Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264078414
Code sériel : 5690
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

La Fracture

Bernard SIGAUD (Traducteur)
Date de parution : 18/03/2021
Le jour où Julie réapparaît, 20 ans après sa mystérieuse disparition, l’histoire qu’elle raconte semble impossible…
 
Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial... et disparaît pendant plus de vingt ans.
Longtemps après l'abandon de l'enquête par la police, son père, Raymond Rouane, continue à explorer seul toutes les pistes possibles....
Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial... et disparaît pendant plus de vingt ans.
Longtemps après l'abandon de l'enquête par la police, son père, Raymond Rouane, continue à explorer seul toutes les pistes possibles. En vain. La mère de Julie et sa soeur cadette, Selena, tentent elles aussi de faire front, chacune à sa manière.
Puis un soir, 20 ans après, une femme qui prétend être Julie contacte Selena. Alors qu'on avait soupçonné que l'adolescente ait pu être enlevée et assassinée - un homme de la région ayant avoué plusieurs meurtres de femmes -, l'histoire que Julie raconte à sa sœur est tout à fait différente, extravagante, impossible…
 
« Nina Allan nous entraîne de surprise en surprise. » Grazia
« Nina Allan éclate notre foi de lecteur. C’est perturbant et brillant. »  Le Figaro
« Un roman ensorcelant et vertigineux. » Voici


Traduit de l'anglais par Bernard Sigaud
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078414
Code sériel : 5690
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • natn Posté le 19 Septembre 2021
    Je trouve que la quatrième de couverture est plutôt bien faite car cette histoire n’est pas si facile que cela à raconter. Pour ma part, j’ai dévoré ce roman. Ne pas juger mais entendre les voix de Séléna la sœur cadette et de Julie, revenue à Manchester après avoir disparue pendant 20 ans, disparition qui a mené au divorce des parents et à un père perdant peu à peu la raison. Comment peut réagir Séléna face à ce retour improbable, alors qu’elle s’est reconstruite difficilement après tout le vide et les dégâts occasionné par cette disparition ? leur mère si sceptique ? Julie est-elle une manipulatrice ? ses récits d’un autre monde sont-ils fantasmés ou bien il y a bien eu une fracture temporelle ? Beaucoup de questions justes soulevées par ce drame et cette réapparition. Alors, si vous êtes cartésien ne lisez pas ce livre. Si vous savez vous faire emmener sans vous poser de question, par un auteur, foncez ! La fin n’est pas une fin ouverte, elle est délicieusement mystérieuse et reste dans la tête. J’ai beaucoup aimé ce mélange réaliste, de vie, d’enquête et puis les parties très habilement imbriquées se déroulant à Tristane avec Caelly... Je trouve que la quatrième de couverture est plutôt bien faite car cette histoire n’est pas si facile que cela à raconter. Pour ma part, j’ai dévoré ce roman. Ne pas juger mais entendre les voix de Séléna la sœur cadette et de Julie, revenue à Manchester après avoir disparue pendant 20 ans, disparition qui a mené au divorce des parents et à un père perdant peu à peu la raison. Comment peut réagir Séléna face à ce retour improbable, alors qu’elle s’est reconstruite difficilement après tout le vide et les dégâts occasionné par cette disparition ? leur mère si sceptique ? Julie est-elle une manipulatrice ? ses récits d’un autre monde sont-ils fantasmés ou bien il y a bien eu une fracture temporelle ? Beaucoup de questions justes soulevées par ce drame et cette réapparition. Alors, si vous êtes cartésien ne lisez pas ce livre. Si vous savez vous faire emmener sans vous poser de question, par un auteur, foncez ! La fin n’est pas une fin ouverte, elle est délicieusement mystérieuse et reste dans la tête. J’ai beaucoup aimé ce mélange réaliste, de vie, d’enquête et puis les parties très habilement imbriquées se déroulant à Tristane avec Caelly et Noah. Des personnages « secondaires » mais formidables comme Vanja et Nadine Akoujan, spécialiste des métaux extraterrestres et surtout, le creef, qui se glisse dans l’homme et en prend possession. Folie ou non : où se situe la réalité et tout dépend de notre regard et surtout de ce que l’on veut au fond, vraiment croire. Un roman troublant, bien écrit, et où, bien sûr, la vérité est ailleurs…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zoile Posté le 30 Juillet 2021
    Julie, une adolescente de 17 ans, a disparu à Manchester et n'a jamais été retrouvée. La police cesse les recherches. On suppose qu'elle a été assassinée. Vingt ans plus tard, une femme téléphone à Séléna, sa soeur, en se présentant comme Julie. Séléna acquiert la conviction que cette femme est bel et bien Julie. Bientôt, cependant, Julie lui raconte qu'elle a vécu tout ce temps sur une autre planète... Roman remarquable qui plonge le lecteur dans la perplexité, car l'auteure ne se propose pas d'établir la vérité, comme on l'attendrait d'un roman conventionnel. Au contraire, elle juxtapose des versions contradictoires de la disparition de Julie, chacune assortie d'un luxe troublant de preuves. Le roman pèche sans doute par l'excès de digressions, mais sa lecture reste intrigante de la première à la dernière page.
