RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Trois fermiers s'en vont au bal

            Cherche midi
            EAN : 9782749128627
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Trois fermiers s'en vont au bal

            Jean-Yves PELLEGRIN (Traducteur)
            Collection : Lot 49
            Date de parution : 27/11/2014

            Tout commence par une photo, désormais célèbre : celle prise par August Sander de trois fermiers sur une route de campagne à la veille de la Première Guerre mondiale. Pourquoi cette photo obsède-t-elle tant le narrateur, depuis qu’il l’a vue par hasard dans un musée de Detroit ? Peter Mays,...

            Tout commence par une photo, désormais célèbre : celle prise par August Sander de trois fermiers sur une route de campagne à la veille de la Première Guerre mondiale. Pourquoi cette photo obsède-t-elle tant le narrateur, depuis qu’il l’a vue par hasard dans un musée de Detroit ? Peter Mays, un jeune journaliste de Boston, saura-t-il percer l’énigme de son étrange ressemblance avec l’un des fermiers de la photo ? Qu’est-il advenu de ces trois jeunes hommes ?

            Telles sont les questions que se pose le lecteur, et auxquelles vont devoir répondre les protagonistes du roman de Richard Powers. De l’Europe dévastée par la guerre de 14-18, où nous suivons les pérégrinations tragi-comiques des fermiers, jusqu’à l’Amérique contemporaine, au jeu des destins croisés et contrariés, en convoquant au passage quelques grandes figures tels Henry Ford Richard Powers se livre ou Sarah Bernhardt.
            A la fois saga familiale, roman picaresque et méditation sur la façon dont l’Histoire redistribue les cartes, Trois fermiers s’en vont au bal, premier roman de Richard Powers, a valu à celui-ci d’être cité par le magazine Esquire comme l’un des trois plus grands écrivains de la décennie, aux côtés de Martin Amis et Don delillo.
             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782749128627
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Cherche midi
            15.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • nkazinski Posté le 18 Avril 2015
              Je suis revenu au moins 3 fois à ce livre. Sans jamais le terminer avec joie. Pourquoi ? L’exigence de lecture est-elle si forte ? Est-ce la traduction ? Non. L’inconstance ? Plutôt. Certains passages sont en effet intellectuellement jouissifs. Vraiment. D’autres, parfois longs, harassants, sans grand intérêt. La construction du livre est élaborée, plusieurs histoires s’entremêlant. L’érudition, surtout sur l’histoire des techniques, est prégnante. A la lecture de certains commentaires d’autres lecteurs, je vais m’orienter vers Le temps où nous chantions, du même auteur.
            • TheFunkyFreshLibrary Posté le 25 Octobre 2014
              L’histoire de ce roman est assez difficile à résumer. On suit 6 personnes, à 3 époques différentes : - Un homme (dont on ignore le nom), dans les années 80, qui lors d’un passage à Detroit, découvre dans le musée une photo intitulée « trois fermiers s’en vont au bal », datant de 1914, qui le fascine. Il se met alors en quête de l’origine de cette photo. - Peter Mays, dans les années 70 (?), qui voit passer une rousse dans la rue et ne trouve plus le repos tant qu’il ne l’a pas retrouvée. - Les trois fermiers de la photo, dont on suit les pérégrinations à travers l’Allemagne, les Pays-Bas et la France, en ce début de 1ere guerre mondiale. Comme d’habitude, l’écriture de Richard Powers est impressionante de maîtrise de la langue, de belles images et de superbes envolées. Comme « Le temps où nous chantions » qui prenait une famille de musiciens comme prétexte pour parler de physique, de musique et de la ségrégation raciale au 20e siècle, il truffe ici son histoire d’anecdotes et autres réflexions philosophiques et scientifiques sur la photographie, le capitalisme fordien et la 1ere guerre mondiale. J’ai beaucoup apprécié ce livre, même si je l’ai... L’histoire de ce roman est assez difficile à résumer. On suit 6 personnes, à 3 époques différentes : - Un homme (dont on ignore le nom), dans les années 80, qui lors d’un passage à Detroit, découvre dans le musée une photo intitulée « trois fermiers s’en vont au bal », datant de 1914, qui le fascine. Il se met alors en quête de l’origine de cette photo. - Peter Mays, dans les années 70 (?), qui voit passer une rousse dans la rue et ne trouve plus le repos tant qu’il ne l’a pas retrouvée. - Les trois fermiers de la photo, dont on suit les pérégrinations à travers l’Allemagne, les Pays-Bas et la France, en ce début de 1ere guerre mondiale. Comme d’habitude, l’écriture de Richard Powers est impressionante de maîtrise de la langue, de belles images et de superbes envolées. Comme « Le temps où nous chantions » qui prenait une famille de musiciens comme prétexte pour parler de physique, de musique et de la ségrégation raciale au 20e siècle, il truffe ici son histoire d’anecdotes et autres réflexions philosophiques et scientifiques sur la photographie, le capitalisme fordien et la 1ere guerre mondiale. J’ai beaucoup apprécié ce livre, même si je l’ai trouvé très fastidieux à lire, et que les personnages sont d’un intérêt très inégal (en fait je n’ai vraiment aimé lire que les chapitres sur les fermiers). On apprend beaucoup de choses sur la 1ere guerre mondiale en Europe, du point de vue des allemands (ce qui est rare !), mais aussi sur - entre autres - Henri Ford, Sarah Bernhardt et le photographe August Sander (auteur de la fameuse photo). Si les thèmes abordés vous intéressent, il vaut le coup d’être lu !
