Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266233156
Code sériel : 15313
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 992
Format : 108 x 177 mm

La saga des sorcières

Le lien maléfique

Annick Granger de Scriba (traduit par)
Date de parution : 25/10/2012

Sous le porche d’une vieille demeure de La Nouvelle-Orléans, une femme se balance dans un rocking-chair : Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu’on lui a retiré sa fille Rowan.
Un homme observe Deirdre, comme d’autres avant lui ont secrètement surveillé la famille Mayfair. De génération en génération, les femmes du clan se transmettent leurs maléfiques pouvoirs.

EAN : 9782266233156
Code sériel : 15313
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 992
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • camilleflrsa Posté le 1 Septembre 2020
    Un pavé que j'ai pourtant dévoré ! Premier livre que je lis de la très célèbre Anne Rice et j'ai adoré. Une très belle plume et tant d'imagination! Hate de découvrir la suite.
  • Cathbou Posté le 16 Juin 2020
    Pour commencer: mais quelle histoire ! J'ai adoré ce livre, pour commencer car c'est un autre chef-d'oeuvre d'Anne Rice. Impossible de me départir de l'ambiance mystérieuse et surnaturelle de la Nouvelle-Orléans ; elle me colle à la peau du matin au soir, jusque dans mes rêves. Si vous aimez les Anne Rice, les histoires profonde, aux multiples embranchements complexes; ce livre est pour vous. Attention par contre si vous avez une envie de livre léger: ce n'est pas pour vous. Anne Rice à un don de transformer une histoire fantastique en quelque chose de presque réaliste et très profond Ayant déjà lu les 3 premiers tomes des chroniques des vampires, j'ai été agréablement surprise avec Le liens maléfique. Bien que j'adore les Anne Rice, je ne peux m'empêcher parfois de trouver des longueurs, mais pas dans ce livre ! Bien qu'une grande partie du roman raconte l'histoire d'une lignée de sorcières sur 300 ans, je suis restée en suspend tout le long. Je dois admettre par contre que je me suis demandée pendant un moment pourquoi [masquer] toutes ces sorcières étaient aussi adeptes de l'inceste, de l'adultère et des meurtres; mais on finit par avoir une bonne expliquation! [Masquer/]. Les... Pour commencer: mais quelle histoire ! J'ai adoré ce livre, pour commencer car c'est un autre chef-d'oeuvre d'Anne Rice. Impossible de me départir de l'ambiance mystérieuse et surnaturelle de la Nouvelle-Orléans ; elle me colle à la peau du matin au soir, jusque dans mes rêves. Si vous aimez les Anne Rice, les histoires profonde, aux multiples embranchements complexes; ce livre est pour vous. Attention par contre si vous avez une envie de livre léger: ce n'est pas pour vous. Anne Rice à un don de transformer une histoire fantastique en quelque chose de presque réaliste et très profond Ayant déjà lu les 3 premiers tomes des chroniques des vampires, j'ai été agréablement surprise avec Le liens maléfique. Bien que j'adore les Anne Rice, je ne peux m'empêcher parfois de trouver des longueurs, mais pas dans ce livre ! Bien qu'une grande partie du roman raconte l'histoire d'une lignée de sorcières sur 300 ans, je suis restée en suspend tout le long. Je dois admettre par contre que je me suis demandée pendant un moment pourquoi [masquer] toutes ces sorcières étaient aussi adeptes de l'inceste, de l'adultère et des meurtres; mais on finit par avoir une bonne expliquation! [Masquer/]. Les personnages sont aussi un point fort du roman. Malgré le fait qu'on pourrait considérer la plupart d'entre eux comme des "méchants", on e rend compte qu'ils sont pleins de nuances et on finit par les trouvé "bad ass" si vous me permettez l'expression, [masquer] malgré l'inceste [masquer/]. Bref, je recommande !
    Lire la suite
    En lire moins
  • alyasthistle Posté le 26 Mai 2020
