RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Du côté de chez Swann

            Pocket
            EAN : 9782266286152
            Code sériel : 17247
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 600
            Format : 108 x 177 mm
            Du côté de chez Swann

            Date de parution : 07/06/2018
            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            Entre les murs de liège de son appartement du boulevard Haussmann, un dandy maladif, dont personne ne soupçonnait le génie, crée un monument romanesque qui allait dominer la littérature française. Explorant les méandres infinis de la mémoire, à partir de précieuses sensations retrouvées, il ressuscite...
            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            Entre les murs de liège de son appartement du boulevard Haussmann, un dandy maladif, dont personne ne soupçonnait le génie, crée un monument romanesque qui allait dominer la littérature française. Explorant les méandres infinis de la mémoire, à partir de précieuses sensations retrouvées, il ressuscite une société défunte à travers le prisme de l’intelligence, du comique et de la poésie. Aujourd’hui, Swann, Combray, Balbec, Guermantes, Bergotte ou le terrible Charlus sont devenus les figures tutélaires d’une religion universelle. Conscient de la puissance de son œuvre, Marcel Proust prolonge celle de Balzac et réinvente les Mille et Une nuits de l’Occident.
            Lire À la recherche du temps perdu, c’est vivre une seconde vie, c’est entrer dans une féérie où le temps et l’espace se confondent et renouvellent le miracle d’un éternel présent.

            Cet ouvrage rassemble : Combray, Un amour de Swann, Nom de pays : le nom

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266286152
            Code sériel : 17247
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 600
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            3.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Enunephrase Posté le 4 Mai 2019
              Disons-le autrement pour une fois, disons-le tout négativement, car la joie n'est pas seule lorsque nous lisons Proust, et de même qu'il y a quelque embarras, parfois, devant la grande musique, une gêne un peu, ce débraillé qu'on se trouve soudain, cette sottise, cette futilité, lorsque se termine une pièce de Mozart ou de Beethoven, de même voudrions-nous demander : n'est-ce pas le mot de « honte » qui convient, mais une honte d'une sorte nouvelle, grave, élevée, toute noble, parce que nous n'avions pas même idée, avant de lire Proust, de pouvoir user ainsi de notre vie, de sorte qu'à la façon du torse d'Apollon qui soufflait à Rilke : « Tu dois changer ta vie », n'est-ce pas toute la Recherche du temps perdu qui décidément nous alarme de vivre si loin, et de nous charger si peu, de notre vie ?
            • Clairee17 Posté le 14 Février 2019
              Dès le début du livre, on saisit la singularité du style de Proust. Des phrases interminables qui s'étendent parfois sur plusieurs pages, des idées qui s'entremêlent et fusent un peu trop... Les première et troisième parties du livre s'apparentent plus à des réflexions en vrac de l'auteur qu'à une véritable histoire. La deuxième partie, intitulée Un amour de Swann, est quant à elle agréable à lire et m'aurait personnellement largement suffi. Même si je ne pense pas retenter l'expérience Proust, on peut tout de même lui reconnaître une écriture et une originalité sans pareille.
            • Roggy Posté le 8 Février 2019
              On dit de ce roman que c'est un monument de la littérature française qu'il faut avoir lu une fois dans sa vie et j'avoue m'être lancée à corps perdu dans ce défi que j'ai abandonné maintes fois par le passé car c'est vrai qu'il y a des longueurs et des lenteurs emblématiques chez Proust, des phrases qui s'étirent comme un chat au soleil d'été, une ponctuation utilisée avec parcimonie qui compromet fortement la notion spatio-temporelle - c'est bavard, certes, la prose est ardue, les digressions foisonnent et l'emploi du subjonctif rebute notre déformation de lecteur 2.0 habitués à ce qu'une information arrive rapidement pour qu'on puisse vite la synthétiser et vite la transmettre et vite l'analyser - , sauf qu'ici chez Proust cette prouesse n'est pas possible car tout se passe très lentement et il place son décor dans le Paris bourgeois avec une notion de castes plus que de classes sociales, où la vie coule comme un fleuve tranquille et où l' on prend le temps de vivre, le temps de voir passer le temps, il y ajoute quelques études psychologiques des personnages et des sentiments tel l'amour teinté de vénération d'un enfant pour sa mère, même si cette... On dit de ce roman que c'est un monument de la littérature française qu'il faut avoir lu une fois dans sa vie et j'avoue m'être lancée à corps perdu dans ce défi que j'ai abandonné maintes fois par le passé car c'est vrai qu'il y a des longueurs et des lenteurs emblématiques chez Proust, des phrases qui s'étirent comme un chat au soleil d'été, une ponctuation utilisée avec parcimonie qui compromet fortement la notion spatio-temporelle - c'est bavard, certes, la prose est ardue, les digressions foisonnent et l'emploi du subjonctif rebute notre déformation de lecteur 2.0 habitués à ce qu'une information arrive rapidement pour qu'on puisse vite la synthétiser et vite la transmettre et vite l'analyser - , sauf qu'ici chez Proust cette prouesse n'est pas possible car tout se passe très lentement et il place son décor dans le Paris bourgeois avec une notion de castes plus que de classes sociales, où la vie coule comme un fleuve tranquille et où l' on prend le temps de vivre, le temps de voir passer le temps, il y ajoute quelques études psychologiques des personnages et des sentiments tel l'amour teinté de vénération d'un enfant pour sa mère, même si cette histoire prend trente-deux pages et demi, épuisant ainsi notre quota de bonne volonté car vraiment il faut l'admettre c'est une lecture difficile, laborieuse, digne des marathoniens qui aiment l'effort, qui ne se découragent pas face à la difficulté et à la douleur ; mais il y tout de même de belles descriptions et notions, surtout celle de la force des souvenirs qui restent, qui résistent à tout. Ouf, je reprends mon souffle après l'écriture du paragraphe le plus long de ma vie. Proust eût été fier de moi ;) Et voilà, c'est fait ! Je promets que dorénavant j'aurai plus de patience avec ma vieille tante qui débite 25 mots à la seconde ! Et en plus les madeleines auront désormais une autre saveur !
              Lire la suite
              En lire moins
            • KTDeval Posté le 5 Novembre 2018
              Ce n'est pas parce que Proust écrit en usant de longues phrases emboîtant de nombreuses subordonnées et des imparfaits du subjonctif (hors d'usage aujourd'hui ,aussi bien que le passé simple), ce qui affole et rebute le jeune lecteur du XXI ème siècle, mais des phrases admirablement construites, qu'il faut ,pour parler de son oeuvre, que nous nous croyions obligés d'essayer (vainement) de l'imiter et d'écrire des "tartines" indigestes. C'est une oeuvre monumentale et d'une grande richesse. Tant de critiques et de professeurs l'ont analysée ,louée ,commentée ,décortiquée... souvent sans réussir à faire partager leur admiration et leur plaisir. Je ne vois donc pas pourquoi j'essaierais à mon tour!ce serait faire preuve d'une absence de modestie déplorable.
            • Clytemnestre Posté le 25 Octobre 2018
              Ce que je retiens: l'écriture admirable de Proust Ce que je déplore: le peu d'intérêt de l'histoire en elle-même, voire l'ennui qu'elle provoque.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.