Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266244343
Code sériel : 15784
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Je te vois reine des quatre parties du monde

Date de parution : 03/04/2014
Comme Christophe Colomb, Doña Isabel Barreto rêva de repousser les limites des mondes connus. Admirée – haïe aussi –, elle devint, au temps des conquistadors, la première et la seule femme amirale de la flotte espagnole.
En 1595, elle part de Lima avec quatre galions en quête du cinquième continent : l’Australie....
Comme Christophe Colomb, Doña Isabel Barreto rêva de repousser les limites des mondes connus. Admirée – haïe aussi –, elle devint, au temps des conquistadors, la première et la seule femme amirale de la flotte espagnole.
En 1595, elle part de Lima avec quatre galions en quête du cinquième continent : l’Australie. Elle traverse le Pacifique, couvrant près de la moitié du globe sur une route maritime inexplorée. Au fil de ses découvertes, elle va devoir affronter la violence et tenir tête à la mort. Elle aimera follement deux hommes qui partageront son ambition. Mais, pour survivre, elle accomplira des actes qu’elle ne pourra jamais se pardonner…
 
« Cette fois plus que jamais, la passion – la passion sous toutes ses formes – habite ce roman vrai ! »
Blaise de Chabalier – Le Figaro Littéraire
 
Cet ouvrage a reçu le prix Historia du roman historique
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266244343
Code sériel : 15784
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une écriture évocatrice en diable qui s'appuie sur un profond travail de documentation. Le tout s'intègre avec légèreté à l'intrigue. » B.deC., Le Figaro littéraire

« Une réussite ! » Femme Actuelle

« Un récit exaltant, de bout en bout porté par un authentique souffle romanesque. » Isabelle Courty, Le Figaro magazine

