Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264078414
Code sériel : 5690
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
La Fracture
Bernard Sigaud (traduit par)
Date de parution : 18/03/2021
Éditeurs :
10/18

La Fracture

Bernard Sigaud (traduit par)
Date de parution : 18/03/2021
Le jour où Julie réapparaît, 20 ans après sa mystérieuse disparition, l’histoire qu’elle raconte semble impossible…
 
Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial... et disparaît pendant plus de vingt... Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial... et disparaît pendant plus de vingt ans.
Longtemps après l'abandon de l'enquête par la police, son père, Raymond Rouane, continue à explorer seul toutes les pistes possibles....
Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial... et disparaît pendant plus de vingt ans.
Longtemps après l'abandon de l'enquête par la police, son père, Raymond Rouane, continue à explorer seul toutes les pistes possibles. En vain. La mère de Julie et sa soeur cadette, Selena, tentent elles aussi de faire front, chacune à sa manière.
Puis un soir, 20 ans après, une femme qui prétend être Julie contacte Selena. Alors qu'on avait soupçonné que l'adolescente ait pu être enlevée et assassinée - un homme de la région ayant avoué plusieurs meurtres de femmes -, l'histoire que Julie raconte à sa sœur est tout à fait différente, extravagante, impossible…
 
« Nina Allan nous entraîne de surprise en surprise. » Grazia
« Nina Allan éclate notre foi de lecteur. C’est perturbant et brillant. »  Le Figaro
« Un roman ensorcelant et vertigineux. » Voici


