Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264073655
Code sériel : 5389
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

I am not your Negro

,

Pierre FURLAN (Traducteur)
Date de parution : 04/10/2018
Dans ses dernières années, le grand écrivain américain James Baldwin a commencé la rédaction d’un livre sur l’Amérique à partir des portraits de ses trois amis assassinés, figures de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Partant de ce livre inachevé,... Dans ses dernières années, le grand écrivain américain James Baldwin a commencé la rédaction d’un livre sur l’Amérique à partir des portraits de ses trois amis assassinés, figures de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Partant de ce livre inachevé, Raoul Peck a reconstitué la pensée de Baldwin en s’aidant des notes prises par l’écrivain, ses discours et ses lettres. Il en a fait un documentaire – salué dans le monde entier, sélectionné aux Oscars et remportant le César 2018 – aujourd’hui devenu un livre, formidable introduction à l’oeuvre de James Baldwin. Un voyage kaléidoscopique qui révèle sa vision tragique, profonde et pleine d’humanité de l’histoire des Noirs aux États-Unis et de l’aveuglement de l’Occident.

« Attention, chef-d’oeuvre ! »
La Croix (au sujet du film documentaire I Am Not Your Negro)

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Furlan
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264073655
Code sériel : 5389
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MustSpecial Posté le 5 Septembre 2020
    J'ai bien aimé ma lecture, j'ai beaucoup apprécié la douceur et la finesse de l'auteur à raconter les drames qui ont construit ce qu'il est, les grands hommes qu'il a eu l'occasion de rencontrer. L'auteur nous parle de ce qu'il a vécu en étant un homme noir dans les années 60 et c'est tellement enrichissant. Ce roman m'a pris aux tripes, j'ai aimé sa rencontre avec Malcolm X et Martin Luther King et Medgar Evers, trois hommes qui avaient une approche différente pour les droits civiques mais qui au final se rapprochaient dans leurs idées. I AM NOT YOUR NEGRO
  • LadyOsoleil Posté le 6 Août 2020
    Lire cela en 2020 et voir comment le monde évolue laisse un goût amer. Ce résumé du documentaire de Raoul Peck laisse un goût amer en ce qu'il montre à quel point le monde n'a pas tellement évolué. Une partie de la population, majoritairement blanche, vit dans l'illusion que tout va bien et une autre partie de la population, noire, qu'elle se démène ou pas du tout, continue de subir à plusieurs niveaux injustices et discriminations. Baldwin, à travers la retranscription de Peck cherche à mettre les mots sur les réalités du rapport entre les Blancs et les Noirs aux Etats Unis : peur, crainte, haine et cul de sac. Il met en lumière un rapport entre deux branches d'un même arbre qui n'arrivent pas à s'entendre et qui ne se reconnaissent pas une humanité, une même identité. S'il n'est pas réellement possible de transposer le propos de Baldwin au traitement des populations noires en France, il est toujours bon à prendre. L'erreur, voire le danger, serait en effet de croire que les Noirs sont forcément mieux traités ailleurs. J'ai beaucoup apprécié lire ces quelques paroles et débats. Mais ça soulève toujours une certaine amertume. Le monde changera-t-il un jour?
  • fabricelecoqfoto Posté le 19 Juillet 2020
    Ce livre présente les documents sur lesquels s'est appuyé Raoul Peck pour son film. J'ai hésité avant de me plonger dans cette lecture, craignant une lecture lourde et ennuyeuse du fait de son parti prit. Il n'en fût rien. La lecture se fait rapidement au vu du nombre de pages, mais aussi par la qualité et la justesse du point de vue présentés ici. Le regard sur la société américaine est glaçant de lucidité, les violences, les injustices et le mépris subis par les noirs sont décris avec un œil froid et une colère peu contenue. Un réquisitoire sans concession, un véritable coup de poing, un livre puissant. À lire absolument.
  • dedanso Posté le 20 Juin 2020
    Je n'avais jamais entendu parler de James Baldwin avant l'émission qui lui a été consacrée par François Busnel dans La Grande Librairie en 2017. L'histoire des Noirs américains m'interpelle toujours et je m'étais promis de lire I am not your negro. Ce livre est en fait tiré du film-documentaire éponyme réalisé par Raoul Peck en 2016. Je ne l'ai pas vu et je dois dire que je me suis plus d'une fois demandée si ça n'avait pas été une erreur de ma part. Car j'ai eu l'impression qu'il y avait de nombreuses ellipses lors de ma lecture, qu'il me manquait des éléments pour assembler tout ce que je lisais. A partir d'un texte inachevé de James Baldwin (Remember This House), qui met à l'honneur les trois figures du combat Noir américain que sont Medgar Evers, Martin Luther King et Malcolm X (tous assassinés avant leurs 40 ans), Raoul Peck brosse aussi, petit à petit, le portrait de James Baldwin. La forme adoptée par Raoul Peck dans ce livre (mélange de textes, analyses de scènes de films, discours, échanges, photos d'archives...) donne la sensation de lire quelque chose d'un peu décousu. Cela n'empêche cependant pas d'apprécier l'oeuvre et donne très envie de découvrir... Je n'avais jamais entendu parler de James Baldwin avant l'émission qui lui a