Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221257210
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Les Fantômes de Bruges
Collection : La Bête noire
Date de parution : 03/02/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Les Fantômes de Bruges

Collection : La Bête noire
Date de parution : 03/02/2022
Le 3e tome des folles enquêtes de Magritte et Georgette : la nouvelle série de cosy mystery à succès de La Bête noire !
Bruges-la-Morte, fantôme de mariée aux dentelles déchirées

Le peintre Magritte et sa femme Georgette sont réveillés à la tombée de la nuit par Carmen, la femme de ménage. Elle est dans...
Bruges-la-Morte, fantôme de mariée aux dentelles déchirées

Le peintre Magritte et sa femme Georgette sont réveillés à la tombée de la nuit par Carmen, la femme de ménage. Elle est dans tous ses états. Pensez donc ! La pauvre, qui travaille aussi pour leur mystérieux voisin, est tombée sur son cadavre...
Bruges-la-Morte, fantôme de mariée aux dentelles déchirées

Le peintre Magritte et sa femme Georgette sont réveillés à la tombée de la nuit par Carmen, la femme de ménage. Elle est dans tous ses états. Pensez donc ! La pauvre, qui travaille aussi pour leur mystérieux voisin, est tombée sur son cadavre en prenant son service. Mais, quand le trio déboule chez lui, le corps a disparu ! Leur enquête va les mener à Bruges, la « Venise du Nord », d’une étrange beauté avec ses canaux sur lesquels glissent de silencieux fantômes…

