Lisez! icon: Search engine
À Paraître
La menteuse et la ville
Date de parution : 21/03/2024
Éditeurs :
10/18
En savoir plus
8.90 €
Date de parution: 21/03/2024
À Paraître

La menteuse et la ville

Date de parution : 21/03/2024
À l’ère de « Me too », certaines mentent…
« Il y a des gens à qui sied la vérité et d’autres que le mensonge embellit. »

Nymphea porte un nom de fleur mais son quotidien est loin d’être rose....
« Il y a des gens à qui sied la vérité et d’autres que le mensonge embellit. »

Nymphea porte un nom de fleur mais son quotidien est loin d’être rose. À dix-sept ans, elle traîne ses complexes et souffre d’une vie insignifiante, où rien ne lui arrive jamais. En vendant...
« Il y a des gens à qui sied la vérité et d’autres que le mensonge embellit. »

Nymphea porte un nom de fleur mais son quotidien est loin d’être rose. À dix-sept ans, elle traîne ses complexes et souffre d’une vie insignifiante, où rien ne lui arrive jamais. En vendant des glaces pendant l’été, elle espère enfin sentir souffler le vent de l’aventure. Mais rien ne se passe… Jusqu’au jour où Avishaï Milner, chanteur populaire sur le retour, franchit le seuil de son échoppe. Pressé et méprisant, le play-boy déchu agresse verbalement Nymphea, puis la poursuit dans l’arrière-cour où elle s’est enfuie. Lorsqu’il la saisit par le bras, elle hurle et, l’instant d’après, toute la ville est là. En quelques secondes, la jeune fille récrit l’histoire, et Avishaï se retrouve en garde à vue pour tentative de viol sur mineure. Quant à la pseudo-victime, elle est propulsée au rang d’icône, Cendrillon en croisade contre les violences masculines.
Pendant ce temps, une autre femme est elle aussi entraînée dans un mensonge dont elle ne mesure pas encore les retombées : Raymonde, vieille juive issue de l’immigration marocaine en Israël, prend l’identité de Rivka, sa meilleure amie, rescapée des camps…

Presse :

