En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Cuisinière

        10/18
        EAN : 9782264068170
        Code sériel : 5053
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 456
        Format : 108 x 177 mm
        La Cuisinière

        Françoise PERTAT (Traducteur)
        Date de parution : 17/03/2016
        Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent.... Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s'intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu'on l'observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu'elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l'envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté...
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264068170
        Code sériel : 5053
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 456
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Apache Posté le 17 Décembre 2017
          La biographie romancée de Mary Mallon. Irlandaise installée aux Etats-Unis, porteuse saine du bacille de la typhoïde. Un récit prenant. Une magnifique peinture d'époque.
        • Woland Posté le 29 Juillet 2017
          ATTENTION ! SPOILERS ! Fever Traduction : Françoise Pertat ISBN : 9782264068170 Après avoir vérifié, sur un site anglophone, que le personnage d'Alfred Briehof, Germano-Américain immigré à l'âge de six ans avec ses parents, était une création de l'auteur, je me suis décidée à placer "La Cusinière" dans notre rubrique "Littérature made in USA" et non dans celle réservée aux biographies. Pourtant, l'ensemble de l'ouvrage est bel et bien une biographie, celle de Mary Mallon, surnommée un temps par la presse "Typhoid Mary" (Cf. informations Wikipedia en français et, plus détaillées, en anglais). Pourquoi un surnom si cruel, si terrifiant - et si accrocheur ? Eh ! bien, Mary fut très officiellement le premier cas de porteur sain de la fièvre typhoïde jamais recensé aux USA, au début du XXème siècle. Elle était née en Irlande, en 1869 et avait gagné les Etats-Unis, pour y rejoindre une parente, à l'âge de quatorze ans. Elle était bonne cuisinière mais, sans expérience officielle, débuta tout d'abord comme blanchisseuse, métier qu'elle n'aima jamais. Comme l'auteur le glisse dans son texte, et c'est une sensation que toute personne s'étant intéressée à la cuisine ne manquera pas de se rappeler même si elle ne cuisine plus depuis belle lurette, "il... ATTENTION ! SPOILERS ! Fever Traduction : Françoise Pertat ISBN : 9782264068170 Après avoir vérifié, sur un site anglophone, que le personnage d'Alfred Briehof, Germano-Américain immigré à l'âge de six ans avec ses parents, était une création de l'auteur, je me suis décidée à placer "La Cusinière" dans notre rubrique "Littérature made in USA" et non dans celle réservée aux biographies. Pourtant, l'ensemble de l'ouvrage est bel et bien une biographie, celle de Mary Mallon, surnommée un temps par la presse "Typhoid Mary" (Cf. informations Wikipedia en français et, plus détaillées, en anglais). Pourquoi un surnom si cruel, si terrifiant - et si accrocheur ? Eh ! bien, Mary fut très officiellement le premier cas de porteur sain de la fièvre typhoïde jamais recensé aux USA, au début du XXème siècle. Elle était née en Irlande, en 1869 et avait gagné les Etats-Unis, pour y rejoindre une parente, à l'âge de quatorze ans. Elle était bonne cuisinière mais, sans expérience officielle, débuta tout d'abord comme blanchisseuse, métier qu'elle n'aima jamais. Comme l'auteur le glisse dans son texte, et c'est une sensation que toute personne s'étant intéressée à la cuisine ne manquera pas de se rappeler même si elle ne cuisine plus depuis belle lurette, "il y a quelque chose de magique dans la cuisine". Cette magie, Mary refusa toujours d'y renoncer et cela devait la mener à sa perte. Durant toute sa carrière, il faut cependant remarquer qu'elle ne contamina que cinquante-et-une personnes, ce qui est peu si l'on compare ce "palmarès" à celui d'autres porteurs de la fièvre fatale. En outre, et jusqu'en 1938, date à laquelle elle devait mourir, Mary se refusa farouchement à admettre qu'elle avait elle-même eu la typhoïde - si elle l'avait eue et s'en était sortie, elle se serait trouvée immunisée. On ne put d'ailleurs jamais établir la preuve qu'elle en avait souffert. Peut-être était-elle trop jeune pour s'en souvenir lorsqu'elle la subit et, comme son personnage le dit lui-même, "en Irlande, on appelait "fièvre" tant de choses ..." Autre question que l'on se pose, bien évidemment : pourquoi Mary ne contamina-t-elle pas plus de personnes ? Car enfin, si elle était porteuse du germe, elle ne pouvait pas le contrôler. C'est ici que Mary Beth Keane entre dans la dimension