peu. Chaque journée se répète à l’identique. Il survit, prisonnier d’un éternel recommencement et d’une existence sans issue. Un livre glaçant à bien des égards.
  • ClajaB 13/11/2023
    Je suis ravie d’avoir eu l’occasion de relire « American Psycho » car j’ai l’impression de l’avoir encore plus apprécié que la première fois. D’avoir été plus attentive à la performance et au génie littéraire de BEE, plus réceptive à l’humour omniprésent (je ne me souvenais pas qu’il était aussi drôle et parfois même hilarant !) mais tout autant horrifiée par les scènes de torture insoutenables (j’avais beau me dire qu’elles étaient trop grand-guignolesques pour être vraies tournant presque au burlesque, j’avais beau comprendre qu’elles étaient des allégories de ce milieu impitoyable et carnassier… des pauses ont été nécessaires tant je les terminais au bord de la nausée). BEE lui-même dit d’ailleurs que son roman est avant tout une « comédie ». Il est peut-être inutile que je vous rappelle que ce roman culte est le portrait du non moins culte Patrick Bateman, Pat pour les intimes, caricature des yuppies des années 80, golden boy de Wall street au physique parfait, serial-killer à ses heures perdues, ou du moins fortement perturbé et schizophrène en puissance si, comme moi, on penche pour la thèse selon laquelle il fantasme ses meurtres. Pat a une fâcheuse tendance il me semble, à ne pas arriver à distinguer ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Et plus le récit et le rythme des crimes avancent, parallèlement à sa folie grandissante, plus on doute aussi de leur réalité. Il y a de plus en plus d’indices et d’arguments qui vont dans le sens du fantasme. Certes ils peuvent pour la plupart se réfuter mais il y en a trop et certains irréfutables il me semble, pour ne pas sérieusement douter de la réalité des crimes. Pour ce qui est de la forme, impossible de ne pas mentionner le fameux « name dropping », procédé que je trouve formidable, ou encore les dialogues (que je trouve brillants) parfois, souvent, sans queue ni tête car personne ne s’écoute vraiment. L’intrigue est mince, mais j’ai encore une fois été hypnotisée par ce texte génial au sens littéral du terme. Et je n’ai pu m’empêcher de chercher à essayer de comprendre la personnalité effrayante mais malgré tout fascinante de Patrick Bateman. BEE nous offre une analyse psychologique vraiment troublante et une satire féroce du monde de la finance (et du capitalisme) en nous immergeant dans ce microcosme de « yuppies » superficiels et imbus d’eux-mêmes qui se ressemblent tous, totalement interchangeables. « American Psycho » est bien plus qu’un roman culte, il est pour moi un chef-d’œuvre, souvent malheureusement réduit à ses scènes d’horreur alors qu’il est d’une grande richesse.Je suis ravie d’avoir eu l’occasion de relire « American Psycho » car j’ai l’impression de l’avoir encore plus apprécié que la première fois. D’avoir été plus attentive à la performance et au génie littéraire de BEE, plus réceptive à l’humour omniprésent (je ne me souvenais pas qu’il était aussi drôle et parfois même hilarant !) mais tout autant horrifiée par les scènes de torture insoutenables (j’avais beau me dire qu’elles étaient trop grand-guignolesques pour être vraies tournant presque au burlesque, j’avais beau comprendre qu’elles étaient des allégories de ce milieu impitoyable et carnassier… des pauses ont été nécessaires tant je les terminais au bord de la nausée). BEE lui-même dit d’ailleurs que son roman est avant tout une « comédie ». Il est peut-être inutile que je vous rappelle que ce roman culte est le portrait du non moins culte Patrick Bateman, Pat pour les intimes, caricature des yuppies des années 80, golden boy de Wall street au physique parfait, serial-killer à ses heures perdues, ou du moins fortement perturbé et schizophrène en puissance si, comme moi, on penche pour la thèse selon laquelle il fantasme ses meurtres. Pat a une fâcheuse tendance il me semble, à ne pas arriver à distinguer ce qui est...
    Lire la suite
    En lire moins
  • anniefrance 15/08/2023
    Je ne m'attendais pas du tout à cela: un de mes groupes de lecteurs en parlaient souvent sans rien en dire. La sortie du nouveau Bret Easton Ellis m'a incitée à lire American psycho. J'ai eu beaucoup de mal avec ce milieu yuppie, un monde à part. J'ai très mal supporté toutes les griffes énoncées et cette façon de décrire la tenue de chaque personne; on boit, on se drogue, on mate des cassettes porno, on sort tous les soirs. Le travail est seulement évoqué, c'est à celui qui détiendra le plus gros portefeuille, on exhibe sa carte de paiement...Cela m'a beaucoup ennuyée; le narrateur, Patrick Bateman, glisse quelques indices sur sa double personnalité puis p. 178, montre une première scène de torture sur un sdf et son chien. Sa folie va s'accroître, il devient un serial killer où les scènes sont de plus en plus insupportables. C'est toujours Pat qui raconte mais il est dans son monde et j'ai peine à croire à la véracité des faits. Owen est tué, la scène est décrite méticuleusement, mais il réapparaît à Londres!! Il y a toujours un doute sur les personnes: on dirait...ça ressemble à ... Je venais de relire Travail soigné de Lemaitre et j'avais eu du mal avec le côté gore mais ici, j'ai du m'accrocher pour aller jusqu'au bout (et on parle trop de Trump!!) je ne lirai plus cet auteur.Je ne m'attendais pas du tout à cela: un de mes groupes de lecteurs en parlaient souvent sans rien en dire. La sortie du nouveau Bret Easton Ellis m'a incitée à lire American psycho. J'ai eu beaucoup de mal avec ce milieu yuppie, un monde à part. J'ai très mal supporté toutes les griffes énoncées et cette façon de décrire la tenue de chaque personne; on boit, on se drogue, on mate des cassettes porno, on sort tous les soirs. Le travail est seulement évoqué, c'est à celui qui détiendra le plus gros portefeuille, on exhibe sa carte de paiement...Cela m'a beaucoup ennuyée; le narrateur, Patrick Bateman, glisse quelques indices sur sa double personnalité puis p. 178, montre une première scène de torture sur un sdf et son chien. Sa folie va s'accroître, il devient un serial killer où les scènes sont de plus en plus insupportables. C'est toujours Pat qui raconte mais il est dans son monde et j'ai peine à croire à la véracité des faits. Owen est tué, la scène est décrite méticuleusement, mais il réapparaît à Londres!! Il y a toujours un doute sur les personnes: on dirait...ça ressemble à ... Je venais de relire Travail soigné de...
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    15 livres cultes à lire une fois dans sa vie

    Ils sont cultes ! Chacun de ces romans a, à sa manière, bouleversé le monde littéraire. Vous ne les avez pas encore lus ? Plongez-vous dans ces chefs-d’œuvre ! Vous ne le regretterez pas.

    Lire l'article
  • News
    10/18

    "White" : un bilan corrosif signé Bret Easton Ellis

    Premier ouvrage ouvertement non-fictionnel signé de l'un des papes de la littérature américaine d'après Reagan, White (Robert Laffont) a su l'an dernier impressionner, ébahir, remuer voire scandaliser aficionados, simple amateurs et critiques acerbes de Bret Easton Ellis. A l'heure de sa parution au format poche, chez 10/18, retour sur un phénomène éditorial qui n'a sans doute pas encore livré tous ses secrets.

    Lire l'article