Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036604195
Façonnage normé : MP3
Durée : 558 min

U4 : Koridwen

Date de parution : 13/06/2019
Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE KORIDWEN. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen....
Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE KORIDWEN. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen. J’ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c’est de la folie, mais toute seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m’a toujours dit que j’aurais un destin exceptionnel. C’est le moment de le vérifier. »
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036604195
Façonnage normé : MP3
Durée : 558 min
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
16.99 €
Acheter sur Lizzie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Delvalia Posté le 9 Novembre 2021
    Cela fait des années que j'attends de pouvoir lire la série U4, et c'est par le livre de Kordiwen, à savoir celui que l'on m'a le plus recommandé, que j'ai commencé l'aventure. La lecture à été très divertissante et malgré mon avis personnel, je me suis vu vouloir le continuer, mais peut être et surtout le terminer au plus vite. L'intrigue est très intéressante et donne envie de connaître l'histoire, et le point de vue de la jeune fille est intéressant. Cependant, la fin est très prévisible. En effet, dès même les premières pages du livre, on comprend déjà comment l'histoire va se terminer et c'est vraiment regrettable. De plus, la romance forcée et ratée entre deux adolescentes apparaît comme un cheveux sur la soupe. On ressent bien plus une gêne qu'une tension entre les deux, surtout quand on apprend que c'est écrit par un homme cinquantenaire. L'intrigue, bien évidement, à du potentiel, et l'histoire se développe bien, les liens entre les différents livres de la série sont bien gérés, les relations sont touchantes ; cependant, la déception ressentie à peine le livre terminé, m'empêche de vouloir continuer cette série.
  • Khloey Posté le 4 Novembre 2021
    Des quatre livres de la saga U4, Koridwen semble être le tome préféré des lecteurs. N’ayant lu que la moitié de la série, autrement dit « Jules » et « Koridwen » je ne peux me prononcer sur un potentiel favori. Je peux néanmoins dire que j’ai été plus emballée par le personnage de Koridwen. En effet, jeune femme pleine de fougue bien que bercée par ses origines bretonnes, Kori est un personnage qui ne manque pas d’intérêt. Bien que, je trouve ce personnage bien seul, puisqu’il ne vit que pour une chose : retourner dans le passé. Mais parfois, sa solitude devient un peu lassante au point qu’elle me devienne quelque peu antipathique. Chacun a suivi une évolution, mais Koridwen reste bornée et trop sure d’elle à mon goût. (Toutefois, je dois avouer que l’indépendance de ce personnage me plait à certains moments… ) De ce fait, ce protagoniste me semble un peu surfait. Le déroulement de l’intrigue, plus adulte et bien travaillé -tout le contraire de Jules- a relevé le niveau de ce début assez catastrophique de cette quadrulogie… Cependant, il faut bien l’avouer, les descriptions, pour ma part, manquaient et les citations s’avéraient beaucoup moins belles que dans le tome précédent. Je ne... Des quatre livres de la saga U4, Koridwen semble être le tome préféré des lecteurs. N’ayant lu que la moitié de la série, autrement dit « Jules » et « Koridwen » je ne peux me prononcer sur un potentiel favori. Je peux néanmoins dire que j’ai été plus emballée par le personnage de Koridwen. En effet, jeune femme pleine de fougue bien que bercée par ses origines bretonnes, Kori est un personnage qui ne manque pas d’intérêt. Bien que, je trouve ce personnage bien seul, puisqu’il ne vit que pour une chose : retourner dans le passé. Mais parfois, sa solitude devient un peu lassante au point qu’elle me devienne quelque peu antipathique. Chacun a suivi une évolution, mais Koridwen reste bornée et trop sure d’elle à mon goût. (Toutefois, je dois avouer que l’indépendance de ce personnage me plait à certains moments… ) De ce fait, ce protagoniste me semble un peu surfait. Le déroulement de l’intrigue, plus adulte et bien travaillé -tout le contraire de Jules- a relevé le niveau de ce début assez catastrophique de cette quadrulogie… Cependant, il faut bien l’avouer, les descriptions, pour ma part, manquaient et les citations s’avéraient beaucoup moins belles que dans le tome précédent. Je ne change également pas d’avis concernant la façon dont les auteurs ont décidé de survoler des éléments qui me paraissent pourtant cruciaux. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une saga pour adolescents, mais je dois dire que pour l’instant, je ne suis pas sûre de garder cette saga dans ma bibliothèque… J’attends beaucoup des deux prochains tomes qui, j’espère, feront pencher la balance de l’autre côté !
