Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266245975
Code sériel : 15876
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 928
Format : 108 x 177 mm

La Part de l'aube

Date de parution : 02/10/2014
Lyon, septembre 1777. Des textes gaulois sont découverts : ils traitent des origines du peuple français. L'avocat Antoine Fabert se retrouve propulsé au centre d'une bataille dont l'enjeu est colossal. Avec ses proches – un ténor du barreau lyonnais, un historien paralytique, un rédacteur de la première gazette sur l'actualité... Lyon, septembre 1777. Des textes gaulois sont découverts : ils traitent des origines du peuple français. L'avocat Antoine Fabert se retrouve propulsé au centre d'une bataille dont l'enjeu est colossal. Avec ses proches – un ténor du barreau lyonnais, un historien paralytique, un rédacteur de la première gazette sur l'actualité locale, une comédienne – il se lance à corps perdu sur la trace d'une mystérieuse statuette dont le secret pourrait à lui seul ébranler la royauté à la veille de la Révolution française. Une course-poursuite au cœur d'un siècle fascinant pendant lequel le peuple de France s'est écrit un nouveau destin...

« Décidément, Éric Marchal a tout d'un grand auteur de sagas historiques... Il y a du souffle, de l'action, et un bouillonnement intellectuel réjouissant. » Le Figaro
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266245975
Code sériel : 15876
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 928
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Décidément, Éric Marchal a tout d'un grand auteur de sagas historiques... Il y a du souffle, de l'action, et un bouillonnement intellectuel réjouissant dans ce roman-fleuve. Éric Marchal ressemble de plus en plus à un Ken Follett français. » Le Figaro
« Une fresque romanesque haute en couleurs et en rebondissements. » L’Est Éclair

