RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Butcher's Crossing

            10/18
            EAN : 9782264071743
            Code sériel : 5306
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm
            Butcher's Crossing

            Jessica SHAPIRO (Traducteur)
            Date de parution : 01/03/2018
            Dans les années 1870, persuadé que seule la nature peut donner un sens à sa vie, le jeune Will décide de quitter le confort de Harvard pour tenter la grande aventure dans l’Ouest sauvage. Parvenu à Butcher’s Crossing, une bourgade du Kansas, il se lie d’amitié avec un chasseur qui... Dans les années 1870, persuadé que seule la nature peut donner un sens à sa vie, le jeune Will décide de quitter le confort de Harvard pour tenter la grande aventure dans l’Ouest sauvage. Parvenu à Butcher’s Crossing, une bourgade du Kansas, il se lie d’amitié avec un chasseur qui lui confie son secret : il est le seul à savoir où se trouve l’un des derniers troupeaux de bisons, caché dans une vallée inexplorée des montagnes du Colorado. Will accepte de participer à l’expédition, convaincu de toucher au but de sa quête. Le lent voyage, semé d’embûches, est éprouvant mais la vallée ressemble effectivement à un paradis. Jusqu’à ce que les deux hommes se retrouvent piégés par l’hiver…

            « Butcher’s Crossing démonte le mythe du Grand Ouest américain avec une histoire de survie qui tourne à l’horreur. Un lyrisme superbe et tout en retenue. La prose simple et élégante de Williams est enfin reconnue à sa juste valeur. »
            Bret Easton Ellis

            Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jessica Shapiro
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264071743
            Code sériel : 5306
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.80 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • resogerath Posté le 10 Février 2019
              Butcher's crossing, c'est d'abord un western, le Colorado et une chasse au bison, on pense à John Wayne avec son chapeau en castor. Et puis ça devient une boucherie, l'extermination de bisons, une chasse totale: 1 chasseur pour 3 000 peaux ,des carcasses qui pourrissent au grand air. Ensuite la nature reprend le dessus: la neige, le froid, l'hiver, la solitude... Bref, j'ai trouvé très contemporain ce livre alors qu'il a été écrit dans les années 60. Une bonne lecture si on aime les grands espaces et les westerns
            • Asmostark Posté le 3 Février 2019
              #9978; Butcher's Crossing - John Williams #9978; Traduction : Jessica Shapiro @editions1018 Andrews a quitté Boston pour Butcher's Crossing en quête d'aventures dans l'ouest sauvage. Il y rencontre Miller, chasseur expérimenté qui le convainc (très facilement) de financer et de prendre part à une expédition de chasse dans le Colorado où il y aurait d'après lui un énorme troupeau de bisons connu de lui seul. Miller prend le commandement de l'expédition, recrutant Schneider, un dépeceur qui formera Andrews et Charley son fidèle acolyte à qui il a dû trancher la main suite à un accident durant un rude hiver. Le voyage jusqu'au paradis des bisons est éprouvant, les choses ne sont pas aussi simples que ce qu'avait prévu Miller au saloon mais ils finissent tout de même par arriver à la vallée où des milliers de bisons vivent paisiblement. Ils établissent leur campement et le massacre commence. Car c'est effectivement d'un massacre qu'il s'agit : les bêtes sont tuées à la chaîne, leurs peaux enlevées et leurs cadavres laissés à pourrir sur place. Jour après jour Miller tire sur les bêtes jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une poignée, même si il sait qu'un voyage ne suffira pas à transporter toutes... #9978; Butcher's Crossing - John Williams #9978; Traduction : Jessica Shapiro @editions1018 Andrews a quitté Boston pour Butcher's Crossing en quête d'aventures dans l'ouest sauvage. Il y rencontre Miller, chasseur expérimenté qui le convainc (très facilement) de financer et de prendre part à une expédition de chasse dans le Colorado où il y aurait d'après lui un énorme troupeau de bisons connu de lui seul. Miller prend le commandement de l'expédition, recrutant Schneider, un dépeceur qui