été consacrée par François Busnel dans La Grande Librairie en 2017. L'histoire des Noirs américains m'interpelle toujours et je m'étais promis de lire I am not your negro. Ce livre est en fait tiré du film-documentaire éponyme réalisé par Raoul Peck en 2016. Je ne l'ai pas vu et je dois dire que je me suis plus d'une fois demandée si ça n'avait pas été une erreur de ma part. Car j'ai eu l'impression qu'il y avait de nombreuses ellipses lors de ma lecture, qu'il me manquait des éléments pour assembler tout ce que je lisais. A partir d'un texte inachevé de James Baldwin (Remember This House), qui met à l'honneur les trois figures du combat Noir américain que sont Medgar Evers, Martin Luther King et Malcolm X (tous assassinés avant leurs 40 ans), Raoul Peck brosse aussi, petit à petit, le portrait de James Baldwin. La forme adoptée par Raoul Peck dans ce livre (mélange de textes, analyses de scènes de films, discours, échanges, photos d'archives...) donne la sensation de lire quelque chose d'un peu décousu. Cela n'empêche cependant pas d'apprécier l'oeuvre et donne très envie de découvrir plus avant le combat mené par ces quatre grands hommes. "C'est vraiment une sorte d'apathie et d'ignorance qui est le prix de la ségrégation."
    Lire la suite
    En lire moins
  • sandraboop Posté le 11 Juin 2020
    Je suis en demie teinte sur cette lecture et je ne pense pas avoir choisi le bon ouvrage. Dans le contexte actuel, j ai voulu lire ceux qui ont écrit sur la condition d'afroamericain et de leurs points de vue d'afroamericain. J'ai voulu m'écarter de l'histoire qu'on nous apprend dans les livres et du coup confronté une Histoire et un ressenti. Voila pourquoi j ai choisi "I'm not your negro" puisqu'il évoque Martin Luther King, Malcom X et Medgar Evers - que j'avoue ne pas connaitre. Pourquoi ? Pour me faire mon opinion, non manipulée, pour confronter les ressentis et nos filtres en tant que Blanche française. Alors pourquoi la demie teinte ? Il ne s agit pas d un écrit de bout en bout construit par James Baldwin. Il s'agit d un héritage transmis par sa sœur à un ecrivain/ metteur en scène Haïtien touché par la lutte "noire". Certes il s'agit des textes de Baldwin peu modifié mais assemblés et choisis et de fait, je me demande, ne l'ayant jamais lu, si cet agencement et le sentiment qui en découle auraient été les mêmes. Dès la préface on sent l'admiration de Raoul Peck pour Baldwin et son inimitié... Je suis en demie teinte sur cette lecture et je ne pense pas avoir choisi le bon ouvrage. Dans le contexte actuel, j ai voulu lire ceux qui ont écrit sur la condition d'afroamericain et de leurs points de vue d'afroamericain. J'ai voulu m'écarter de l'histoire qu'on nous apprend dans les livres et du coup confronté une Histoire et un ressenti. Voila pourquoi j ai choisi "I'm not your negro" puisqu'il évoque Martin Luther King, Malcom X et Medgar Evers - que j'avoue ne pas connaitre. Pourquoi ? Pour me faire mon opinion, non manipulée, pour confronter les ressentis et nos filtres en tant que Blanche française. Alors pourquoi la demie teinte ? Il ne s agit pas d un écrit de bout en bout construit par James Baldwin. Il s'agit d un héritage transmis par sa sœur à un ecrivain/ metteur en scène Haïtien touché par la lutte "noire". Certes il s'agit des textes de Baldwin peu modifié mais assemblés et choisis et de fait, je me demande, ne l'ayant jamais lu, si cet agencement et le sentiment qui en découle auraient été les mêmes. Dès la préface on sent l'admiration de Raoul Peck pour Baldwin et son inimitié aussi pour les "blancs". Je déteste devoir faire des catégories "couleur de peau" mais il n'empêche que c est l'objet du livre et des combats évoqués. Le racisme n a pas disparu en 2020 c'est malheureusement une évidence mais pour être équitable il fonctionne dans les 2 sens. Les mots de Peck ont bien failli me faire renoncer à la lecture tant j'imaginais le parti pris auquel j allais être confrontée et le doute sur la pensée réelle de l'auteur "compilé". Puis j ai lu. Enfin j ai découvert des textes courts , illustrées de photos d epoque. Des extraits d'interview et non l echange entier - et ça m a gênée. Au début du recueil (appelons le ainsi) Baldwin dit clairement des Blancs sont racistes mais tous les Blancs ne sont pas racistes. Ça dure 3 lignes. En revanche tous les autres extraits sont à charge contre les "Blancs" américains en general. J ai du mal à imaginer qu un homme censé ait vrillé à ce point. Je me dis que l integralite serait plus fidèle à la pensée de Baldwin notamment l interview croisée avec le philosophe Weiss. Peut-être je me trompe, peut-être est ce le reflet fidèle de sa pensée. J ai besoin de lire plus ... un autre livre qu'on m a conseillé pour me faire cette opinion. Car si une des phrases précisant que la violence est nécessaire au changement et à l'acceptation des "Noirs" reflète en effet sa pensee alors je ne comprendrai plus ... La violence entraîne la violence dans les 2 sens. ni pire ni meilleure quel que soit le camp. Moi je suis favorable à Luther King, à l'inclusion, à essayer de ne plus voir une couleur de peau, une religion, une orientation sexuelle etc comme un élément clivant ... j'aimerai être aveugle pour ne voir que le cœur et l'âme des gens.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…