Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127261
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Drood

Odile DEMANGE (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 11/08/2011

Les dernières années de la vie de Charles Dickens revisitées par son ami, l’écrivain opiomane Wilkie Collins, ou le récit étourdissant d’une vertigineuse descente aux enfers.
9 juin 1865. Charles Dickens, alors au faîte de sa gloire, regagne secrètement Londres en train, accompagné de sa maîtresse. Soudain, à Staplehurst, sur...

Les dernières années de la vie de Charles Dickens revisitées par son ami, l’écrivain opiomane Wilkie Collins, ou le récit étourdissant d’une vertigineuse descente aux enfers.
9 juin 1865. Charles Dickens, alors au faîte de sa gloire, regagne secrètement Londres en train, accompagné de sa maîtresse. Soudain, à Staplehurst, sur un pont, l’express déraille. Seul le wagon où a pris place « l’écrivain le plus célèbre du monde » échappe par miracle à la catastrophe. Au fond du gouffre, alors que Dickens tente de porter secours aux survivants, sa route croise celle d’un personnage à l’allure spectrale qui va désormais l’obséder : Drood.
De retour à Londres, Dickens confie le secret de son étrange rencontre à Wilkie Collins, écrivain lui aussi. Quels liens unissent désormais l’inquiétant Drood et l’Inimitable, comme le surnomme avec admiration et ironie Collins ? C’est ce que ce dernier cherche à découvrir en se lançant à la poursuite de Dickens. Mais peut-on raisonnablement accorder crédit au récit de Collins, opiomane en proie à la paranoïa et aux hallucinations ?
Inspiré par Le Mystère d’Edwin Drood, oeuvre mythique que Dickens laissa inachevée à sa mort – cinq ans jour pour jour après son accident de chemin de fer –, Drood nous entraîne, de cryptes en catacombes, dans le Londres interlope de Jack l’Éventreur et des sciences occultes. Roman biographique, historique, victorien, roman populaire, policier, psychologique, gothique, fantastique… Dan Simmons se joue des genres et des codes pour nous offrir ce livre envoûtant, qui est également une formidable réflexion sur le processus de création littéraire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127261
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CelineTH7854 Posté le 6 Décembre 2019
    Je remercie morganex de m'avoir incitée à poursuivre ma découverte de Dan Simmons avec Drood, après ma déception concernant L’Échiquier du Mal. Malgré certaines longueurs, j'ai apprécié la mise en scène de cette relation entre les deux écrivains Charles Dickens et Wilkie Collins, relation d'amitié qui va se modifier suite à l'accident ferroviaire de Staplehurst dont sera victime Charles Dickens en 1865. Le roman s'appuie sur la biographie et les œuvres de Charles Dickens et de Wilkie Collins pour nous plonger peu à peu dans un récit fantastique.
  • VassagoTL Posté le 30 Juin 2019
    Ce livre m'a tout simplement donné envie de lire du Dickens. On aurait tout de même apprécier que le propos soit un peu plus condensé. Par moment on se perd dans les détails.
  • Flaubauski Posté le 26 Avril 2019
    J’avais plutôt apprécié L’échiquier du mal, alors je me suis dit " Pourquoi pas Drood ? " , le sujet m’ayant semblé encore plus appréciable que celui précédemment lu. Bien m’en a pris : j’ai été assez rapidement happée par le récit que nous donne Wilkie Collins de la fin de la vie de Charles Dickens à partir de son accident de train de 1865, bien réel, au contraire de sa première rencontre avec Drood, personnage mystérieux de l’invention de Simmons qui sera au centre de l’intrigue. Alternant avec beaucoup de maîtrise narration d’évènements trépidants/inquiétants ayant réellement eu lieu ou ayant été imaginés par l’auteur, description précise de ces mêmes évènements qui accentue encore l’atmosphère oppressante désirée, mais aussi parenthèses dans l’intrigue principale pour laisser de la place au narrateur de l’histoire et à ses états d’âme, ce roman est digne de ceux, fantastiques, de la fin du XIXème siècle, qu’un Wilkie Collins, justement, aurait tout à fait pu écrire. Qui plus est, chapeau bas à l’auteur quant à la qualité de sa documentation pour donner le plus de vraisemblance possible à son récit : les vies des deux auteurs concernés, ainsi que de leur entourage et l’époque dans... J’avais plutôt apprécié L’échiquier du mal, alors je me suis dit " Pourquoi pas Drood ? " , le sujet m’ayant semblé encore plus appréciable que celui précédemment lu. Bien m’en a pris : j’ai été assez rapidement happée