Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266250894
Code sériel : 17380
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

La Légende du pilhaouer

Date de parution : 28/03/2019
Dans toute tradition populaire circulent des croyances qui dépassent l’entendement.
En Bretagne sans doute plus qu’ailleurs...


On le considérait comme le meilleur tailleur-brodeur de Pont-l’Abbé. Mais, péché d’orgueil, Lazare Kerrec s’est mis en tête de confectionner le plus beau des costumes, que nul ne devrait jamais porter. L’ouvrage achevé était d’une telle...
Dans toute tradition populaire circulent des croyances qui dépassent l’entendement.
En Bretagne sans doute plus qu’ailleurs...


On le considérait comme le meilleur tailleur-brodeur de Pont-l’Abbé. Mais, péché d’orgueil, Lazare Kerrec s’est mis en tête de confectionner le plus beau des costumes, que nul ne devrait jamais porter. L’ouvrage achevé était d’une telle splendeur qu’on aurait cru l’œuvre du diable. Qui sait ? En 1860, celle qui l’a porté, à l’insu de son créateur, n’a-t-elle pas été damnée ?
Des décennies plus tard, le petit-fils du tailleur, Zacharie Le Kamm, a hérité de la parure. C’est un modeste chiffonnier, un pilhaouer, arpentant par tous les temps les terres désolées des monts d’Arrée. Même s’il désapprouve l’union de sa fille, Violaine, avec le fils d’un riche terrien, il accepte qu’elle revête les sublimes atours pour ses noces au printemps 1900.
Comme pour défier la malédiction...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266250894
Code sériel : 17380
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un grand moment de lecture. » Le Courrier indépendant

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Joambre Posté le 14 Juillet 2021
    Une magnifique histoire d'amour et de sortilège en Bretagne, les personnages sont très bien campés, les situations se déroulent vers un implacable et terrible dénouement. Même si l'on s'attend à une telle fin, on ne peut s'empêcher d'espérer que le sort ne s'acharnera pas et, que comme dans une belle histoire d'amour la fin sera heureuse.
  • sarahdu91 Posté le 28 Mai 2019
    Une découverte avec cet auteur breton qui possède une belle plume pour écrire ses romans du terroir. Un vocabulaire riche et non pas des plus simples, une écriture toute en finesse qui fait que la lecture est empreinte de détails non négligeables. Le sujet est très spécial puisqu'il s'agit des pouvoirs maléfiques que peuvent créer les habits lorsqu'ils sont portés. La malédiction règne en haut lieu et les croyances populaires sont au coeur de l'intrigue. Malheur à celle qui revêtira le costume bigouden lors de son mariage. La légende est vieille et remonte à la création de ce costume en dentelle si soigneusement cousu et qui aurait été l'oeuvre d'un paysan qui aurait passé un pacte avec le diable. Tout est bien ficelé, les vies de ces pauvres gens s'en révèlent fatales et funestes. J'ai passé un très agréable moment de lecture et vais regarder de plus près les autres romans de Mr Cario.
  • meknes56 Posté le 24 Mai 2019
    Un excellent roman qui se passe, généralement, dans le Finistère. Cette histoire de costume maudit m'a bien plu.
  • fanculo Posté le 17 Avril 2019
    L'auteur Daniel Cario nous conte la légende du pilhaouer. Il nous retrace de ce costume féminin "glazig" typique du sud Finistère. Nous découvrons la vie dans un petit bourg breton au début du 20eme siècle.et nous retrace l'histoire de ce vêtement à travers la vie des différentes femmes qui l'ont porté, ainsi que les classes sociales qui ne se mélangent pas. L'histoire me rappelle les legendes racontées, à la veillée, par mes grands parents breton du Léon. La religion "ankou"(la mort), "diaoul"(le diable),"pilhaouer"(le chiffonnier-colporteur) étaient présents dans leurs récits. Et de ce fait le roman trouve échos en moi. L'écriture simple traduit bien l'ambiance et les croyances de la Bretagne.
  • sld09 Posté le 7 Juillet 2018
    J'ai davantage apprécié La légende du pilhaouer que Trois femmes en noir (du même auteur) que j'ai lu dernièrement. Les personnages sont moins nombreux (on passe donc davantage de temps avec chacun) et j'ai aimé la façon dont le surnaturel s'invite dans le quotidien. Dans le roman, on découvre la vie d'un pilhaouer, métier itinérant méconnu, ainsi que la vie d'un petit bourg breton au tournant du siècle partagé entre "francisation" et maintien des traditions. La dernière partie m'a un peu moins plu car le récit devient un peu trop rocambolesque à mon goût, au point qu'on en oublierait presque le destin du costume maudit...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.