Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286152
Code sériel : 17247
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm

Du côté de chez Swann

Date de parution : 07/06/2018
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Entre les murs de liège de son appartement du boulevard Haussmann, un dandy maladif, dont personne ne soupçonnait le génie, crée un monument romanesque qui allait dominer la littérature française. Explorant les méandres infinis de la mémoire, à partir de précieuses sensations retrouvées, il ressuscite...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Entre les murs de liège de son appartement du boulevard Haussmann, un dandy maladif, dont personne ne soupçonnait le génie, crée un monument romanesque qui allait dominer la littérature française. Explorant les méandres infinis de la mémoire, à partir de précieuses sensations retrouvées, il ressuscite une société défunte à travers le prisme de l’intelligence, du comique et de la poésie. Aujourd’hui, Swann, Combray, Balbec, Guermantes, Bergotte ou le terrible Charlus sont devenus les figures tutélaires d’une religion universelle. Conscient de la puissance de son œuvre, Marcel Proust prolonge celle de Balzac et réinvente les Mille et Une nuits de l’Occident.
Lire À la recherche du temps perdu, c’est vivre une seconde vie, c’est entrer dans une féérie où le temps et l’espace se confondent et renouvellent le miracle d’un éternel présent.

Cet ouvrage rassemble : Combray, Un amour de Swann, Nom de pays : le nom

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286152
Code sériel : 17247
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nanou3250 Posté le 5 Juin 2020
    La lecture de "Il n'y a pas de grandes personnes" de Alix de Saint-André, une des nombreuses lectures que m'a permis de faire le confinement ..... m'a donné la grande envie de lire "A la recherche .... " .... la réouverture des bibliothèques m'a permis d'aller très vite dans celle de ma petite ville (et dont je suis une très fidèle adhérente) et d'en revenir avec les 7 tomes .... Je n'étais pas sûre que j'allais accrocher ... j'avais en tête des idées préconçues ... trop daté, trop précieux, trop alambiqué ..... et puis, rien de tout ça mais un plaisir à savourer une langue si belle et si maîtrisée, un bonheur de transformer dans ma tête tous ces mots en paysages, en parfums, en images, en émotions .... un plaisir aussi, mêlé de surprise, de "me" retrouver dans nombre de ces émotions .... Je viens de lire le superbe commentaire posté par Woland et j'y adhère totalement .... C'est sûr je vais lire les 7 volumes et j'en garderai un souvenir précieux , une douceur exquise, au fait j'ai 70 ans, il n'est jamais trop tard ......
  • L_M Posté le 19 Mai 2020
    En achevant le premier tome de ce classique incontournable, que beaucoup de ceux et celles qui m'entourent me recommandaient chaudement, je me pose un instant à réfléchir à l'effet que ce livre a eu sur moi. Une première réflexion me fait dire qu'il est intelligent et talentueux celui qui arrive à articuler tant de mots si bien trouvés pour exprimer des idées aussi fines et abouties. Du côté de chez Swann m'a happée, emmenée sans difficulté là où Proust semblait vouloir nous emmener, dans ce torrent de souvenirs, de lieux et d'émotions diverses et variées qui n'ont jamais manqué de me replonger dans certains moments de ma jeunesse. Hâte donc de découvrir la suite, ce à quoi je m'attelle de ce pas.
  • fanfan50 Posté le 19 Mai 2020