« Une fresque baroque sublime. » L'Amour des Livres

« Passionnant. » Version Femina

« Follement romanesque. » Avantages

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Calliope2017 Posté le 31 Août 2021
    J’avais déjà beaucoup aimé Moura et Artemisia, c’est donc sans crainte que je me suis lancée dans un autre roman d’Alexandra Lapierre. J’aime beaucoup sa démarche, assez unique, qui consiste en choisir une héroïne oubliée de l’Histoire – mais bien réelle ! – et d’en écrire la biographie romancée. Là encore, il s’agit d’une femme à la vie tellement incroyable qu’on se demande si elle n’est pas tout droit sortie de l’imagination de l’autrice, mais si, tout est vrai ! Car Alexandra Lapierre explique sa démarche au début de son livre : elle s’est énormément documentée pendant trois ans, se rendant même en Espagne ou encore au Pérou sur les lieux de vie de son héroïne, afin de respecter au maximum les faits historiques. Tous les événements, personnages, dates, lieux… sont réels, elle s’est contentée d’inventer les émotions et les dialogues. Et Doña Isabel Barreto méritait elle aussi qu’on la sorte de l’oubli ! Cette femme a été la seule à diriger une armada espagnole, a découvert les îles Marquises lors de l’expédition qu’elle a organisée avec son premier époux afin de retrouver les îles Salomon, a voyagé de Manille à Acapulco sur une des routes maritimes les plus dangereuses de... J’avais déjà beaucoup aimé Moura et Artemisia, c’est donc sans crainte que je me suis lancée dans un autre roman d’Alexandra Lapierre. J’aime beaucoup sa démarche, assez unique, qui consiste en choisir une héroïne oubliée de l’Histoire – mais bien réelle ! – et d’en écrire la biographie romancée. Là encore, il s’agit d’une femme à la vie tellement incroyable qu’on se demande si elle n’est pas tout droit sortie de l’imagination de l’autrice, mais si, tout est vrai ! Car Alexandra Lapierre explique sa démarche au début de son livre : elle s’est énormément documentée pendant trois ans, se rendant même en Espagne ou encore au Pérou sur les lieux de vie de son héroïne, afin de respecter au maximum les faits historiques. Tous les événements, personnages, dates, lieux… sont réels, elle s’est contentée d’inventer les émotions et les dialogues. Et Doña Isabel Barreto méritait elle aussi qu’on la sorte de l’oubli ! Cette femme a été la seule à diriger une armada espagnole, a découvert les îles Marquises lors de l’expédition qu’elle a organisée avec son premier époux afin de retrouver les îles Salomon, a voyagé de Manille à Acapulco sur une des routes maritimes les plus dangereuses de l’époque avec son second mari… Pour accomplir tout cela à la fin du XVIe siècle, il faut un sacré caractère, et c’est ce qui m’a dérangée au début de ma lecture. Lors de sa jeunesse au Pérou puis lors de la première partie de l’expédition avec son premier mari, l’Adelantado de Mendaña, Isabel est franchement antipathique, très hautaine, mais aussi cruelle, tout comme son « clan », prêt à tout pour s’assurer pouvoir et richesse grâce à cette colonisation. Mais les épreuves qu’elle va traverser vont l’humaniser, et c’est à partir des premiers déboires de l’expédition que je n’ai plus pu lâcher mon livre. La mort de Lorenzo (je ne dévoile rien puisqu’on le sait dès le début !), un des personnages pourtant les plus détestables pendant la première partie du récit, m’a ainsi bouleversée. Et à la fin, on ne sait que penser d’Isabel… Faut-il la condamner comme la criminelle qu’elle est, ou ressentir de la pitié pour elle ? Peut-on juger les mœurs d’une autre époque ? J’ai en revanche moins aimé le style d’Alexandra Lapierre dans cet ouvrage, qui m’a paru un peu journalistique et artificiel – notamment les nombreuses phrases uniquement constituées d’un seul ou de quelques mots. Ce style m’a gênée au début, mais j’ai réussi à en faire abstraction dès que l’intrigue a commencé à me passionner. Je ne regrette donc pas de m’être accrochée malgré mon ennui du début, et je suis ravie d’avoir découvert la fantastique destinée d’Isabel Barreto !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gwen21 Posté le 23 Août 2021
    Fascinante biographie fictive d'Isabel Barreto qui fut "la reine des quatre parties du monde", comprendre la marquise des Mers du Sud, comprendre la conquistadora du Pacifique Sud, découvreuse des Iles Marquises en 1595 aux côtés de son époux, le navigateur Alvaro de Montaña, précédemment découvreur des Iles Salomon. Née en 1567 à Lima, au Pérou alors terre espagnole, cette noble et belle jeune femme au caractère bien trempé, partagea la passion de ses deux maris pour la "Conquête", qui pendant plus de deux cent ans a porté les conquistores espagnols dans leurs entreprises d'"évangélisation, de colonisation et de civilisation" des Indiens du Pacifique. Isabel Barreto fut de fait la première femme amirale de l'Histoire. Après des recherches poussées et érudites, Alexandra Lapierre s'est lancée dans l'incroyable défi de décrire le périple fou de cette femme folle. Folle comme l'étaient tous ces êtres qui s'embarquaient sans cartes, sans longues-vues, sans GPS, sans capacité de se repérer en chemin, cernés par l'immensité liquide des océans, et avec à bord de leurs vaisseaux et galions imparfaitement étanches la lie de l'humanité censée "civiliser" les nouvelles colonies. Chimères exaltées, rêves de gloire, appétits de richesses, utopies politiques, qui peut dire aujourd'hui ce qui motiva ces milliers d'hommes... Fascinante biographie fictive d'Isabel Barreto qui fut "la reine des quatre parties du monde", comprendre la marquise des Mers du Sud, comprendre la conquistadora du Pacifique Sud, découvreuse des Iles Marquises en 1595 aux côtés de son époux, le navigateur Alvaro de Montaña, précédemment découvreur des Iles Salomon. Née en 1567 à Lima, au Pérou alors terre espagnole, cette noble et belle jeune femme au caractère bien trempé, partagea la passion de ses deux maris pour la "Conquête", qui pendant plus de deux cent ans a porté les conquistores espagnols dans leurs entreprises d'"évangélisation, de colonisation et de civilisation" des Indiens du Pacifique. Isabel Barreto fut de fait la première femme amirale de l'Histoire. Après des recherches poussées et érudites, Alexandra Lapierre s'est lancée dans l'incroyable défi de décrire le périple fou de cette femme folle. Folle comme l'étaient tous ces êtres qui s'embarquaient sans cartes, sans longues-vues, sans GPS, sans capacité de se repérer en chemin, cernés par l'immensité liquide des océans, et avec à bord de leurs vaisseaux et galions imparfaitement étanches la lie de