Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127261
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Drood

Odile DEMANGE (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 11/08/2011

Les dernières années de la vie de Charles Dickens revisitées par son ami, l’écrivain opiomane Wilkie Collins, ou le récit étourdissant d’une vertigineuse descente aux enfers.
9 juin 1865. Charles Dickens, alors au faîte de sa gloire, regagne secrètement Londres en train, accompagné de sa maîtresse. Soudain, à Staplehurst, sur...

Les dernières années de la vie de Charles Dickens revisitées par son ami, l’écrivain opiomane Wilkie Collins, ou le récit étourdissant d’une vertigineuse descente aux enfers.
9 juin 1865. Charles Dickens, alors au faîte de sa gloire, regagne secrètement Londres en train, accompagné de sa maîtresse. Soudain, à Staplehurst, sur un pont, l’express déraille. Seul le wagon où a pris place « l’écrivain le plus célèbre du monde » échappe par miracle à la catastrophe. Au fond du gouffre, alors que Dickens tente de porter secours aux survivants, sa route croise celle d’un personnage à l’allure spectrale qui va désormais l’obséder : Drood.
De retour à Londres, Dickens confie le secret de son étrange rencontre à Wilkie Collins, écrivain lui aussi. Quels liens unissent désormais l’inquiétant Drood et l’Inimitable, comme le surnomme avec admiration et ironie Collins ? C’est ce que ce dernier cherche à découvrir en se lançant à la poursuite de Dickens. Mais peut-on raisonnablement accorder crédit au récit de Collins, opiomane en proie à la paranoïa et aux hallucinations ?
Inspiré par Le Mystère d’Edwin Drood, oeuvre mythique que Dickens laissa inachevée à sa mort – cinq ans jour pour jour après son accident de chemin de fer –, Drood nous entraîne, de cryptes en catacombes, dans le Londres interlope de Jack l’Éventreur et des sciences occultes. Roman biographique, historique, victorien, roman populaire, policier, psychologique, gothique, fantastique… Dan Simmons se joue des genres et des codes pour nous offrir ce livre envoûtant, qui est également une formidable réflexion sur le processus de création littéraire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127261
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pippolin Posté le 17 Mars 2021
    Drood, comme « Terreur » avant lui, est le genre de livre qui vous montre qu’écrire est un métier, un métier éprouvant, difficile, qui exige des heures et des heures à amasser de la documentation, à s’en imprégner, à s’immerger tout entier dans un univers, une époque, à la comprendre, à incarner un personnage, avec ses passions, les inflexions de sa voix, ses tics de langage, en un mot à le ressusciter, et passer à un autre – ici Wilky Collins, le narrateur aigri et envieux à l’humour acerbe dans l’esprit des frères Goncourt, là Charles Dickens, monument d’orgueil, référence obligée de la littérature anglo-saxonne du XIX éme siècle -, et restituer le tout en bâtissant une intrigue qui tienne le lecteur en haleine durant 1 200 pages. Drood est un tour de force, une œuvre magistrale, à mon sens, le roman le plus abouti, le plus personnel de Dan Simmons. Il se situe à la croisée de multiples genres : fantastique, policier, historique. Il est également, quand l’auteur transparait derrière le narrateur, une réflexion sur le métier d’écrivain, le reflet de ses inquiétudes sur les choix étranges de la mémoire collective qui garde telle œuvre pour... Drood, comme « Terreur » avant lui, est le genre de livre qui vous montre qu’écrire est un métier, un métier éprouvant, difficile, qui exige des heures et des heures à amasser de la documentation, à s’en imprégner, à s’immerger tout entier dans un univers, une époque, à la comprendre, à incarner un personnage, avec ses passions, les inflexions de sa voix, ses tics de langage, en un mot à le ressusciter, et passer à un autre – ici Wilky Collins, le narrateur aigri et envieux à l’humour acerbe dans l’esprit des frères Goncourt, là Charles Dickens, monument d’orgueil, référence obligée de la littérature anglo-saxonne du XIX éme siècle -, et restituer le tout en bâtissant une intrigue qui tienne le lecteur en haleine durant 1 200 pages. Drood est un tour de force, une œuvre magistrale, à mon sens, le roman le plus abouti, le plus personnel de Dan Simmons. Il se situe à la croisée de multiples genres : fantastique, policier, historique. Il est également, quand l’auteur transparait derrière le narrateur, une réflexion sur le métier d’écrivain, le reflet de ses inquiétudes sur les choix étranges de la mémoire collective qui garde telle œuvre pour la postérité (Dickens) et jette aux oubliettes telle autre (Collins). Précis, méticuleux, maître de son art, Dan Simmons entraîne son lecteur dans un formidable voyage