RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un homme, un vrai

            Robert Laffont
            EAN : 9782221138328
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Un homme, un vrai

            BENJAMIN LEGRAND (Traducteur)
            Collection : Best-sellers
            Date de parution : 11/06/2015

            Charlie Croker, richissime promoteur de soixante ans, a bâti son immense empire à Atlanta. Il est le symbole de l'Amérique blanche triomphante - jusqu'à ce qu'un placement immobilier hasardeux le menace de banqueroute.
            Fareek Fanon, célèbre footballeur noir tout droit sorti du ghetto d'Atlanta, est accusé de viol par une riche...

            Charlie Croker, richissime promoteur de soixante ans, a bâti son immense empire à Atlanta. Il est le symbole de l'Amérique blanche triomphante - jusqu'à ce qu'un placement immobilier hasardeux le menace de banqueroute.
            Fareek Fanon, célèbre footballeur noir tout droit sorti du ghetto d'Atlanta, est accusé de viol par une riche et influente Blanche. Les émeutes raciales menacent la ville: Atlanta la Blanche, ville de pouvoir et d'argent, s'oppose à Atlanta la Noire.
            Charlie Croker, ancien champion universitaire de football, ne pourrait-il pas réconcilier les deux partis?
            La confrontation entre ces deux univers, orchestrée par un jeune et brillant avocat de la bourgeoisie noire, dévoile une Amérique cosmopolite, gangrenée par le racisme et la violence, dans laquelle se joue une inoubliable comédie humaine.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221138328
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Brooklynbythesea Posté le 20 Mars 2019
              Malgré ses 1000 pages, ce roman se dévore et se digère très facilement. Avec drôlerie et malice, Tom Wolfe nous invite à une plongée dans l'Amérique de la fin du XXème siècle, en suivant les mésaventures d'une ancienne gloire du football devenue un promoteur immobilier pourchassé par ses banquiers. Il y est aussi question de plantation, chasse à la caille et serviteurs noirs (on est en Géorgie) ; de "frères" et/ou "Afro-Américains", et de ce melting-pot qui exacerbe la défiance ; de femmes obsédées par l'argent ; d'un genou qui coince ; de Zeus et d'Epictète. Surtout, il y est question des dilemmes qui se posent à Charlie Croker, 60 ans et dépassé par tout ce qui lui arrive et par ce monde qui évolue trop vite pour lui. Que faut-il conserver quand on risque de tout perdre ? J'ai retrouvé avec plaisir le style de Tom Wolfe dans cet opus. J'aime la façon dont il évoque le Sud des Etats-Unis en jouant notamment avec les accents. Il fait preuve, une fois encore, d'une grande finesse psychologique, tout en dressant un tableau sans concession d'une Amérique malade du capitalisme, où la quête de l'éthique ressemble à une véritable odyssée. Néanmoins, la... Malgré ses 1000 pages, ce roman se dévore et se digère très facilement. Avec drôlerie et malice, Tom Wolfe nous invite à une plongée dans l'Amérique de la fin du XXème siècle, en suivant les mésaventures d'une ancienne gloire du football devenue un promoteur immobilier pourchassé par ses banquiers. Il y est aussi question de plantation, chasse à la caille et serviteurs noirs (on est en Géorgie) ; de "frères" et/ou "Afro-Américains", et de ce melting-pot qui exacerbe la défiance ; de femmes obsédées par l'argent ; d'un genou qui coince ; de Zeus et d'Epictète. Surtout, il y est question des dilemmes qui se posent à Charlie Croker, 60 ans et dépassé par tout ce qui lui arrive et par ce monde qui évolue trop vite pour lui. Que faut-il conserver quand on risque de tout perdre ? J'ai retrouvé avec plaisir le style de Tom Wolfe dans cet opus. J'aime la façon dont il évoque le Sud des Etats-Unis en jouant notamment avec les accents. Il fait preuve, une fois encore, d'une grande finesse psychologique, tout en dressant un tableau sans concession d'une Amérique malade du capitalisme, où la quête de l'éthique ressemble à une véritable odyssée. Néanmoins, la fin un peu abrupte m'a un peu frustrée...
              Lire la suite
              En lire moins
            • GeorgesSmiley Posté le 21 Novembre 2018
              Pour qui sonne ce titre, « Un homme, un vrai » ? Que faut-il faire, qui faut-il être pour justifier ce qualificatif dans Atlanta, la ville de Martin Luther King, celle où il est né et où il est enterré ? Atlanta, capitale de la Géorgie est, à l'échelle des USA, une ville moyenne. Mais elle s'enorgueillit d'être l'une des trois* seules ayant hébergé les Jeux Olympiques d'Eté, ceux du centenaire en 1996 (le roman date de 1998). Siège de Coca Cola et de CNN, elle est à soixante-dix pour cent noire. Si la mairie est occupée par un représentant de la communauté la plus nombreuse, si comme on dit là-bas, « Atlanta is too busy to hate », il n'empêche que le dépliant touristique des JO était curieusement amputé d'une partie de la ville, le sud qui abrite les quartiers noirs pauvres (il y a des quartiers noirs qui sont riches) où les autorités ne souhaitaient visiblement pas que des touristes s'égarent. En résumé, elles ont beau prétendre le contraire, l'un de leurs soucis est d'éviter des émeutes raciales dans ce qui est également la ville de Margaret Mitchell. Alors, quand un « incident » menace de dresser les deux... Pour qui sonne ce titre, « Un homme, un vrai » ? Que faut-il faire, qui faut-il être pour justifier ce qualificatif dans Atlanta, la ville de Martin Luther King, celle où il est né et où il est enterré ? Atlanta, capitale de la Géorgie est, à l'échelle des USA, une ville moyenne. Mais elle s'enorgueillit d'être l'une des trois* seules ayant hébergé les Jeux Olympiques d'Eté, ceux du centenaire en 1996 (le roman date de 1998). Siège de Coca Cola et de CNN, elle est à soixante-dix pour cent noire. Si la mairie est occupée par un représentant de la communauté la plus nombreuse, si comme on dit là-bas, « Atlanta is too busy to hate », il n'empêche que le dépliant touristique des JO était curieusement amputé d'une partie de la ville, le sud qui abrite les quartiers noirs pauvres (il y a des quartiers noirs qui sont riches) où les autorités ne souhaitaient visiblement pas que des touristes s'égarent. En résumé, elles ont beau prétendre le contraire, l'un de leurs soucis est d'éviter des émeutes raciales dans ce qui est également la ville de Margaret Mitchell. Alors, quand un « incident » menace de dresser les deux communautés l'une contre l'autre…le maire doit s'en préoccuper. Un maire retors qui prépare sa réélection, un avocat ambitieux et un peu honteux de n'être pas assez noir, un promoteur mégalomane et imprudent, son ex-femme délaissée qui lui coûte cher, sa nouvelle, de trente ans plus jeune que lui, qui lui coûte encore plus cher, un sportif célèbre aussi inculte qu'antipathique, une jeune héritière qui tente de se faire passer pour une oie blanche, un jeune homme dont le rêve américain a tourné au cauchemar, un cadre de banque vivotant qui voudrait jouer dans la cour des grands, des banquiers aussi imprudents que stupides, un recouvreur de dettes qui utilise les méthodes psychologiques des commandos. Tom Wolfe poursuit sa Comédie Humaine en dépeignant précisément et ironiquement les travers de la société américaine. le racisme dans toutes ses formes (le blanc comme le noir), la presse, la politique, le mythe de l'éternelle jeunesse, la dictature du corps parfait, l'argent, le divorce, la rumeur, la vanité, la lâcheté, la peur du qu'en dira-ton. Il enchaîne à très vive allure des situations ubuesques, explosives et délicieusement drôles, pour forme un savoureux cocktail. Alors, qui est vraiment « Un homme, un vrai » ? « Il jeta sa main droite vers le sol et saisit le serpent à sonnettes par le cou, à la base du crâne. D'un seul geste il se redressa, arrachant le crotale du sol, et il le tint par la tête, à bout de bras devant lui. » Ca, c'est Charlie Crocker, l'ancien sportif vedette de Georgia Tech, qui est devenu ce promoteur mégalomane dont la tour plane au-dessus de la cité pendant que la faillite plane au-dessus de sa tête, ça pourrait être lui, le gars qui en a ? « Lentement, il retira son enveloppe de sa poche de chemise et glissa son gros index sous le rabat pour l'ouvrir. Il y avait le chèque rose, comme d'habitude. Et, derrière, il y avait une feuille de papier blanc. Il lut les premiers mots : « En raison d'une réduction nécessaire des capacités de production de cette entreprise, vos services… » Puis il leva les yeux. Kenny et l'Ampoule le fixaient. Il ne parvenait pas à parler. Il ne pouvait que hocher la tête de haut en bas pour leur signifier « oui, c'est vrai. » Ca, c'est Conrad, le modeste magasinier de Crocker Global Foods, qui a tout perdu, sa femme, ses enfants et sa liberté ? Pourquoi pas lui ? L'un ou l'autre ? Aucun des deux ? Un troisième homme pourquoi pas, le maire ou bien un dénommé Epictète ou encore un autre, un copain avec un drôle de nom, Agrippinus ? Vous n'en saurez plus qu'après avoir dévoré, comme moi, ce formidable roman qui se lit comme un thriller. D'ici là, ne soyez pas impatients, restez philosophes et, pour faire votre choix, lisez. Vous vous régalerez ! *les deux autres sont Los Angeles et Saint Louis
              Lire la suite
              En lire moins
