Lisez! icon: Search engine
EAN : 9791036604867
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 787 min
1793
Rémi Cassaigne (traduit par)
Date de parution : 09/05/2019
Éditeurs :
Lizzie

1793

Rémi Cassaigne (traduit par)
Date de parution : 09/05/2019
Un roman phénomène qui renouvelle le roman historique et le thriller nordique.
 
1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de... 1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C’est dans cette atmosphère irrespirable que  Jean Michael Cardell, un vétéran de la... 1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C’est dans cette atmosphère irrespirable que  Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036604867
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 787 min
Lizzie

Ils en parlent

« Un véritable tour de force littéraire. Une histoire intelligente et pleine de suspense dont vous vous souviendrez longtemps. »
Verdens Gang, Norvège
«  L’écriture de Niklas Natt och Dag est brillante et organique. Il signe là un roman à succès  qui a le mérite de décrire avec précision une époque tout en étant à d’autres égards clairement exaltant. »
Aftenposten, Norvège

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CatF Posté le 16 Mai 2022
    J’avais lu beaucoup de critiques sur ce livre. Je m’attendais à plein de choses. Mais pas à cela. Un ouvrage qui me donne une seule envie, découvrir 1794. Une suite ? Je ne sais pas. Mais peu importe. La ferveur est-elle que je ne veux pas m’arrêter en si bon chemin. Un roman affreusement bon, entre la monstruosité, la pauvreté, le vice et j’en passe. Une enquête menée par deux figures très attachantes. Un récit ou plusieurs personnages s’entrechoquent autour d’un seul cadavre... Je ne peux pas vous en dire plus… Je n’avais qu’une hâte, le finir au plus vite, pour savoir l’issue. Et quelle fin ! Bonne lecture !
  • Calliope2017 Posté le 1 Mai 2022
    Je suis assez déçue par cette lecture, dont j’attendais beaucoup au vu des critiques dithyrambiques que 1793 a reçues sur Babelio. Tout d’abord, l’intrigue « magistrale » m’a personnellement plutôt ennuyée : beaucoup de détours, de passages dont je ne voyais pas l’intérêt, voire de parties entières (la Filature avec Anna Stina notamment) qui bien que pas désagréables à lire n’apportent pas grand-chose au récit à mon sens. Moi qui suis habituellement une lectrice lente et attentive, j’ai lu beaucoup de pages rapidement, voire en diagonale… Et les nombreuses horreurs décrites ne m’ont pas encouragée au contraire : j’ai dû sauter des passages entiers tellement les descriptions me répugnaient. Je suis certes assez sensible et j’ai souvent tendance à lire des passages en diagonale pour cette raison, mais jamais à ce point. De plus, d’habitude cela ne me dérange pas (je sais que c’est moi qui suis sensible, et je trouve normal que les auteurs n’aient pas à se censurer), mais ici je ne voyais vraiment pas ce que cela apportait à l’intrigue. Quant au dénouement, il ne m’a absolument pas bluffée, et m’a même franchement déçue. Ensuite, les personnages : les héros Cecil Winge et Mickel Cardell sont certes sympathiques, mais... Je suis assez déçue par cette lecture, dont j’attendais beaucoup au vu des critiques dithyrambiques que 1793 a reçues sur Babelio. Tout d’abord, l’intrigue « magistrale » m’a personnellement plutôt ennuyée : beaucoup de détours, de passages dont je ne voyais pas l’intérêt, voire de parties entières (la Filature avec Anna Stina notamment) qui bien que pas désagréables à lire n’apportent pas grand-chose au récit à mon sens. Moi qui suis habituellement une lectrice lente et attentive, j’ai lu beaucoup de pages rapidement, voire en diagonale… Et les nombreuses horreurs décrites ne m’ont pas encouragée au contraire : j’ai dû sauter des passages entiers tellement les descriptions me répugnaient. Je suis certes assez sensible et j’ai souvent tendance à lire des passages en diagonale pour cette raison, mais jamais à ce point. De plus, d’habitude cela ne me dérange pas (je sais que c’est moi qui suis sensible, et je trouve normal que les auteurs n’aient pas à se censurer), mais ici je ne voyais vraiment pas ce que cela apportait à l’intrigue. Quant au dénouement, il ne m’a absolument pas bluffée, et m’a même franchement déçue. Ensuite, les personnages : les héros Cecil Winge et Mickel Cardell sont certes sympathiques, mais pour moi ils sont loin d’être originaux, et j’ai ressenti durant toute ma lecture une impression de déjà-vu… Enfin, de manière plus anecdotique, une des raisons pour lesquelles je voulais lire ce roman était son contexte historique. Malheureusement, et malgré la postface dans laquelle l’auteur affirme avoir fait beaucoup de recherches, je n’ai presque rien appris sur la Suède à la fin du XVIIIe siècle, si ce n’est quelques notions sur la géographie de Stockholm ! En outre, aucune explication ne vient compléter l’ouvrage, ce qui est frustrant quand on s’intéresse à l’Histoire, mais surtout gênant quand cela empêche de comprendre sa lecture (savoir ce qu’est un « boudin » n’est pas évident…).