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Calliope2017 Posté le 4 Octobre 2021
    J’ai adoré ce pavé de près de 900 pages à l’intrigue originale : la découverte d’un trésor gaulois qui met en péril les fondements de la société d’ordres d’Ancien Régime et la monarchie, en 1777, à Lyon. La plus grande qualité de ce roman est sa capacité à recréer tout un monde. Les personnages sont très nombreux, et tous caractérisés et mis en scène avec un tel foisonnement de détails qu’on s’attend presque à les croiser dans la rue le lendemain : l’avocat Antoine Fabert, le tisserand Marc de Ponsaimpierre, le libraire Aimé de la Roche, son neveu Camille Delauney et sa fiancée Anne Piron, l’historien Antelme de Jussieu… Tous sont rendus de manière très réaliste. Le contexte historique et la vie quotidienne à la fin du XVIIIe siècle sont également rendus avec minutie, là encore à travers de nombreux détails et scènes annexes. En effet, une scène est souvent introduite par un personnage ou un événement sans importance, mais qui contribue au réalisme du récit. Ce dernier point est une qualité, mais aussi parfois un défaut, car cela rallonge beaucoup le roman, et m’a personnellement lassée au bout d’un certain nombre de fois. J’ai aussi aimé l’idée de créer une véritable épopée,... J’ai adoré ce pavé de près de 900 pages à l’intrigue originale : la découverte d’un trésor gaulois qui met en péril les fondements de la société d’ordres d’Ancien Régime et la monarchie, en 1777, à Lyon. La plus grande qualité de ce roman est sa capacité à recréer tout un monde. Les personnages sont très nombreux, et tous caractérisés et mis en scène avec un tel foisonnement de détails qu’on s’attend presque à les croiser dans la rue le lendemain : l’avocat Antoine Fabert, le tisserand Marc de Ponsaimpierre, le libraire Aimé de la Roche, son neveu Camille Delauney et sa fiancée Anne Piron, l’historien Antelme de Jussieu… Tous sont rendus de manière très réaliste. Le contexte historique et la vie quotidienne à la fin du XVIIIe siècle sont également rendus avec minutie, là encore à travers de nombreux détails et scènes annexes. En effet, une scène est souvent introduite par un personnage ou un événement sans importance, mais qui contribue au réalisme du récit. Ce dernier point est une qualité, mais aussi parfois un défaut, car cela rallonge beaucoup le roman, et m’a personnellement lassée au bout d’un certain nombre de fois. J’ai aussi aimé l’idée de créer une véritable épopée, avec des menaces, des courses-poursuites et autres codes du roman d’aventure, alors que l’intrigue est « intellectuelle » si j’ose dire. Eric Marchal nous donne à lire de nombreux échanges passionnés, notamment entre Antoine et Antelme, au sujet des textes gaulois, de leur traduction, de leur Histoire, de leurs implications philosophiques et politiques… C’est donc une lecture que je ne peux que conseiller, même s’il faut avoir conscience que l’on s’engage dans plusieurs semaines au milieu de tout un univers !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nolita40 Posté le 27 Avril 2019
    Je viens juste de rentrer d'un magnifique voyage de 3 semaines à Lyon avec Eric Marchal comme guide de cette fin d'année 1777. Il n'y a pas seulement 905 pages d'aventures, d'intrigues, de romance, d'épisodes drôles ou dramatiques dans ce roman Il y a aussi une somme considérable de connaissances historiques dans les domaines les plus variés (et la vingtaine de pages de références m'a subjugué), il y a surtout un vocabulaire riche issu de l'époque ayant immédiatement précédé la Révolution, il y a encore des descriptions précises des coutumes et des métiers dans ce Lyon d'autrefois, il y a enfin une richesse intellectuelle époustouflante, une maîtrise du rythme, des moments effervescence, puis de calme, du suspense et de belles émotions. Et Marchal m'a présenté tous ses amis en ville, ses ennemis aussi, décrivant si intensément leur personnalité qu'il me semble que j'ai vécu à leurs côtés toutes ces aventures. Avec la Part de l'Aube, je fais aussi la jonction avec mes 2 précédents voyages: avec les araignées Halabes de Madagascar, je complète les connaissances acquises sur le sujet auprès de Fred Vargas et de ses recluses, avec l'Encyclopédie et une entrevue avec Voltaire, je fais un voyage, (statique celui-ci, puisque nous ne... Je viens juste de rentrer d'un magnifique voyage de 3 semaines à Lyon avec Eric Marchal comme guide de cette fin d'année 1777. Il n'y a pas seulement 905 pages d'aventures, d'intrigues, de romance, d'épisodes drôles ou dramatiques dans ce roman Il y a aussi une somme considérable de connaissances historiques dans les domaines les plus variés (et la vingtaine de pages de références m'a subjugué), il y a surtout un vocabulaire riche issu de l'époque ayant immédiatement précédé la Révolution, il y a encore des descriptions précises des coutumes et des métiers dans ce Lyon d'autrefois, il y a enfin une richesse intellectuelle époustouflante, une maîtrise du rythme, des moments effervescence, puis de calme, du suspense et de belles émotions. Et Marchal m'a présenté tous ses amis en ville, ses ennemis aussi, décrivant si intensément leur personnalité qu'il me semble que j'ai vécu à leurs côtés toutes ces aventures. Avec la Part de l'Aube, je fais aussi la jonction avec mes 2 précédents voyages: avec les araignées Halabes de Madagascar, je complète les connaissances acquises sur le sujet auprès de Fred Vargas et de ses recluses, avec l'Encyclopédie et une entrevue avec Voltaire, je fais un voyage, (statique celui-ci, puisque nous ne sortons pratiquement pas de la ville des Lumières), parallèle à celui dans lequel Arturo Perez Reverte m'avait conviée en allant de Madrid à Paris. En partant, Eric Marchal nous confie son adresse mail, pour que nous lui fassions part de nos questions ou de nos remarques sur son oeuvre. J'oserai peut être un jour lui adresser mon élogieuse critique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChaK_ Posté le 23 Octobre 2018
    Sympathique roman qui nous plonge dans le Lyon de 1777, dans une dangereuse quête pour la réhabilitation des Gaulois alors considérés comme les ancêtres de l’unique bas peuple (à l'inverse des Francs), et pour qu’ils ne soient plus vu tel que l'Encyclopédie de Voltaire nous les décrit, à savoir “la honte de la nature”. J’avoue regretter que la trame fictive ne s'intègre pas un peu plus dans la grande Histoire, et qu’elle tombe facilement dans le manichéisme, mais il faut reconnaître que ça se suit tranquillement, et qu’on s’attache aisément aux aventures des (forts plaisants) protagonistes, qu’ils aient existé ou non. Le coup du texte Gaulois retrouvé n’est pas forcément original comme point de départ, mais Marchal à tout de même fait un bon boulot de reconstitution du siècle, avec plein d’anecdotes, de faits d’époque (comme Mesmer ou Parmentier) ou de simples gestes du quotidien. Le tout s’appuyant sur un riche bibliographie, ce qui dénote le sérieux de l’auteur. J’ai trouvé le roman plus maîtrisé que le Soleil sous la soie, qui s'éternisait à mon goût, et j’aurais bien du mal à le déconseiller à quiconque cherche un livre entraînant, plutôt didactique et pas prise de tête à lire.
  • Olivier74 Posté le 1 Octobre 2018
    Lyon, 1777. L'intrique et son déroulement nous démontrent l'importance de la culture gauloise, et la façon dont la monarchie l'a occultée afin de préserver sa légitimité. Une galerie de personnage attachants dont Antoine Fabert avocat redoutable mais agoraphobe, son épouse, inconsolable de la mort de leur fils, François Prost de Royer son associé, Marc de Poinsompierre qui a mis à jour les vestiges d'un site Gaulois, Camille Delauney un jeune journaliste amoureux, Michèle Masson une comédienne venue de Paris, Antelme de Jussieu historien et handicapé, Une belle fresque historique, entre Saone et Rhône , en passant par l'ile Barbe et son mystère. Tout y est plaisant, la validité du sujet, l'attachement que l'on porte aux personnages, les recherches historiques, l'intrigue admirable ainsi que les recherches historiques de l’auteur. En un mot, j'ai été conquis par La Part de l’Aube qui nous plonge au cœur de ce siècle extraordinaire.
  • La31 Posté le 12 Septembre 2018
    Ce roman est passionnant d'un bout à l'autre. Les personnages sont riches et complexes, la trame vive et nerveuse, l'évocation de l'ancien Lyon érudite et attentive. Bref à lire sans faute!
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.