Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266310017
Code sériel : 6019
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Histoires extraordinaires
Charles Baudelaire (traduit par)
Date de parution : 27/05/2021
Éditeurs :
Pocket

Histoires extraordinaires

Charles Baudelaire (traduit par)
Date de parution : 27/05/2021
Traducteur de génie, Charles Baudelaire révèle l’œuvre d’Edgar Allen Poe, son frère spirituel américain, qui explore les domaines du fantastique, du mystère et de l’épouvante.
Chacun de ces treize chefs-d’œuvre envoûte...
Traducteur de génie, Charles Baudelaire révèle l’œuvre d’Edgar Allen Poe, son frère spirituel américain, qui explore les domaines du fantastique, du mystère et de l’épouvante.
Chacun de ces treize chefs-d’œuvre envoûte et invite au vertige. Une simple déformation de la réalité ou de la conscience, et l’homme est en proie à...
Traducteur de génie, Charles Baudelaire révèle l’œuvre d’Edgar Allen Poe, son frère spirituel américain, qui explore les domaines du fantastique, du mystère et de l’épouvante.
Chacun de ces treize chefs-d’œuvre envoûte et invite au vertige. Une simple déformation de la réalité ou de la conscience, et l’homme est en proie à la peur, à la névrose, aux visions infernales et au vampirisme, dans toutes les représentations macabres de l’au-delà.
Poe demeure aussi le précurseur de la science-fiction et du roman policier, qu’il invente dans la célèbre nouvelle « Double assassinat dans la rue Morgue ».