  • Papou64 Posté le 20 Mai 2021
    J’ai entamé ce roman sans trop bien savoir de quoi il s’agissait, attirée par la couverture et la quatrième de couverture. Je pensais qu’il s’agirait d’un thriller, et même si ce n’est pas mon genre favori, je me suis dit que ce serait reposant. Quelle erreur ! Au bout d’une centaine de pages, subitement, on bascule dans un univers imaginaire. J’ai d’abord pensé à une erreur d’impression, comme si deux romans avaient été mélangés. Je suis allergique aux romans d’anticipation, j’ai donc pensé abandonner ma lecture, ulcérée d’avoir été « trompée sur la marchandise ». Mais, avant de prendre ma décision, j’ai fait ce que je ne fais jamais avant de lire un livre : j’ai été regarder les avis des lecteurs. J’ai constaté qu’il ne s’agissait (évidemment !) pas d’une erreur, et que les avis étaient très mitigés. J’ai néanmoins choisi de continuer ma lecture, pour me forger mon propre avis. Et j’en suis heureuse. Quand on commence un roman, on s’abandonne à l’auteur, il faut donc accepter de lâcher totalement prise, et de le suivre là où il veut nous emmener, même cela nous dérange ou nous déstabilise. C’est ce que je retiendrai de ce roman : quel est le degré... J’ai entamé ce roman sans trop bien savoir de quoi il s’agissait, attirée par la couverture et la quatrième de couverture. Je pensais qu’il s’agirait d’un thriller, et même si ce n’est pas mon genre favori, je me suis dit que ce serait reposant. Quelle erreur ! Au bout d’une centaine de pages, subitement, on bascule dans un univers imaginaire. J’ai d’abord pensé à une erreur d’impression, comme si deux romans avaient été mélangés. Je suis allergique aux romans d’anticipation, j’ai donc pensé abandonner ma lecture, ulcérée d’avoir été « trompée sur la marchandise ». Mais, avant de prendre ma décision, j’ai fait ce que je ne fais jamais avant de lire un livre : j’ai été regarder les avis des lecteurs. J’ai constaté qu’il ne s’agissait (évidemment !) pas d’une erreur, et que les avis étaient très mitigés. J’ai néanmoins choisi de continuer ma lecture, pour me forger mon propre avis. Et j’en suis heureuse. Quand on commence un roman, on s’abandonne à l’auteur, il faut donc accepter de lâcher totalement prise, et de le suivre là où il veut nous emmener, même cela nous dérange ou nous déstabilise. C’est ce que je retiendrai de ce roman : quel est le degré de réalité du monde qui nous entoure ? De quoi pouvons-nous être vraiment sûrs ? Ceux qu’on qualifie de « fous » se trompent-ils vraiment ? Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas spoiler la fin, mais sachez que pour moi la fin n’est pas ouverte, comme l’avaient dit certains. Non, le lecteur peut trouver des réponses, s’il accepte d’ouvrir son esprit et son cœur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tempsdelecture Posté le 13 Mai 2021
    Les choses commencent pourtant dans une banalité et une simplicité absolues : des parents, Margery et Raymond Rouane, deux filles, Julie l’aînée, Selena la cadette, une maison de banlieue d’une petite bourgade anglaise, Warrington. Rien de particulièrement osé, donc. Rien d’autre que de ce qui relève d’une vie de famille lambda jusqu’à la disparition de l’ainée, Julie. Qui revient une vingtaine d’années plus tard, l’air de rien. Vous vous en doutez, la première idée qui vient à l’esprit de la sœur cadette, et du lecteur, c’est de savoir où elle a passé ces vingt dernières années. Ainsi, les choses sérieuses peuvent commencer. On s’immisce d’abord dans un récit réaliste de point en point où le quotidien de la famille Rouane est passé en revu sous la focalisation de la sœur cadette, Selena, celle qui va principalement aiguiller le récit. Selena, ce rouage essentiel, ce témoin unique, va voir ce qui reste de sa famille se disloquer sous l’effet de l’absence de Julie, de l’incapacité de la Police à la retrouver, de celle de ses parents à rester unies et des interrogations en suspens. Celle qui vit entre un père qui a fini par être achevé par cette obstination à savoir, quoi... Les choses commencent pourtant dans une banalité et une simplicité absolues : des parents, Margery et Raymond Rouane, deux filles, Julie l’aînée, Selena la cadette, une maison de banlieue d’une petite bourgade anglaise, Warrington. Rien de particulièrement osé, donc. Rien d’autre que de ce qui relève d’une vie de famille lambda jusqu’à la disparition de l’ainée, Julie. Qui revient une vingtaine d’années plus tard, l’air de rien. Vous vous en doutez, la première idée qui vient à l’esprit de la sœur