RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La fête de l'ours

            10/18
            EAN : 9782264056313
            Code sériel : 4789
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            La fête de l'ours

            Jean-Marie SAINT-LU (Traducteur)
            Date de parution : 17/04/2014

            Après la guerre, tout le monde le croyait mort. Mais lorsqu’une inconnue livre à Jordi Soler une mystérieuse lettre, elle met à jour la véritable existence de son grand-oncle Oriol : une longue vie à Argelès-sur-Mer, bien loin de la légende et de l’étoffe du héros. Une part de l’histoire...

            Après la guerre, tout le monde le croyait mort. Mais lorsqu’une inconnue livre à Jordi Soler une mystérieuse lettre, elle met à jour la véritable existence de son grand-oncle Oriol : une longue vie à Argelès-sur-Mer, bien loin de la légende et de l’étoffe du héros. Une part de l’histoire familiale qu’il est maintenant temps de tirer de l’ombre…

            « Une œuvre sauvage, un sombre conte de fées. Virtuose et bouleversant, Soler entremêle les genres littéraires, glissant de l'épopée au thriller, de l'aventure intime à la magie. » Christine Ferniot, Télérama

            Traduit de l’espagnol (Mexique) par Jean-Marie Saint-Lu

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264056313
            Code sériel : 4789
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Invité à parler de ses livres à Argelès-sur-Mer, Jordi Soler se fait remettre des documents remettant en cause la légende familiale concernant son grand-oncle Oriol, disparu dans les Pyrénées en fuyant le franquisme. Une enquête familiale bouleversante, merveilleusement construite et parfois irrésistiblement drôle.
            Jean-Christophe Millois / Librairie de Paris

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Gens Posté le 6 Janvier 2019
              C'est le premier livre que je lis de cet auteur et j'ai trouvé cette histoire qui se rapproche progressivement de la légende, de l'épopée, magnifiquement servie par le style où virgules et points-virgules se succèdent sur un rythme déchaîné, laissant émerger des poins isolés ;)
            • probus Posté le 3 Juin 2017
              Déroutant conte de fée dans lequel l'innocence est impitoyablement mise à mort. La vérité se révèle au fil d'une histoire écrite d'un souffle, de peur de perdre le fil cette terrible exhumation d'un mort que l'on croyait mort, d'une vie que l'on pensait exemplaire. Jordi Soler nous entraîne dans le courant tumultueux d'un torrent de montagne, inexorable descente vers l'enfer des ses illusions perdues. Une enquête familiale qui commence par une belle croisière sur une mer de certitudes et se termine dans la fange et la douleur.
            • Sandrion Posté le 14 Mai 2016
              C’est mon père, enthousiaste, qui m’a prêté ce livre : « lis-le, en plus il se passe près de chez moi, dans les Pyrénées », et j’ai moi-même pas mal vadrouillé dans ce coin cet été, entre les lacs pyrénéens et les châteaux cathares. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, écrivain mexicain né dans une communauté d’exilés catalans fondée par son grand-père à la fin de la guerre civile espagnole. Il a publié deux livres sur ce grand-mère et celui-ci est en quelque sorte le dernier d’une trilogie autobiographique. Les premières pages plongent le lecteur dans un récit dramatique et porté par un souffle d’emblée puissant qui raconte la mort du grand-oncle, Oriol, en 1939 lors de sa fuite de l’Espagne vers la France. Ils étaient trois, blessés, frigorifiés. L’un d’eux a raconté plusieurs années plus tard à la famille d’Oriol la disparition d’Oriol de la cabane où il attendait les secours. Le grand-père de l’auteur, Arcadi, continue à croire au retour de ce frère musicien, qui devient presque un mythe familial. En 2007, Jordi Soler est invité à une causerie sur son livre précédent, à Argelès-sur-mer, là où Arcadi fut enfermé dans un camp avec des milliers d’autres Espagnols.... C’est mon père, enthousiaste, qui m’a prêté ce livre : « lis-le, en plus il se passe près de chez moi, dans les Pyrénées », et j’ai moi-même pas mal vadrouillé dans ce coin cet été, entre les lacs pyrénéens et les châteaux cathares. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, écrivain mexicain né dans une communauté d’exilés catalans fondée par son grand-père à la fin de la guerre civile espagnole. Il a publié deux livres sur ce grand-mère et celui-ci est en quelque sorte le dernier d’une trilogie autobiographique. Les premières pages plongent le lecteur dans un récit dramatique et porté par un souffle d’emblée puissant qui raconte la mort du grand-oncle, Oriol, en 1939 lors de sa fuite de l’Espagne vers la France. Ils étaient trois, blessés, frigorifiés. L’un d’eux a raconté plusieurs années plus tard à la famille d’Oriol la disparition d’Oriol de la cabane où il attendait les secours. Le grand-père de l’auteur, Arcadi, continue à croire au retour de ce frère musicien, qui devient presque un mythe familial. En 2007, Jordi Soler est invité à une causerie sur son livre précédent, à Argelès-sur-mer, là où Arcadi fut enfermé dans un camp avec des milliers d’autres Espagnols. Une femme inconnue lui glisse une lettre et une photo sur laquelle il reconnait son grand-oncle Oriol… Commence alors la quête d’une incroyable vérité, bien plus sombre et trouble. Tout se passe dans la montagne, les forêts, et c’est porté par une langue dense, poétique, âpre ; on rencontre un géant, une sorte d’ogre et un ours évidemment. La fin, qui se déroule lors de la « fête de l’ours » à Prats-de-Molo, est vraiment saisissante. Une très belle lecture !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Manika Posté le 25 Février 2016
              Une belle découverte que ce roman qui se passe sur le frontière Franco Espagnol pendant une 50 d'années. Quelle drôle de vie pour Oriol que toute sa famille a cru mort pendant des années. Des personnages au grand coeur qui en protègent d'autres moins recommandables, des illusions qui s'effacent, des traversées des Pyrénées périlleuses, des mouvements de résistants... On est dans l'Histoire, dans la nature, dans la vie et un jour ce que 'lon croyait dur comme fer est ébranlé. Un texte dense, écrit sans retour à la ligne (les seuls paragraphes sont des chapitres) peu de dialogue, j'avoue que je me suis sentie un peu étouffée au début puis j'ai pris mon souffle et du plaisir à cette lecture.
            • veroherion Posté le 15 Février 2015
              "Parce qu'il n'y avait personne dans la montagne Sauf les dernières étoiles Et l'air était un immense cauchemar". A l'écart de la seconde guerre mondiale et à l'écart de tout, dans la montagne, un homme, Oriol, que tout le monde croyait mort a vécu une toute autre histoire que celle qu'on lui avait bâtie sur base de rares témoignages. Son petit-neveu mène une enquête longue et douloureuse pour découvrir la vérité sur cet homme qu'il croyait pianiste, soldat républicain fuyant le régime franquiste. Tout le livre retrace cette recherche de l'autre, avec ses gifles et ses déconvenues, ses rencontres touchantes ou glaciales. J'ai tout de suite été séduite par l'épigraphe de ce roman. Et si, par moment j'ai trouvé l'enquête un peu poussive, les descriptions des événements marquants un peu longues, en fermant le livre, cette épigraphe a apporté un nouveau regard à cette histoire, un éclairage un peu différent, un peu de compréhension à l'égard d'Oriol. C'est une sensation étrange d'apprécier un livre pour le choix d'une citation, mais c'est ça aussi, la magie de la littérature et le fait qu'on ne s'en lasse jamais.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…