Traduit de l'anglais par Bernard Sigaud
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078414
Code sériel : 5690
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ManonCarpentier Posté le 24 Novembre 2021
    Je ne saurai dire si je l'ai aimé ou non. Il m'a ennuyé parce que je n'ai pas accroché à l'histoire tout en étant admirative de la stylistique complexe choisie. C'est une expérience en tout cas. Qui remet en cause certaines pensées qui peuvent nous traverser par moment.
  • chris132 Posté le 19 Octobre 2021
    "Julie avait disparu. Elle était définie par son absence." Un jour de juillet 1994, près de Manchester, la jeune Julie Rouane disparaît alors qu’elle avait rendez-vous avec une amie. Malgré les recherches intenses de la police, l’immense intérêt médiatique et l’obsession de son père, aucun indice ne mène à une piste sûre. Meurtre sordide, disparition volontaire, accident, les hypothèses restent ouvertes. Puis, peu à peu, les années passant, l’absence englobe tout. Cependant, vingt ans plus tard, Julie reprend contact avec sa sœur Selena. "Selena se demande d’où elles sont venues exactement, les histoires que racontent Julie, imaginées avec tant de profondeur et de précision qu’elles pourraient presque être réelles." Que faut-il croire d’entre ce que raconte Julie ou de ce que les conventions réalistes nous enseignent? Qu’est ce qui peut faire valeur de preuve? Des mondes parallèles existent-ils? Quand on lit, à quel type de document accordera-t-on en dernier recours une valeur de vérité? Et celle-ci sera-t-elle accordée parfois en dépit de ce que veut le plus intensément le lecteur? Un roman peut-il en son sein conjoindre deux modes de vérités (voire plus encore) habituellement pensés comme communément incompatibles et y faire adhérer le lecteur? "Vous, mon lecteur, êtes à la place de mon... "Julie avait disparu. Elle était définie par son absence." Un jour de juillet 1994, près de Manchester, la jeune Julie Rouane disparaît alors qu’elle avait rendez-vous avec une amie. Malgré les recherches intenses de la police, l’immense intérêt médiatique et l’obsession de son père, aucun indice ne mène à une piste sûre. Meurtre sordide, disparition volontaire, accident, les hypothèses restent ouvertes. Puis, peu à peu, les années passant, l’absence englobe tout. Cependant, vingt ans plus tard, Julie reprend contact avec sa sœur Selena. "Selena se demande d’où elles sont venues exactement, les histoires que racontent Julie, imaginées avec tant de profondeur et de précision qu’elles pourraient presque être réelles." Que faut-il croire d’entre ce que raconte Julie ou de ce que les conventions réalistes nous enseignent? Qu’est ce qui peut faire valeur de preuve? Des mondes parallèles existent-ils? Quand on lit, à quel type de document accordera-t-on en dernier recours une valeur de vérité? Et celle-ci sera-t-elle accordée parfois en dépit de ce que veut le plus intensément le lecteur? Un roman peut-il en son sein conjoindre deux modes de vérités (voire plus encore) habituellement pensés comme communément incompatibles et y faire adhérer le lecteur? "Vous, mon lecteur, êtes à la place de mon commandant. Je vous rendrai mon rapport, sans falsifier, ni exagérer, ni chercher à atténuer la réalité brute. Car atténuer la réalité ne peut jamais être une méthode recommandable – sauf quand la situation est plus que désespérée, et qu’on pourrait en bonne conscience offrir quelques ultimes miettes de réconfort pour neutraliser de dures vérités." Nina Allan, comme dans ses précédents romans ou nouvelles, revient sur les rapports entre le réel et la fiction – et les sempiternelles questions que ces rapports induisent – et sur les possibilités qu’offre un mode narratif comme le roman tout à la fois d’articuler ces questions, de les mettre en exergue, de leur concéder un espace d’exploration théorique, mais aussi d’en faire les principes mêmes de sa propre progression narrative. Le roman, chez Nina Allan est un espace conjoint de théorie littéraire, de science et de métaphysique. Mais un espace qui fonctionne. Dont le lecteur n’est jamais exclu. Un espace dont la réussite, éblouissante, tient peut-être précisément à ce que ces fameuses questions aussi vieilles que la fiction – quand elles sont, comme ici, aussi magistralement que généreusement mises en oeuvre par l’auteure – participent de l’addiction et de l’empathie du lecteur autant que de son édification. "Nul livre n’est totalement vrai ou totalement mensonger."
    Lire la suite
    En lire moins
  • natn Posté le 19 Septembre 2021
    Je trouve que la quatrième de couverture est plutôt bien faite car cette histoire n’est pas si facile que cela à raconter. Pour ma part, j’ai dévoré ce roman. Ne pas juger mais entendre les voix de Séléna la sœur cadette et de Julie, revenue à Manchester après avoir disparue pendant 20 ans, disparition qui a mené au divorce des parents et à un père perdant peu à peu la raison. Comment peut réagir Séléna face à ce retour improbable, alors qu’elle s’est reconstruite difficilement après tout le vide et les dégâts occasionné par cette disparition ? leur mère si sceptique ? Julie est-elle une manipulatrice ? ses récits d’un autre monde sont-ils fantasmés ou bien il y a bien eu une fracture temporelle ? Beaucoup de questions justes soulevées par ce drame et cette réapparition. Alors, si vous êtes cartésien ne lisez pas ce livre. Si vous savez vous faire emmener sans vous poser de question, par un auteur, foncez ! La fin n’est pas