dans le temps, et l’époque victorienne ressurgit, avec ses salons littéraires pédants, ses protocoles pesants et ses bas-fonds glauques. Vues par le prisme d’un narrateur opiomane, certaines scènes constituent de véritables morceaux d’anthologie tel ce chapitre aux accents d’opéra-rock surréaliste dans lequel une armée de détectives se répand dans les boyaux des catacombes ou celui où Wilky Collins assiste, fasciné, aux « lectures » d’un Dickens cabotin et magistral, et que, totalement sous son emprise, il est l’objet d’inquiétantes visions. Et la scène dans laquelle Wilky Collins se retrouve seul avec la fille de ses domestiques est digne des meilleures nouvelles d’Edgar Poe. A la fin du roman, après avoir joué avec son lecteur, le laissant démêler ce qui tient du rêve et de la réalité, après s’être acharné sur son héros dont il réhabilite pourtant l’œuvre, Dan Simmons, comme Dickens dans ses derniers jours, se prend d’affection, de pitié pour celui-ci, et semble répugner à l’abandonner ainsi, seul aux prises avec son doppelganger, son univers fantasmé et son indécrottable rancœur, lui qui par instant, s’est fait le porte-parole de l’auteur, notamment en ces lignes : « C’est ainsi que nous autres, écrivains, nous dépouillons des jours, des années, des décennies de nos existences en échange de piles de feuillets recouverts de pattes de mouche et de gribouillis. Et quand la Mort arrive, ne serions-nous pas prêts, pour la plupart d’entre nous, à céder toutes ces pages, toute cette vie gaspillée en pattes de mouche et en gribouillis, contre une seule journée de plus, une seule journée pleinement vécue et ressentie ? Quel prix serions-nous prêts à payer, nous autres écrivains, pour cette unique journée supplémentaire passée en compagnie de ceux que nous avons ignorés tandis que nous étions enfermés à gratouiller et à griffonner au cours de nos arrogantes années d’isolement solipsiste ? »
    Lire la suite
    En lire moins
  • LYLY68 Posté le 8 Décembre 2020
    Très long, je le prends un moment, je l'abandonne pour lire autre chose puis j'y reviens. L'auteur par le de Wilkie COLLINS un auteur que j'apprécie énormément. Donc je veux aller jusqu'à la dernière page de ce pavé.
  • Livrepoche Posté le 28 Novembre 2020
    Attention pavé !!! 1200 pages dans le Londres de Charles Dickens et du moins connu Wilkie Collins, un Londres mystérieux, sombre, glauque, criant de réalisme. Voila ce que nous propose Dan Simmons avec Drood. Une biographie du plus grand auteur anglais avec un focus sur les 5 dernières années. Mais Drood va au-delà d’une simple exposition des faits car l’auteur va se servir du mystérieux dernier roman inachevé de l’Inimitable (Le Mystère d’Edwin Drood) et des zones sombres d’une biographie officielle. Dan Simmons s’attèle à chercher, à la limite du fantastique, des réponses aux questions en suspens. Pas très à l’aise avec l’histoire en général, en littérature, cela ne me pose pas de problème tant je privilégie la cohérence, le rythme ou le style plutôt que le vrai. De plus, je ne connais ni l’oeuvre du Grand Charles Dickens ni les vicissitudes de sa vie personnelle. J’ai lu Drood comme un très bon roman fantastique. On ne sait jamais où on se trouve, entre le rêve/cauchemar et la réalité. Dan Simmons se sert du fait que ses personnages principaux sont des écrivains pour mettre en abîme les situations. Il doit y avoir des clés pour comprendre le roman, ses mystères... Attention pavé !!! 1200 pages dans le Londres de Charles Dickens et du moins connu Wilkie Collins, un Londres mystérieux, sombre, glauque, criant de réalisme. Voila ce que nous propose Dan Simmons avec Drood. Une biographie du plus grand auteur anglais avec un focus sur les 5 dernières années. Mais Drood va au-delà d’une simple exposition des faits car l’auteur va se servir du mystérieux dernier roman inachevé de l’Inimitable (Le Mystère d’Edwin Drood) et des zones sombres d’une biographie officielle. Dan Simmons s’attèle à chercher, à la limite du fantastique, des réponses aux questions en suspens. Pas très à l’aise avec l’histoire en général, en littérature, cela ne me pose pas de problème tant je privilégie la cohérence, le rythme ou le style plutôt que le vrai. De plus, je ne connais ni l’oeuvre du Grand Charles Dickens ni les vicissitudes de sa vie personnelle. J’ai lu Drood comme un très bon roman fantastique. On ne sait jamais où on se trouve, entre le rêve/cauchemar et la réalité. Dan Simmons se sert du fait que ses personnages principaux sont des écrivains pour mettre en abîme les situations. Il doit y avoir des clés pour comprendre le roman, ses mystères et les intrigues. À ce niveau là, une bonne connaissance des oeuvres de Charles Dickens est un plus indéniable pour faire la différence entre l’historique et le