« Fable impeccablement menée, La menteuse et la ville est une nouvelle preuve du talent éclatant de l’Israélienne Ayelet Gundar-Goshen. » Lire
« D’une plume alerte et ironique, la romancière et psychologue fait le procès d’une société prompte à lyncher aujourd’hui ceux qu’elle adulait la veille. » Le Monde des livres
« Décapant et subtil. » Le Point
« Ce troisième roman de l’Israélienne Ayelet Gundar-Goshen mène une habile réflexion sur le mensonge et l’époque. Sa plume facétieuse en fait une fable urbaine originale. » L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075932
Code sériel : 5603
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus
8.90 €
Date de parution: 21/03/2024
EAN : 9782264075932
Code sériel : 5603
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • salade_dessables 03/06/2023
    J'ai adoré. Drôle, profond, intelligent, compatissant. Un livre qui se lit d'une traite, qui n'en finit pas de nous surprendre, tant l'auteur Ayelet Gundar-Goshen n'en finit pas de broder des situations qui se retournent et aux conséquences étonnantes. Jolie histoire entre adolescents. Une fable intéressante sur le mensonge, ses causes, d'une sensibilité extraordinaire. Une poésie court dans tous le roman, qui donne envie de lire tous les romans de cette autrice.
  • pikanelle 23/04/2021
    Un roman qui, compte tenu du thème, aurait pu être très sombre. Mais l’auteure surprend en adoptant un ton léger dans un style plaisant et plein de charme. Ce sont les mensonges qui sont explorés dans ce livre. Les gros comme les petits avec leurs conséquences plus ou moins graves sur leurs auteurs comme sur autrui. La plupart des personnages de l’histoire vont mentir à un moment ou un autre. Et le plus souvent, ces mensonges auront principalement pour but d’exister aux yeux des autres. Une lecture sympathique qui s’essouffle un peu à la moitié du roman, mais que l’auteure réussit à relancer grâce à l’histoire d’un nouveau personnage.
  • Christlbouquine 13/12/2020
    Nymphea Shalev est une jeune fille de dix-sept ans, plutôt solitaire et peu sûre d’elle. En plus de ses études, elle travaille comme vendeuse chez un glacier de Tel-Aviv et c’est là qu’un événement va tout changer pour elle. Avishaï Milner, chanteur populaire un peu passé de mode entre dans sa boutique. Arrogant, agressif, méprisant, il s’en prend verbalement à Nymphea et va jusqu’à la poursuivre dans l’arrière-cours où elle s’est réfugiée pour échapper à ses insultes. Le ton monte, la jeune fille se met à crier lorsqu’il lui attrape le bras et à ce moment, tout bascule. Alertés, les voisins et les passants s’attroupent et voilà Avishaï arrêté pour tentative de viol sur mineure. Nymphea se laisse embarquer dans cette histoire et se retrouve bientôt propulsée au rang d’icône et de porte-parole des femmes violées. Une occasion pour elle de prendre sa revanche sur tous ceux pour qui elle a l’impression de ne pas compter et d’être enfin dans la lumière. Mais le poids du mensonge n’est-il pas trop lourd à porter, surtout quand un innocent risque de finir en prison ? Quelle petite pépite que ce livre ! Déjà par le style de l’auteure tout en vivacité et en ironie. Puis par cette galerie de personnages incroyables avec à leur tête Nymphea qui s’enfonce dans son mensonge au point de ne plus savoir comment s’en dépêtrer sans du même coup perdre son aura. Un personnage tout en contradictions, à la fois attachante et agaçante, pour qui on ne peut s’empêcher de ressentir une véritable tendresse. Avishaï Milner ensuite, ce chanteur gagnant d’un concours qui ne sait comment reconquérir son public et revenir sur le devant de la scène. Un personnage qui suscite pitié et détestation. La petite sœur de Nymphea, Maya, prend aussi une part active à ce récit. Car Nymphea se construit en opposition à cette sœur parfaite, jolie et sociable. Enfin Léo Maimon, qui sait dès le début que Nymphea ment puisqu’il a assisté à l’agression depuis sa fenêtre et qui va se servir de cela pour fréquenter la jeune fille car il ne sait pas comment établir la relation sans la faire reposer sur le chantage qu’il exerce à son encontre. Un autre personnage viendra s’intercaler dans l’histoire, en contre-point de ce que vit Nymphea. Il s’agit de Raymonde, une vieille dame qui a pris l’identité d’une de ses amies, Rivka, et se fait passer pour une rescapée des camps. A travers ce récit, Ayelet Gundar-Goshen dénonce aussi le pouvoir de l’image et la sur-médiatisation. Elle nous décrit une jeune fille qui s’épanouit dans le mensonge au point d’en être transfigurée et de briller sur les plateaux de télévision. C’est un récit brillant, mené tambour battant dont le suspens repose sur le fait de savoir si Nymphea va finir par dire la vérité et comment les relations des uns et des autres vont évoluer. Les péripéties qui s’enchainent nous font imaginer une fin, puis une autre. On est touché par cette histoire car les personnages nous sont extrêmement familiers, on les regarde se débattre au milieu de leurs mensonges tout à la fois compatissants et amusés. C’est finement observé et totalement jubilatoire ! Nymphea Shalev est une jeune fille de dix-sept ans, plutôt solitaire et peu sûre d’elle. En plus de ses études, elle travaille comme vendeuse chez un glacier de Tel-Aviv et c’est là qu’un événement va tout changer pour elle. Avishaï Milner, chanteur populaire un peu passé de mode entre dans sa boutique. Arrogant, agressif, méprisant, il s’en prend verbalement à Nymphea et va jusqu’à la poursuivre dans l’arrière-cours où elle s’est réfugiée pour échapper à ses insultes. Le ton monte, la jeune fille se met à crier lorsqu’il lui attrape le bras et à ce moment, tout bascule. Alertés, les voisins et les passants s’attroupent et voilà Avishaï arrêté pour tentative de viol sur mineure. Nymphea se laisse embarquer dans cette histoire et se retrouve bientôt propulsée au rang d’icône et de porte-parole des femmes violées. Une occasion pour elle de prendre sa revanche sur tous ceux pour qui elle a l’impression de ne pas compter et d’être enfin dans la lumière. Mais le poids du mensonge n’est-il pas trop lourd à porter, surtout quand un innocent risque de finir en prison ? Quelle petite pépite que ce livre ! Déjà par le style de l’auteure tout en vivacité et...
    Lire la suite
    En lire moins
  • audreyreadz 01/10/2020
    Dans cette fable urbaine, nous suivons les états d'âme d'une adolescente de 17 ans, mal dans sa peau et rejetée par ses pairs. Les sentiments ambivalents de l'âge ingrat, la construction de l'identité, les comparaisons qui mènent à la jalousie, la découverte de la sexualité et enfin le plus gros sujet du livre : le mensonge et ses conséquences, voici tout ce qui compose le cocktail explosif de ce livre. Nymphea, le personnage principal, est une jeune fille ordinaire qui va commettre l'extraordinaire pour attirer l'attention, se sentir exister. L'auteure explore les mécanismes qui se mettent en place une fois le mensonge installé. La sensation d'être prisonnier de son mensonge, la culpabilité et la justification, la peur du rejet. En face, les autres personnages comme Avishaï Milner, le chanteur has been accusé à tort, ou Raymonde, retraitée ayant perdue sa meilleure amie, semblent malheureusement très peu approfondis, apportant à l'intrigue un écho mais donnant l'impression que l'auteure s'est un peu trop dispersée. L'écriture est fluide et légère avec des descriptions originales. L'intrigue se déroule en Israël, ce qui crée par moment du dépaysement surtout lorsque l'auteure met en scène certaines caractéristiques culturelles sociétales ( prénoms atypiques, spécialités culinaires, religion, événements historiques ). Une lecture originale et dépaysante. Dans cette fable urbaine, nous suivons les états d'âme d'une adolescente de 17 ans, mal dans sa peau et rejetée par ses pairs. Les sentiments ambivalents de l'âge ingrat, la construction de l'identité, les comparaisons qui mènent à la jalousie, la découverte de la sexualité et enfin le plus gros sujet du livre : le mensonge et ses conséquences, voici tout ce qui compose le cocktail explosif de ce livre. Nymphea, le personnage principal, est une jeune fille ordinaire qui va commettre l'extraordinaire pour attirer l'attention, se sentir exister. L'auteure explore les mécanismes qui se mettent en place une fois le mensonge installé. La sensation d'être prisonnier de son mensonge, la culpabilité et la justification, la peur du rejet. En face, les autres personnages comme Avishaï Milner, le chanteur has been accusé à tort, ou Raymonde, retraitée ayant perdue sa meilleure amie, semblent malheureusement très peu approfondis, apportant à l'intrigue un écho mais donnant l'impression que l'auteure s'est un peu trop dispersée. L'écriture est fluide et légère avec des descriptions originales. L'intrigue se déroule en Israël, ce qui crée par moment du dépaysement surtout lorsque l'auteure met en scène certaines caractéristiques culturelles sociétales ( prénoms atypiques, spécialités culinaires, religion, événements historiques ). Une lecture...
    Lire la suite
    En lire moins
  • kateginger63 18/01/2020
    Deux vies qui basculent du côté obscur * C'est le deuxieme roman que je lis de cette auteure israélienne (le premier étant un coup de coeur). Encore une fois, le mensonge est au coeur du récit. Cette fois-ci, il impacte un groupe. Même si le mensonge est créé par deux personnes (la jeune fille et la dame âgée), il emporte plusieurs citoyens dans son sillage et surtout il cause des dommages pratiquement irréparables. D'ailleurs, quelle est l'intention première de mentir? Se protéger , fuir une existence misérable, se mettre en valeur, provoquer? Le mensonge est dangereux et entraine des conséquences bien dévastatrices. Nymphea et Raymonde en feront les frais et seront les victimes malgré elles. La jeunesse et la vieillesse, les antipodes de la vie. Des personnes fragiles qui essaient de survivre dans cette jungle hostile. Aurions-nous fait pareil? * Ce roman m'a questionné sur la place de la vérité/mensonge dans un groupe. Peut-on revenir en arrière une fois qu'on a entamé un processus? Un thème dérangeant très bien traité , tout en finesse avec un ton facétieux qui peut s'adresser au lectorat de jeune adulte également. Une lecture attentive et parfois laborieuse (il y a bien quelques longueurs non nécessaires selon moi). Mais cela n’entache pas le plaisir de ce petit bonbon acide. (en référence à la couverture rose)Deux vies qui basculent du côté obscur * C'est le deuxieme roman que je lis de cette auteure israélienne (le premier étant un coup de coeur). Encore une fois, le mensonge est au coeur du récit. Cette fois-ci, il impacte un groupe. Même si le mensonge est créé par deux personnes (la jeune fille et la dame âgée), il emporte plusieurs citoyens dans son sillage et surtout il cause des dommages pratiquement irréparables. D'ailleurs, quelle est l'intention première de mentir? Se protéger , fuir une existence misérable, se mettre en valeur, provoquer? Le mensonge est dangereux et entraine des conséquences bien dévastatrices. Nymphea et Raymonde en feront les frais et seront les victimes malgré elles. La jeunesse et la vieillesse, les antipodes de la vie. Des personnes fragiles qui essaient de survivre dans cette jungle hostile. Aurions-nous fait pareil? * Ce roman m'a questionné sur la place de la vérité/mensonge dans un groupe. Peut-on revenir en arrière une fois qu'on a entamé un processus? Un thème dérangeant très bien traité , tout en finesse avec un ton facétieux qui peut s'adresser au lectorat de jeune adulte également. Une lecture attentive et parfois laborieuse (il y a bien quelques longueurs non nécessaires selon moi). Mais cela n’entache...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…