Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266254069
Code sériel : 9284
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

Armand le vampire

Michelle Charrier (traduit par), Patrice Duvic (collection dirigée par)
Date de parution : 19/06/2014
Au chevet de Lestat, plongé dans un profond coma, David Talbot, l'archiviste du Talamasca, rencontre Armand, peut-être le plus mystérieux et le plus séduisant des vampires, qui entreprend de lui raconter sa vie. Une histoire cruelle et flamboyante qui nous mène des steppes de la Russie à Constantinople, et débute... Au chevet de Lestat, plongé dans un profond coma, David Talbot, l'archiviste du Talamasca, rencontre Armand, peut-être le plus mystérieux et le plus séduisant des vampires, qui entreprend de lui raconter sa vie. Une histoire cruelle et flamboyante qui nous mène des steppes de la Russie à Constantinople, et débute dans la Venise de la Renaissance, où Armand est recueilli par Marius, un peintre qui vit avec faste et dont il ignore qu'il s'agit d'un vampire...

« La magie de ce livre ne tient pas seulement à son intrigue, elle tient surtout au regard plein de volupté que l'auteur pose sur le monde. » Washington Post
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266254069
Code sériel : 9284
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aelurus Posté le 29 Mars 2020
    L'un des meilleurs de la série. Envoutant et parfaitement écrit.
  • Symphonia2 Posté le 7 Juillet 2018
    Ce roman se concentre sur l’histoire d’Armand comme le titre l’indique et a rempli toutes mes attentes. Armand est l’un des personnages d’Anne Rice les plus énigmatiques et intrigants. Il m’a plu tout de suite, dès sa rencontre avec Lestat à Paris et les Enfants des Ténèbres. En effet, il est un paradoxe à lui tout seul: transformé lorsqu’il était adolescent, à environ 17 ans, il a atteint une maturité et un savoir immenses qui contrastent fort avec son apparence. Anne Rice nous fait – une fois de plus – voyager. On change d’univers régulièrement. On passe par la Russie, Constantinople, Venise, Paris. On s’y croit. Anne Rice sait parfaitement donner une atmosphère et un cadre particulier à ses romans. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le passage dans la République de Venise avec ses artistes, son charme, son romantisme, ses canaux… Ce tome est l’opportunité de connaître également un autre personnage: Marius, le vampire de plus de mille ans. Le roman évoque beaucoup la religion, notamment le christianisme, en raison de la grande piété d’Armand. C’est un sujet abordé de manière plus ou moins importante dans tous les tomes de la série. Ce qui m’a frappée le plus ici, c’est de voir comment des... Ce roman se concentre sur l’histoire d’Armand comme le titre l’indique et a rempli toutes mes attentes. Armand est l’un des personnages d’Anne Rice les plus énigmatiques et intrigants. Il m’a plu tout de suite, dès sa rencontre avec Lestat à Paris et les Enfants des Ténèbres. En effet, il est un paradoxe à lui tout seul: transformé lorsqu’il était adolescent, à environ 17 ans, il a atteint une maturité et un savoir immenses qui contrastent fort avec son apparence. Anne Rice nous fait – une fois de plus – voyager. On change d’univers régulièrement. On passe par la Russie, Constantinople, Venise, Paris. On s’y croit. Anne Rice sait parfaitement donner une atmosphère et un cadre particulier à ses romans. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le passage dans la République de Venise avec ses artistes, son charme, son romantisme, ses canaux… Ce tome est l’opportunité de connaître également un autre personnage: Marius, le vampire de plus de mille ans. Le roman évoque beaucoup la religion, notamment le christianisme, en raison de la grande piété d’Armand. C’est un sujet abordé de manière plus ou moins importante dans tous les tomes de la série. Ce qui m’a frappée le plus ici, c’est de voir comment des personnes peuvent se battre et se détruire au nom d’un seul et même Dieu! Simplement parce qu’au sein d’une même religion, les interprétations sont différentes. Ce qui est toujours d’actualité quand on y pense… Une suite tout à fait réussie après le très bon Memnoch le démon. Le prochain tome fait rencontrer les vampires et les sorcières Mayfair. J’ai hâte!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kenehan Posté le 3 Juin 2018
    De temps en temps, j'extraie une des chroniques vampiriques d'Anne Rice et me replonge avec plaisir dans son univers au style si recherché. Cette fois, la parole est à Armand, éphèbe qui découvre l'opulence et les plaisirs d'une Renaissance italienne où l'art côtoie le religieux. Venise, New York, Kiev, Paris, le récit d'Armand est un voyage à la fois temporel et spatial d'où ressort un perpétuel contraste profondément lié à l'évolution et à la transformation de ce jeune homme en vampire. Mes souvenirs des opus précédents sont peut-être trop lointains, mais il me semble bien que le présent livre soit le plus érotique jusqu'ici. Sans jamais sombrer dans la vulgarité, Anne Rice évoque l'amour, la passion et les plaisirs charnels presque avec poésie. Et alors que l'époque actuelle multiplie les dénominations pour caractériser les préférences de chacun, elle s'affranchie des étiquettes pour ne s'intéresser qu'à