romanesque en créant à Mary Mallon un compagnon dont elle tomba amoureuse alors qu'elle avait dix-sept ans. Il s'agit d'Alfred Briehof qui, lui, avait vingt-deux ans quand il fit la connaissance de la jeune fille. Séduisant mais instable, cet Américain arrivé d'Allemagne à l'âge de six ans ne rechignait pas au travail mais se lassait vite. Dans le roman, ce sont surtout les gages de Mary - une bonne cuisinière, et elle était une excellente cuisinière, gagnait bien sa vie - qui font vivre le couple, un couple dont la jeune femme est incontestablement l'élément fort, le pilier. Au début, comme dans la vie, tout va bien entre les deux partenaires. Mais, peu à peu, Mary prend des emplois de plus en plus éloignés, qui l'empêchent de revenir chez elle parfois pendant un mois plein, voire plus. C'est qu'Alfred ne sait pas résister à l'alcool et qu'elle commence à se rendre compte de sa faiblesse de caractère (ce qu'elle a bien du mal à s'avouer, d'ailleurs). Lorsque Mary est identifiée pour la première fois comme la source d'une épidémie de fièvre typhoïde, puis jugée et condamnée à une quarantaine quasi éternelle dans l'île de North Brother, face à Manhattan, Alfred craque et se met en ménage avec une jeune veuve, Liza, laquelle a un fils, Samuel. Il se déplace alors sur l'île pour annoncer la chose à son ancienne compagne, à qui, l'on s'en doute, la chose ne fait pas particulièrement plaisir. Mais, au bout de quatre ans à peu près, un changement s'étant produit dans les hautes sphères de l'Administration, on accepte de libérer Mary à la condition qu'elle s'engage par écrit à suivre des examens médicaux et, surtout, à ne plus cuisiner pour les autres. Pour sa cuisine personnelle, bien sûr, c'est différent. Mary ne résiste pas, signe, quitte donc North Brother et retourne à New-York pour y redevenir ... blanchisseuse. Apprenant la nouvelle, Alfred quitte sa veuve en lui volant ses économies (et celles de son fils) et cherche à tout prix à regagner l'amour de Mary. Mais ... Ce livre est passionnant de bout en bout et rédigé (et traduit, retenez le nom de Françoise Pertat) de main de maître, parvenant à nous rendre la dignité que Mary Mallon ne perdit jamais et pour laquelle elle se battit de toutes ses forces. Le texte dégage également une élégance, une grâce semblables à celles de cette aigrette blanche qui, à un certain moment, est la seule à rendre espoir à la jeune Irlandaise sur l'île où sa quarantaine, en dépit des avantages qu'elle présente (elle a sa cabane à elle, une nature qui n'existe plus aujourd'hui s'ébat autour d'elle et de l'Hôpital qui la surveille) n'en reste pas moins une prison pour cette femme fière et qui ne se sent coupable de rien. Le livre clos, j'ai personnellement penché pour l'innocence de Mary - en tous cas pour l'innocence de son Moi conscient. Il est vrai que, par l'insertion d'Alfred Briehof dans le livre, le lecteur se rend compte, lentement mais sûrement, que Mary semble devenir contagieuse sous l'effet de la colère ou de la dépression qu'entraînent les aléas de son couple. Mais, si elle en prend conscience, ce n'est qu'à la toute fin - encore n'ose-t-elle pas l'écrire sans détour, même pas le penser clairement : trahir les faiblesses d'Alfred, sa part de responsabilité dans l'affaire, lui est tout bonnement impossible. On me rétorquera que, puisque Briehof est une création de l'auteur, cela n'a pas pu se passer ainsi. Soit. Mais, tous tant que nous sommes, nous avons chaque jour mille raisons de stresser et de déprimer, d'être en colère, contre nous, contre Un Tel ou Une Telle, voire contre l'humanité entière. Comme nous, la véritable Mary Mallon a connu des difficultés similaires : ne peut-on penser que, sans qu'elle le veuille et sous l'effet de la colère, du stress ou d'une autre émotion négative, sans oublier une particularité physiologique non déterminée par les médecins de l'époque, elle ait pu contaminer certaines personnes quand elle était dans cet état ? ... L'hypothèse, en tous cas, est intéressante et en vaut bien une autre. Quant au livre, je le répète, il mérite d'être lu car il raconte, somme toute, l'histoire d'un être à qui le Destin a donné, pour jouer à la Vie, des dés pipés, et ce dès la naissance. Telle qu'elle était, Mary Mallon est sans doute coupable mais c'est aussi une victime, et même la cinquante-deuxième victime de cette histoire d'autant plus terrible qu'elle s'inspire largement de la réalité. ;o)
          Lire la suite
          En lire moins
        • chroniquesdurenard Posté le 30 Mai 2017