            • Crazynath Posté le 25 Mai 2018
              « Un homme, un vrai « de Tom Wolfe est surement un des plus anciens livres de ma PAL…En effet, ce pavé de 1000 pages y trône depuis une bonne quinzaine d’années… Je me rappelle parfaitement l’avoir acheté en 2002 sur les conseils avisés d’un ami. (Merci à lui). Bon, je ne vais évidemment pas lui avouer que j’ai mis tant d’années à m’y mettre…Ceci dit, il sait que je suis une lectrice très dispersée (lui aussi, d’ailleurs) Et puis, il y a quelques jours, ça y est ! Le déclic s’est enfin produit ! J’ai compris que c’était le moment où jamais de me lancer dans cette lecture. Au vu de la taille de ce pavé, le week-end de Pentecôte dernier est juste bien tombé pour pouvoir avancer sans trop trainer dans cette lecture. J’ai tout de suite été happée par l’histoire car Tom Wolfe a une façon fort dynamique de raconter son histoire. On ne peut s’empêcher de suivre avec intérêt un des personnages principaux de ce livre : Charlie Croker. Richissime promoteur immobilier, il est en plus doté d’une très forte personnalité. Vivant en Géorgie, il a tout d’un descendant des sudistes de la période pré guerre de Sécession.... « Un homme, un vrai « de Tom Wolfe est surement un des plus anciens livres de ma PAL…En effet, ce pavé de 1000 pages y trône depuis une bonne quinzaine d’années… Je me rappelle parfaitement l’avoir acheté en 2002 sur les conseils avisés d’un ami. (Merci à lui). Bon, je ne vais évidemment pas lui avouer que j’ai mis tant d’années à m’y mettre…Ceci dit, il sait que je suis une lectrice très dispersée (lui aussi, d’ailleurs) Et puis, il y a quelques jours, ça y est ! Le déclic s’est enfin produit ! J’ai compris que c’était le moment où jamais de me lancer dans cette lecture. Au vu de la taille de ce pavé, le week-end de Pentecôte dernier est juste bien tombé pour pouvoir avancer sans trop trainer dans cette lecture. J’ai tout de suite été happée par l’histoire car Tom Wolfe a une façon fort dynamique de raconter son histoire. On ne peut s’empêcher de suivre avec intérêt un des personnages principaux de ce livre : Charlie Croker. Richissime promoteur immobilier, il est en plus doté d’une très forte personnalité. Vivant en Géorgie, il a tout d’un descendant des sudistes de la période pré guerre de Sécession. Propriétaire d’une plantation, il traite son personnel noir avec un paternalisme mêlé d’un zeste de condescendance. Cependant, malgré tous ses défauts, son caractère outrancier, ses magouilles financières, ce personnage haut en couleur m’est resté sympathique. Il va être sollicité pour témoigner en faveur d’une star du football accusée de viol. Ce livre ne se réduit pas à cette histoire. Beaucoup de personnages forts intéressants gravitent dans l’entourage plus ou moins proche de Charlie Croker. Le personnage le plus attachant et dont j’ai suivi les pérégrinations avec le plus d’intérêt est celui de Conrad. Jeune manutentionnaire embauché dans une des usines de Croker, à des milliers de kilomètres d’Atlanta, Conrad va se retrouver au chômage suite à une restructuration du personnel…. Il va aller de déboires en déboires, jusqu’à ce que le hasard lui fasse lire un livre d’un certain Epitecte. Je n’en dirais pas plus sur cette histoire, mais clairement, j’ai beaucoup aimé malgré quelques petites (mais toutes petites longueurs). Et j’ai compris avec plaisir le pourquoi du titre et à qui il était destiné au cours de ma lecture…. Le style de l’auteur est vivant et fluide et sa vision d’une certaine Amérique est édifiante, même si l’histoire date un peu… Je savais que Tom Wolfe est aussi l’auteur du autre livre : « Le bucher des vanités » livre qui avait inspiré en son temps le réalisateur Brian de Palma et mettant en vedette Tom Hanks…le film date un peu puisqu’il est sorti en 1990, mais je reconnais ne l’avoir jamais visionné. Cependant, à défaut du film, je pense que tôt ou tard je vais lire le livre au vu de mon ressenti de ma lecture… Challenge ABC 2017/2018 Challenge Pavés 2018
              Lire la suite
              En lire moins
            • Clytemnestre Posté le 4 Octobre 2017
              Un vrai bonheur de renouer avec une épopée sociologique et politique de Tom Wolfe. Il n'a pas son pareil pour décrire les rapports humains et leurs dévoiements par l'argent ou l'origine sociale. De plus, on (re)découvre Atlanta et ses ressorts raciaux, toujours présents plus d'un siècle après la guerre de Sécession. Tom Wolfe est un auteur américain indispensable pour saisir l'air du temps.
            • thomassandorf Posté le 8 Octobre 2015
              Un livre, un vrai. C'est un pavé (+1000 pages en poche) qu'on est content de tenir dans les mains, d'esquinter, d'entraîner partout avec soi, car c'est un univers à lui tout seul. Quel talent, bon sang. Des morceaux d'anthologie comme la réunion où le Croker se fait lessiver par ses créanciers autour d'une table de réunion, la saillie dans le ranch devant un public effaré, l'enlèvement de la voiture d'un chômeur par la fourrière... La venue d'Epictète et des stoïciens dans le livre loin d'entrainer le lecteur dans un délire de plus, le ramène à une certaine sagesse.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.