    Lire la suite
    En lire moins
  • chutmamanecrit Posté le 20 Juillet 2021
    je vais me faire l'avocat du diable par rapport aux autres commentaires dithyrambiques, mais ce roman, de prime abord original, ne m'a pas convaincue. ce qui m'avait donné envie : lire quatre points de vue différents d'une histoire commune. Quatre auteurs donc, ce qui implique que je ne me ferme pas aux trois autres . A voir dans l'avenir. L'histoire était originale : même si le sujet apocalyptique est plutôt redondant et a déjà été abordé de mille et une façons, j'ai bien aimé cette envie de remonter dans le passé par le biais d'un jeu vidéo. Quoi de plus naturel pour les ados de nos jours ? J'ai beaucoup aimé aussi que l'intrigue se passe en France, à Paris plus précisément. Ca casse un peu le mythe du super héros Américain, seul capable de survivre à une apocalypse. J'ai bien aimé également l'explication au fait que seul les enfants survivent à ce mystérieux virus qui décime 90% de la population en deux semaines et qui a un malheureux petit gout de réalité. Et j'ai bien aimé cette fin, un peu suspendue, qui nous laisse au bord d'un abîme : alors elle va réussir ou pas ? Ca aurait pu le... je vais me faire l'avocat du diable par rapport aux autres commentaires dithyrambiques, mais ce roman, de prime abord original, ne m'a pas convaincue. ce qui m'avait donné envie : lire quatre points de vue différents d'une histoire commune. Quatre auteurs donc, ce qui implique que je ne me ferme pas aux trois autres . A voir dans l'avenir. L'histoire était originale : même si le sujet apocalyptique est plutôt redondant et a déjà été abordé de mille et une façons, j'ai bien aimé cette envie de remonter dans le passé par le biais d'un jeu vidéo. Quoi de plus naturel pour les ados de nos jours ? J'ai beaucoup aimé aussi que l'intrigue se passe en France, à Paris plus précisément. Ca casse un peu le mythe du super héros Américain, seul capable de survivre à une apocalypse. J'ai bien aimé également l'explication au fait que seul les enfants survivent à ce mystérieux virus qui décime 90% de la population en deux semaines et qui a un malheureux petit gout de réalité. Et j'ai bien aimé cette fin, un peu suspendue, qui nous laisse au bord d'un abîme : alors elle va réussir ou pas ? Ca aurait pu le faire. Mais je n'ai ressenti aucune émotion. Cette adolescente qui se prend en pleine face la mort de tout son village m'a laissée impavide. Et pourtant je suis du genre à chialer devant un pub Ikea. Rien. J'ai trouvé Koridwen très fade, ses sentiments survolés alors que tout le monde meurt en deux semaines, qu'elle doit se battre pour sa survie, protéger son cousin, ressent ses premiers émois sexuels, rien. C'est vraiment dommage car j'en attendais beaucoup, trop peut-être de ce texte pourtant à la première personne.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nohann Posté le 6 Juin 2021
    Un virus s’est répandu dans le monde entier : le virus U4. Pour une étrange raison, les personnes entre 15 et 18 ans y survivent. Les Experts du jeu Warriors of Time ont reçu un message avant que les connexions internet ne se coupent : ils doivent se réunir le 25 décembre à Paris. D’ici là ils vont devoir se débrouiller pour survivre. Koridwen vit en Bretagne. Elle se retrouve seule à s’occuper du hameau familiale et des bêtes. Elle décide d’aller chercher son cousin pour qu’ils ne soient pas seuls chacun de leur côté. Après un temps de réflexion elle se dit qu’il vaut mieux qu’elle aille à Paris voir d’autres gens, notamment les Experts de WOT, plutôt que de rester seule ici à se morfondre. Tout au long de son périple elle sera accompagnée en pensée par des contes bretons et sa grand-mère qui la guideront dans son périple. Une série qui nous transporte dès le début. Un roman profond et détaillé, on ne voit plus le temps passer quand on l’a entre les mains.
  • DD78 Posté le 5 Mai 2021
    4ème et dernière version pour moi du virus U4, avec "Koridwen", d'Yves Grevet. Cette fois-ci c'est de la campagne bretonne que nous découvrons les premiers jours de cette pandémie fictive, à travers les yeux d'une jolie rousse au caractère bien trempé. Koridwen n'a pas eu une enfance toujours heureuse, à côté d'une mère effacée et d'un père qui buvait trop (ça se passe en Bretagne je vous dis !). Heureusement que sa grand-mère était là pour la soutenir, et lui transmettre son savoir et ses dons un peu sorciers. Suite à un message provenant de son jeu video préféré, la jeune fille se persuade qu'elle peut changer le cours des choses, et décide de se rendre à Paris en tracteur... J'ai bien aimé cette version bretonne du sujet, donnant la vision du début de pandémie hors des grandes villes. J'ai bien aimé retrouver aussi les personnages des autres livres, qui prennent une dimension différente maintenant que je les ai tous lus. Mais ce que j'ai préféré, c'est le caractère fantastique du récit, grâce auquel jusqu'au bout on se pose la question de savoir si Koridwen va y arriver ou non. Quoi qu'il en soit une chouette série young adults, sur le... 4ème et dernière version pour moi du virus U4, avec "Koridwen", d'Yves Grevet. Cette fois-ci c'est de la campagne bretonne que nous découvrons les premiers jours de cette pandémie fictive, à travers les yeux d'une jolie rousse au caractère bien trempé. Koridwen n'a pas eu une enfance toujours heureuse, à côté d'une mère effacée et d'un père qui buvait trop (ça se passe en Bretagne je vous dis !). Heureusement que sa grand-mère était là pour la soutenir, et lui transmettre son savoir et ses dons un peu sorciers. Suite à un message provenant de son jeu video préféré, la jeune fille se persuade qu'elle peut changer le cours des choses, et décide de se rendre à Paris en tracteur... J'ai bien aimé cette version bretonne du sujet, donnant la vision du début de pandémie hors des grandes villes. J'ai bien aimé retrouver aussi les personnages des autres livres, qui prennent une dimension différente maintenant que je les ai tous lus. Mais ce que j'ai préféré, c'est le caractère fantastique du récit, grâce auquel jusqu'au bout on se pose la question de savoir si Koridwen va y arriver ou non. Quoi qu'il en soit une chouette série young adults, sur le thème de la fin du monde qui me fascine.
    Lire la suite
    En lire moins
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.