romancé et aussi savourer l’enchevêtrement subtile du vrai et du faux. De mon côté, je ne voyais que peu de biographique mais je me trompais et je m’en suis rendu compte en lisant rapidement la biographie succincte de Charles Dickens que je me suis largement trompé. Dan Simmons a effectué un travail documentaire colossal, doublé d’un talent romanesque indéniable. Ce qui donne une oeuvre assez rare. La suite sur le blog…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Dan Simmons a bâti sur un solide terrain documenté une intrigue machiavélique, un thriller nourri à la sauce victorienne, dans un style plus authentique que nature, qui pousserait le lecteur à croire qu'il s'agit effectivement d'un témoignage de Wilkie Collins. L'idée de départ est pour le moins osée, et l'auteur a dû se payer une bonne tranche de recherches et de documentation pour aboutir à un résultat si envoûtant, qui frise la biographie sans jamais tomber dans l'ennui ou la facilité. La fiction imaginée par Simmons s'imbrique parfaitement dans la vie des deux écrivains, qui étaient à la fois amis, rivaux, collaborateurs, et presque « frères ». Les deux hommes sont dépeints sous un jour inédit, et si Dickens sous apparaît avec certains défauts, son ami Wilkie ne brille pas non plus de tous ses feux.On sent nettement le souci d'authenticité et de réalisme dans le récit, on plonge dans l'esprit de Collins durant plus de 800 pages. Son point de vue est celui d'un homme connu et reconnu, un auteur à succès, mais qui se débat dans l'ombre de « l'Inimitable ». Il nous livre ses mémoires sans cacher ses sentiments vis à vis de Dickens, parmi lesquels... Dan Simmons a bâti sur un solide terrain documenté une intrigue machiavélique, un thriller nourri à la sauce victorienne, dans un style plus authentique que nature, qui pousserait le lecteur à croire qu'il s'agit effectivement d'un témoignage de Wilkie Collins. L'idée de départ est pour le moins osée, et l'auteur a dû se payer une bonne tranche de recherches et de documentation pour aboutir à un résultat si envoûtant, qui frise la biographie sans jamais tomber dans l'ennui ou la facilité. La fiction imaginée par Simmons s'imbrique parfaitement dans la vie des deux écrivains, qui étaient à la fois amis, rivaux, collaborateurs, et presque « frères ». Les deux hommes sont dépeints sous un jour inédit, et si Dickens sous apparaît avec certains défauts, son ami Wilkie ne brille pas non plus de tous ses feux.On sent nettement le souci d'authenticité et de réalisme dans le récit, on plonge dans l'esprit de Collins durant plus de 800 pages. Son point de vue est celui d'un homme connu et reconnu, un auteur à succès, mais qui se débat dans l'ombre de « l'Inimitable ». Il nous livre ses mémoires sans cacher ses sentiments vis à vis de Dickens, parmi lesquels se mêlent de l'affection, du ressentiment, de l'amour, de la jalousie, de l'admiration. L'atmosphère de l'ère victorienne est à mon sens remarquablement bien évoquée, et le langage raffiné mais clair contribue à nous immerger totalement dans l'époque. L'intrigue elle-même est très alambiquée, les événements se déroulent sur les cinq dernières années de la vie de Dickens, et ce rythme inhabituel qui pourra en dérouter plus d'un entretient un suspens efficace et un mystère de plus en plus épais. Les personnages sont également très approfondis, leurs agissements ne sont jamais tout à fait clairs, leurs motivations non plus, et il devient difficile de faire la part des choses entre le réel et les fantasmes des protagonistes, la frontière entre les deux est loin d'être évidente et une telle histoire demande une lecture particulièrement attentive, car tout tient à des détails et des subtilités.L'auteur mélange avec une habilité confondante la réalité, la fiction, et l'oeuvre littéraire de deux immenses auteurs. Une prouesse qui ravira les amateurs de Dickens et Collins, ou qui donnera envie de les découvrir à qui ne les connaît pas encore.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Little_stranger Posté le 2 Septembre 2020
    Je ne suis pas forcément fan de D. SIMMONS, mais j'adore l'époque victorienne et Wilkie Collins, ami et rival de Dickens (perso je préfère Collins, auteurs méconnu en France et précuseur du roman policier avec "la femme en blanc". Je me suis donc pensé dans Drood, titre qui fait référence au dernier roman inachevé de Dickens "le mystère Edwin Drood" et je ne l'ai pas regretté. Ce livre est une magnifique dystopie sur la fin de vie de ses deux grands auteurs britanniques, à la fois basée sur des faits historiques réels et le fantastique, voir l'horreur, l'angoisse. Un livre à lire le soir avec une lumière tamisée pour frissonner de plaisir et le dévorer d'une traite.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.