Lisez! icon: Search engine
À Paraître
Bestial
Date de parution : 11/05/2023
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
8.60 €
À paraître le 11/05/2023
À Paraître

Bestial

Date de parution : 11/05/2023
Sur les traces d'un prédateur en série, au coeur d'un trafic d'êtres humains.
La première c’était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia... La première c’était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Même profil : jolies et toutes âgées de 12 ans. Toutes volatilisées du jour au lendemain dans le... La première c’était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Même profil : jolies et toutes âgées de 12 ans. Toutes volatilisées du jour au lendemain dans le même quartier parisien. Les « Disparues du 9e », une affaire qui piétine depuis des années. Ils ont dû manquer quelque chose, le commissaire Jourdain en est certain, mais quoi ?
« Suivez les chiens », voilà le seul indice qu’il a reçu par une mystérieuse source anonyme. Quelqu’un tente de les aider, mais qui ? Les enlèvements des jeunes filles auraient-elles un rapport avec le trafic de chiens de combat qui sévit sur le territoire français et au-delà des frontières ? De découvertes macabres en découvertes macabres, Jourdain et son équipe parviendront-ils à retrouver la trace des jeunes disparues ? Le temps est compté…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266334396
Code sériel : 19021
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
8.60 €
À paraître le 11/05/2023
EAN : 9782266334396
Code sériel : 19021
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • yeroliote 05/12/2022
    Roman sans temps mort, j'ai aimé les sujet abordés par l'auteure notamment ce qu'il se passe sur le Dark Web, dans ce roman les personnages tel que jourdain et Lucie ont vraiment été approfondis de par leurs caractères ce qui fait qu'on les apprécies beaucoup plus. Les personnages de Louka et Lina sont à la base des personnages détestable mais grâce à ce jeux de passé, présent, l'auteure arrive à nous faire comprendre pourquoi ils ont t'en de haine vis à vis de l'humain. Même si Anouk Shutterberg , nous fait voir le côté sombre et très noir des hommes ça ne m'a pas empêché d'apprécier cette lecture ainsi que sa playlist qui m'a permis de voir dans quelle état d'esprit elle a écrit certains chapitres de son roman. Et j'ai vraiment hâte de lire la suite des enquêtes de Jourdain et Lucie.
  • LeslecturesdeSabine 15/11/2022
    Paris, juillet 2020. Une famille visite la capitale française et leur fille de 12 ans disparaît soudain... en plein jour, dans une rue fréquentée.. Cet enlèvement s'ajoute à d'autres et la liste des "disparues du 9ème" s'allonge encore. Stéphane Jourdain est sur l'enquête qui, jusque là, piétinait mais une nouvelle piste s'ouvre lorsqu'il reçoit un sms anonyme invitant la police à suivre les chiens... Peu après avoir lu "Jeu de peaux", j'ai retrouvé avec plaisir le commandant Jourdain et Lucie Bunevial. Anouk Shutterberg nous entraîne dans un récit particulièrement sordide et glauque, dans les tréfonds de l'inhumaine humanité. Elle ne nous ménage pas un instant et nous plonge dans la noirceur de l'âme humaine. On souffre avec les victimes et leur famille, on espère, on désespère... Le roman alterne entre temporalités et lieux à un rythme soutenu. Le style de l'auteure est fluide et direct et la lecture est terriblement anxiogène. Un vrai page-turner au titre très parlant. Je pense que lire "Jeu de peaux" avant est souhaitable afin de mieux cerner les personnages récurrents.