          La cuisinière de Mary Beth Keane retrace la vie de Mary Mallone surnommée « la femme la plus dangereuse d’Amérique » par ses compatriotes à la fin du XIXème siècle. Ce livre c’est : une histoire haletante, une ode à la liberté et à l’amour, une sacrée découverte malgré une couverture qui ne paie pas de mine et une biographie romancée rondement menée. Mary, une jeune femme Irlandaise débarque à New York et trouve du travail comme lingère dans une maison bourgeoise. Très vite, elle se rend compte que ce métier n’est pas pour elle et se découvre un don pour la cuisine. Capable de faire un festin d’un rien, elle est rapidement reconnue comme une cuisinière hors pair, fiable et discrète. Le destin de cette femme va cependant basculer lorsque, accusée de contaminer les familles pour qui elle cuisine, elle est arrêtée par les autorités sanitaires. Commence alors pour cette battante un combat pour sa liberté, contre une science omnipotente et des personnages véreux qui ne veulent pas entendre la vérité. Ce roman se lit comme un thriller. On s’immerge dans l’histoire  dès les premières pages, passionné par le courage de Mary, entrainé par la force de son amour, abasourdi par la bêtise ou... La cuisinière de Mary Beth Keane retrace la vie de Mary Mallone surnommée « la femme la plus dangereuse d’Amérique » par ses compatriotes à la fin du XIXème siècle. Ce livre c’est : une histoire haletante, une ode à la liberté et à l’amour, une sacrée découverte malgré une couverture qui ne paie pas de mine et une biographie romancée rondement menée. Mary, une jeune femme Irlandaise débarque à New York et trouve du travail comme lingère dans une maison bourgeoise. Très vite, elle se rend compte que ce métier n’est pas pour elle et se découvre un don pour la cuisine. Capable de faire un festin d’un rien, elle est rapidement reconnue comme une cuisinière hors pair, fiable et discrète. Le destin de cette femme va cependant basculer lorsque, accusée de contaminer les familles pour qui elle cuisine, elle est arrêtée par les autorités sanitaires. Commence alors pour cette battante un combat pour sa liberté, contre une science omnipotente et des personnages véreux qui ne veulent pas entendre la vérité. Ce roman se lit comme un thriller. On s’immerge dans l’histoire  dès les premières pages, passionné par le courage de Mary, entrainé par la force de son amour, abasourdi par la bêtise ou la crédulité de certains hommes. Le style est fluide, porteur et nous plonge dans les pensées d’une femme parfois seule, parfois entourée mais toujours forte. L’auteur nous livre également les sentiments et l’histoire de l’amoureux de Mary, Alfred, un homme torturé mais aimant. Un joli contraste saisissant entre ces deux protagonistes aux traits travaillés. En effet, on sent que Madame Keane s’attache à rendre hommage à cette histoire de vie et à une femme qu’elle admire particulièrement. Se révèlent également les conditions des immigrés irlandais dans ce New York d’un autre temps (pas si lointain cependant) et les inégalités sociales entre riches propriétaires et pauvres travailleurs effrénés. La condition des femmes, et notamment d’une femme non mariée, est également mise en exergue et nous rappelle que le combat a été long et n’est toujours pas terminé. Pour conclure, on passe un très bon moment en compagnie de ce livre. Entre atmosphère historique, biographie colorée, et personnages complexes, on se balade à travers le temps. Encore une belle découverte aux Éditions 10/18.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lisabeth Posté le 24 Mai 2017
          Je n'ai pas dévoré ce roman mais j'ai passé un agréable moment à le lire! Mon avis est mitigé et je ne sais pas dire si c'est un bon livre ou un roman raté car à coté du but de l'auteur. Ce que j'ai aimé: - l'approche du mécanisme qui fait que nous avons l'amour de ce qu'on fait, que nous sommes faits pour un métier, que tout dans notre vie nous ramène à cette occupation, à cette fonction. - la description du mécanisme qui s'opère quand nous aimons qqn alors que ce qqn est toxique et que nous le savons. ( en fait, le parallèle entre ces 2 notions sont flagrantes dans le cas précis de Mary Mallon ) Ce qui m'a gêné: -l'écriture est maladroite, le livre déséquilibré comme mal découpé, les parties ne sont pas reliées correctement ensemble et même parfois d'une phrase à l'autre, il manque des charnières . Bref, un sentiment que ce livre aurait pu être mille fois mieux ( comme par ex l'ile des oubliés de V.Hislop )
        • rugi Posté le 9 Mai 2017
          L'histoire vraie de Mary Mallon surnommée Mary Typhoide à la fin du XIX siècle, et qui a permis d'élaborer la théorie du porteur sain. Un ouvrage très bien écrit, très simplement et qui relate bien la vie, et le travail à la fin du XIX siècle. Une belle découverte...
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.