Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264072122
Code sériel : 5379
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Des gens d'importance

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 06/09/2018
New York, 1910. Jane Prescott, femme de chambre, jouit d'une réputation exemplaire, et d’un esprit affuté qui lui permet de voir bien au-delà du mode de vie mondain et fastueux des riches parvenus chez qui elle sert. Jane est ainsi la première à comprendre ce que les fiançailles de sa... New York, 1910. Jane Prescott, femme de chambre, jouit d'une réputation exemplaire, et d’un esprit affuté qui lui permet de voir bien au-delà du mode de vie mondain et fastueux des riches parvenus chez qui elle sert. Jane est ainsi la première à comprendre ce que les fiançailles de sa jeune maîtresse avec le très en vue Norrie Newsome, déjà promis à une autre, ont de scandaleux. Et quand ce dernier est retrouvé mort, elle est aussi la mieux placée pour trouver qui avait intérêt à le voir disparaître. Dans un contexte social incandescent, le coupable est à chercher aussi bien dans les milieux anarchistes que les demeures bourgeoises. Car Jane sait que, autant dans la bonne société que dans les entrailles abandonnées de la ville, la haine et la violence couvent sous la surface, et peuvent éclater à tout moment…
 
« On aime le côté Downton Abbey, version américaine, de ce roman policier, avec une touche d’Edith Wharton. » Historia

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Corinne Derblum
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072122
Code sériel : 5379
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

"Un roman policier fort sympathique et agréable à lire restituant parfaitement l'atmosphère étouffante de la bonne société new yorkaise du début du XXème siècle. Vous allez adorer écouter aux portes avec Jane Prescott, afin de faire la lumière sur les agissements de ces "gens d'importance", dans un monde où les apparences sont reines. Décidément les criminels ne sont pas toujours là où on pense les trouver !"
Librairie l'Intranquille