  • Yvan_T 05/11/2022
    Même si je n’avais pas lu son premier roman « Jeux de peau », en tant qu’amateur de polar je pouvais difficilement passez à côté de cet ouvrage fraîchement couronné du Prix Découverte lors de la quatrième édition du salon littéraire Iris Noir Bruxelles le weekend dernier. Difficile en effet de ne pas faire confiance à un jury qui attribue son Grand Prix à Olivier Norek pour son excellent « Dans les brumes de Capelans »… et j’ai bien fait ! J’emboîte donc les pas de cette sympathique famille partie à la découverte de Paris en juillet 2020. Juste avant d’entrer dans le métro, la mère se retourne et constate cependant avec effroi que Mathilde, leur aînée de 12 ans manque à l’appel. Si cette disparition subite en plein jour dans un quartier touristique de la capitale semble inimaginable, le commandant Stéphane Jourdain comprend très vite qu’il peut ajouter un nouveau prénom aux « disparues du 9e ». Agnès, Fanny, Pénélope, Jessica et Ambre disparues en 2007, puis, treize ans plus tard, cinq autres adolescentes de douze ans volatilisées dans le même quartier parisien sans laisser aucune trace : Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Aucune piste exploitable…jusqu’à l’arrivée de... Même si je n’avais pas lu son premier roman « Jeux de peau », en tant qu’amateur de polar je pouvais difficilement passez à côté de cet ouvrage fraîchement couronné du Prix Découverte lors de la quatrième édition du salon littéraire Iris Noir Bruxelles le weekend dernier. Difficile en effet de ne pas faire confiance à un jury qui attribue son Grand Prix à Olivier Norek pour son excellent « Dans les brumes de Capelans »… et j’ai bien fait ! J’emboîte donc les pas de cette sympathique famille partie à la découverte de Paris en juillet 2020. Juste avant d’entrer dans le métro, la mère se retourne et constate cependant avec effroi que Mathilde, leur aînée de 12 ans manque à l’appel. Si cette disparition subite en plein jour dans un quartier touristique de la capitale semble inimaginable, le commandant Stéphane Jourdain comprend très vite qu’il peut ajouter un nouveau prénom aux « disparues du 9e ». Agnès, Fanny, Pénélope, Jessica et Ambre disparues en 2007, puis, treize ans plus tard, cinq autres adolescentes de douze ans volatilisées dans le même quartier parisien sans laisser aucune trace : Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Aucune piste exploitable…jusqu’à l’arrivée de cet SMS anonyme invitant la police à « suivre les chiens » pour retrouver les gamines… Avec « Bestial », Anouk Shutterberg ne fait pas dans la dentelle car ces disparitions de jeunes filles s’avèrent très vite être le sommet d’un iceberg particulièrement sombre. Une plongée en enfer qui fait froid dans le dos et qui invite le lecteur à côtoyer le côté le plus obscur et pervers de l’être humain. Des tréfonds du Dark Web aux combats clandestins de chiens, en passant par la pédophilie, le viol, la mafia ou le trafic d’êtres humains, « Bestial » installe progressivement un univers glauque, abject et écœurant qui ne va certes pas aussi loin que Mattias Köping dans « Le manufacturier », mais dont la noirceur pourrait tout de même rebuter les âmes les plus sensibles. La construction non linéaire qui alterne les temporalités tout en baladant le lecteur à travers l’Europe, sur la piste d’un réseau criminel qui s’étend au-delà des frontières, peut surprendre au premier abord, mais insuffle finalement du rythme à l’intrigue au fil de chapitres assez courts. Si on ne perd jamais le fil de cette intrigue et que toutes les pièces du puzzle finissent par s’emboîter, l’autrice aborde tout de même un peu trop de thématiques à la fois et donne parfois l’impression désagréable de construire une intrigue qui part dans tous les sens en balançant de nouveaux éléments/personnages en début de chapitre sans prévenir. Pourtant, au final, force est de constater que l’ensemble est bien construit, que l’on dévore les chapitres à grande vitesse et que le dénouement final, particulièrement prenant, est à la hauteur des attentes… le tout rehaussé d’une playlist qui accompagne à merveille la lecture. L’autre petit bémol qui m’empêche de transformer cette très bonne lecture en coup de cœur est le manque d’empathie envers les enquêteurs. Exception faite des derniers chapitres, j’ai parfois eu l’impression de lire un compte-rendu des évènements au lieu de les vivre de l’intérieur, dans la peau des personnages. Le fait que les policiers ne tirent pas véritablement l’enquête, mais que l’avancée repose souvent sur des indicateurs anonymes ou des éléments externes, n’y est probablement pas étranger. Où alors, c’est peut-être lié au fait de ne pas avoir lu « Jeu de peaux » car, même celui-ci peut se lire indépendamment du précédent, certaines références donnent parfois la désagréable impression d’avoir été invité à une soirée où tous les autres convives se connaissent déjà. Mais je pinaille probablement un peu trop là. Du bon polar et une autrice à suivre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cindy13 04/09/2022
    2007 cinq préadolescentes disparaissent en plein jour dans la capitale. (Les disparues du 9e) 2019 l'affaire classée refait surface. Nouvelles dispositions en cinq préadolescentes. Le commandant Stéphane Jourdain et Lucie Buenevial reprennent le dossier. Une histoire de livraison d'enfants, de perverses sexuelles et de matrices. J'ai adorée retrouver le commandant et Lucie un duo de choc que j'ai appris à connaître dans "jeux de peaux". Beaucoup de références à son précédent livre que je trouve essentiel de lire pour vraiment comprendre la psychologie des personnages et quelques chapitres. Je retrouve la plume de l'auteur et bien évidemment son imagination. Une histoire qui nous fait voyager entre Paris et l'Albanie pour des découvertes macabres. J'ai trouvé l'histoire un peu moins abouti que le premier avec moins de suspens et une équipe d'enquêteurs pas assez développer mais ça reste tout de même une belle lecture.
  • Ombrelle2022 04/08/2022
    C'etait illusoire de penser que ce polar m'accompagnerait tranquillement durant mes 2 semaines de vacances. Ce fut 4 jours de plongée haletante dans des decors macabres au coeur d'une enquête dont on pressent qu'elle sera eprouvante. L'auteure nous entraîne dans les pires noirceurs de l'imagination humaine. On dit que la nature humaine est un puit sans fond...bienvenue au fond du gouffre...A lire!!!!
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.