    Sacrilège : 3.5 étoiles pour du Anne Rice mais que m'arrive-t-il ? Est-ce l'âge adulte qui prend définitivement le pas sur les élans romantico-gothiques de l'adolescence ou est-ce plus simplement que la Saga des Sorcières ne se hisse pas à la hauteur de celle des Vampires ? Je pencherai pour la seconde explication. En clair, adolescente j'avais adoré Lestat le Vampire c'est un de mes souvenirs de lecture les plus vivaces. Le style de l'auteure, l'ambiance, la psychologie des personnages et de Lestat particulièrement m'avaient enchantée. Pour la saga des Sorcières de nombreux éléments semblaient prometteurs : la vieille maison de First Street, la Nouvelle-Orléans, Deirdre catatonique sous un porche semblant lutter contre des puissances occultes, du mystère, de la magie noire, etc... J'ai retrouvé dans la première partie du roman, cette forme de "suspense lent" propre à Anne Rice et qui fait défiler les pages sans que l'on s'en rende compte. J'ai beaucoup aimé les premières descriptions du manoir, celles de l'enfance de Michaël et toute la partie historique qui retrace la dynastie des Sorcières. Malheureusement par la suite, l'histoire dérape et s'englue dans un maëlstrom erotico-incestuo-horrifique qui présente finalement peu d'intérêt (vu que je n'aime pas les ambiances... Sacrilège : 3.5 étoiles pour du Anne Rice mais que m'arrive-t-il ? Est-ce l'âge adulte qui prend définitivement le pas sur les élans romantico-gothiques de l'adolescence ou est-ce plus simplement que la Saga des Sorcières ne se hisse pas à la hauteur de celle des Vampires ? Je pencherai pour la seconde explication. En clair, adolescente j'avais adoré Lestat le Vampire c'est un de mes souvenirs de lecture les plus vivaces. Le style de l'auteure, l'ambiance, la psychologie des personnages et de Lestat particulièrement m'avaient enchantée. Pour la saga des Sorcières de nombreux éléments semblaient prometteurs : la vieille maison de First Street, la Nouvelle-Orléans, Deirdre catatonique sous un porche semblant lutter contre des puissances occultes, du mystère, de la magie noire, etc... J'ai retrouvé dans la première partie du roman, cette forme de "suspense lent" propre à Anne Rice et qui fait défiler les pages sans que l'on s'en rende compte. J'ai beaucoup aimé les premières descriptions du manoir, celles de l'enfance de Michaël et toute la partie historique qui retrace la dynastie des Sorcières. Malheureusement par la suite, l'histoire dérape et s'englue dans un maëlstrom erotico-incestuo-horrifique qui présente finalement peu d'intérêt (vu que je n'aime pas les ambiances ultra-glauques) et ne donne presque pas envie de connaître la suite. [masquer] Ainsi j'ai été très déçue du rôle quasi-inexistant de Deirdre qui ne lutte pas vraiment et semble avoir eu la volonté d'une amibe même avant les électrochocs et par la faiblesse de Rowan et l'inanité de Michael dans la dernière partie du roman. Pour la sorcière la plus puissante du clan et malgré tous les signaux ( le fœtus, les cellules qui se multiplient, le prénom...) Rowan n'a aucun instinct et ne voit rien venir grâce à deux trois orgasmes bien placés, c'est incompréhensible! [/masquer] Toute la partie histoire d'amour idyllique entre Rowan et Michael sur fond de couleur lavande ou ivoire des draps du Manoir m'a paru superficielle, d'une grande pauvreté émotionnelle et longuette comme un vilain téléfilm de l'après-midi...Définitivement pas un coup de coeur, ni même une grande lecture, mais le point positif c'est que dans quelques temps je me replongerai avec joie dans les chroniques des Vampires, Lestat en tête ;)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elby Posté le 17 Avril 2020
    On a tous un côté dark, une ombre qui se plait à contempler la pleine lune dans un cimetière, un petit diable qui nous sussure à l'oreille que les vampires torturés, ça a quand même un charme fou ! Tombée je suis dans les griffes (ou les crocs) d'Anne Rice avec Lestat dans ma prime adolescence, voilà que j'y reviens avec sa saga des Sorcières... Et comment dire, qu'est ce que ça fait du bien de revenir à la Nouvelle Orléans ! Qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver son univers fantastique à la fois sensuel et inquiétant ! Ce qui a pu déplaire à certains font ce que j'aime dans ce genre de romans : la profusion de détails, l'abondance de descriptions : nous sommes littéralement plongés une époque, un lieu, un mythe. Ce n'est pas un travail d'écrivain dont Anne Rice fait preuve mais d'orfèvre. C'est l'ambiance crasseuse du Moyen-Age qui s'installe dans notre salon, quand l'odeur du bûcher s'élève dans les airs, quand les mentalités de l'époque sur la sorcellerie nous mettent mal à l'aise. C'est l'insouciance des Années Folles où les journées sont fêtées à grandes lampées de champagne et où... On a tous un côté dark, une ombre qui se plait à contempler la pleine lune dans un cimetière, un petit diable qui nous sussure à l'oreille que les vampires torturés, ça a quand même un charme fou ! Tombée je suis dans les griffes (ou les crocs) d'Anne Rice avec Lestat dans ma prime adolescence, voilà que j'y reviens avec sa saga des Sorcières... Et comment dire, qu'est ce que ça fait du bien de revenir à la Nouvelle Orléans ! Qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver son univers fantastique à la fois sensuel et inquiétant ! Ce qui a pu déplaire à certains font ce que j'aime dans ce genre de romans : la profusion de détails, l'abondance de descriptions : nous sommes littéralement plongés une époque, un lieu, un mythe. Ce n'est pas un travail d'écrivain dont Anne Rice fait preuve mais d'orfèvre. C'est l'ambiance crasseuse du Moyen-Age qui s'installe dans notre salon, quand l'odeur du bûcher s'élève dans les airs, quand les mentalités de l'époque sur la sorcellerie nous mettent mal à l'aise. C'est l'insouciance des Années Folles où les journées sont fêtées à grandes lampées de champagne et où le jazz inonde la maison dans une cacophonie éblouissante qui ne laisse pas la place aux pensées sérieuses. On traverse les époques et les lieux tout en s'imprégnant comme jamais de leur ambiance si caractéristique. Et tout ça grace à une lignée de sorcières, qui ont leurs désirs, leurs faiblesses, leurs secrets... Alors oui c'est long, ça fourmille de détails et les personnages sont excessivement travaillés. Mais comme c'est agréable d'arpenter le monde à leur côté ! Choisis ton époque, Ô Lecteur Gothique, et tu ne seras pas déçu. Et que dire de cet amour porté à cette maison ?! Râlala, Anne Rice à du goût : ce goût des manchettes en dentelle, des costumes bien cintrés, des manoirs (hantés ?) où chaque pièce à une histoire, des jardins fournis où la nature reprend ses droits dans une atmosphère Romantique digne d'un tableau de Friedrich. Ca me laisse rêveuse... Un récit à la fois charnel et réfléchi, où l'importance de l'héritage prend un sens tout particulier. On ne choisis pas sa famille, et avec celle-ci, il y a ce petit côté intriguant, inquiétant, pas toujours très catholique, qui ne peut que faciner. J'attends la suite mais je pense que ce premier tome annonce une belle saga. En tout cas, j'ai hâte de m'y replonger !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Behemoth Posté le 22 Novembre 2019
    Un pavé de 1207 pages à savourer lentement, à chaque ligne. L'écriture est magnifique (VO), tout en finesse. L'histoire est passionnante, le volet historique non moins. Avec Anne Rice, je découvre une grande de la littérature: Un régal !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Pocket

    Halloween : 17 livres qui donnent la chair de poule

    Bonne nouvelle pour les amateurs de grosses frayeurs, les éditions Pocket partagent leur recette magique… et 17 (terribles) idées de livres pour réussir sa soirée d’Halloween ! 

    Enquêtes policières ou romans fantastiques, thrillers psychologiques, historiques ou scientifiques… à vos paniers !

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Terreurs nocturnes : les classiques de la littérature d'épouvante à (re)découvrir

    Des portes qui claquent, des incantations qui résonnent au loin, et bientôt, des apparitions qui vous glacent le sang. Ouvrir un roman d'épouvante, c'est être transporté au coeur d'univers parallèles nimbés de mystère et parfois cauchemardesques. De Frankenstein à Rosemary's Baby, (re)découvrez les grands classiques qui ont façonné la littérature horrifique. À vos risques et périls !

    Lire l'article