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nameless Posté le 5 Mai 2020
    Jane Prescott est au service des Benchley, des nouveaux riches d'ascendance inexistante qui rêvent d'intégrer le cercle fermé des 400 familles les plus fortunées et distinguées de New-York. La mission que Jane a acceptée consiste à cornaquer les deux filles de la maison, à leur inculquer ce que permet ou interdit l'usage ainsi que quelques notions de savoir-vivre. Car si chez les Benchley l'argent coule à flots et se ramasse à la pelle, il sert surtout à étaler leur mauvais goût dans une ostentation aussi vulgaire que choquante. La chasse au mari, seule occupation avec le point de croix, de la jeunesse féminine dorée, est ouverte. Charlotte, la plus jeune et la plus présentable des filles, parvient à mettre le grappin sur une belle prise, en la personne de Robert Norris Newsome dont le père qui a fait fortune dans le charbon est resté célèbre dans la mémoire populaire pour sa gestion inhumaine d'une catastrophe minière ayant notamment tué 8 jeunes enfants. Mais le mariage n'aura jamais lieu puisque le futur marié est assassiné... Dans un contexte social explosif, la « vermine anarchiste », destructrice anonyme de la vie et de la propriété, constituée d'êtres sans pitié qui vouent leur existence à... Jane Prescott est au service des Benchley, des nouveaux riches d'ascendance inexistante qui rêvent d'intégrer le cercle fermé des 400 familles les plus fortunées et distinguées de New-York. La mission que Jane a acceptée consiste à cornaquer les deux filles de la maison, à leur inculquer ce que permet ou interdit l'usage ainsi que quelques notions de savoir-vivre. Car si chez les Benchley l'argent coule à flots et se ramasse à la pelle, il sert surtout à étaler leur mauvais goût dans une ostentation aussi vulgaire que choquante. La chasse au mari, seule occupation avec le point de croix, de la jeunesse féminine dorée, est ouverte. Charlotte, la plus jeune et la plus présentable des filles, parvient à mettre le grappin sur une belle prise, en la personne de Robert Norris Newsome dont le père qui a fait fortune dans le charbon est resté célèbre dans la mémoire populaire pour sa gestion inhumaine d'une catastrophe minière ayant notamment tué 8 jeunes enfants. Mais le mariage n'aura jamais lieu puisque le futur marié est assassiné... Dans un contexte social explosif, la « vermine anarchiste », destructrice anonyme de la vie et de la propriété, constituée d'êtres sans pitié qui vouent leur existence à une cause infâme, est un coupable idéal. Pour Jane, jeune femme d'origine modeste, intelligente, observatrice, progressiste, loyale, cette vérité jetée en pâture à une opinion publique malléable, n'est pas aussi simplistement évidente. Aidée par un séduisant reporter, elle mène l'enquête. Tout m'a plu dans ce premier roman de Mariah Fredericks, Jane bien sûr, mais également les personnages secondaires : ouvrière anarchiste d'origine italienne ou pharmacien polonais. J'ai également apprécié le contexte historique choisi par l'auteure, le début du XXème siècle, ainsi que l'arrière-plan social bien documenté qui décrit en alternance deux mondes irréconciliables : le premier où l'abondance va de pair avec l'absence d'efforts comme si le confort matériel poussait du sol, où l'on mène une vie frivole sans intérêt, où l'on fait mine de comprendre les ouvriers à condition qu'ils n'exagèrent pas, où l'on pense que la misère sociale est la conséquence de l'intempérance de ceux la méritent ; le second où des enfants de 8 ans travaillent et meurent emmurés au fond d'un puits de mine, où 146 personnes dont 123 femmes périssent dans l'incendie de leur atelier de couture parce que les portes en ont été verrouillées pour empêcher les pauses, où l'on vit dans des logements insalubres, où les combats syndicalistes et féministes sont risqués... Futurs lecteurs, lisez la préface rédigée par la rédaction d'Historia APRèS le roman... Car bien que son analyse soit excellente, elle gâche tout le plaisir de la découverte en dévoilant la quasi intégralité de l'intrigue.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stephalivres Posté le 3 Mai 2020
    Un polar chez les bourgeois new-yorkais du début du siècle ? Quelle drôle d’idée, vous voulez dire que eux aussi ne sont pas toujours heureux et équilibrés ? Mais quelle surprise… D’accord, si vous avez déjà lu Agatha Christie, vous le saviez déjà à propos des anglais. C’est tout aussi valable ici… Et c’est fort agréable à lire. D’une part parce que la trame sur laquelle se déroule l’histoire est très bien maîtrisée : cette société avec ses coutumes, ses façons d’être, de se comporter, ses libertés prises avec la vie des autres quand la leur est dans un carcan, l’autrice nous les présente d’une façon fort agréable. De plus, elle n’essaie pas de faire semblant en adoptant une écriture « datée » alors qu’elle nous est contemporaine, et c’est très agréable. Je n’aime pas les gens qui font semblant. Pour autant rassurez-vous, pas d’anachronismes, loin de là, juste une dynamique différente dans la rédaction. Le fond de l’histoire quant à lui est suffisamment bien amené pour que l’on soit surpris du dénouement, sans trouver ça trop tarabiscoté. ( Et pourtant, bien des enquêtes le sont, et je n’aime pas non plus la manipulation du lecteur trop visible.). Cela me donne... Un polar chez les bourgeois new-yorkais du début du siècle ? Quelle drôle d’idée, vous voulez dire que eux aussi ne sont pas toujours heureux et équilibrés ? Mais quelle surprise… D’accord, si vous avez déjà lu Agatha Christie, vous le saviez déjà à propos des anglais. C’est tout aussi valable ici… Et c’est fort agréable à lire. D’une part parce que la trame sur laquelle se déroule l’histoire est très bien maîtrisée : cette société avec ses coutumes, ses façons d’être, de se comporter, ses libertés prises avec la vie des autres quand la leur est dans un carcan, l’autrice nous les présente d’une façon fort agréable. De plus, elle n’essaie pas de faire semblant en adoptant une écriture « datée » alors qu’elle nous est contemporaine, et c’est très agréable. Je n’aime pas les gens qui font semblant. Pour autant rassurez-vous, pas d’anachronismes, loin de là, juste une dynamique différente dans la rédaction. Le fond de l’histoire quant à lui est suffisamment bien amené