Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266312981
Code sériel : 18094
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

La Deuxième femme

Date de parution : 28/01/2021
Sandrine ne s’aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme. Récemment endeuillé par la disparition de sa femme, il lui fait une place, dans sa vie, dans sa maison, auprès de son... Sandrine ne s’aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme. Récemment endeuillé par la disparition de sa femme, il lui fait une place, dans sa vie, dans sa maison, auprès de son fils.
Discrète, aimante, reconnaissante, Sandrine se glisse dans cette absence, fait de son mieux pour que le bonheur renaisse au sein de cette famille. La sienne désormais.
Jusqu’au jour où la première femme réapparaît.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312981
Code sériel : 18094
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman noir saisissant sur la violence faite aux femmes. C'est un coup de génie. Par son œuvre
magistrale, Louise Mey dévoile un pan invisible des violences faites aux femmes et offre une réponse enssentielle à toutes celles et ceux qui disent et répètent qu'elles auraient simplement dû partir. », Lauren Malka
Causette

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • okaido Posté le 11 Juin 2021
    Bonne lecture. Roman qui sensibilise à la problématique de l'emprise et des violences conjugales. J'ai beaucoup aimé le parti pris de l'auteur.e : on est dans la tête de Sandrine, la "deuxième femme", on est au cœur de son ressenti, de son cheminement dans sa relation amoureuse toxique. Je n'ai pas pu cependant m'attacher au personnage. Un petit bémol, j'ai trouvé certaines tournures de phrases maladroites ça a un peu gêné ma lecture
  • Vexiana Posté le 24 Mai 2021
    Je m'attendais à un thriller...Sans doute un truc haletant avec une révélation fracassante et des personnalités aussi fortes que troublantes. Et bien...ce n'est pas un thriller mais c'est tout le reste. Après les quelques premières pages qui m'ont laissées un peu dubitative tant par le style que par le fond, j'ai vite été prise par l'histoire...et les pages ont alors défilé à toute vitesse. Ce style, qui m'avait fait pousser quelques soupirs au début, est alors devenu porteur, comme l'exacte transposition d'un ressenti...plus que cela même, en fait. Je ne veux pas trop en dire tant cela est partie prenante même à l'histoire. Il est difficile de ne pas trop en dire...je vais donc en rester là en disant juste que, arrivée au dernier quart, au moment de me coucher, je n'ai pas pu déposer ce livre. Je ne pouvais juste pas ne pas connaitre la fin et m'endormir comme ça. C'est bien simple, je pense que je n'aurais simplement pas pu trouver le sommeil. Lisez ce livre. Il en vaut la peine. Vraiment.
  • cstaubi Posté le 22 Mai 2021
    J'ai été en apnée pendant toute cette lecture, je n'avais pas envie de m'arrêter (il a fallu dormir pourtant) tellement j'étais en tension tout du long car je ne voulais pas laisser Sandrine. Sandrine, cette femme qui se déteste, qui traîne des souvenirs pourris d'une enfance sans affection, fille d'un père méprisant, insultant avec elle. Un jour, la vie de Sandrine bascule quand "l'homme qui pleure" pose ses yeux sur elle, elle revit. Il pleure car il a perdu sa femme, disparue après un jogging. Puis celle-ci réapparaît, c'est le début de l'enfer pour Sandrine. Ce livre puissant décrit les mécanismes d'une relation abusive, violente. Les attaques sournoises, la réconciliation, les "preuves d'amour", le premier coup, les excuses puis les coups plus violents. Je pourrais parler des heures de ce livre mais j'arrête, lisez-le, il est fou. Tout est parfait de la première lettre au point final.
  • Brooklyn_by_the_sea Posté le 28 Avril 2021
    C'est l'un des livres les plus angoissants que j'aie lus. Pourtant, il n'y a ni loups-garous, ni vampires -juste une femme amoureuse. Sandrine se déteste, elle se trouve moche, grosse et bête, elle vit seule dans un petit appartement et n'attend plus grand-chose de la vie. Alors, quand l'homme-qui-pleure lui sourit, quand il lui offre des fleurs et lui dit qu'elle est belle, Sandrine veut y croire, veut se persuader qu'elle aussi va recevoir sa part d'amour et de bonheur. Même si l'épouse de l'homme-qui-pleure a disparu, et même si elle réapparaît un beau jour. Difficile de résumer l'histoire sans trop en dévoiler. J'ai été happée par l'intrigue, immergée dans la tête de Sandrine, dans son corps, dans son univers étriqué. L'écriture asphyxiante de Louise Mey ne lâche rien, ne desserre jamais sa prise ; dans ce récit, il n'y a nulle part où se poser, se réfugier. Et ce qu'il raconte est abominable. J'ai été impressionnée par la finesse de l'analyse psychologique des personnages, la justesse des comportements, et la montée en tension de l'intrigue. Mais je sors lessivée de cette lecture. Dans son genre, c'est une réussite absolue.
  • Levant Posté le 28 Avril 2021