« Bravo Nadine ! Tu nous emmènes baguenauder, comme tu dis, avec tes héros qui nous deviennent de plus en plus proches… »
Josiane Balasko
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221257210
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pris Posté le 2 Mai 2022
    Il faut être Nadine Monfils pour mener une enquête policière à Bruges sur un crime commis à Bruxelles ! On déambule dans la ville et la tête de René Matisse avec toujours autant de plaisir. Entre meurtre, portrait de famille au vitriol et références artistiques, c'est encore un bon opus de cette série en attendant le prochain!
  • belette2911 Posté le 23 Avril 2022
    La dernière fois que j'avais mis les pieds dans la Venise du Nord, autrement dit, la ville de Bruges, j'étais gosse et j'usais mes fonds de pantalon sur les bancs de l'école. Les 366 putains de marches pour accéder en haut du beffroi avaient calmé toute notre classe. J'y étais retournée plus tard, avec ma mémé (pas la mémé Caricoles, je vous rassure de suite). Y remettre les pieds en compagnie de René Magritte et de son épouse Georgette était une excellente idée. Je n'ai même pas eu besoin de mon flamand sans peine. Un meurtre a eu lieu nos loin de chez les Magritte, mais une fois le flic arrivé sur place, la cadavre s'est carapaté ! Ou alors, on l'a enlevé… Ou alors, Carmen (leur bonne qui a découvert le corps) a eu la berlue. Lorsqu'on lit un roman des folles enquêtes de Magritte, c'est une grosse part de belgitude que l'on dévore. Comme un cuberdon, on a du mal à arrêter et on continue, jusqu'à ce qu'on arrive à la fin du paquet. C'est moins gras qu'un paquet de smoutebollen (croustillons), mais ça vous colle aux doigts comme des snotebol (crotte de nez). Hé oui, Nadine Monfils, non contente de nous immerger dans... La dernière fois que j'avais mis les pieds dans la Venise du Nord, autrement dit, la ville de Bruges, j'étais gosse et j'usais mes fonds de pantalon sur les bancs de l'école. Les 366 putains de marches pour accéder en haut du beffroi avaient calmé toute notre classe. J'y étais retournée plus tard, avec ma mémé (pas la mémé Caricoles, je vous rassure de suite). Y remettre les pieds en compagnie de René Magritte et de son épouse Georgette était une excellente idée. Je n'ai même pas eu besoin de mon flamand sans peine. Un meurtre a eu lieu nos loin de chez les Magritte, mais une fois le flic arrivé sur place, la cadavre s'est carapaté ! Ou alors, on l'a enlevé… Ou alors, Carmen (leur bonne qui a découvert le corps) a eu la berlue. Lorsqu'on lit un roman des folles enquêtes de Magritte, c'est une grosse part de belgitude que l'on dévore. Comme un cuberdon, on a du mal à arrêter et on continue, jusqu'à ce qu'on arrive à la fin du paquet. C'est moins gras qu'un paquet de smoutebollen (croustillons), mais ça vous colle aux doigts comme des snotebol (crotte de nez). Hé oui, Nadine Monfils, non contente de nous immerger dans la ville choisie, de nous planter de beaux décors, de nous raconter des anecdotes véridiques sur le peintre Magritte, elle émaille aussi ses dialogues, ses textes, de mots typiquement belges, typiquement Brusseleir (de Bruxelles) et même de quelques mots en flamand dans le texte. Pas de panique ! Ils sont expliqués en fin de chapitre et certains n'ont pas besoin de traduction, ils se comprennent tous seuls ou sont juste des mots qui reviennent à chaque fin de phrase, comme le "zeg" flamand (dis). Les enquêtes vont à leur rythme, notre couple enquêtant à leur aise, remontant les pistes patiemment, démêlant la pelote de laine sans aller trop vite. Pourtant, pas d'ennui pointant son nez à l'horizon, pas de bâillement, ça prend son temps, oui, mais on ne traine pas la patte pour autant. L'humour nous tient compagnie, le caractère bourru de Magritte aussi. Les personnages sont bien travaillés, ils ont une présence et la mention spéciale reviendra à Carmen, la "reine de la loque à reloqueter" qui n'en fout pas une ! Les enquêtes des Magritte, c'est un scénario qui tient la route, pas écrit par un "schieven arkitek" (architecte de guingois, la pire insulte du dialecte marollien, destinée à Joseph Poelaert), une Klet (mollasson) ou un Snul (vous comprendrez en enlevant la lettre "s"), ou pire, un Dikkenek (gros cou). Bref, vous l'aurez compris, sans se prendre au sérieux, Nadine Monfils écrit des romans policiers plus que correct, avec des vrais morceaux De Belgique dedans. Le Belge en profitera sans doute un peu plus que le Franskillon, mais ceux de l'hexagone comprendront tout de même et ne resterons pas comme un Keiskop (tête de fromage – pas malin) ou un Kluut (un nul ou alors, les trucs que les hommes possèdent et qui vont en paire). Une excellente enquête où, bien que j'ai eu des soupçons et des doutes, je n'étais pas sûre de mon coup, ce qui fait que je me suis laissée prendre par le final, même si je m'en doutais un peu. PS 1 : L'autrice, Nadine Monfils, parle à un moment donné de viagra. Magritte est décédé en 1967 et l'autorisation de mise sur le marché du viagra fut accordée en 1998 aux États-Unis (1999 en Europe). 20 années séparent le médicament célèbre de Pfizer et la fin de Magritte. À mon sens, le mot "viagra" dans le roman, c'est du surréalisme ! mdr
    Lire la suite
    En lire moins
  • JFayet Posté le 23 Mars 2022
    La recette de ce nouvel épisode de la série Les folles enquêtes de Magritte et Georgette est excellente. On y retrouve nos personnages favoris où même le chien Loulou mène l’enquête. Le fil est un peu tenu mais ce n'est pas le plus important. La Belgique tient le meilleur rôle, avec les tournures de phrase typique et un vocabulaire inconnu ailleurs. Le plus pour moi c'est la présence discrète des tableaux de René Magritte qui viennent relever le texte, comme un bon épice. Des tableaux que je me fais une règle d'aller voir, par curiosité, mais aussi pour découvrir l'homme au chapeau boule ce qui donne une grande profondeur au texte. Un vrai musée virtuel. Vivement la suite...
  • lyoko Posté le 14 Mars 2022
    Une série qui décidément ne paie pas de mine mais qui me fait du bien. Tout d'abord par l'atmosphère que l'auteure arrive à dégager, mais également par le côté léger. Cette série est un véritable hymne à la Belgique, par l'histoire, par les personnages, par l'humour et le côté bon vivant. Ce que je trouve vraiment brillant c'est qu'on retrouve ces caractéristiques dans l'écriture. Pour ce tome 3 c'est la visite d'une ville que j'aime beaucoup Bruges. Une ville tellement belle , pleine d'histoire. De quoi y installer un polar a la sauce Magritte et faire plaisir a tous. Ce que j'aime toujours ce sont les petites apartés qui sont absolument a lire , car soit on apprend, soit on se marre. Enfin dans tous les cas c'est super documentés. Une fois encore je suis obligée d'assimiler ces petits romans qui se lisent bien, et qui détendent a des cuberdons.... sucrerie hyper addictive. Je me régale à chaque lecture.
  • vendee Posté le 10 Mars 2022
    je crois que j aime toujours autant le duo Magritte et Georgette , mais le plus plaisant dans ce roman c est l écriture de Nadine Monfils, son style tellement personnel. c est truculent, imagé, mêlant gaiement français, belge, argot. les amateurs de polars violents passez votre chemin, il s' agit ici de sourire aux facéties de nos deux héros et de leur chien Loulou. un bon moment de lecture et vivement la sortie de quatrième tome
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ? Abonnez-vous à sa newsletter pour ne rater aucune nouveauté !
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Robert Laffont

    Découvrez la nouvelle aventure de Magritte et Georgette !

    La nouvelle aventure de Magritte et Georgette est arrivée !

    Découvrez le tome 3 des Folles enquêtes de Magritte et Georgette, la pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire. Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.

    Lire l'article