Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266230919
Code sériel : 812
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

La Nuit des temps

Date de parution : 31/05/2012

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres...

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.

Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266230919
Code sériel : 812
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Haulle Posté le 10 Mai 2020
    J'ai relu ce roman, qui semble exister depuis... la nuit des temps, car lire et relire René Barjavel aujourd'hui apporte pour moi un regard dont la critique pourrait pleinement convenir à notre monde actuel. Mais ce roman renvoi aussi au temps où l'exploration des pôles comportait encore une part de mystère et d'imaginaire que seuls des, Jean-Baptiste Charcot, Paul-Emile Victor ou Ernest Shackleton pouvaient transcender. Aujourd'hui le pôle nord est en passe de n'être plus qu'un océan sans glace comme les autres et l'antarctique un simple continent à exploiter. Alors imaginer encore trouver les traces d'une civilisation perdue sous des kilomètres de glace, d'un temps où les hommes avaient atteint un degré technologique tel qu'il lui conférait une parfaite maîtrise des énergies et des sciences du vivant avant de disparaître sans en comprendre les rasions, nous confronte et nous renvoi à notre aveuglement actuel. Enfin les réflexions sur le sens de l'existence et le rapport à l'essentiel d'une vie où l'amour trouve une place égale à celle de la mort, fini de nous emporter dans une belle aventure dont la fin arrive toujours bien trop rapidement.
  • marc_tlse Posté le 8 Mai 2020
    Mais pourquoi lire un roman de science-fiction lorsqu'on n'aime pas çà? Parce que celui-ci était présenté comme une référence du genre et que je voulais voir. René Barjavel a réussi l'exploit de m'intéresser et de m'inciter à aller jusqu'au bout. Pas totalement conquis tout de même par ce qui m'a semblé être par moment un roman pour ado mais content de l'avoir lu.
  • PAGENOIREblog Posté le 8 Mai 2020
    LE PITCH : LA NUIT DES TEMPS Au XXe siècle, au cours d’une expédition polaire, une équipe scientifique française fait une étonnante découverte. Alors qu’ils sondent le sous-sol polaire, ils découvrent un signal. Quelque chose de très ancien, à des mètres de profondeur, émet un signal datant de 900 000 ans, une époque où l’on pensait qu’il n’y avait pas encore d’hommes. L’équipe décide de faire appel aux scientifiques du monde entier, malgré les conflits intercontinentaux patents, pour travailler en commun sur cette étonnante découverte. Ce qu’ils vont découvrir n’est pas qu’un fragment de passé, c’est également l’origine et le futur de l’Humanité. Il y a 900 000 ans, s’est déjà déroulé le futur, comme si l’Histoire humaine n’était qu’un mouvement cyclique perpétuel répétant encore et encore les mêmes schémas autodestructeurs. (Grosse ambiance comme tu peux le constater.) ON VA COMMENCER PAR LE PIRE, COMME ÇA C’EST FAIT OUI, en tant que lectrice contemporaine je n’ai pas pu m’empêcher de constater que : La construction des personnages féminins est déplorable dans son archaïsme binaire. Elles sont considérées pour leur beauté, au contraire des personnages masculins qui sont eux considérés pour leur intelligence. L’unique femme scientifique est sans cesse surnommée «... LE PITCH : LA NUIT DES TEMPS Au XXe siècle, au cours d’une expédition polaire, une équipe scientifique française fait une étonnante découverte. Alors qu’ils sondent le sous-sol polaire, ils découvrent un signal. Quelque chose de très ancien, à des mètres de profondeur, émet un signal datant de 900 000 ans, une époque où l’on pensait qu’il n’y avait pas encore d’hommes. L’équipe décide de faire appel aux scientifiques du monde entier, malgré les conflits intercontinentaux patents, pour travailler en commun sur cette étonnante découverte. Ce qu’ils vont découvrir n’est pas qu’un fragment de passé, c’est également l’origine et le futur de l’Humanité. Il y a 900 000 ans, s’est déjà déroulé le futur, comme si