formera Andrews et Charley son fidèle acolyte à qui il a dû trancher la main suite à un accident durant un rude hiver. Le voyage jusqu'au paradis des bisons est éprouvant, les choses ne sont pas aussi simples que ce qu'avait prévu Miller au saloon mais ils finissent tout de même par arriver à la vallée où des milliers de bisons vivent paisiblement. Ils établissent leur campement et le massacre commence. Car c'est effectivement d'un massacre qu'il s'agit : les bêtes sont tuées à la chaîne, leurs peaux enlevées et leurs cadavres laissés à pourrir sur place. Jour après jour Miller tire sur les bêtes jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une poignée, même si il sait qu'un voyage ne suffira pas à transporter toutes les peaux et qu'il leur faudra revenir au prochain printemps. Mais décimer le troupeau dans sa quasi-totalité a pris du temps, trop de temps et l'hiver arrive avec sa neige et son blizzard, les piégeant dans la vallée pour des mois... J'ai beaucoup aimé ce livre, l'évolution du jeune Andrews, la détermination butée de Miller, l'agaçant/touchant Schneider et le pauvre Charley, obligé de revivre son plus grand traumatisme, et biensur les paysages somptueux et sauvages. J'ai adoré le départ et le voyage de l'expédition pleins d'incertitudes, j'ai été révolté par le carnage des bisons, j'ai grelotté durant les tempêtes de neige, quant à la fin... je ne l'avais pas vu venir. 🙂
              Lire la suite
              En lire moins
            • elodea Posté le 30 Janvier 2019
              Vraiment John Williams,une découverte. Pas très prolifique, quel dommage. Le style est précis, d'une grande pureté, tellement agréable à lire. Un roman qui trouve sa place dans toute la littérature "nature et grands espaces", où l'homme se retrouve confronté à lui même. Les personnages sont authentiques, un western? pas vraiment! Plutôt du Jack London. Tragédie et poésie. Commencé, on ne le lâche plus.
            • sbrodj Posté le 4 Septembre 2018
              Un roman purement américain. Un livre sur le thème de la quête existentielle. Amis des bisons, évitez sa lecture!
            • Warrenbismuth Posté le 30 Août 2018
              Années 1870 dans le Kansas, un type de 23 ans, Will Andrews, encore vierge, échoue dans un de ces trous du cul de l’ouest des U.S.A., Butcher’s Crossing. Rapidement il se lie avec des habitants du bled, dont Francine, prostituée et femme affirmée. Il va longuement discuter avec Miller, chasseur expérimenté, qui va vite devenir son interlocuteur privilégié. Près de 10 ans auparavant, Miller a vu, pas aperçu hein, sur une terre un peu éloignée, le saint Graal : des milliers de bisons dans des montagnes, une harde puissante et énorme. Il cherche depuis à trouver des têtes brûlées afin de faire le voyage qui permettra de dézinguer les troupeaux et vendre les peaux un bon prix à un certain McDonald de Butcher’s Crossing pour assurer ses arrières et vivre – qui sait ? – comme un pacha. Il en parle à Andrews qui paraît très motivé pour le périple. Il faut deux hommes supplémentaires pour une telle expédition, ils seront trouvés à Butcher’s Crossing : Charley Hoge, manchot d’une foi démesurée, ne s’éloignant jamais de sa bible. Schneider, de racine allemande, viendra clore le quatuor. Les préparatifs sont longs et organisés. Pour partir à cette chasse très spéciale, Andrews... Années 1870 dans le Kansas, un type de 23 ans, Will Andrews, encore vierge, échoue dans un de ces trous du cul de l’ouest des U.S.A., Butcher’s Crossing. Rapidement il se lie avec des habitants du bled, dont Francine, prostituée et femme affirmée. Il va longuement discuter avec Miller, chasseur expérimenté, qui va vite devenir son interlocuteur privilégié. Près de 10 ans auparavant, Miller a vu, pas aperçu hein, sur une terre un peu éloignée, le saint Graal : des milliers de bisons dans des montagnes, une harde puissante et énorme. Il cherche depuis à trouver des têtes brûlées afin de faire le voyage qui permettra de dézinguer les troupeaux et vendre les peaux un bon prix à un certain McDonald de Butcher’s Crossing pour assurer ses arrières et vivre – qui sait ? – comme un pacha. Il en parle à Andrews qui paraît très motivé pour le périple. Il faut deux hommes