pour que l’on soit surpris du dénouement, sans trouver ça trop tarabiscoté. ( Et pourtant, bien des enquêtes le sont, et je n’aime pas non plus la manipulation du lecteur trop visible.). Cela me donne même envie d’aller lire l’autre enquête de cette chère Jane Prescott. Je ne pourrais vous dire si la construction s’apparente à d’autres livres du genre, je n’en lis pas d’habitude. Je ne pourrais vous dire si vous, fan de roman policier, vous découvrirez bien avant moi le dénouement de l’histoire. J’en doute fort malgré tout. Mais je peux vous dire que si vous attendez d’un livre un arrière-plan maîtrisé, une réflexion même légère sur des questions de société, et une enquête haletante qui vous fait tourner page après page avec plaisir, alors ce livre correspond en tout point à ce que vous pouvez en attendre. Je n’ose pas vous en dire plus pour ne pas dévoiler le fin mot de l’histoire, mais sachez-le, si vous cherchez un bon divertissement, n’hésitez plus. J’aurais bien ajouté que c’est typiquement le livre que je choisirais pour une après-midi plage, mais puisque les plages resteront fermées, prenez le comme un livre pour un après-midi canapé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • mimichri Posté le 25 Avril 2020
    Un livre prêté que je n'aurais probablement pas remarqué dans les rayons de ma médiathèque, que je n'aurais sans doute pas choisi. Pourtant, j'ai passé un agréable moment de lecture. Je n'en garderai pas un grand souvenir néanmoins. Je pense que la note globale de 4 sur babelio est un peu surévaluée. Ça se lit vite, c'est fluide, dans l'action. On peut sourire parfois de cette enquête menée et résolue par la femme de chambre alors que la police semble ne pas avoir trop cherché... Ni le fond ni la forme ne sont exceptionnels mais le livre reste divertissant. Je suis cependant ravie de passer à autre chose.
  • RedIzaBzh Posté le 25 Décembre 2019
    Je ne pensais pas que ce serait le cas avant la fin de l'année, mais j'ai trouvé une autre série addictive : ce roman était for-mi-dable ! Pas un classique universel ou quelque chose du genre, peut-être, mais un roman historique passionnant. La période dans laquelle se déroule l'histoire est tellement intéressante : quelques années avant la première guerre mondiale, avec des anarchistes, la révolution industrielle pas si vieille que ça, avec l'"aristocratie" américaine de l'époque et les nouveaux riches qui veulent en faire partie. Il y a une trace de romance, les personnages sont bien construits et oui, on peut voir que l'auteure a bien recherché la période. Ce qui m'a vraiment plu, à part le fait que j'ai eu beaucoup de mal à poser le livre pour dormir, est que la fin était totalement inattendue mais si humaine. Il me faut la suite !! J'ai deux lectures communes pour les deux prochains mois, mais je vous garantis que je vais faire tout mon possible pour mettre la main sur le T2.
  • spleen Posté le 18 Octobre 2019
    Jane Prescott, pour ne pas rester à la charge de l'oncle qui l'a élevé , devient femme de chambre d'une famille de nouveaux riches à New-York en 1910 auprès de Louise et Charlotte . Jeune femme intelligente et vive , elle devine rapidement que le futur mariage de Charlotte et de Norie Newsome, fils d'une famille réputée et propriétaire entre autre de mines va déclencher des médisances et des haines dans ce milieu resté très conventionnel concernant les alliances . Le soir où les fiançailles doivent être annoncées officiellement , Norie est retrouvée sauvagement assassiné dans la bibliothèque ( non ce n'est pas le jeu de Cluedo mais ça y ressemble ) ... Jane , qui est la première à découvrir le corps , a sa petite idée sur le meurtrier , elle désire épargner à Charlotte le scandale qui pourrait l'éclabousser et surtout, elle voudrait protéger son amie Anna qui fréquente le milieu anarchiste soupçonné du crime . Elle mène donc son enquête en duo avec un journaliste . Le portrait de cette femme dénote par rapport à ceux des jeunes filles dont elle s'occupe, elle est cultivée, curieuse des nouvelles avancées de la science et d'esprit aventureux et libre, n'hésitant... Jane Prescott, pour ne pas rester à la charge de l'oncle qui l'a élevé , devient femme de chambre d'une famille de nouveaux riches à New-York en 1910 auprès de Louise et Charlotte . Jeune femme intelligente et vive , elle devine rapidement que le futur mariage de Charlotte et de Norie Newsome, fils d'une famille réputée et propriétaire entre autre de mines va déclencher des médisances et des haines dans ce milieu resté très conventionnel concernant les alliances . Le soir où les fiançailles doivent être annoncées officiellement , Norie est retrouvée sauvagement assassiné dans la bibliothèque ( non ce n'est pas le jeu de Cluedo mais ça y ressemble ) ... Jane , qui est la première à découvrir le corps , a sa petite idée sur le meurtrier , elle désire épargner à Charlotte le scandale qui pourrait l'éclabousser et surtout, elle voudrait protéger son amie Anna qui fréquente le milieu anarchiste soupçonné du crime . Elle mène donc son enquête en duo avec un journaliste . Le portrait de cette femme dénote par rapport à ceux des jeunes filles dont elle s'occupe, elle est cultivée, curieuse des nouvelles avancées de la science et d'esprit aventureux et libre, n'hésitant pas à prendre des risques, côtoyant sans crainte des milieux très différents du sien : prostituées, anarchistes ... Mariah Fredericks nous offre un personnage attachant . Bonne intrigue qui réserve des surprises jusqu'à la fin , qui , pour une fois il faut le signaler, n'apparait pas bâclée et ne gâche pas au dernier moment la bonne impression du roman ! J'ai hâte de découvrir le prochain livre de cet écrivain ,
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Des crimes et des secrets : 10 romans policiers à dévorer si vous aimez Agatha Christie

    Du Crime de l'Orient-Express à Dix petits nègres, Agatha Christie a marqué la littérature policière et reste la reine du crime incontestée. Morte il y a près de 45 ans, elle continue d'inspirer les écrivains, mais aussi la télévision et le cinéma (voir le récent succès du film À couteaux tirés). Huis clos, énigmes, secrets, retournements de situation... Voici 10 romans policiers à lire si vous affectionnez les enquêtes d'Hercule Poirot ou de Miss Marple.

    Lire l'article