cadette, et du lecteur, c’est de savoir où elle a passé ces vingt dernières années. Ainsi, les choses sérieuses peuvent commencer. On s’immisce d’abord dans un récit réaliste de point en point où le quotidien de la famille Rouane est passé en revu sous la focalisation de la sœur cadette, Selena, celle qui va principalement aiguiller le récit. Selena, ce rouage essentiel, ce témoin unique, va voir ce qui reste de sa famille se disloquer sous l’effet de l’absence de Julie, de l’incapacité de la Police à la retrouver, de celle de ses parents à rester unies et des interrogations en suspens. Celle qui vit entre un père qui a fini par être achevé par cette obstination à savoir, quoi qu’il en coute, ce qu’est devenue sa fille, et une mère qui a continué tant bien que mal sa vie de son côté. Serena stagne elle dans l’échec d’une relation amoureuse et celui d’études jamais finies. Mais Julie finit par revenir, Selena veut savoir, Julie lui donne une explication. Et pas l’une de ces explications franchement satisfaisantes, si tant est qu’une disparition de vingt ans peut être légitimement expliquée d’une manière ou d’une autre. C’est à ce moment précis que le récit prend une autre dimension, fantastique, qui va emmener Selena ainsi que le lecteur bien loin des rues bondées de Manchester. Cela me démange fort d’en parler, mais je ne vais pas jouer la rabat-joie de service en vous dévoilant tout. L’auteure Nina Allan est connue pour ses récits de science-fiction, et si celle-ci joue un rôle indéniable dans ce roman, sa réalité effective est constamment remise en cause, à travers une alternance de points de vue : extraits de divers articles de journaux, les points de vue qui interviennent, ponctuellement, dont celui de la cheffe de Serena sur laquelle elle finit par s’appuyer, et de quelques autres personnages annexes qui ont leur importance. Et plus encore par l’indécision, faite de méfiance et de doute, de Selena sur le discours que lui sert sa sœur. C’est clairement ici le grand point fort de ce roman. Si la dynamique familiale devient de fait plutôt simple à cause de l’implosion de la famille et de la disparition du père, la relation des deux sœurs constitue le nœud de ce roman: Selena est avide de reconstruire une relation avec sa sœur, et ne demande qu’à la croire. Et c’est ce qu’elle va s’acharner à faire, par tous les moyens à sa disposition, prouver la véracités des dires très improbables de Julie. Quant à moi, lectrice quelque peu dubitative, prise en étaux entre le réalisme convaincu du début de ce roman et le fantastique qui s’immisce peu à peu dans le récit, comme Selena, je me suis employée à essayer de discerner si le cas de Julie relevait de la mythomanie pure ou si elle était le témoin inespéré et bien esseulée d’une autre dimension, une perspective du monde, hors de portée. La science-fiction n’est pas vraiment mon genre romanesque préféré, à tout dire j’évite de lire quoi que ce soit qui s’y rapproche de près, mais la manière dont le genre a été exploité ici est assez habile. Comme une sorte de possibilité – ou pas d’ailleurs, le doute est constamment présent – existante mais indiscernable par chacun d’une réalité alternative. C’est un roman bien écrit, j’avoue cependant avoir été perdue entre la multitude de récits secondaires que contient la narration. Ce texte m’évoque un roman d’une auteure américaine, que j’ai lu quelques mois plus tôt La femme intérieure d’Helen Phillips. Cette insertion, brève et furtive, de la science-fiction dans la réalité brute et censée est abordée de la même façon, avec doute et circonspection. La fracture évoque cet écart entre ce qui est et ce qui est susceptible d’être mais que nous sommes dans l’incapacité de prouver formellement. En l’absence de réponse claire, il faut s’y résoudre, ce récit pose quelques questionnements pertinents, entre autres, sur la façon de gérer le retour d’un être dont on a fait le deuil pour être obligé d’avancer. À travers une ambivalence existentielle et inquiétante dont la science-fiction est le levier, l’auteure ose aborder la réalité sur un mode moins formel que celui du réalisme pur et dur, où le pragmatisme ne trouve pas son compte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jostein Posté le 23 Avril 2021
