Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264036889
Code sériel : 3601
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Journal

Laurence Romance (Traducteur)
Date de parution : 05/02/2004

Leader du groupe Nirvana, porte-parole d’une génération, Kurt Cobain reste une légende nimbée de mystère. Portrait authentique et intimiste, ses notes et dessins éparses retracent depuis ses débuts la rage dévorante qui précipita son succès et sa perte. Perpétuant, vingt ans après sa mort, la voix lucide et insoumise d’un...

Leader du groupe Nirvana, porte-parole d’une génération, Kurt Cobain reste une légende nimbée de mystère. Portrait authentique et intimiste, ses notes et dessins éparses retracent depuis ses débuts la rage dévorante qui précipita son succès et sa perte. Perpétuant, vingt ans après sa mort, la voix lucide et insoumise d’un homme en quête de vérité.

« Il était si grand. Merveilleux. L’un des meilleurs, mais plus que ça. Kurt était pour moi le meilleur de tous les temps. » Neil Young 

Traduit de l'anglais (États-Unis)
par Laurence Romance

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264036889
Code sériel : 3601
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un recueil émouvant de textes, dessins et réflexions, impeccablement traduit par Laurence Romance. »
Télérama

«
Un document inédit, emblème de toute une génération. »
Aurélie Sarrot, Métro

« Ce doc propose une plongée dans les méandres de ce qu'était l'esprit torturé de Kurt Cobain, huit ans après son suicide. Le leader de Nirvana livre les fêlures intimes d'un ado "maniaco-dépressif ", raconte ses rêves hallucinés, vitupère contre les "despotes de la droite" et la télévision. Ce récit décousu et parfois confus, agrémenté de BD et de poèmes, révèle également un Kurt Cobain lucide sur son époque, capable d'auto-dérision et d'une tendresse infinie pour sa fille Frances. L'une des rares lueurs d'espoir dans ce document intime, rendu public par Courtney Love, la veuve de Kurt Cobain. »
Éric Mandel, Journal du Dimanche