Traduit de l’anglais par Charles Baudelaire


Texte intégral
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266310017
Code sériel : 6019
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aetherys Posté le 5 Avril 2022
    Je me permets, avant d'entamer mon retour sur ce recueil de Allan Poe, d'offrir une rapide préface générale et globale à l'œuvre du poète de Baltimore, et qui fera office d'incipit à l'entièreté de mes avis sur chaque nouvelle. Parmi les auteurs de la littérature fantastique dont il faut avoir lu au moins un écrit dans son existence, Allan Poe en est un bien singulier. Sa plume, complètement ancrée dans l'influence des récits gothiques digne d'un Hoffman, délivre son lot de perles comme d'écrits parfois lunaires, mais sait concevoir une ambiance avec moults détails horrifiques et baroques. De par ses incursions littéraires via des essais, des poèmes, des contes, et surtout des nouvelles, Allan Poe s'illustre comme l'un des grands noms de la littérature fantastique et figures majeures du romantisme littéraire de bien des manières. D'abord , car il est un grand avant-gardiste ayant préfiguré au roman d'aventure avec les aventures de Arthur Gordon Pym, ce qui ne manquera pas d'inspirer Stevenson pour son Île Au Trésor, ou même encore avec son détective mentaliste Auguste Dupin dans des nouvelles cultes comme Double Assassinat Dans la Rue Morgue, et ce bien avant l'arrivée de Sherlock Holmes. Inspiration majeur d'auteurs tels que... Je me permets, avant d'entamer mon retour sur ce recueil de Allan Poe, d'offrir une rapide préface générale et globale à l'œuvre du poète de Baltimore, et qui fera office d'incipit à l'entièreté de mes avis sur chaque nouvelle. Parmi les auteurs de la littérature fantastique dont il faut avoir lu au moins un écrit dans son existence, Allan Poe en est un bien singulier. Sa plume, complètement ancrée dans l'influence des récits gothiques digne d'un Hoffman, délivre son lot de perles comme d'écrits parfois lunaires, mais sait concevoir une ambiance avec moults détails horrifiques et baroques. De par ses incursions littéraires via des essais, des poèmes, des contes, et surtout des nouvelles, Allan Poe s'illustre comme l'un des grands noms de la littérature fantastique et figures majeures du romantisme littéraire de bien des manières. D'abord , car il est un grand avant-gardiste ayant préfiguré au roman d'aventure avec les aventures de Arthur Gordon Pym, ce qui ne manquera pas d'inspirer Stevenson pour son Île Au Trésor, ou même encore avec son détective mentaliste Auguste Dupin dans des nouvelles cultes comme Double Assassinat Dans la Rue Morgue, et ce bien avant l'arrivée de Sherlock Holmes. Inspiration majeur d'auteurs tels que H.P Lovecraft ou bien encore Stephen King, il aura su apposer une ambiance unique à ses écrits, d'une famille en pleine décadence dans La Chute de la Maison Usher, jusqu'à une sombre mélancolie amoureuse dans son sublime Ligeia. Passons maintenant au récit qui nous intéresse. Dans la variété de versions éditées des Histoires Extraordinaires de Allan Poe, la mienne ne possède que huit nouvelles contre les treize présentes dans le recueil actuel. On y retrouve quand même les grandes étapes clés de l'écrivain, allant de sa passion féru pour la cryptologie avec le Scarabée D'or, jusque dans les tréfonds des abîmes infernaux avec Manuscrit Trouvé dans une Bouteille. En plus d'avoir été un auteur prolifique, la volonté première de Poe a toujours été d'atteindre une littérature à la portée internationale, chose qu'il a en partie réussie. D'abord, en créant le genre du roman policier à la Holmes tel qu'on le connaît désormais grâce aux nouvelles de Doyle, en concevant le personnage de Dupin avec ses affaires considérées comme insolubles. Ensuite, en révolutionnant le genre du roman d'aventure avec les récits de Arthur Pym qui inspireront Stevenson pour son Île au Trésor. Allan Poe, c'est donc une figure d'inspiration pour des auteurs majeurs comme Lovecraft ou Baudelaire, mais c'est quand même des récits complexes à juger dans leur qualité en tant que récit pur. En effet, le Canard au Ballon ne peut-il réellement s'apprécier qu'en ayant en tête la critique du machinisme illustrée par John Tresch en 1997, où peut-il encore être lu avec plaisir comme tout ceux qui se seront fait floué à l'époque de la sortie de ce canular papier ? Le Double Meurtre De la Maison Morgue est-il, malgré son aspect de figure illustre du roman policier, une bonne nouvelle dans sa structure soporifique et monologuesque ? C'est ici toute la question que nous pose Poe à travers ses récits, et nécessiterait moults débats plus larges sur l'appréciation d'une œuvre remise dans son contexte, mais pour ma part c'est avant tout l'aspect profondément précurseur de l'œuvre de l'auteur qu'il faut en permanence garder à l'esprit, afin d'apprécier au mieux ces incursions froides et gothiques dans les travers de la littérature.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 31 Mars 2022
    Un classique qui n'a rien perdu de son charme,l'auteur étant un magnifique conteur qui nous embarque avec lui dans ces voyages litteraires et ses personnages, biens decrots,nous donne un surplus de vie dans ces recits.Le temps passe et le charme de cette oeuvre demeure intact.
  • Mermed Posté le 26 Mars 2022
    Toujours, dans mon esprit associé à des images; les images de noir, de nuit totale celle de la cale du Grampus, mais aussi celle dans laquelle à l’aide d’une lampe de poche on lisait ses contes sous le draps - pour que nos parents ne sachent pas que l’on ne dormait pas encore à cette heure tardive…. les images de Piranèse, je ne peux pas lire le Puits et le Pendule sans revoir les Carceri d’ invenzione, J’ai souvent à l’esprit, sans savoir pourquoi, les labyrinthes d’Escher. Et puis toujours Rimbaud - ses souffrances pendant dix jours sur sa civière sous une pluie violente pour moi ont toujours évoquées le sort d’Arthur Gordon Pym sur la quille du navire et la dernière lettre d’ Arthur, cet inventaire des lots de dents comme les dents de Bérénice toutes les dents étaient des idées, et bien sûr Baudelaire que Poe avait imité vingt ans plus tôt,  tous les deux dans la même situation matérielle, il eut mieux valu pour eux n’avoir que du talent, parce que le talent s’escompte plus facilement que le génie. Et tous les deux conscients des inconvénients de la démocratie il est difficile d’écrire et de penser dans un pays où il... Toujours, dans mon esprit associé à des images; les images de noir, de nuit totale celle de la cale du Grampus, mais aussi celle dans laquelle à l’aide d’une lampe de poche on lisait ses contes sous le draps - pour que nos parents ne sachent pas que l’on ne dormait pas encore à cette heure tardive…. les images de Piranèse, je ne peux pas lire le Puits et le Pendule sans revoir les Carceri d’ invenzione, J’ai souvent à l’esprit, sans savoir pourquoi, les labyrinthes d’Escher. Et puis toujours Rimbaud - ses souffrances pendant dix jours sur sa civière sous une pluie violente pour moi ont toujours évoquées le sort d’Arthur Gordon Pym sur la quille du navire et la dernière lettre d’ Arthur, cet inventaire des lots de dents comme les dents de Bérénice toutes les dents étaient des idées, et bien sûr Baudelaire que Poe avait imité vingt ans plus tôt,  tous les deux dans la même situation matérielle, il eut mieux valu pour eux n’avoir que du talent, parce que le talent s’escompte plus facilement que le génie. Et tous les deux conscients des inconvénients de la démocratie il est difficile d’écrire et de penser dans un pays où il y a des millions de souverains. Il y a deux conditions distinctes dans mon existence spirituelle: la raison de condition incontestablement lucide, qui s’applique au souvenir des événements formant la première époque de ma vie, et une condition de doutes et de ténèbres, qui se rapporte au présent et à la mémoire de ce qui constitue la seconde grande époque de mon existence Dans ces deux périodes que je fais miennes, Edgar Allen Poe a accompagné tous mes rêves. Nous le lirons à nouveau devant une gravure de Piranèse. Nous boirons aussi sec et vite que lui, en écoutant le concerto pour violon de Schönberg. Sont évoqués et cités, Bérénice, Eleanora, Arthur Gordon Pym, les notices de Baudelaire. effeuillements livresques, épanchements maltés http://holophernes.over-blog.com © Mermed
    Lire la suite
    En lire moins
  • Veddy Posté le 14 Février 2022
    J'avais commencé à lire le premier chapitre puis j'ai abandonné car je trouvais que le style d'écriture ne me convenait pas. Puis j'ai retenté, et j'ai réussi à arriver a la fin du 3ème chapitre. J'aime beaucoup les histoires, elles sont intéressantes et bien ficelées. Mais je trouve que nous tournons trop dans le détail, que la traduction par Charles Baudelaire est un peu trop poétique, en tout cas trop soutenue. Le style de l'écriture : c'est ce qui m'a fait détacher du livre malgré les histoires captivantes.
  • cegeglyx Posté le 29 Janvier 2022
    La version traduite et préfacée par Baudelaire est à privilégier avant tout. Poe a presque inventé le genre du policier, avec le personnage de Dupin, et d'autres nouvelles où l'"induction" est utilisée. Par ailleurs d'autres nouvelles sont plus fantastiques, notamment le voyage sur la Lune. C'est particulièrement bien écrit.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    (Re)découvrez 10 classiques de la littérature d'épouvante

    Une porte qui claque toute seule, une branche qui gratte à la fenêtre, une ombre dans le jardin… Vous voilà dans l’ambiance d’Halloween. Profitez-en pour (re)découvrir 10 classiques de la littérature d’épouvante, mais attention, c’est à vos risques et périls ! 

    Lire l'article