    Lu en ma prime jeunesse et déjà apprécié, je profite de ces temps de confinement/déconfinement pour le relire. Je ne l'avais pas dans ma bibliothèque et donc je l'ai acheté chez mon libraire de proximité - la médiathèque étant fermée et maintenant fonctionnant bizarrement. Je le relis donc à petites doses et ainsi je le savoure. Ayant été récemment à Illiers-Combray, j'ai vu l'immeuble où vécut la fameuse tante Léonie et sa servante, Françoise. J'ai vu la boutique d'où venaient ces célèbres madeleines. Je suis passée dans l'église sans y entrer - quel dommage car j'y aurais admiré les vitraux qu'il décrit superbement, si tant est qu'ils existent toujours. Il y a un musée Marcel Proust qui était fermé lors de ma venue fin décembre. Ce sera pour une autre fois peut-être. Je vois que dans ce premier tome le narrateur se pose souvent la question : ai-je des dispositions pour écrire. Apparemment oui. Sinon pourquoi ces rééditions un siècle plus tard. Tant d'autres auteurs sont tombés dans l'oubli, pas lui. Je poursuis donc ma lecture et rajouterai d'autres commentaires plus tard...
  • lologer Posté le 15 Mai 2020
    Je ne me ridiculiserai pas en me lançant dans une "critique" d'un tel chef d'oeuvre! Cette note a pour unique but de faire part de l'éblouissement que j'ai éprouvé à la relecture de "La-Recherche". Une lecture plus que passionnante, qui m'a fait passer le confinement allègrement.
  • Blandine2 Posté le 2 Mai 2020
    Quelle période idéale que ce confinement pour enfin oser se plonger dans Proust. J'avais pourtant réussi à passer un bac littéraire, en me faufilant entre les mailles du filet et en arrivant parfaitement à parler de Proust, en n'en ayant jamais rien lu ... Je pouvais même, comme pratiquement tout le monde, en citer quelques phrase célèbres ( longtemps je me suis couché ... etc etc) et dérouler l'intrigue et l'intérêt de cette oeuvre. J'ai donc commencé vaillamment par le tome 1 : du coté de chez Swann. Pour l'intrigue, effectivement, je n'ai pas appris grand chose : concrètement j'avais, avant de lire l'ouvrage, bien compris qu'il ne s'y passait rien ou si peu ! Pour le style non plus je n'ai rien découvert : les longues phrases alambiquées, les longues descriptions ... Mais en revanche ce qui m'a envoutée, bien au delà de ce que j'imaginais, c'est justement ce long fleuve de mots, qui va au bout du bout... de tout. Cela a réveillé chez moi une partie de ma sensibilité que j'ignorais avoir. Je me suis tout simplement régalée, même si jai trouvé l'ensemble bien souvent un peu long... mais tellement beau.. mais tellement lent...mais tellement addictif. Je suis ravie d'avoir attendu... Quelle période idéale que ce confinement pour enfin oser se plonger dans Proust. J'avais pourtant réussi à passer un bac littéraire, en me faufilant entre les mailles du filet et en arrivant parfaitement à parler de Proust, en n'en ayant jamais rien lu ... Je pouvais même, comme pratiquement tout le monde, en citer quelques phrase célèbres ( longtemps je me suis couché ... etc etc) et dérouler l'intrigue et l'intérêt de cette oeuvre. J'ai donc commencé vaillamment par le tome 1 : du coté de chez Swann. Pour l'intrigue, effectivement, je n'ai pas appris grand chose : concrètement j'avais, avant de lire l'ouvrage, bien compris qu'il ne s'y passait rien ou si peu ! Pour le style non plus je n'ai rien découvert : les longues phrases alambiquées, les longues descriptions ... Mais en revanche ce qui m'a envoutée, bien au delà de ce que j'imaginais, c'est justement ce long fleuve de mots, qui va au bout du bout... de tout. Cela a réveillé chez moi une partie de ma sensibilité que j'ignorais avoir. Je me suis tout simplement régalée, même si jai trouvé l'ensemble bien souvent un peu long... mais tellement beau.. mais tellement lent...mais tellement addictif. Je suis ravie d'avoir attendu si longtemps pour lire enfin ce livre, car je suis convaincue que plus jeune je n'en aurais rien su apprécier. Bref, je recommande plus que chaudement ce long périple avec du coté de chez Swann et je l'ai continué avec le deuxième tome. Vive le confinement !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.