l’Histoire humaine n’était qu’un mouvement cyclique perpétuel répétant encore et encore les mêmes schémas autodestructeurs. (Grosse ambiance comme tu peux le constater.) ON VA COMMENCER PAR LE PIRE, COMME ÇA C’EST FAIT OUI, en tant que lectrice contemporaine je n’ai pas pu m’empêcher de constater que : La construction des personnages féminins est déplorable dans son archaïsme binaire. Elles sont considérées pour leur beauté, au contraire des personnages masculins qui sont eux considérés pour leur intelligence. L’unique femme scientifique est sans cesse surnommée « ma petite », dans une répétition franchement agaçante tant elle devient paternaliste. MAIS, tout est affaire de recontextualisation et de compréhension du genre littéraire dans lequel s’inscrit cet ouvrage. Je voulais juste te prévenir, au cas-où. Le plaisir de lecture n’a cependant pas été gâché, je te rassure. ALORS, Pourquoi lire La Nuit des temps ? 1. ÇA TE FERA COGITER SUR DES PROBLÉMATIQUES POLITIQUES, HISTORIQUES ET SOCIALES (RIEN QUE ÇA) Il est évident que La Nuit des temps a été, et demeure d’actualité. Publié en 1968, donc en pleine Guerre Froide et à la veille de mai 68, des références aux rivalités politiques, tensions militaires et révoltes populaires se retrouvent à de multiples reprises au sein de la diégèse. Comment en douter quand Barjavel dresse le portrait de la jeunesse d’un peuple qui se révolte en criant « Paix » devant les affres d’une guerre issue de conflits d’intérêts ? Devant des problèmes démographiques ? Devant le constat qu’une source d’énergie peut être inépuisable mais si dangereuse qu’elle en détruira le monde ? Et puis, comment nier la référence à la Guerre Froide et à la course à l’armement quand le groupe de scientifiques est menacé par des militaires de différents pays, cherchant chacun à dérober une découverte qui pourrait pourtant, si partagée, sauver l’Humanité entière ? Égoïsme, volonté de domination et capacité d’autodestruction, sont donc des thèmes abordés dans La Nuit des temps, triste reflet dystopique qui pourrait devenir notre propre réalité. À propos d’autodestruction, Barjavel a tenu les propos suivant dans La faim du tigre : « Le comportement général du monde vivant fait penser à celui du légendaire catoblépas, dont l’appétit et la stupidité étaient si grands qu’apercevant le bout de sa queue, il s’en saisit, commença à la manger et continua jusqu’à ce qu’il se fût entièrement dévoré. Mais le monde vivant n’est pas stupide : il est contraint. Il ne peut substituer qu’en mangeant sa propre chair. » À ces joyeusetés dont je viens de te parler, il me faut ajouter que la catastrophe nucléaire est également abordée, inscrivant La Nuit des temps dans le genre littéraire apocalyptique/post-apocalyptique. La chute de Gondawa, cette civilisation dont les scientifiques du XXe siècle ont retrouvé des traces, renvoie non seulement à ce genre, mais affilie l’oeuvre de Barjavel à la mythologie eschatologique. Oui, ce sont de grands mots pour au final faire référence à quelque chose de très simple. La mythologie eschatologique, c’est par exemple la destruction de l’Atlantide, évoquée par Platon dans Le Timée (non, je ne ferais pas de référence au Disney). Elle incarnait déjà cette figure de la fin d’une cité trop avancée technologiquement. (...) La suite sur mon blog ;) lien juste en dessous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Igroushka Posté le 2 Mai 2020
    Énorme coup de cœur. J’ai presque eu du mal à m’en remettre
  • Aerys Posté le 22 Avril 2020
    En voilà une lecture bien agréable et fluide. De la science fiction comme on l'aime. Le mystère reste important dans la première partie du livre. Ensuite vient intrigue géopolitique et jeu d'amour. J'avoue ne pas être trop sensible à ce côté "grand amour je t'aime plus que tout et patati et patata" et L'énergie Universelle est je trouve un peu facile, mais c'est lisible tout de même. De nombreuses réflexions ponctuent le livre raisonnant comme un hymne a mai 68. A lire, c'est indéniable !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.