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bookestdude Posté le 3 Février 2020
    En fan de Kurt Cobain et de Nirvana, je me suis plongé dans son journal à plusieurs reprises. 5 ou 6 fois, étalée sur les 10 dernières années. Ce journal, c'est celui d'un homme normal. Dépressif, comme une grande partie de la population. Un homme qui a souffert d'une jeunesse tumultueuse, difficile. Mais un homme clair. Un homme réfléchi. Très loin de l'idée que beaucoup se font de lui : un toxicomane. Il ne l'était pas. Ne l'a jamais été. N'a consommé que pour pallier à ses douleurs, mentales mais surtout physiques (une maladie incurable de l'estomac sauf erreur). En tout cas, un bouquin passionnant parce qu'on quitte le chanteur pour connaitre l'être qui, finalement, n'était pas si différent.
  • Darlic Posté le 4 Juillet 2019
    Ceux qui s'attendait à découvrir le journal intime et les plus sombres secret de Kurt vont être déçu. Il faut dire que cela me faisait assez peur car j'avais vraiment la frousse de m'introduire dans un jardin secret, sans en avoir le droit. Je pense que vous comprenez tous ma réflexion. Ce journal est faite une sorte de fourre-tout, où le chanteur met ses états d'esprits, ses coups de gueule, ses réflexion sur la vie et aussi ses ébauches de travail. Ce journal est en soit assez fidèle à Kurt Cobain à savoir quelqu'un de bordélique mais tout sauf con. Et en plus pas si dépressif que ça, ceux qui on comprit ça en lisant ce livre sont à côté de la plaque. Dans ce cas relisez-le (mieux). Vous pensez vraiment qu'un dépressif pouvait produire une telle qualité de travail ? Kurt était sans doute un hyperactif sur la corde raide du borderline avec une certaine forme d'autisme. Ce livre nous aides (si vous savez lire entre les lignes) à mieux connaître cette légende du grunge et même de se réconcilier avec lui. Sa mort m'avait choqué à l'époque, s'était le premier artiste que j'appréciais que je voyais disparaître de... Ceux qui s'attendait à découvrir le journal intime et les plus sombres secret de Kurt vont être déçu. Il faut dire que cela me faisait assez peur car j'avais vraiment la frousse de m'introduire dans un jardin secret, sans en avoir le droit. Je pense que vous comprenez tous ma réflexion. Ce journal est faite une sorte de fourre-tout, où le chanteur met ses états d'esprits, ses coups de gueule, ses réflexion sur la vie et aussi ses ébauches de travail. Ce journal est en soit assez fidèle à Kurt Cobain à savoir quelqu'un de bordélique mais tout sauf con. Et en plus pas si dépressif que ça, ceux qui on comprit ça en lisant ce livre sont à côté de la plaque. Dans ce cas relisez-le (mieux). Vous pensez vraiment qu'un dépressif pouvait produire une telle qualité de travail ? Kurt était sans doute un hyperactif sur la corde raide du borderline avec une certaine forme d'autisme. Ce livre nous aides (si vous savez lire entre les lignes) à mieux connaître cette légende du grunge et même de se réconcilier avec lui. Sa mort m'avait choqué à l'époque, s'était le premier artiste que j'appréciais que je voyais disparaître de la sorte. S'il serait devant moi, juste là, je lui dirais : Mec je te comprends enfin ! Excuses-moi d'avoir été aussi con, si humain en faite...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Hekahm Posté le 10 Août 2015
    Un avis partagé ... La sensation d'assouvir une curiosité presque malsaine puisque l'on découvre les pensées intimes d'une personne qui finalement ne souhaitait pas tant exposer sa vie privée et ses détails ... On y découvre néanmoins un être torturé (on le savait) à la créativité et au sens artistique développés. Un bon moment, sans plus, pour les fans et nostalgiques.
  • Laury-Anne Posté le 11 Mai 2015
    Tout le monde connaît le leader de Nirvana et son destin tragique, son suicide à 27 ans. Pour moi, ça restait très vague. Et puis, j’ai eu 27 ans moi aussi. Et tout d’un coup, on se rend compte qu’on arrive à l’âge auquel il n’a plus supporté la vie. Et on se penche sur ce Journal, qui comprend des lettres, des écrits divers, des listes, des brouillons. On commence par la couverture (la mienne comprend le nom de l’auteur et le logo de la maison d’édition en blanc, comme le titre), par cet homme nonchalamment accoudé à une chaise, dans des habits trois fois trop grands, et déjà on l’aime bien. Puis on rentre dans ses pensées. Car c’est véritablement comme ça qu’il écrit : au fil de son raisonnement. Des mots peuvent manquer, des phrases s’arrêter en plein milieu. Il est exalté, il écrit des textes magnifiques, et à côté on le perçoit au fin fond de la dépression, du manque. Certains passages sont lunaires, d’autres gores, et d’autres enfin, notamment lorsqu’il parle de sa fille, « un ange qui pousse comme un champignon et apporte plus qu’elle ne le saura jamais » sont très touchants. Un texte qui nous... Tout le monde connaît le leader de Nirvana et son destin tragique, son suicide à 27 ans. Pour moi, ça restait très vague. Et puis, j’ai eu 27 ans moi aussi. Et tout d’un coup, on se rend compte qu’on arrive à l’âge auquel il n’a plus supporté la vie. Et on se penche sur ce Journal, qui comprend des lettres, des écrits divers, des listes, des brouillons. On commence par la couverture (la mienne comprend le nom de l’auteur et le logo de la maison d’édition en blanc, comme le titre), par cet homme nonchalamment accoudé à une chaise, dans des habits trois fois trop grands, et déjà on l’aime bien. Puis on rentre dans ses pensées. Car c’est véritablement comme ça qu’il écrit : au fil de son raisonnement. Des mots peuvent manquer, des phrases s’arrêter en plein milieu. Il est exalté, il écrit des textes magnifiques, et à côté on le perçoit au fin fond de la dépression, du manque. Certains passages sont lunaires, d’autres gores, et d’autres enfin, notamment lorsqu’il parle de sa fille, « un ange qui pousse comme un champignon et apporte plus qu’elle ne le saura jamais » sont très touchants. Un texte qui nous fait visiter la partie plus privée de sa vie, avec cette jeunesse, cette fougue et en même temps cette fatigue, ce poids qu’on sent peser sur ses épaules.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Derwijes Posté le 12 Février 2015
    Est-ce vraiment légitime de publier ce journal, réunissant quelques unes des pensées les plus intimes de Cobain, même si il est mort ? Aurait t-il voulu le voir publié ? Chacun se fera un avis sur ces questions, pour ma part je considère que même si c'est une tentative même pas dissimulée de faire plus d'argent sur le dos de Cobain, qui n'en demandait pas temps, les occasions de pénétrer dans un esprit aussi confus et frustré que celui de Kurt Cobain sont rares, très rares. Attention: Ceci n'est pas un roman, ni un journal intime écrit au jour le jour. Ceci est le carnet de notes de Kurt Cobain. Il ne décrit pas ses journées mais ses pensées, ses envies et ses colères. Surtout ses colères, en fait, car Cobain était un éternel frustré, en colère contre lui-même, contre le monde...Cette colère résulte du sentiment de confusion et de douleur qu'il ressentait en permanence, et qui imprégne le livre. On alterne entre des pamphlets contre la société bien-pensante, des cartoons aux goûts douteux, les ébauches des paroles de chansons, les idées de Cobain par rapport au groupe -les pochettes des albums, les clips, le matériel...-et parfois, des confessions sur... Est-ce vraiment légitime de publier ce journal, réunissant quelques unes des pensées les plus intimes de Cobain, même si il est mort ? Aurait t-il voulu le voir publié ? Chacun se fera un avis sur ces questions, pour ma part je considère que même si c'est une tentative même pas dissimulée de faire plus d'argent sur le dos de Cobain, qui n'en demandait pas temps, les occasions de pénétrer dans un esprit aussi confus et frustré que celui de Kurt Cobain sont rares, très rares. Attention: Ceci n'est pas un roman, ni un journal intime écrit au jour le jour. Ceci est le carnet de notes de Kurt Cobain. Il ne décrit pas ses journées mais ses pensées, ses envies et ses colères. Surtout ses colères, en fait, car Cobain était un éternel frustré, en colère contre lui-même, contre le monde...Cette colère résulte du sentiment de confusion et de douleur qu'il ressentait en permanence, et qui imprégne le livre. On alterne entre des pamphlets contre la société bien-pensante, des cartoons aux goûts douteux, les ébauches des paroles de chansons, les idées de Cobain par rapport au groupe -les pochettes des albums, les clips, le matériel...-et parfois, des confessions sur son état de star. Au final, le journal de Cobain n'est pas à mettre entre toutes les mains. Tous ceux qui s'attendent à une description détaillée de la vie de Cobain ou à un style conventionnel peuvent passer leur chemin, ce livre n'est pas pour eux. Mais ceux qui sont prêt à entrer dans l'esprit d'un homme éternellement confus et révolté, ceux-là sont les bienvenus, et trouveront dans le journal de Kurt Cobain beaucoup plus que ce à quoi les médias le réduisent d'habitude. De messie sacrifié et porte-parole du rock des 90's, il se révèle sous son aspect le plus humain et le plus touchant.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…