par le récit que nous donne Wilkie Collins de la fin de la vie de Charles Dickens à partir de son accident de train de 1865, bien réel, au contraire de sa première rencontre avec Drood, personnage mystérieux de l’invention de Simmons qui sera au centre de l’intrigue. Alternant avec beaucoup de maîtrise narration d’évènements trépidants/inquiétants ayant réellement eu lieu ou ayant été imaginés par l’auteur, description précise de ces mêmes évènements qui accentue encore l’atmosphère oppressante désirée, mais aussi parenthèses dans l’intrigue principale pour laisser de la place au narrateur de l’histoire et à ses états d’âme, ce roman est digne de ceux, fantastiques, de la fin du XIXème siècle, qu’un Wilkie Collins, justement, aurait tout à fait pu écrire. Qui plus est, chapeau bas à l’auteur quant à la qualité de sa documentation pour donner le plus de vraisemblance possible à son récit : les vies des deux auteurs concernés, ainsi que de leur entourage et l’époque dans laquelle ils ont vécue, sont remarquablement bien représentées. Drood n’en devient, de ce fait, qu’encore plus perturbant… Un très bon moment de lecture, qui ne m’aura, malgré les très nombreuses pages, pris que bien peu de temps, même si j’ai trouvé le dernier quart du roman trop redondant à mon goût.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Salyna Posté le 29 Juillet 2018
    Un bon gros roman de 1200 pages qui se lit très facilement. Quand on s’attaque à ce genre de pavé, on se demande vite : et si je trouve ça chiant ou que je m’ennuie… Et là, pas du tout ! Bien qu’écrit du point de vue du narrateur Wilkie Collins, s’adressant à « nous, lecteur du futur », on ne s’ennuie pas une seconde. Cela m’a d’ailleurs étonnée que tout semble si fluide et qu’au bout de 600 pages on se dise « ha j’en ai déjà lu la moitié ! » alors que le récit semble avoir commencé 2 pages avant ! Si on comprend vite que la réalité va se mêler aux hallucinations du laudanum et/ou à l’opium sans parler du mesmérisme qui plane. J’avoue être resté un peu sur ma faim quand même puisque je trouve que le suspense de la fin tombe un peu à plat et les révélations n’ont pas vraiment l’impact que j’aurai espéré. Mais ça fait peut être partie de l’intrigue que de laisser dans le doute. Le livre est très bien renseigné (et la liste des notes et des références ne fait que le confirmer). On plonge dans l’univers londonien de Dickens et... Un bon gros roman de 1200 pages qui se lit très facilement. Quand on s’attaque à ce genre de pavé, on se demande vite : et si je trouve ça chiant ou que je m’ennuie… Et là, pas du tout ! Bien qu’écrit du point de vue du narrateur Wilkie Collins, s’adressant à « nous, lecteur du futur », on ne s’ennuie pas une seconde. Cela m’a d’ailleurs étonnée que tout semble si fluide et qu’au bout de 600 pages on se dise « ha j’en ai déjà lu la moitié ! » alors que le récit semble avoir commencé 2 pages avant ! Si on comprend vite que la réalité va se mêler aux hallucinations du laudanum et/ou à l’opium sans parler du mesmérisme qui plane. J’avoue être resté un peu sur ma faim quand même puisque je trouve que le suspense de la fin tombe un peu à plat et les révélations n’ont pas vraiment l’impact que j’aurai espéré. Mais ça fait peut être partie de l’intrigue que de laisser dans le doute. Le livre est très bien renseigné (et la liste des notes et des références ne fait que le confirmer). On plonge dans l’univers londonien de Dickens et Collins avec plaisir. Le personnage de Collins évolue tout au long du récit et sa langue se délie aussi au fur et à mesure. Renforçant le doute sur toute l’histoire. Un résumé un bon livre qui occupe pendant de belles longues heures.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jmb33320 Posté le 28 Mai 2018
    C'est un tour de force que ce roman, bien plus exigeant que ne pourrait le laisser supposer le nom de Dan Simmons, par ailleurs auteur de romans très marquants, tels "L'échiquier du mal". Wilkie Collins, sous l'emprise d'opiacés (ce qui est historiquement véridique) est mesmérisé par Charles Dickens en personne. Il relate les dernières années de la vie de ce dernier, entre cauchemars et description extrêmement détaillée des jalousies et des liens professionnels de ces deux géants de la littérature anglaise. Drood, l'ombre maléfique qui se terre dans La-Ville-du-Dessous, a-t-il une quelconque réalité ou bien est-il le produit de l'imagination de Collins ? Difficile de trancher, y compris à la toute fin.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.