    Suite à des articles de presse assez dithyrambiques, j’avais noté ce roman lors de sa parution aux éditions Tristram en août 2019 mais je n’avais pas eu l’occasion de le lire. Sa sortie récente en format poche était une excellente occasion de combler ce manque. C’était sans compter mon regard toujours dubitatif sur l’univers de la science-fiction. Plusieurs drames viennent percuter l’adolescence de Selena Rouane dans les années 90. Tout d’abord le suicide d’un enseignant passionné par les carpes koï, le pressentiment d’un divorce de ses parents puis la disparition de Julie, sa soeur aînée. Selena avait bien senti la distance que prenait sa soeur avec sa famille. Autrefois les deux soeurs s’amusaient du même délire en regardant des films de science-fiction ou en détectant des aliens parmi leurs rencontres. Mais Julie est devenue une adolescente instable, apeurée par l’existence des trois noirs. Un soir, prétextant une soirée chez une amie, Julie se laisse entraîner jusqu’au lac Hatchmere. Malgré les recherches de la police et une enquête minutieuse du père qui l’épuisera jusqu’à la folie puis la mort, la disparition de Julie ne sera jamais élucidée, empêchant ainsi une famille de faire son deuil. Vingt ans plus tard, alors que Selena travaille dans... Suite à des articles de presse assez dithyrambiques, j’avais noté ce roman lors de sa parution aux éditions Tristram en août 2019 mais je n’avais pas eu l’occasion de le lire. Sa sortie récente en format poche était une excellente occasion de combler ce manque. C’était sans compter mon regard toujours dubitatif sur l’univers de la science-fiction. Plusieurs drames viennent percuter l’adolescence de Selena Rouane dans les années 90. Tout d’abord le suicide d’un enseignant passionné par les carpes koï, le pressentiment d’un divorce de ses parents puis la disparition de Julie, sa soeur aînée. Selena avait bien senti la distance que prenait sa soeur avec sa famille. Autrefois les deux soeurs s’amusaient du même délire en regardant des films de science-fiction ou en détectant des aliens parmi leurs rencontres. Mais Julie est devenue une adolescente instable, apeurée par l’existence des trois noirs. Un soir, prétextant une soirée chez une amie, Julie se laisse entraîner jusqu’au lac Hatchmere. Malgré les recherches de la police et une enquête minutieuse du père qui l’épuisera jusqu’à la folie puis la mort, la disparition de Julie ne sera jamais élucidée, empêchant ainsi une famille de faire son deuil. Vingt ans plus tard, alors que Selena travaille dans la bijouterie de Vanda, l’appel d’une jeune femme se disant être Julie vient percuter sa fragile insertion dans le monde des adultes. Selena avait été définie par la disparition de sa soeur, presque autant que Julie elle-même. Celle qui se dit être Julie travaille à l’hôpital Christie depuis quelques temps, elle connaît des détails personnels sur l’enfance de Selena. Pourquoi n’a-t-elle pas donné signe de vie plus tôt? La jeune femme raconte une histoire étonnante, surnaturelle sur sa disparition. Elle affirme avoir basculé dans un autre monde, sur la planète Tristrane du système solaire Suur dans la galaxie Aww. J’y ai reconnu toutefois quelque chose. Un peu de mon propre désir de m’échapper d’une vie pour aller dans une autre, le besoin horriblement douloureux de précipiter le changement. Au cours de son récit, de manière assez détournée, Nina Allan ouvre toutes les pistes. Des idées viennent et reviennent ( classement de bibliothèque, lac, bijou, poisson-chat…) à différents moments du récit illustrant les failles de la mémoire ou les idées fixes qui s’imposent en miroir dans différentes situations. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de m’accrocher à cette lecture. Sinon je n’adhérais pas vraiment au style beaucoup trop disert ni bien sûr à cette histoire de fracture dans le tissu espace-temps. Mais l’auteur capte l’intérêt en insérant des références filmographiques , littéraires, en mêlant les supports, articles de journaux, extraits de livres, lettres, définitions. Finalement, peut-être grâce à une référence à La belle au bois dormant, mon esprit rationnel trouve sa piste. Le grand talent de l’auteur est de laisser cette chance à chaque lecteur, à condition de persévérer et de traverser ce qui commence comme un roman sur l’adolescence, enchaîne sur un roman noir, passe par la science-fiction et explore la complexité de la mémoire qui refuse le rappel d’un affreux souvenir. Je pense toujours que le seul moment où on connaît vraiment un endroit, c’est quand on est môme. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de lecture et j’ai peiné à entrer dans l’univers et le style. J’ai finalement trouvé mon chemin mais ce ne fut pas un parcours facile et serein.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article