l'essentiel. En ce qui concerne l'intrigue générale, elle n'est pas des plus palpitantes dans le sens où l'action, le fantastique et le développement de la mythologie vampirique sont plutôt délaissés au profit d'un récit intimiste, présentant une occasion de combler quelques points obscurs des ouvrages précédents. Cela n'empêche aucunement l'intérêt et la qualité de rester... De temps en temps, j'extraie une des chroniques vampiriques d'Anne Rice et me replonge avec plaisir dans son univers au style si recherché. Cette fois, la parole est à Armand, éphèbe qui découvre l'opulence et les plaisirs d'une Renaissance italienne où l'art côtoie le religieux. Venise, New York, Kiev, Paris, le récit d'Armand est un voyage à la fois temporel et spatial d'où ressort un perpétuel contraste profondément lié à l'évolution et à la transformation de ce jeune homme en vampire. Mes souvenirs des opus précédents sont peut-être trop lointains, mais il me semble bien que le présent livre soit le plus érotique jusqu'ici. Sans jamais sombrer dans la vulgarité, Anne Rice évoque l'amour, la passion et les plaisirs charnels presque avec poésie. Et alors que l'époque actuelle multiplie les dénominations pour caractériser les préférences de chacun, elle s'affranchie des étiquettes pour ne s'intéresser qu'à l'essentiel. En ce qui concerne l'intrigue générale, elle n'est pas des plus palpitantes dans le sens où l'action, le fantastique et le développement de la mythologie vampirique sont plutôt délaissés au profit d'un récit intimiste, présentant une occasion de combler quelques points obscurs des ouvrages précédents. Cela n'empêche aucunement l'intérêt et la qualité de rester au rendez-vous. Challenge PLUMES FÉMININES : Un roman d'une auteure anglophone
    Lire la suite
    En lire moins
  • ManonReal Posté le 13 Janvier 2018
    Andrei, Amadeo, et Armand! Trois noms pour un jeune garçon de l'âge de dix sept ans changé en vampire par Marius. Ce dernier dira plus tard qu'il n'aurait pas dû le transformer aussi jeune... Né à la fin du XV°s à Kiev en Ukraine, Armand ou plutôt Andrei, se destinait à mener une existence monastique austère au sein du monastère des Grottes. Mais ça c'était avant qu'il ne soit enlevé par des brigands, pour être ensuite vendu comme un esclave sur les rives de la Mer Noire puis trouvé par Marius et ramené à Venise pour y découvrir tous ses fastes. Tout au long de l'histoire, on suit le parcours initiatique et les réflexions mystico-religieuses d'Armand peu avant d'être transformé en vampire, de voir disparaître Marius sous les flammes et de le croire mort. Ayant dû quitter Venise dans la précipitation, accablé de chagrin et brisé, il se heurtera à un clan de vampires romains avant de venir enfin en France et de fonder le fameux Théâtre des Vampires. de tous les vampires d'Anne Rice, Armand est celui qu'à certains moments j'ai eu le plus envie de baffer, et d'aimer à la fois. Il est magnifique et cruel, bref l'ambigu... Andrei, Amadeo, et Armand! Trois noms pour un jeune garçon de l'âge de dix sept ans changé en vampire par Marius. Ce dernier dira plus tard qu'il n'aurait pas dû le transformer aussi jeune... Né à la fin du XV°s à Kiev en Ukraine, Armand ou plutôt Andrei, se destinait à mener une existence monastique austère au sein du monastère des Grottes. Mais ça c'était avant qu'il ne soit enlevé par des brigands, pour être ensuite vendu comme un esclave sur les rives de la Mer Noire puis trouvé par Marius et ramené à Venise pour y découvrir tous ses fastes. Tout au long de l'histoire, on suit le parcours initiatique et les réflexions mystico-religieuses d'Armand peu avant d'être transformé en vampire, de voir disparaître Marius sous les flammes et de le croire mort. Ayant dû quitter Venise dans la précipitation, accablé de chagrin et brisé, il se heurtera à un clan de vampires romains avant de venir enfin en France et de fonder le fameux Théâtre des Vampires. de tous les vampires d'Anne Rice, Armand est celui qu'à certains moments j'ai eu le plus envie de baffer, et d'aimer à la fois. Il est magnifique et cruel, bref l'ambigu par excellence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Roxy62 Posté le 19 Février 2017
    J’étais curieuse de savoir, après avoir lu l’histoire de Lestat et de Louis, ce que Anne Rice nous avait réservé pour l’histoire d’Armand. Eh bien, je n’ai pas été déçue, même si certains passages sur la religion qui trainent en longueur m’ont un peu dérangé, mais ça passe comparé au précédent tome « Memnock » que je n’ai pas aimé. Nous découvrons donc la vie d’Armand lorsqu’il était mortel, puis quand il devient vampire. J’avoue avoir aimé ces deux parties jusqu’à ce qu’il quitte l’Italie. J’ai apprécié le suivre dans ses interrogations et ses aventures avec ou sans son maître. A plusieurs reprises, j’ai également eu de la peine pour lui et pour ce qu’il traverse, la douleur qui est sienne. C’est un personnage très attachant et même si comme je l’ai dit plus haut je n’ai pas accroché à ce qui se rapprochait de la religion, ici elle a sa logique quand on sait quelle éducation a reçu Armand. Bref, je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais c’est une lecture que je recommande si les longueurs ne vous font pas peur.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.