Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221131534
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Terreur

Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur)
Date de parution : 15/03/2012

1845. Vétéran de l’exploration polaire, Sir John Franklin se déclare certain de percer le mystère du passage du Nord-Ouest. Mais l’équipée, mal préparée, tourne court ; le Grand Nord referme ses glaces sur Erebus et Terror, les deux navires de la Marine royale anglaise commandés par Sir John. Tenaillés par...

1845. Vétéran de l’exploration polaire, Sir John Franklin se déclare certain de percer le mystère du passage du Nord-Ouest. Mais l’équipée, mal préparée, tourne court ; le Grand Nord referme ses glaces sur Erebus et Terror, les deux navires de la Marine royale anglaise commandés par Sir John. Tenaillés par le froid et la faim, les cent vingt-neuf hommes de l’expédition se retrouvent pris au piège des ténèbres arctiques.
L’équipage est, en outre, en butte aux assauts d’une sorte d’ours polaire à l’aspect prodigieux, qui transforme la vie à bord en cauchemar éveillé. Quel lien unit cette « chose des glaces » à Lady Silence, jeune Inuit à la langue coupée et passagère clandestine du Terror ? Serait-il possible que l’étrange créature ait une influence sur les épouvantables conditions climatiques rencontrées par l’expédition ? Le capitaine Crozier, promu commandant en chef dans des circonstances tragiques, parviendra-t-il à réprimer la mutinerie qui couve ?
Désigné comme l’un des dix meilleurs livres de l’année 2007 par Entertainment Weekly et USA Today, Terreur arrive enfin en France. S’inspirant d’une histoire authentique – celle de l’expédition Franklin, qui passionna l’Angleterre victorienne –, Dan Simmons livre un roman sombre et grandiose, d’une intensité dramatique et d’un souffle exceptionnels.