    Lire la suite
    En lire moins
  • cocon94 Posté le 24 Avril 2022
    Automne 1793. Jean Michael Cardell, devenu manchot lors de la guerre qui a opposé la Suède à la Russie, étouffe péniblement son mal de vivre dans l'alcool. Quand il repêche un corps démembré dans le lac Fatburen, une étincelle se réveille en lui. Il va seconder Cecil Winge à qui Johan Gustaf Norlin, chef de la police, a confié la mission officieuse de trouver l'assassin. Mais le temps leur est compté. Le chef de la police va bientôt être remplacé et surtout, Cecil Winge, atteint de la phtisie (tuberculose), va bientôt mourir. Alors que l'enquête semble dans une impasse, l'auteur nous plonge dans un flash back : nous voilà en été de la même année. Nous suivons les mésaventures Kristofer Blix, bien que "mésaventures" ne soit pas le terme le plus approprié. Puis, nouveau flash back : nous sommes maintenant au printemps 1793. Cette fois, c'est le récit d'Anna Stina Knapp que nous découvrons. Puis nous voilà revenus en hiver pour le dénouement de l'enquête. Tout finit par s'éclairer au fur et à mesure que l'histoire se déroule, en particulier le rôle que jouent Kristopher et Anna Stina. Toutefois, cette interruption dans le rythme de l'enquête est assez déstabilisant. 1793 nous plonge dans... Automne 1793. Jean Michael Cardell, devenu manchot lors de la guerre qui a opposé la Suède à la Russie, étouffe péniblement son mal de vivre dans l'alcool. Quand il repêche un corps démembré dans le lac Fatburen, une étincelle se réveille en lui. Il va seconder Cecil Winge à qui Johan Gustaf Norlin, chef de la police, a confié la mission officieuse de trouver l'assassin. Mais le temps leur est compté. Le chef de la police va bientôt être remplacé et surtout, Cecil Winge, atteint de la phtisie (tuberculose), va bientôt mourir. Alors que l'enquête semble dans une impasse, l'auteur nous plonge dans un flash back : nous voilà en été de la même année. Nous suivons les mésaventures Kristofer Blix, bien que "mésaventures" ne soit pas le terme le plus approprié. Puis, nouveau flash back : nous sommes maintenant au printemps 1793. Cette fois, c'est le récit d'Anna Stina Knapp que nous découvrons. Puis nous voilà revenus en hiver pour le dénouement de l'enquête. Tout finit par s'éclairer au fur et à mesure que l'histoire se déroule, en particulier le rôle que jouent Kristopher et Anna Stina. Toutefois, cette interruption dans le rythme de l'enquête est assez déstabilisant. 1793 nous plonge dans une ambiance pesante, sombre, violente. Stockholm est une ville où règne la misère, la violence, la corruption, le désespoir et la mort. L'homme est un loup pour l'homme. Jamais le proverbe ne s'est révélé aussi vrai que dans ce roman. J'espère seulement que certaines pratiques évoquées dans cette histoire n'ont pas réellement existé à Stockholm en 1793 et qu'elles n'existent pas non plus de nos jours...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Voilier9 Posté le 16 Avril 2022
    Stockholm, la nuit, la neige, le froid... Brrr ! Ajoutez-y la misère, la crasse et la pollution qui régnaient en 1793, ça ne donne vraiment pas envie d'y aller... sauf en restant calé dans son canapé avec ce roman à la main. J'ai beaucoup aimé l'évocation historique. L'intrigue est assez curieusement construite. Ceci dit, n'étant pas un grand amateur de polars, je l'ai plutôt vue comme le prétexte pour rencontrer des personnages avec des biographies variées, si ce n'est une proximité constante avec la pauvreté, la maladie et la mort.
  • mikaelunvoas Posté le 22 Mars 2022
    1793 en Suède, une année marquée sous le signe de la crainte des nobles de voir le mouvement révolutionnaire français s'étendre jusque dans leur pays. 1793 est un polar historique dur mais passionnant et bien écrit. Niklas Natt loch Dag fait vivre plusieurs personnages très différents dans cette fin de XVIIIème siècle orageuse. J'y ai beaucoup aimé l'intrigue, les descriptions de la vie quotidienne, des quartiers, métiers et des conditions d'incarcération des femmes. La conduite de l'enquête nous maintient accrochés jusqu'au bout à ces êtres que l'on finit par aimer.
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !