RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Nuit des temps

            Pocket
            EAN : 9782266230919
            Code sériel : 812
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            La Nuit des temps

            Date de parution : 31/05/2012

            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
            Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres...

            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
            Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.

            Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266230919
            Code sériel : 812
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • traliloulit Posté le 4 Juin 2019
              Publié pour la première fois en 1968 aux Presses de la Cité, j'ai lu ce livre en version Pocket lorsque j'étais au collège dans les années 2000. Je l'avais emprunté un peu par hasard au CDI et quelle découverte ... ! Il a marqué mon adolescence et aujourd'hui encore il a une place toute particulière dans mon cœur de lectrice. De la science fiction, mais surtout une belle histoire d'amour, de découvertes et d'exploration. Un parallèle intéressant est fait entre la civilisation disparue (qui semble au premier abord une utopie perdue) et notre société. Ce roman, je le trouve tout simplement magnifique. C'est une merveille à tout point de vue. Un chef d’œuvre à lire et à relire ... Chronique complète sur le blog !
            • Amakir Posté le 4 Juin 2019
              Je viens de tourner la dernière page de la nuit des temps. Ainsi s'achève l'épopée des amoureux damnés Éléa et Païkan. Maudits soient-ils de s'être aimés aussi fort, envers et contre tous. L'amour au-dessus de toutes les règles, de toutes les pensées supérieures. En lisant cet ouvrage, j'ai été intimement convaincue qu'une vie sans amour n'a aucun sens, aucune légitimité. Je me vois vivre quelques minutes emplie du plus bel amour pur et réciproque, sans attendre d'autres projets que celui d'aimer et d'être aimée. En revanche, vivre une éternité sans amour me parait être le pire des cauchemars. J'aurais pû découvrir cette histoire il y a bien longtemps mais j'étais divisée. Jusqu'alors peu encline au romantisme, sans être particulièrement attirée par la science-fiction. Avec le temps, et de nombreuses nuits plus tard, me voilà émue par un roman d'anticipation regroupant les deux. Émue, oui. C'est le mot qui convient le mieux. Surprise également. Saisie par une forte exaltation et par le final magistral. La beauté du verbe m'a également profondément touchée. "Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois." "Une croix de lumière s'ouvrait sur le ciel, taillée dans la voute translucide". J'ai ressenti les affres des personnages. Éléa mais aussi Léonova, Simon et bien-sûr Païkan. J'ai été... Je viens de tourner la dernière page de la nuit des temps. Ainsi s'achève l'épopée des amoureux damnés Éléa et Païkan. Maudits soient-ils de s'être aimés aussi fort, envers et contre tous. L'amour au-dessus de toutes les règles, de toutes les pensées supérieures. En lisant cet ouvrage, j'ai été intimement convaincue qu'une vie sans amour n'a aucun sens, aucune légitimité. Je me vois vivre quelques minutes emplie du plus bel amour pur et réciproque, sans attendre d'autres projets que celui d'aimer et d'être aimée. En revanche, vivre une éternité sans amour me parait être le pire des cauchemars. J'aurais pû découvrir cette histoire il y a bien longtemps mais j'étais divisée. Jusqu'alors peu encline au romantisme, sans être particulièrement attirée par la science-fiction. Avec le temps, et de nombreuses nuits plus tard, me voilà émue par un roman d'anticipation regroupant les deux. Émue, oui. C'est le mot qui convient le mieux. Surprise également. Saisie par une forte exaltation et par le final magistral. La beauté du verbe m'a également profondément touchée. "Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois." "Une croix de lumière s'ouvrait sur le ciel, taillée dans la voute translucide". J'ai ressenti les affres des personnages. Éléa mais aussi Léonova, Simon et bien-sûr Païkan. J'ai été subjuguée par la beauté froide d'Éléa. Comme une gourmandise intouchable, défiant toutes les sexualités. Je l'ai désirée. J'ai été emportée par sa grandeur mêlée de vulnérabilité. Attendrie par Léonova, par sa douceur en contraste avec son charisme. Une forte personnalité comme je les aime. Et Simon, le plus tendre, le plus empathique. J'ai aimé sa souffrance. Je l'ai sentie, elle m'était palpable. Peut-être parce que je partageais les mêmes sentiments. "Le creux de ses yeux apparaît clair et fragile, vulnérable comme la peau cicatrisée d'une blessure." ...Païkan, qui est à Éléa, ce qu'Éléa est à Païkan. Par amour, il bravera les obstacles les plus lourds. Ce courage qui prétend rendre invincible... J'ai deviné le vent me souffler dans le cou, le froid glacial et indécent me geler le coeur. Je me sens si petite à travers ces quelques mots partagés autour d'un monument littéraire ! En même temps, je ne suis pas très grande. C'est une certitude. Personne ne me demande de l'être ! Toute petite que je suis, ce roman est fermé en laissant s'échapper l'ivresse de mes émotions. Ces sensations qui danseront et veilleront... jusqu'à la nuit des temps. Lu en juin 2019.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mjeydiary Posté le 2 Juin 2019