supplémentaires pour une telle expédition, ils seront trouvés à Butcher’s Crossing : Charley Hoge, manchot d’une foi démesurée, ne s’éloignant jamais de sa bible. Schneider, de racine allemande, viendra clore le quatuor. Les préparatifs sont longs et organisés. Pour partir à cette chasse très spéciale, Andrews va devoir se séparer de Francine, ce sera chose faite après qu’il refuse de coucher avec elle. Début des hostilités sur des étendues sans fin, des plaines immenses, des montagnes arrogantes, des bœufs pour porter le nécessaire de survie, et les chevaux pour porter les fiers destriers. Des bisons, nos quatre comparses vont en voir à foison, décimer les troupeaux, sans jugement ni retenue, un carnage en règle, toujours sous le commandement autoritaire et téméraire de Miller, tout ça pour récupérer des peaux, et accessoirement le nécessaire de nourriture puisque la viande ne manque pas. Des milliers de bisons vont ainsi être exécutés sur l’autel de dame la Thune, une boucherie sans nom. Seulement voilà : le génocide bisontin a duré plus longtemps que prévu, et l’hiver s’installe bien trop tôt. Les quatre protagonistes sont rapidement pris au piège avec leurs peaux et leurs carrioles, ils vont devoir attendre la fonte des neiges durant de nombreux mois. Ce roman est celui de la toute puissance de l’homme blanc : exécutions en masse de bisons pour le profit, spirale infernale aboutissant à une sorte de fanatisme de la tuerie. Mais la nature a décidé de punir pareille horreur, les chasseurs sont bloqués, des animosités se créent, l’ambiance devient tendue voire délétère, il est désormais bien question de survie. Patienter est le maître mot. Pourtant, avant l’arrivée de la neige, l’équipée sanglante n’a jamais vraiment patienté ni réfléchi à ce qu’elle était en train d’entreprendre. Ce récit est aussi celui de la quête de la vérité. Comme vous pouvez vous en douter, le quatuor ne reviendra pas indemne avec tous ses membres d’origine, et ceux qui reviendront s’en retrouveront traumatisés. Ce brigand de McDonald, peu vu dans le roman, en est pourtant en partie la clé : « Vous naissez, vous tétez votre lait sur fond de mensonges, vous vous sevrez sur fond de mensonges et vous apprenez des mensonges encore plus élaborés à l’école. Vous passez toute votre vie avec des mensonges et quand vous êtes sur le point de mourir, vous avez une révélation – il n’y a rien, rien que vous et ce que vous auriez pu accomplir. Sauf que vous n’avez rien accompli, parce qu’on vous a assuré qu’il y avait autre chose, après. Alors vous vous dites que vous auriez pu devenir le maître du monde, parce que vous seul connaissez ce secret. Mais trop tard. Vous êtes trop vieux ». La conclusion de ce roman a quelque chose d’apocalyptique. Elle représente la déchéance des certitudes de l’être humain, un besoin d’annihiler toute cupidité. Ah, et bien sûr, il y a les grands espaces, mis en scène de manière remarquable, la nature omnisciente, vengeresse. Une ambiance à la MCMURTRY mais sans l’humour ni les répliques, un roman glacial dont une partie de l’épilogue n’est pas loin de rappeler « Le trésor de la Sierre Madre » de B-TRAVEN. Des romans sur le grand ouest, il y en a eu des chiées, les résultats sont comme toujours inégaux. Mais vous pouvez y aller au galop pour celui-ci : l’écriture sobre ne verse jamais dans une sorte de voyeurisme malsain, ne s’embarrasse pas de larmes, le style décharné (le scénario est totalement épuré) rend une puissance maîtrisée de bout en bout, une sorte de western minimaliste et psychologique. Et puis j’ai un faible pour ce genre d’auteurs : très peu productifs voire faignants, comme s’ils préféraient contempler que conter. Seulement quatre romans à l’actif de ce John WILLIAMS, deux traduits en France (le premier était « Stoner » dont je vous parlerai un jour sans faute). Il a pourtant vécu 72 printemps (décédé en 1994), loin des paillettes et des bruits médiatiques. Dans ce roman, beaucoup de sujets, nonchalamment, sont abordés, un coup de bluff franchement déconcertant. Grands espaces et grand livre. Sorti en 2016 chez Piranha Editions pour un grand moment de lecture. Bravo. https://deslivresrances.blogspot.fr/
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…