une fin ouverte, elle est délicieusement mystérieuse et reste dans la tête. J’ai beaucoup aimé ce mélange réaliste, de vie, d’enquête et puis les parties très habilement imbriquées se déroulant à Tristane avec Caelly... Je trouve que la quatrième de couverture est plutôt bien faite car cette histoire n’est pas si facile que cela à raconter. Pour ma part, j’ai dévoré ce roman. Ne pas juger mais entendre les voix de Séléna la sœur cadette et de Julie, revenue à Manchester après avoir disparue pendant 20 ans, disparition qui a mené au divorce des parents et à un père perdant peu à peu la raison. Comment peut réagir Séléna face à ce retour improbable, alors qu’elle s’est reconstruite difficilement après tout le vide et les dégâts occasionné par cette disparition ? leur mère si sceptique ? Julie est-elle une manipulatrice ? ses récits d’un autre monde sont-ils fantasmés ou bien il y a bien eu une fracture temporelle ? Beaucoup de questions justes soulevées par ce drame et cette réapparition. Alors, si vous êtes cartésien ne lisez pas ce livre. Si vous savez vous faire emmener sans vous poser de question, par un auteur, foncez ! La fin n’est pas une fin ouverte, elle est délicieusement mystérieuse et reste dans la tête. J’ai beaucoup aimé ce mélange réaliste, de vie, d’enquête et puis les parties très habilement imbriquées se déroulant à Tristane avec Caelly et Noah. Des personnages « secondaires » mais formidables comme Vanja et Nadine Akoujan, spécialiste des métaux extraterrestres et surtout, le creef, qui se glisse dans l’homme et en prend possession. Folie ou non : où se situe la réalité et tout dépend de notre regard et surtout de ce que l’on veut au fond, vraiment croire. Un roman troublant, bien écrit, et où, bien sûr, la vérité est ailleurs…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zoile Posté le 30 Juillet 2021
    Julie, une adolescente de 17 ans, a disparu à Manchester et n'a jamais été retrouvée. La police cesse les recherches. On suppose qu'elle a été assassinée. Vingt ans plus tard, une femme téléphone à Séléna, sa soeur, en se présentant comme Julie. Séléna acquiert la conviction que cette femme est bel et bien Julie. Bientôt, cependant, Julie lui raconte qu'elle a vécu tout ce temps sur une autre planète... Roman remarquable qui plonge le lecteur dans la perplexité, car l'auteure ne se propose pas d'établir la vérité, comme on l'attendrait d'un roman conventionnel. Au contraire, elle juxtapose des versions contradictoires de la disparition de Julie, chacune assortie d'un luxe troublant de preuves. Le roman pèche sans doute par l'excès de digressions, mais sa lecture reste intrigante de la première à la dernière page.
  • Papou64 Posté le 20 Mai 2021
    J’ai entamé ce roman sans trop bien savoir de quoi il s’agissait, attirée par la couverture et la quatrième de couverture. Je pensais qu’il s’agirait d’un thriller, et même si ce n’est pas mon genre favori, je me suis dit que ce serait reposant. Quelle erreur ! Au bout d’une centaine de pages, subitement, on bascule dans un univers imaginaire. J’ai d’abord pensé à une erreur d’impression, comme si deux romans avaient été mélangés. Je suis allergique aux romans d’anticipation, j’ai donc pensé abandonner ma lecture, ulcérée d’avoir été « trompée sur la marchandise ». Mais, avant de prendre ma décision, j’ai fait ce que je ne fais jamais avant de lire un livre : j’ai été regarder les avis des lecteurs. J’ai constaté qu’il ne s’agissait (évidemment !) pas d’une erreur, et que les avis étaient très mitigés. J’ai néanmoins choisi de continuer ma lecture, pour me forger mon propre avis. Et j’en suis heureuse. Quand on commence un roman, on s’abandonne à l’auteur, il faut donc accepter de lâcher totalement prise, et de le suivre là où il veut nous emmener, même cela nous dérange ou nous déstabilise. C’est ce que je retiendrai de ce roman : quel est le degré... J’ai entamé ce roman sans trop bien savoir de quoi il s’agissait, attirée par la couverture et la quatrième de couverture. Je pensais qu’il s’agirait d’un thriller, et même si ce n’est pas mon genre favori, je me suis dit que ce serait reposant. Quelle erreur ! Au bout d’une centaine de pages, subitement, on bascule dans un univers imaginaire. J’ai d’abord pensé à une erreur d’impression, comme si deux romans avaient été mélangés. Je suis allergique aux romans d’anticipation, j’ai donc pensé abandonner ma lecture, ulcérée d’avoir été « trompée sur la marchandise ». Mais, avant de prendre ma décision, j’ai fait ce que je ne fais jamais avant de lire un livre : j’ai été regarder les avis des lecteurs. J’ai constaté qu’il ne s’agissait (évidemment !) pas d’une erreur, et que les avis étaient très mitigés. J’ai néanmoins choisi de continuer ma lecture, pour me forger mon propre avis. Et j’en suis heureuse. Quand on commence un roman, on s’abandonne à l’auteur, il faut donc accepter de lâcher totalement prise, et de le suivre là où il veut nous emmener, même cela nous dérange ou nous déstabilise. C’est ce que je retiendrai de ce roman : quel est le degré de réalité du monde qui nous entoure ? De quoi pouvons-nous être vraiment sûrs ? Ceux qu’on qualifie de « fous » se trompent-ils vraiment ? Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas spoiler la fin, mais sachez que pour moi la fin n’est pas ouverte, comme l’avaient dit certains. Non, le lecteur peut trouver des réponses, s’il accepte d’ouvrir son esprit et son cœur.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article