              « La nuit des temps » est le premier roman de science fiction que je lis et je regrette de ne pas l’avoir découvert avant. Car j'ai tout de suite été subjuguée par la plume de cet auteur talentueux et j’ai aimé sa façon d’écrire et de décrire chaque détail de cette aventure poétique et hors du commun. C’est un livre émouvant qui nous relate une histoire dramatique, celle d’Eléa et Paikan, deux êtres extraordinaires qui s’aiment d’un amour infini. À travers ses mots profonds et son écriture fluide et poignante, le grand écrivain René Barjavel nous fait réfléchir et rêver à la fois. Il nous emporte avec lui dans son monde, un monde de fantasmagorie qui bouleverse nos âmes sensibles et fait fondre nos cœurs.
            • Ogrimoire Posté le 20 Mai 2019
              Publié en 1968, il faut déjà constater que ce roman n’a pas pris une ride et fait toujours recette ! Son secret de jeunesse éternelle ? Sûrement l’écriture très fluide de l’auteur, associée au fait que son histoire reste intemporelle. Bon, bien entendu, il y a de nombreux clichés des années soixante – je pense notamment aux ordinateurs qui sont surdimensionnés ! – mais cela apporte un lien supplémentaire entre l’époque de l’auteur et l’histoire racontée dans ce livre. Ce livre est un exemple intéressant de roman de science-fiction à la française, écrit dans le contexte tumultueux de l’émergence de la révolution sexuelle, de la Guerre du Viêt-Nam et du désir, exprimé alors avec force par la jeunesse, d’un monde meilleur. On pourrait être tenté de faire un parallèle avec le monument de Jules Verne, Voyage au centre de la terre. Entre romance, espionnage, suspense, tragédie, flash-back et retournements de situation, le tout dans un décor glacé de la Terre-Adélie, La nuit des temps offre bien des surprises aux amateurs de science-fiction. Les personnages sont bien campés, et présentent une vaste palette d’humanité, certains ternes et torturés, d’autres au contraire exubérants. On a vraiment l’impression d’être plongés dans une mission scientifique en Antarctique... Publié en 1968, il faut déjà constater que ce roman n’a pas pris une ride et fait toujours recette ! Son secret de jeunesse éternelle ? Sûrement l’écriture très fluide de l’auteur, associée au fait que son histoire reste intemporelle. Bon, bien entendu, il y a de nombreux clichés des années soixante – je pense notamment aux ordinateurs qui sont surdimensionnés ! – mais cela apporte un lien supplémentaire entre l’époque de l’auteur et l’histoire racontée dans ce livre. Ce livre est un exemple intéressant de roman de science-fiction à la française, écrit dans le contexte tumultueux de l’émergence de la révolution sexuelle, de la Guerre du Viêt-Nam et du désir, exprimé alors avec force par la jeunesse, d’un monde meilleur. On pourrait être tenté de faire un parallèle avec le monument de Jules Verne, Voyage au centre de la terre. Entre romance, espionnage, suspense, tragédie, flash-back et retournements de situation, le tout dans un décor glacé de la Terre-Adélie, La nuit des temps offre bien des surprises aux amateurs de science-fiction. Les personnages sont bien campés, et présentent une vaste palette d’humanité, certains ternes et torturés, d’autres au contraire exubérants. On a vraiment l’impression d’être plongés dans une mission scientifique en Antarctique et dans une société oubliée mais futuriste. Et si ce livre est très simple à lire, et convient donc à un public jeune, La nuit des temps s’adresse aussi à des lecteurs plus expérimentés : sans doute ces derniers auront-ils une autre lecture, mais ils ne seront pas déçus pour autant. René Barjavel nous offre ici un roman plein d’humanité. Une fois qu’on referme le livre, on se dit qu’il n’y a rien à ajouter et que tout est écrit…
              Lire la suite
              En lire moins
            • 54cartes Posté le 15 Mai 2019
              Bon roman, bien pessimiste ! Etude de mœurs intéressante. C'est sans grande prétention, agréable à lire, pas mal écrit.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.