l'humanité censée "civiliser" les nouvelles colonies. Chimères exaltées, rêves de gloire, appétits de richesses, utopies politiques, qui peut dire aujourd'hui ce qui motiva ces milliers d'hommes et de femmes à quitter l'Espagne pour le Nouveau Monde, ses climats, ses habitants, ses fauves et ses jungles, tous hostiles. Et au-delà du nouveau continent, de reprendre la mer pour aller droit devant soi se heurter aux indigènes, souvent cannibales, des archipels de l'infini Pacifique. Au nom de quelle foi et de quel roi ces fous ont-ils massacré, détruit, construit, exploité ? "Je te vois reine des quatre parties du monde" est non seulement un beau portrait de femme, un bon roman historique pour qui aime les récits de navigation et d'exploration, mais encore et avant tout, il est selon moi un flamboyant tableau du spectacle qu'ont produit les fastes d'une société dominatrice, barbare dans sa rapacité et tyrannique dans son essor débridé. Le roman se lit très bien, il est très imagé, les personnages, nombreux, sont bien fouillés. La fascination s'empare du lecteur au fil des pages ; une fascination de l'horreur lorsqu'il devient le témoin des conditions inhumaines de l'exploration maritime : insalubrité des navires, sauvagerie des naturels, barbarie des envahisseurs... Un roman au souffle équipe qui rend témoignage plutôt qu'hommage à une période à la fois sombre et lumineuse de l'histoire de l'Espagne de la Renaissance. Challenge MULTI-DEFIS 2021 Challenge PLUMES FEMININES 2021 Challenge des 50 objets 2021 Challenge PAVES 2021 Challenge ATOUT PRIX 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • ManonReal Posté le 22 Août 2021
    Alexandra Lapierre nous fait découvrir un personnage historique pour le moins méconnu: Dona Isabel Barreto. De son époque, ce qui était très rare, Dona Isabel fut la seule femme amirale connue de la flotte espagnole. Son objectif: la conquête de l'Australie en parcourant des routes maritimes encore inexplorées. Isabel Barreto nous est décrite comme une femme de caractère et non dénuée de courage. Sans trop en dire et par respect pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, ses expériences en mer seront pour le moins intenses, entre la faim, la soif, les mutineries de son équipage, en passant par la passion amoureuse qu'elle éprouvera tour à tour pour deux hommes: Alvaro de Mendana et Don Hernando De Castro. Aleaxandra Lapierre nous ramène à l'époque des grandes découvertes, plus particulièrement celle des Conquistadors mais aussi les eaux du Pacifique. On se laisse emporter par le parcours mouvementé d'Isabel et c'est loin d'être déplaisant.
  • chboun Posté le 25 Mai 2021
    Une aventure maritime extra ordinaire portée par un personnage féminin également hors normes. Le roman historique ne fait pas dans la demi mesure quand il décrit la chronologie de voyage même si les parties romancées sont forcément nombreuses au vue du peu d'informations qu'il nous reste. Un vrai travail de recherche, une romance incroyable et un style bien construit sont les fruits d'un roman historique à dévorer.
  • MaToutePetiteCulture Posté le 19 Mai 2021
    J’ai passé un excellent moment de lecture grâce à ce roman addictif, très bien écrit, très bien documenté, qui nous présente une héroïne méconnue (à tort) dont le destin exceptionnel m’a fascinée ! Je dois avouer que j’avais un peu peur de me lancer dans ce roman. Peur de l’époque que je connais peu, peur du lieu où se déroulait le roman (le Pérou), peur de la plume d’Alexandra Lapierre que j’allais découvrir. Et j’ai très rapidement été rassurée. Dès les premières pages, l’autrice instaure une ambiance très mystérieuse autour de son héroïne, et la manière dont l’intrigue est mise en abîme m’a d’emblée intriguée. Le roman a beau avoir pour thème la conquête de nouveaux continents, il n’en reste pas moins que la majorité du roman se déroule en huit-clos; autrement dit, un décor idéal à la survenue d’émotions et de situations extrêmes, et souvent tragiques, ne rendant le roman que plus passionnant de chapitre en chapitre. Jusqu’à la fin le personnage d’Isabelle sera resté un mystère. Alexandra Lapierre maîtrise parfaitement l’ambiguïté de son personnage, et s’en sert pour lui donner un pouvoir d’attraction incroyable. J’ai adoré ce personnage, extrêmement fort mais aussi très ambivalent. Son destin grandiose et tragique à... J’ai passé un excellent moment de lecture grâce à ce roman addictif, très bien écrit, très bien documenté, qui nous présente une héroïne méconnue (à tort) dont le destin exceptionnel m’a fascinée ! Je dois avouer que j’avais un peu peur de me lancer dans ce roman. Peur de l’époque que je connais peu, peur du lieu où se déroulait le roman (le Pérou), peur de la plume d’Alexandra Lapierre que j’allais découvrir. Et j’ai très rapidement été rassurée. Dès les premières pages, l’autrice instaure une ambiance très mystérieuse autour de son héroïne, et la manière dont l’intrigue est mise en abîme m’a d’emblée intriguée. Le roman a beau avoir pour thème la conquête de nouveaux continents, il n’en reste pas moins que la majorité du roman se déroule en huit-clos; autrement dit, un décor idéal à la survenue d’émotions et de situations extrêmes, et souvent tragiques, ne rendant le roman que plus passionnant de chapitre en chapitre. Jusqu’à la fin le personnage d’Isabelle sera resté un mystère. Alexandra Lapierre maîtrise parfaitement l’ambiguïté de son personnage, et s’en sert pour lui donner un pouvoir d’attraction incroyable. J’ai adoré ce personnage, extrêmement fort mais aussi très ambivalent. Son destin grandiose et tragique à la fois m’a totalement captivée; j’ai d’ailleurs souvent pensé à la BD Culottées de Pénélope Bagieu, en me disant qu’elle aurait pu y figurer (même si le personnage est bien loin d’être gentil, on parle quand même de conquête de territoires avec tous les massacres de populations que ça implique…). Le roman a beau faire plus de 600 pages, il ne m’a fallu que quelques jours pour le dévorer ! La plume d’Alexandra Lapierre est très fluide, et elle rend l’époque et les faits très accessibles. On sent qu’elle a effectué un travail de documentation énorme pour aboutir à ce récit, et rien que pour cela je l’admire. J’ai d’ailleurs trouvé les notes de fin de roman, qui décrivent les coulisses de l’écriture du livre, presque aussi passionnantes que le roman en lui-même ! Je vous invite chaudement à découvrir ce roman, si ce n’est déjà fait : entre Histoire et personnage féminin incroyable, les ingrédients sont réunis pour un bon moment de lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.