« Je suis en admiration devant Dan Simmons. » Stephen King

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221131534
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • quristine Posté le 28 Mai 2020
    Bonjour à toutes et à tous ! J'avais notion de l’existence de ce livre mais la longueur de l'histoire m'a refroidie. Je suis toujours comme cela ! Il me faut toujours un déclic pour me lancer et j'ai ouvert le bouquin pour ne plus lâcher pendant trois jours. Je me levais je lisais, la journée se déroulait avec le bouquin dans les mains tête baissée et oreilles fermées, je suis restée jusqu'à deux heures du matin ne pouvant pas interrompre ma lecture et couper la magie des mots. Mon cher et tendre a respecté mes cycles de lecture, se demandant pourquoi je ne vivais que pour l'histoire? Oui! Pourquoi autant d'implications? J'adore les livres avec plus de 1000 pages surtout quand l'auteur à du talent. Mes premières craintes étaient l'ennui. Comment allait il me captiver autour de la banquise? Les chapitres sont courts et dynamiques, jonglant avec les différents personnages importants et décisifs. Les sujets principaux sont le froid et la faim et Tumbaq. L'auteur talentueux est parvenu à me faire ressentir la glace. J'avais le cœur qui se serrait au fil des découvertes. Terrifiant des Froids!! La "Bête" est importante, sanguinaire et intraitable. La première partie du roman, Dan Simmon tourne autour... Bonjour à toutes et à tous ! J'avais notion de l’existence de ce livre mais la longueur de l'histoire m'a refroidie. Je suis toujours comme cela ! Il me faut toujours un déclic pour me lancer et j'ai ouvert le bouquin pour ne plus lâcher pendant trois jours. Je me levais je lisais, la journée se déroulait avec le bouquin dans les mains tête baissée et oreilles fermées, je suis restée jusqu'à deux heures du matin ne pouvant pas interrompre ma lecture et couper la magie des mots. Mon cher et tendre a respecté mes cycles de lecture, se demandant pourquoi je ne vivais que pour l'histoire? Oui! Pourquoi autant d'implications? J'adore les livres avec plus de 1000 pages surtout quand l'auteur à du talent. Mes premières craintes étaient l'ennui. Comment allait il me captiver autour de la banquise? Les chapitres sont courts et dynamiques, jonglant avec les différents personnages importants et décisifs. Les sujets principaux sont le froid et la faim et Tumbaq. L'auteur talentueux est parvenu à me faire ressentir la glace. J'avais le cœur qui se serrait au fil des découvertes. Terrifiant des Froids!! La "Bête" est importante, sanguinaire et intraitable. La première partie du roman, Dan Simmon tourne autour d'elle sans précision pour garder l'intrigue et cela a marché ! Dès le départ nous savons que l'équipage souffrira de façon crescendo. Les deux navires échoués allaient devenir des tombeaux. Les ressources n'étant pas extensibles, il était évident que cela n'était le début d'une agonie. Les problèmes envisagés sont depuis le début décrits et je me suis demandée comment l'écrivain allait tenir mon intérêt pendant 1000 pages. A chaque fois que je me disais qu'il ne pouvait pas m'apprendre plus, je me trompais. Le froid, la glace, la faim, la maladie, l'envie de vivre coûte que coûte,Tumbaq...ont besoin de ce nombre de pages pour élaborer l'histoire. J'ai beau me demander ce qui a été le plus terrifiant durant la lecture, je trouve que tout est important, chaque chose a sa place. Simmon a su rendre le froid polaire secondaire finalement. Si au départ il fait table rase par la suite, il semble moins terrible et cela est pour cela qu'on ne s'ennuie pas un instant dans cette si grande lecture. Le mot souffrance règne. Ce livre est magnifiquement terrifiant. J'ai adoré et comme à chaque fin de bonne lecture, je me demande comment je vais pouvoir trouver dans un autre récit cette magie. Quand j'ai tourné la dernière page, je me suis sentie démunie avec un triste manque. Ce n'est pas la première fois que je ressens comme le besoin de faire mon deuil des personnages. Je peux dire que ce livre fait parti de mes petits chef d’œuvres A lire absolument !!! A très bientôt
    Lire la suite
    En lire moins
  • euphemie Posté le 25 Mai 2020
    Comment s'imaginer ce que des hommes peuvent volontairement endurer sur la banquise.Comment s'imaginer qu'ils y retournent . Qu'est-ce qui peut les pousser à tout quitter pour un temps indéfini, en étant pas sur de revenir...et entier. L'Aventure....bien maigre explication. Dan Simmons réussi encore là un tour de force, nous emmener dans un univers totalement différent de ses autres romans. Une autre époque certes, celle ou l obéissance à la famille, à la hiérarchie, à l'ordre établi, sous le poids de la religion omniprésente avec son pendant, la superstition était une seconde nature . L'époque aussi ou la terre était encore une terra incognita, l' époque de l hégémonie des nations industrialisées sur les nations et les peuples «premiers». Un récit puissant, parfois lancinant, comme l'environnement à perte de vue du blanc, couleur de l enfer pour les nippons, et là on comprend pourquoi. Un récit souvent sous la forme de journal de bord, militaire dans les précisions,mais nécessaire à traduire l 'ambiance, la constance dans l obéissance, l abnégation au nom de la gloire, personnelle pour certain, patriotique pour d autre, et pour certain juste un boulot pour pas crever de faim. Dan Simmons nous emmène aussi dans l univers des Inuits, et la c est... Comment s'imaginer ce que des hommes peuvent volontairement endurer sur la banquise.Comment s'imaginer qu'ils y retournent . Qu'est-ce qui peut les pousser à tout quitter pour un temps indéfini, en étant pas sur de revenir...et entier. L'Aventure....bien maigre explication. Dan Simmons réussi encore là un tour de force, nous emmener dans un univers totalement différent de ses autres romans. Une autre époque certes, celle ou l obéissance à la famille, à la hiérarchie, à l'ordre établi, sous le poids de la religion omniprésente avec son pendant, la superstition était une seconde nature . L'époque aussi ou la terre était encore une terra incognita, l' époque de l hégémonie des nations industrialisées sur les nations et les peuples «premiers». Un récit puissant, parfois lancinant, comme l'environnement à perte de vue du blanc, couleur de l enfer pour les nippons, et là on comprend pourquoi. Un récit souvent sous la forme de journal de bord, militaire dans les précisions,mais nécessaire à traduire l 'ambiance, la constance dans l obéissance, l abnégation au nom de la gloire, personnelle pour certain, patriotique pour d autre, et pour certain juste un boulot pour pas crever de faim. Dan Simmons nous emmène aussi dans l univers des Inuits, et la c est un émerveillement d'ingéniosité. Il nous instille dans ce récit, un peu de surnaturel , beaucoup de la noirceur de l homme et heureusement quelques caractères remarquables , presque incongrus dans cet univers, ou la terreur est omniprésente comme dans la plupart de ses romans. Encore un très bon Dan Simmons.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aveline Posté le 27 Avril 2020
    C’est un récit d’horreur et d’action mais qui fait réfléchir. Il nous rappelle que parfois, les plus grands monstres, ceux dont on devrait se méfier, peuvent se dissimuler derrière des apparences trompeuses. Mon sentiment est donc mitigé concernant Terreur car bien que la première partie m’ait plutôt ennuyée, avec le recul, je la comprends et la seconde partie, elle, explosive, m’a époustouflée. en lire plus sur...
  • Linkalian Posté le 31 Mars 2020
    La voilà la tartignole 2020 ! Le voilà le millésime et le meilleur pavé dévoré durant cette période de confinement. Quelle claque mes amis et quel voyage ! Une expédition qui se retrouve piégée dans cet hiver éternel et quoi de plus atroce quand les vivres viennent à manquer et que l'angoisse monte peu à peu dans le coeur de ces pourtant vaillants marins ? Le scorbut ? Le désespoir ? Le froid ? Non... C'est l'angoisse, c'est La Terreur pure qui vient rôder autour de l'équipage en déroute et qui s'insinue peu à peu dans cet enfer polaire pour devenir le compagnon macabre et déchaîner l'horreur à bord. Une tartignole dans ma gueule je vous dis. Merci M.Simmons
  • morden Posté le 11 Mars 2020
    J'ai commencé ce livre pour la couverture et le résumé, et j'ai été agréablement surprise. si l'histoire commence comme une histoire vraie, le virage fantastique est bien amené. La découverte du passage du nord-ouest permet de se pencher sur cette période de notre histoire finalement assez peu connue. Les protagonistes sont bien croqués (oups ^^) mais il ne faut pas avoir peur des pages et des pages de descriptions qui parfois cassent un peu le rythme de l'histoire. On se retrouve cependant à suivre les péripéties de ces hommes dans le froid et la peur, à tourner la page avec acharnement. On sent que l'auteur a fait beaucoup de recherches (d'ailleurs moi aussi, je suis partie me renseigner sur le sujet après avoir refermé le livre). Les descriptions sont très réalistes et les situations vécues par les marins souvent difficiles. A lire avec un bon chocolat chaud, pour apprécier le froid, la neige et la bestiole du grand nord!
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.