Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221240595
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

L'Empathie

Collection : La Bête noire
Date de parution : 17/01/2019
Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.
 

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les...

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfin à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »
Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.
Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».
Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240595
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Apikrus Posté le 14 Juin 2020
    Des viols en série sont constatés. Une brigade de police spécialisée est sur le coup. Ses enquêteurs trouvent des liens entres les affaires lorsqu'il en existe ; ils savent aussi écouter les victimes, pour exploiter le moindre indice et tenter d'aider ces femmes dont la vie est en partie détruite. Rien de nouveau dans le monde du polar, avec ce titre ? Ce qui fait l'originalité et l'intérêt de ce roman réside dans les questionnements de l'auteur sur les questions de culpabilité, dans la recherche d'explications voire de solutions aux comportements violents. Ces questionnements alternent avec des scènes d'action. Le tout se lit aisément, malgré quelques longueurs lorsque l'enfance d'un policier est présentée. Je suis cependant resté sur ma faim, avec une présentation de certains personnages qui m'a semblé caricaturale, les uns assumant explicitement leurs pulsions tandis que d'autres tenteraient de les maîtriser. Même si l'auteur essaie de comprendre des comportements de psychopathes, il n'échappe pas à la dichotomie - habituelle dans ce genre littéraire - entre « bien » et « mal », les faisant s'affronter dans de violentes scènes d'action. Je ne regrette pas cette lecture, mais je pense en rester là avec cet auteur.
  • Matildany Posté le 10 Juin 2020
    Difficile d'être précise dans un résumé de ce roman sans aller trop loin et gâcher les effets de surprise. Un violeur en série, Alpha, sévit en s'introduisant dans les domiciles par les fenêtres ouvertes, rien ne l'arrête, ni les étages, ni la présence d'un conjoint, ni la peur de laisser des indices... A la tête de la brigade des viols, Anthony Rauch, dit la Poire en raison d'un physique gynoïde, flic sensible et perspicace, rencontre les victimes et dresse peu à peu le profil psychologique du redoutable violeur. Un premier roman maîtrisé au niveau de la construction, qui nous fait passer d'un intervenant, et d'une époque à l'autre avec un style simple mais efficace. L'aspect psychologique est loin d'être négligé ou stéréotypé, pour chaque personnage, on découvre sa vie, ses failles, cela donne de la densité à l'histoire, qui ne se borne pas à une banale enquête. C'est dur, parfois cru, mais pas racoleur, c'est une rencontre avec un monde de pervers, pédophiles qui fabriquent à leur tour des monstres ou des êtres cabossés par la maltraitance. Le rythme soutenu, étayé par les connaissances cinématographiques de l'auteur en fait un roman difficile à lâcher. Mais ..arrivée aux deux tiers du roman, je... Difficile d'être précise dans un résumé de ce roman sans aller trop loin et gâcher les effets de surprise. Un violeur en série, Alpha, sévit en s'introduisant dans les domiciles par les fenêtres ouvertes, rien ne l'arrête, ni les étages, ni la présence d'un conjoint, ni la peur de laisser des indices... A la tête de la brigade des viols, Anthony Rauch, dit la Poire en raison d'un physique gynoïde, flic sensible et perspicace, rencontre les victimes et dresse peu à peu le profil psychologique du redoutable violeur. Un premier roman maîtrisé au niveau de la construction, qui nous fait passer d'un intervenant, et d'une époque à l'autre avec un style simple mais efficace. L'aspect psychologique est loin d'être négligé ou stéréotypé, pour chaque personnage, on découvre sa vie, ses failles, cela donne de la densité à l'histoire, qui ne se borne pas à une banale enquête. C'est dur, parfois cru, mais pas racoleur, c'est une rencontre avec un monde de pervers, pédophiles qui fabriquent à leur tour des monstres ou des êtres cabossés par la maltraitance. Le rythme soutenu, étayé par les connaissances cinématographiques de l'auteur en fait un roman difficile à lâcher. Mais ..arrivée aux deux tiers du roman, je me suis demandé sur quoi allait pouvoir continuer l'histoire....et pourtant elle suit son cours, et j'ai définitivement abandonné l'idée du classique roman policier. C'est le livre qui va plus loin, plus fort, plus vite, et qui ne peut que nous ouvrir à l'empathie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NathLN Posté le 6 Juin 2020
    " On ne naît pas violeur ou tueur en série, on le devient." * Il y a Alpha. Un violeur et un tueur implacable, froid, d'une extrême violence. Terrifiant. Il y a Anthony Rauch, dit La poire, capitaine à la PJ, à la brigade du viol. Avec sa collègue et amie Marion Mesny, ils vont tout faire pour arrêter la sordide progression du psychopathe. Mais Alpha est prêt à tout. La lutte sera sans merci. * Un psychopathe, deux flics imparfaits, au passé trouble, et une intrigue très bien ficelée, j'ai vraiment beaucoup aimé. * L'écriture est belle, et la construction de l'histoire originale. Le plus pour moi, c'est la psychologie des personnages, très fouillée, très finement travaillée. On apprend sur chacun des trois personnages principaux, leur enfance, les traumatismes, les cicatrices, les failles, sur ce qui a forgé leur vie, sur ce qui a fait d'eux ce qu'ils sont... * Ce thriller questionne et porte à la réflexion (pour ma part en tous cas), et le titre prend tout son sens. * L'empathie... Quand certains en sont totalement dénués, peut-elle être pour d'autres la voie vers la rédemption...? * En bref, un très bon thriller. Dès que possible je lirai Fermer les yeux, du même auteur. * Ps : Fermez bien vos fenêtres ;)
  • Ziliz Posté le 31 Mai 2020
    Viols, meurtres, surenchère de violences diverses (conjugales, familiales, carcérales). Thriller sensationnaliste qui reprend des sujets qui cartonnent ? Le sous-titre racoleur sur la première de couverture peut laisser craindre un best-seller formaté, essentiellement destiné à empêcher le lecteur de dormir (fenêtre ouverte - dommage, la canicule arrive). La lecture est aisée et très agréable, grâce aux talents de conteur d'Antoine Renand, et à la construction impeccable du roman. Et si cette histoire peut retarder l'endormissement, c'est aussi (et surtout) parce qu'elle nous offre bien plus que les frissons d'un polar banal, en nous faisant cogiter. L'ouvrage foisonne de questionnements pertinents sur la criminalité, le destin des victimes, et sur la justice - motivations des avocats, notamment, qui défendent des 'monstres'. « Elle défendait corps et âme, avec fougue, avec hargne, des hommes et des femmes de tous horizons. Elle ne faisait pas de tri, ne se pinçait pas le nez devant quelque affaire trop épouvantable ou immorale. Le droit n'était pas de la morale. S'étonnait-on qu'un médecin soigne un meurtrier ou un violeur ? Les avocats, comme les médecins, prêtent serment. La mission de l'avocat est de se battre pour que tout coupable soit condamné à une peine juste. » L'auteur est doué pour mettre en... Viols, meurtres, surenchère de violences diverses (conjugales, familiales, carcérales). Thriller sensationnaliste qui reprend des sujets qui cartonnent ? Le sous-titre racoleur sur la première de couverture peut laisser craindre un best-seller formaté, essentiellement destiné à empêcher le lecteur de dormir (fenêtre ouverte - dommage, la canicule arrive). La lecture est aisée et très agréable, grâce aux talents de conteur d'Antoine Renand, et à la construction impeccable du roman. Et si cette histoire peut retarder l'endormissement, c'est aussi (et surtout) parce qu'elle nous offre bien plus que les frissons d'un polar banal, en nous faisant cogiter. L'ouvrage foisonne de questionnements pertinents sur la criminalité, le destin des victimes, et sur la justice - motivations des avocats, notamment, qui défendent des 'monstres'. « Elle défendait corps et âme, avec fougue, avec hargne, des hommes et des femmes de tous horizons. Elle ne faisait pas de tri, ne se pinçait pas le nez devant quelque affaire trop épouvantable ou immorale. Le droit n'était pas de la morale. S'étonnait-on qu'un médecin soigne un meurtrier ou un violeur ? Les avocats, comme les médecins, prêtent serment. La mission de l'avocat est de se battre pour que tout coupable soit condamné à une peine juste. » L'auteur est doué pour mettre en scène des personnages contrastés, tous en proie au Mal, en tant que victime et/ou prédateur-bourreau. On le découvre peu à peu, en remontant l'histoire de chacun des protagonistes. La confrontation entre un repenti et "le Diable" m'a particulièrement interpellée. [masquer] page 271 (édition Pocket). [/masquer] On se pose donc des questions sur la responsabilité des violeurs et serial killers récidivistes, leur 'morale', leur notion du bien et du mal, et leurs facultés d'empathie, justement, comme le titre l'indique. Autant de sujets qui me passionnent. Et d'autres en prime, ici, qui m'intéressent autant : relations entre parent et enfant adulte, secrets de famille pour préserver la respectabilité des uns et des autres, adolescence... Par tous ces aspects, l'ouvrage m'a souvent rappelé 'Les choses humaines' de Karine Tuil. Excellent. #9829;
    Lire la suite
    En lire moins
  • EtLeMondeDeSosso Posté le 27 Mai 2020
    Aie, alors que le titre est l'empathie....moi, je n'en ai eu quasi aucune... Un peu à contre courant de l'avis général, je me suis sentie un peu seule. Est-ce que le titre préconisait à ce qu'on ressente de l'empathie pour les principaux protagonnistes ? Ou est-ce le ressenti de l'un des personnages ? Déjà cet élément m'a perturbée : j'ai, tout au long de ma lecture, tenté de comprendre le titre ! Quant à l'intrigue, des adultes tourmentés par des traumatismes de l'enfance.... D'un côté "méchant" et de l'autre "gentil". Alpha est monstrueux : se glisse chez les gens pour leur faire subir des tortures atroces... Anthony Rauch, grand solitaire, gère la "brigade du viol" et tente de trouver des indices pour remonter jusqu'à l'auteur de ces crimes insoutenables... Voilà le pitch.... Il y a bien une scène qui m'a un peu coupé le souffle et m'a fait dire "oh non !!!!'.... Quant au reste, de la maltraitance, des familles pathologiques.... Alternance de présent de passé pour chacun des personnages importants... Toujours est-il que cela n'a pas du tout fonctionné sur moi, alors que je suis pourtant fan de ce type de lecture...
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.