              Lire la suite
              En lire moins
            • ljodoin Posté le 26 Juillet 2011
              Le premier roman de Powers. Un regard américain sur l'aventure de l'Europe (première guerre mondiale. ). Polyphonie. Lien à faire avec l'oeuvre de Kundera, sa manière : utilisation des thèmes, de la variation et témoignage sur les paradoxes terminaux
            • Woland Posté le 16 Octobre 2008
              Three farmers on their way to a dance Traduction : Jean-Yves Pellegrin Richard Powers a eu l'idée de répartir son intrigue sur trois plans. D'où les longueurs et l'impression parfois poussive de ce roman constituant par ailleurs une réflexion des plus intéressantes sur l'Histoire et son implication dans la vie des particuliers. Le premier plan, par lequel débute le roman, est le point de vue du narrateur. Celui-ci, en escale à Detroit entre deux trains, se rend à l'Institut d'Art moderne de la ville où il contemple, dans toute sa gloire, la fresque impérissable commandée par Henry Ford à Diego Rivera. Alors qu'il s'en revient vers la sortie, son regard tombe sur une photo, celle de trois jeunes Européens sur leur trente-et-un et fixant l'objectif par un jour de mai 1914. Pour on ne sait trop quelles raisons précises - mais on se doute que le phénomène est relié au "portrait" de Detroit peint par Rivera et à celui d'Henry Ford lui-même, s'affichant dans un coin de l'oeuvre du grand peintre mexicain avec, sur le visage, comme Powers prend bien garde de le spécifier, une expression "de bienveillance et de cupidité." Désormais, le narrateur n'aura de cesse de retrouver les personnages de la photo... Three farmers on their way to a dance Traduction : Jean-Yves Pellegrin Richard Powers a eu l'idée de répartir son intrigue sur trois plans. D'où les longueurs et l'impression parfois poussive de ce roman constituant par ailleurs une réflexion des plus intéressantes sur l'Histoire et son implication dans la vie des particuliers. Le premier plan, par lequel débute le roman, est le point de vue du narrateur. Celui-ci, en escale à Detroit entre deux trains, se rend à l'Institut d'Art moderne de la ville où il contemple, dans toute sa gloire, la fresque impérissable commandée par Henry Ford à Diego Rivera. Alors qu'il s'en revient vers la sortie, son regard tombe sur une photo, celle de trois jeunes Européens sur leur trente-et-un et fixant l'objectif par un jour de mai 1914. Pour on ne sait trop quelles raisons précises - mais on se doute que le phénomène est relié au "portrait" de Detroit peint par Rivera et à celui d'Henry Ford lui-même, s'affichant dans un coin de l'oeuvre du grand peintre mexicain avec, sur le visage, comme Powers prend bien garde de le spécifier, une expression "de bienveillance et de cupidité." Désormais, le narrateur n'aura de cesse de retrouver les personnages de la photo et, à défaut de les retrouver réellement dans les archives conservées, de recréer leur histoire, indissolublement liée à l'intense accélération technologique qui, en bien comme en mal, a marqué le XXème siècle. Le deuxième plan nous plonge directement dans la photographie elle-même, ou plutôt dans cet après-midi de mai 1914 où les trois jeunes gens rencontrent sur une route du Westerwald, dans le Limbourg, le photographe August Sander, lequel, en fixant leur image sur la pellicule et en leur remettant une épreuve de ses tirages, va si bien leur permettre de survivre à la tempête de l'Histoire qu'il y aura un jour, à l'aube du XXIème siècle, un écrivain américain désireux d'improviser à leur sujet un touffu pavé de plus de cinq cents pages. En les suivant dans leurs pérégrinations au-delà de cet après-midi de mai, nous en verrons disparaître deux, avalés et digérés par le conflit. Le dernier - le personnage central de la photo d'ailleurs - qui est aussi le plus cynique, le plus amoral, finira par nous mener à Henry Ford. Quant au troisième plan, il nous ramène justement à l'époque contemporaine, où Peter Mays, rédacteur technique pour une revue traitant surtout d'informatique, est fasciné par la silhouette anachronique d'une jeune femme rousse, habillée comme on l'était dans les années 1910 et brandissant, semble-t-il, une clarinette, qu'il distingue sur un char du défilé organisé à New-York pour célébrer les anciens combattants de la Grande guerre. Littéralement obsédé par la chevelure rousse de la dame, Mays va mettre tout en oeuvre pour la retrouver et sa recherche aboutira, elle aussi, à Henry Ford tout en lui révélant, de façon inattendue, beaucoup de choses sur sa propre famille. Bien qu'un peu lente, la mécanique se révèle solide et suit un tracé d'une logique convaincante. Les moments où Powers - qui, soit-dit en passant, fait preuve d'une connaissance de l'Europe bien rare chez un auteur américain - détaille l'Histoire de la Grande guerre et l'assortit d'une réflexion passionnante sur le développement des différentes technologies modernes, sont ceux que j'ai préférés. En effet, aucun des personnages ne m'a vraiment "accrochée." Pour moi, ils sont là pour la démonstration de l'auteur et rien de plus. Peter Schreck m'a même paru très antipathique. Un premier roman qui, malgré sa lourdeur et ses maladresses perceptibles, donne envie de lire autre chose de Richard Powers - un premier roman qui, par conséquent, a fait son travail mais que je ne pense pas relire jamais. ;o)
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité du cherche midi éditeur
            Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

            Lisez maintenant, tout de suite !