Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266314749
Code sériel : 18266
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Alabama 1963

,

Date de parution : 07/10/2021
Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvé. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent…
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge : «...
Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvé. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent…
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge : « Les petites filles, ça disparaît pas comme ça… »
Deux êtres que tout oppose. A priori.

« Attention, nuit blanche assurée ! » Le Parisien

« Autant vous prévenir tout de suite : il vous sera impossible de fermer l’oeil à cause ou plutôt grâce à ce formidable premier roman. » Femme Actuelle

Cet ouvrage a été sacré « Talent Cultura » et a reçu les Prix du Jury du Salon du Livre d’Île-de-France, Prix Jeune Mousquetaire du Premier Roman, Prix Littéraire des Étudiants Internationaux, Prix Palissy et Prix Ouest.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266314749
Code sériel : 18266
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

« Attention, nuit blanche assurée ! »
Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • celine85 Posté le 14 Janvier 2022
    Coup de cœur pour ce livre écrit à 4 mains. Les parents de Dee Dee 11 ans signalent sa disparition. Une autre est retrouvée. Des filles disparaissent, d’autres sont retrouvées mortes mais la police ne se bouge pas beaucoup car elles ont le point commun d’être noires. Comme la police de fait rien les parents sont allés voir Bud Larkin, un ancien policier reconverti en détective privé. Un vrai cliché d’un homme a la dérive, alcoolique … Celui-ci va se retrouver à faire équipe avec Adela, noire et femme de ménage. Un vrai duo improbable. J’ai immédiatement été happée par l’histoire. Un livre parlant de racisme, de ségrégation avec une touche de polar. Quand on le lit on se dit mince 1963 ce n’est pas si vieux et ca continue encore maintenant. J’ai trouvé que la fin arrivait brutalement nous laissant un peu sans voix.
  • aalbouc Posté le 12 Janvier 2022
    Alabama 1963, de @manchette_niemiec c'est un coup de maîtres ! C'est Clint Eastwood parachuté dans La couleur des sentiments, sur fond de meurtres de fillettes noires... Dans l'Amérique segrégationniste des années 60, on assiste à la rencontre entre un ex flic blanc, raciste, bourru, alcoolique et une bonne noire, qui lutte pour survivre dans cet univers hostile et pour protéger sa famille. Ces deux-là, que tout oppose, vont devoir dépasser les préjugés pour s'associer et mener l'enquête. Et ça fonctionne hyper bien !! On chemine avec ces deux personnages, au rythme de leurs concessions, on croise des patronnes loufoques, odieuses ou affranchies, des collègues écœurants, d'autres bienveillants. On rit avec Adela et ses copines, femmes fortes et hautes en couleur! Mais on pleure aussi et on se révolte face aux injustices dont sont victimes les Noirs . Bien ancrée dans la réalité historique, l'intrigue évolue au rythme du NON de Rosa Parks, des descentes du Ku Klux Klan, du discours de Martin Luther-King ou encore de l'assassinat de Kennedy. Et toujours plane cette menace de la découverte d'un nouveau corps... Le style est hyper visuel, cinématographique, C'est très bien écrit, les dialogues sont incisifs. L'horreur est décrite de manière très... Alabama 1963, de @manchette_niemiec c'est un coup de maîtres ! C'est Clint Eastwood parachuté dans La couleur des sentiments, sur fond de meurtres de fillettes noires... Dans l'Amérique segrégationniste des années 60, on assiste à la rencontre entre un ex flic blanc, raciste, bourru, alcoolique et une bonne noire, qui lutte pour survivre dans cet univers hostile et pour protéger sa famille. Ces deux-là, que tout oppose, vont devoir dépasser les préjugés pour s'associer et mener l'enquête. Et ça fonctionne hyper bien !! On chemine avec ces deux personnages, au rythme de leurs concessions, on croise des patronnes loufoques, odieuses ou affranchies, des collègues écœurants, d'autres bienveillants. On rit avec Adela et ses copines, femmes fortes et hautes en couleur! Mais on pleure aussi et on se révolte face aux injustices dont sont victimes les Noirs . Bien ancrée dans la réalité historique, l'intrigue évolue au rythme du NON de Rosa Parks, des descentes du Ku Klux Klan, du discours de Martin Luther-King ou encore de l'assassinat de Kennedy. Et toujours plane cette menace de la découverte d'un nouveau corps... Le style est hyper visuel, cinématographique, C'est très bien écrit, les dialogues sont incisifs. L'horreur est décrite de manière très crue. Mais l'humour y trouve aussi pleinement sa place... Le genre de livre que tu prends un matin et que tu ne lâches que quand tu l'as fini (ou qu'il faut préparer à bouffer à tes gamins 😂😂) Bref, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans la chaleur étouffante de Birmingham, ce fameux été 1963. Ah oui, n'oublions pas, tout de même, qu'il s'agit d'un polar. Et si je suis bien consciente de ne pas être une experte, j'avoue avoir été tenue en haleine jusqu'au bout et avoir pris en place face certains rebondissements mais 🤫🤫
    Lire la suite
    En lire moins
  • lettres_et_caracteres Posté le 12 Janvier 2022