    Sujet douloureux s'il en est, cet ouvrage m'a véritablement impressionné par l'empressement et la force de son message. Il témoigne par une fiction du phénomène à la fois trop bien connu et trop bien ignoré qu'est celui de la violence faite aux femmes dans le cadre conjugal ou pseudo conjugal et qui pour les cas les plus graves peut aller jusqu'à la mort. L'actualité nous le sert malheureusement trop souvent. Dans ce témoignage en forme de dénonciation, Louise Mey termine son ouvrage en citant des statistiques récentes qui font froid dans le dos, dont un chiffre criant de désespoir : en octobre 2019, alors qu'elle mettait un terme aux épreuves de son ouvrage, 124 femmes avaient perdu la vie depuis le début de l'année sous les coups de leur conjoint. Mais la force de cet ouvrage n'est certes pas celle d'une donnée statistique. Louise Mey veut faire comprendre, si ce n'est admettre, les mécanismes et aspects du phénomène qui font d'une compagne une victime. Elle atteint à mes yeux parfaitement le but qu'elle s'est fixé. L'approche, la séduction, la manipulation, la maltraitance, l'entrée en dépendance débouchent au final sur une impossibilité, en tout cas une très grande difficulté pour la femme qui... Sujet douloureux s'il en est, cet ouvrage m'a véritablement impressionné par l'empressement et la force de son message. Il témoigne par une fiction du phénomène à la fois trop bien connu et trop bien ignoré qu'est celui de la violence faite aux femmes dans le cadre conjugal ou pseudo conjugal et qui pour les cas les plus graves peut aller jusqu'à la mort. L'actualité nous le sert malheureusement trop souvent. Dans ce témoignage en forme de dénonciation, Louise Mey termine son ouvrage en citant des statistiques récentes qui font froid dans le dos, dont un chiffre criant de désespoir : en octobre 2019, alors qu'elle mettait un terme aux épreuves de son ouvrage, 124 femmes avaient perdu la vie depuis le début de l'année sous les coups de leur conjoint. Mais la force de cet ouvrage n'est certes pas celle d'une donnée statistique. Louise Mey veut faire comprendre, si ce n'est admettre, les mécanismes et aspects du phénomène qui font d'une compagne une victime. Elle atteint à mes yeux parfaitement le but qu'elle s'est fixé. L'approche, la séduction, la manipulation, la maltraitance, l'entrée en dépendance débouchent au final sur une impossibilité, en tout cas une très grande difficulté pour la femme qui en est victime à se séparer du conjoint ou compagnon violent. Et lorsque le phénomène est établi, la difficulté est tout aussi grande pour faire reconnaître le crime aux yeux de tous : police et justice au premier chef, les proches quand il en reste dans l'entourage en second lieu. Le processus de marginalisation, d'isolement ayant fait son œuvre, le plus souvent amis et relations professionnelles ont disparu du paysage affectif de la victime. Mais pourquoi ne le quitte-t-elle pas est la question que se pose toute personne non concernée par cette situation dramatique. Ce serait si simple. Mais c'est loin d'être le cas. Et l'auteure de faire comprendre tout le travail d'abaissement qui a fait son œuvre pour piéger la victime et la faire entrer dans la dépendance de son tourmenteur. Ce dernier a souvent deux visages : le séducteur et le tortionnaire. Dans cet ouvrage de Louise Mey c'est l'homme qui pleure, celui qui mobilise les sentiments à son égard, et l'autre visage c'est M. Langlois le manipulateur pervers. Sandrine, la victime, souffre à la base d'un déficit d'estime de soi. Ce complexe la rend d'autant plus crédule lorsqu'un homme fait preuve d'une once d'intérêt à son endroit. La sincérité de ses sentiments la rend sourde aux premières vexations de son nouveau compagnon. Maltraitance psychologique, puis physique, la spirale de l'isolement, de l'enfermement entre en action. Peu à peu totalement dépendante, affectivement et matériellement, Sandrine n'a plus de voie de recours. Au point de n'oser avouer à son compagnon sa grossesse, de crainte de lui voir la blâmer de la perte d'exclusivité des attentions à son égard. C'est un cri de révolte que pousse Louise Mey avec cet ouvrage autant qu'un appel à la vigilance de tout un chacun sur un phénomène qui, touchant la sphère privée, laisse volontiers fermer les yeux et les oreilles sur ce qui filtre au travers de la porte des voisins, sur les marques que dissimule mal un maquillage ou un vêtement ample. Sur ce sujet lourd il y a une fiction très habilement construite, dont l'approche de l'épilogue ne vous autorise plus à lâcher l'ouvrage, soutenue par une écriture qui souligne avec avantage les émotions : fébrilité, désespoir, peur et toutes les oscillations en dent de scie du ressenti intime. Intime donc fermé à quiconque. Et au final la culpabilité. Car c'est là que le tortionnaire gagne : quand la victime culpabilise de son propre déboire. La culpabilité est le travers le plus difficile à extraire d'un cœur martyrisé. C'est pourtant la clé du succès de la recouvrance. La deuxième femme est un superbe ouvrage fort bien mené qui ne manquera pas de toucher chacun de ses lecteurs.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    14 thrillers où l'amour tourne mal

    Êtes-vous certain de connaître la personne qui partage votre vie ? Parfois la passion tourne au drame et l'être aimé devient le bourreau. Après avoir lu ces thrillers, vous ne verrez plus votre moitié de la même façon.

    Lire l'article
  • Sélection
    Pocket

    Fête des Mères : POCK-HELP à la rescousse

    Feel-good book, thrillers psychologiques ou saga familiales ; romans historiques, d’amour ou de voyage… Voici 30 livres Pocket à offrir pour faire sourire, frissonner, vibrer ou voyager votre maman le jour de la fête des Mères. 

     

    Lire l'article