    Alabama 1963 fait partie de la trop longue liste de livres que j’ai achetés en papier, « dans l’espoir de », et que je finis par découvrir en audio car ma pal suit toujours et désespérément la même courbe ascendante. Pas déçue de l’avoir enfin découvert mais pas aussi conquise que je l’avais espéré. Vous connaissez la frustration de la lectrice qui voit passer sur les réseaux sociaux les livres qu’elle rêve de lire, qu’elle a bien au chaud dans sa bibliothèque mais qu’elle ne parviendra jamais à extraire car d’autres titres leur passent continuellement devant ? C’est une situation que je vis de plus en plus mal, à tel point que je rêve presque d’un nouveau confinement pour stopper net la production éditoriale et me laisser enfin le temps de sortir une petite dizaine de titres de ma précieuse réserve. Mais comme il est malvenu de souhaiter une telle chose à tous les auteurs, éditeurs et libraires de ce pays, j’utilise parfois le livre audio comme parade anti-frustration littéraire. C’est ce que j’ai fait avec ma dernière lecture Alabama 1963 et ce que je fais encore actuellement avec Mon maître et mon vainqueur (je vous en reparle très bientôt). Au moins on... Alabama 1963 fait partie de la trop longue liste de livres que j’ai achetés en papier, « dans l’espoir de », et que je finis par découvrir en audio car ma pal suit toujours et désespérément la même courbe ascendante. Pas déçue de l’avoir enfin découvert mais pas aussi conquise que je l’avais espéré. Vous connaissez la frustration de la lectrice qui voit passer sur les réseaux sociaux les livres qu’elle rêve de lire, qu’elle a bien au chaud dans sa bibliothèque mais qu’elle ne parviendra jamais à extraire car d’autres titres leur passent continuellement devant ? C’est une situation que je vis de plus en plus mal, à tel point que je rêve presque d’un nouveau confinement pour stopper net la production éditoriale et me laisser enfin le temps de sortir une petite dizaine de titres de ma précieuse réserve. Mais comme il est malvenu de souhaiter une telle chose à tous les auteurs, éditeurs et libraires de ce pays, j’utilise parfois le livre audio comme parade anti-frustration littéraire. C’est ce que j’ai fait avec ma dernière lecture Alabama 1963 et ce que je fais encore actuellement avec Mon maître et mon vainqueur (je vous en reparle très bientôt). Au moins on ne pourra pas me reprocher de ne pas faire marcher le commerce du livre… Pour en revenir à Alabama 1963, le choix du support n’est pas anodin dans ma perception d’un livre, j’en ai bien conscience et je me demande vraiment si cette lecture en papier n’aurait pas été un gros coup de coeur plutôt que simplement une lecture plaisante en audio. Je ne le saurai jamais bien évidemment mais je garde dans un coin de la tête qu’il m’a peut-être manqué un truc dans cette version audio que j’aurais trouvé dans le texte imprimé. Ce petit « truc » tient dans la finesse du récit : j’ai trouvé ce roman divertissant, facile à suivre mais un peu trop facile justement. Les personnages principaux, le détective privé Bud Larkin et la femme de ménage noire Adela Cobb qui mènent ensemble l’enquête sur la mort de petites filles noires sont certes attachants et parfois drôles mais ils n’ont rien qui sorte vraiment de l’ordinaire, leur duo n’interpèle pas le lecteur outre mesure, il n’y a pas de surprise à en attendre, c’est digne d’un bon film hollywoodien à la Clint Eastwood. On est très loin des incroyables personnages de Steinbeck par exemple et on n’est pas plus proche d’un roman dense et très immersif de la trempe de Mille petits riens de Jodi Picoult. Or, allez savoir pourquoi, c’est avec ces références en tête que je suis partie à la découverte d’Alabama 1963, forcément la barre était un peu haut. Alabama 1963 est un bon livre, je ne dirai pas le contraire mais il ne révolutionne rien et de fait ne me laissera pas un souvenir impérissable contrairement à ce que j’espérais en lisant les avis de celles et de ceux qui avaient eu la chance de le lire avant moi. Mes attentes étaient certainement trop fortes mais pour en revenir au support, je me demande si parfois mon attention ne s’est pas aussi un peu relâchée, au point de ne pas saisir certaines subtilités des personnages ou de l’histoire. Si tel est le cas, je ne peux que m’en vouloir de m’être un peu gâché ce rendez-vous littéraire. Si non, alors aucun regret : il valait mieux que je le découvre en audio finalement. Décidément je déteste les chroniques en demi teinte. Je préfère de loin les gros coups de coeur et les bons coups de gueule qui me laissent sur un avis tranché que ces impressions un peu tièdes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stephanie1009 Posté le 11 Janvier 2022
    J'ai lu cette petite pépite en quelques heures. Je ne peux dire qu'une chose: magnifique! L'histoire tout d'abord qui nous entraine dans l'Amérique ségrégationniste des années 60 où Adela; femme de ménage noire ; va s'embarquer dans une enquête avec un détective privé alcoolique et blanc. Les personnages sont attachants .J'ai adoré ce duo totalement incongru pour l'époque d'autant plus que chacun va évoluer au contact de l'autre. La plume des auteurs est très fluide . Ils vont directement à l'essentiel pour mon plus grand plaisir. Si j'ai regretté que la résolution de l'enquête soit si facile cela ne m'a pas empêchée de verser ma petite larme à la fin. Vous l'aurez compris ce livre aura été un petit coup de cœur pour moi.
  • monprochainlivre Posté le 11 Janvier 2022
    Une enquête policière avec un très bon duo, composé d’Adela une femme de ménage noire et de Bud un détective privé. Ce couple et leur amitié très atypique m’a beaucoup touché et je me suis facilement attachée à eux. L’écriture est simple, avec beaucoup de dialogues et de bonnes touches d’humour qui m’ont fait sourire. Ce roman pourrait d’ailleurs très facilement être adapté en série ou en film. J’ai également beaucoup apprécié le contexte historique décrit qui nous montre les prémices des changements qui auront lieu plus tard. En attendant c’est révoltant de constater que la police s’intéresse si peu aux disparitions de ces petites filles noires. Heureusement le duo essayera tant bien que mal de changer les mentalités.. J’ai passé un très bon moment en lisant ce roman et je vous le recommande si vous cherchez un livre sur le thème de la ségrégation.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !