En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'accusé du Ross-Shire

            10/18
            EAN : 9782264073013
            Code sériel : 5388
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 408
            Format : 108 x 177 mm
            Nouveauté
            L'accusé du Ross-Shire

            Julie SIBONY (Traducteur)
            Date de parution : 04/10/2018
            1869. Un horrible triple meurtre dans un petit village reculé des Highlands écossaises mène à l’arrestation du jeune Roderick Macrae, âgé de dix-sept ans. Celui-ci rédie des « mémoires » relatant les meurtres, qui constituent la seule véritable preuve contre lui. Mais c’est aux esprits juridiques et psychiatriques de l’époque... 1869. Un horrible triple meurtre dans un petit village reculé des Highlands écossaises mène à l’arrestation du jeune Roderick Macrae, âgé de dix-sept ans. Celui-ci rédie des « mémoires » relatant les meurtres, qui constituent la seule véritable preuve contre lui. Mais c’est aux esprits juridiques et psychiatriques de l’époque de découvrir les raisons de cet acte d’une violence extrême. Était-il fou ?
            Graeme Macrae Burnet livre ici tous les éléments de l’affaire dans un thriller hors-norme à mi-chemin entre fiction et réalité.

            « Un roman stupéfiant. Saisissant d'authenticité. »
            The Telegraph

            « À l'image des légendes de son pays, l'écrivain sait aussi entretenir le mystère, afin que le lecteur se tienne à carreau. Tant mieux. »
            Version Femina

            Traduit de l’anglais (Écosse) par Julie Sibony
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264073013
            Code sériel : 5388
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 408
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • berbonet Posté le 5 Octobre 2018
              Ce roman très attachant se termine par une interrogation: coupable ou non coupable des deux derniers crimes ? Un crime peut-il en entraîner d'autres ? La réponse n'est pas aussi simple ... La traduction du roman par Julie Sibony est une nouvelle fois remarquable. Un sans-faute.
            • Eric76 Posté le 11 Septembre 2018
              Tout à la fois thriller, documentaire, confession, récit historique arrangé ou non, ce livre hors-norme échappe à toutes les règles et à toutes les catégories. Nous sommes en 1869, dans un village reculé et miséreux d’Écosse. Le jeune Roderick Macrae raconte d’une voix monocorde sa courte existence, et les événements qui l’ont amené à commettre un triple meurtre d’une rare violence. C’est un récit venu du fond des âges qui dépeint la vie de nos aïeux, celle de paysans laborieux pétris de religion et de superstitions. Des hommes qui vivent selon des rites immuables et dont l’horizon s’arrête au bout de leur village ou de leurs champs. Roderick n’est pas comme les autres garçons de son âge. Beaucoup plus intelligent, émotif, réservé que ses pareils, il est un poisson qui nage à contre-courant. Il ressent avec beaucoup plus d’acuité son profond dénuement, l’insignifiance de son existence et l’extrême violence de son monde profondément injuste. Un pasteur ignoble qui ne songe qu’à l’expiation, au rachat des péchés ; un père idiot, bêtement bigot, qui ne se complait que dans la souffrance ; des nobles ou des riches – la différence de classe avait une signification à cette époque #8722; méprisants et arrogants... Tout à la fois thriller, documentaire, confession, récit historique arrangé ou non, ce livre hors-norme échappe à toutes les règles et à toutes les catégories. Nous sommes en 1869, dans un village reculé et miséreux d’Écosse. Le jeune Roderick Macrae raconte d’une voix monocorde sa courte existence, et les événements qui l’ont amené à commettre un triple meurtre d’une rare violence. C’est un récit venu du fond des âges qui dépeint la vie de nos aïeux, celle de paysans laborieux pétris de religion et de superstitions. Des hommes qui vivent selon des rites immuables et dont l’horizon s’arrête au bout de leur village ou de leurs champs. Roderick n’est pas comme les autres garçons de son âge. Beaucoup plus intelligent, émotif, réservé que ses pareils, il est un poisson qui nage à contre-courant. Il ressent avec beaucoup plus d’acuité son profond dénuement, l’insignifiance de son existence et l’extrême violence de son monde profondément injuste. Un pasteur ignoble qui ne songe qu’à l’expiation, au rachat des péchés ; un père idiot, bêtement bigot, qui ne se complait que dans la souffrance ; des nobles ou des riches – la différence de classe avait une signification à cette époque #8722; méprisants et arrogants ; des fricoteurs enfin, d’infâmes profitards qui réussiront à anéantir sa famille. C’est tout cela que Roderick a cherché à tuer, en même temps que son impossibilité de s’extraire de cette misérable existence, comme s’il était retenu par la glèbe collante des champs. Un récit désespéré où Roderick, dans son petit village comme face à ses juges, ne cessera jamais d’être considéré comme un sous-homme. Un récit d’une noirceur sidérale d’où émergent quelques moments de bonheur qui viendront illuminer sa vie : la démarche d’une belle fille qui « donnait l’impression qu’elle chantait une chanson », quelques pintes de bière bues dans un cabaret, cet oisillon qu’il essaiera de sauver, un homme qui l’écoute et lui fait confiance, ses petits secrets avec sa maman partie bien trop tôt, et la frangine tant aimée qui le retient par les épaules…
              Lire la suite
              En lire moins
            • candiceloix Posté le 8 Juillet 2018
              Graeme Macrae Burnet, en faisant des recherches sur ces ancêtres écossais, tombe sur des archives concernant Roderick Macrae, 17 ans, accusé d'un triple homicide dans son petit village d'Ecosse. Réalité ? Fiction ? j'ai bien envie de dire : Peu importe ! Le récit est formidablement bien ficelé, entre témoignages, rapports de médecins et confessions de Roderick, on se laisse facilement prendre au jeu. On découvre à travers ce roman, que pour ma part j'ai du mal à qualifier de thriller, l'Ecosse du XIXème siècle avec les particularités de son système judiciaire et les prémices de la criminologie (étude de l'hérédité, des caractéristiques physiques, du milieu de vie etc) mais surtout les profondes injustices qui touchent encore le monde paysan. En effet, le système féodal est toujours en place et le Constable règne en maître sur des pauvres gens qui gagnent à peine de quoi vivre. A l'image de Lachlan le Large qui use et abuse de son pouvoir. Celui prend à sa guise, les terres comme les femmes. De fait, on sent la tension monter crescendo face à une succession d'humiliations que subit la famille Macrae et qui semble mener, inévitablement à la catastrophe. Un très bon moment de... Graeme Macrae Burnet, en faisant des recherches sur ces ancêtres écossais, tombe sur des archives concernant Roderick Macrae, 17 ans, accusé d'un triple homicide dans son petit village d'Ecosse. Réalité ? Fiction ? j'ai bien envie de dire : Peu importe ! Le récit est formidablement bien ficelé, entre témoignages, rapports de médecins et confessions de Roderick, on se laisse facilement prendre au jeu. On découvre à travers ce roman, que pour ma part j'ai du mal à qualifier de thriller, l'Ecosse du XIXème siècle avec les particularités de son système judiciaire et les prémices de la criminologie (étude de l'hérédité, des caractéristiques physiques, du milieu de vie etc) mais surtout les profondes injustices qui touchent encore le monde paysan. En effet, le système féodal est toujours en place et le Constable règne en maître sur des pauvres gens qui gagnent à peine de quoi vivre. A l'image de Lachlan le Large qui use et abuse de son pouvoir. Celui prend à sa guise, les terres comme les femmes. De fait, on sent la tension monter crescendo face à une succession d'humiliations que subit la famille Macrae et qui semble mener, inévitablement à la catastrophe. Un très bon moment de lecture, intéressant au niveau historique et d'une construction très intelligente.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LightandSmell Posté le 20 Juin 2018
              Sonatine éditions vous propose ici un ouvrage difficilement classable qui flirte avec plusieurs genres : roman historique, roman noir, biographie, thriller… À la fois tout et rien de ça, ce roman fut une expérience de lecture aussi originale qu’intrigante voire dérangeante. Originale, car l’auteur nous apprend que c’est en faisant des recherches généalogiques qu’il a découvert l’histoire de l’un de ses ancêtres, un certain Roderick Macrae, âgé de dix-sept ans, et arrêté en 1869 pour un triple meurtre plutôt sanglant. L’auteur nous propose alors de découvrir l’histoire de ce meurtrier telle qu’il l’a lui-même narrée dans un mémoire rédigé sur les conseils de son dévoué avocat, M. Sinclair. Sont également portés à notre connaissance différents documents : des témoignages, des articles de journaux, le compte-rendu du procès et des rapports de médecins. Une richesse documentaire qui nous pousse à nous plonger avec avidité et curiosité dans ce fait-divers historique peu banal. Comment expliquer, si ce n’est par un accès de folie ou un acte motivé par une haine trop longtemps refoulée, qu’un jeune homme de dix-sept ans assez calme et gentil se transforme soudainement en un monstre capable de massacrer trois personnes ? Cette question ne pourra que vous tenir en haleine... Sonatine éditions vous propose ici un ouvrage difficilement classable qui flirte avec plusieurs genres : roman historique, roman noir, biographie, thriller… À la fois tout et rien de ça, ce roman fut une expérience de lecture aussi originale qu’intrigante voire dérangeante. Originale, car l’auteur nous apprend que c’est en faisant des recherches généalogiques qu’il a découvert l’histoire de l’un de ses ancêtres, un certain Roderick Macrae, âgé de dix-sept ans, et arrêté en 1869 pour un triple meurtre plutôt sanglant. L’auteur nous propose alors de découvrir l’histoire de ce meurtrier telle qu’il l’a lui-même narrée dans un mémoire rédigé sur les conseils de son dévoué avocat, M. Sinclair. Sont également portés à notre connaissance différents documents : des témoignages, des articles de journaux, le compte-rendu du procès et des rapports de médecins. Une richesse documentaire qui nous pousse à nous plonger avec avidité et curiosité dans ce fait-divers historique peu banal. Comment expliquer, si ce n’est par un accès de folie ou un acte motivé par une haine trop longtemps refoulée, qu’un jeune homme de dix-sept ans assez calme et gentil se transforme soudainement en un monstre capable de massacrer trois personnes ? Cette question ne pourra que vous tenir en haleine d’autant qu’au fil de la lecture, se dessine un véritable décalage entre le Roderick meurtrier et le Roderick qui prend vie sous nos yeux. À travers le récit de sa vie qu’il nous narre sous forme écrite depuis sa prison, le jeune homme nous apparaît plus pauvre bougre né au mauvais endroit dans la mauvaise famille que tueur sanguinaire. Et c’est pour cette raison que l’on cherche ardemment, derrière son récit, les signes d’une éventuelle folie ou, du moins, d’une certaine forme de méchanceté. Or, que nenni ! Ce que nous découvrons, c’est un garçon de dix-sept ans et ses conditions de vie peu reluisantes dans un village écossais isolé du XIXe siècle : maisons d’habitation que les gens partagent avec le bétail, précarité qui semble la norme, pouvoir politique écrasant, et surtout injuste… Si l’on ajoute à cela une famille endeuillée par la mort de la matriarche, il est certain que Roderick ne partait pas dans la vie avec les bonnes cartes en main. D’ailleurs, l’auteur nous offre une réflexion pertinente et intéressante sur la notion de déterminisme social et la possibilité pour quelqu’un de sortir de son milieu d’origine. Si certains habitants de ces Highlands aspirent à une nouvelle vie loin de l’Écosse, Roderick, quant à lui, n’a pas vraiment ces rêves de grandeur et de voyages. Écrasé par le poids des responsabilités familiales, il doit ainsi travailler dans la ferme familiale aux côtés de son père afin de subvenir aux besoins de sa famille. Et ceci même si de par ses capacités intellectuelles, il aurait pu aspirer à une autre vie et à cette liberté de choix dont il est totalement privé. C’est un peu comme si sa route avait été tracée pour lui avant sa naissance et qu’il n’avait pas le droit d’en dévier ni même de songer à le faire… Mais le jeune homme semble assez bien vivre les choses. Résigné, il ne montre pas vraiment de velléités de rébellion contre l’ordre établi jusqu’à ce que les abus de pouvoir d’un odieux voisin, qui s’acharne sur sa famille, ne deviennent trop insupportables…Un peu comme une cocotte-minute sous pression, il va donc finir par exploser devant les nombreuses injustices qui frappent les siens, mais face auxquelles personne ne réagit. À commencer par ce père qui semble complètement absent de sa propre vie et de son foyer, si ce n’est pour donner des coups. Mais même si la vie de Roderick est difficile et sa famille injustement traitée, cela n’explique pas la violence avec laquelle il va soudainement se transformer en un monstrueux tueur. N’y a-t-il pas de la folie derrière son geste ? C’est, dans tous les cas, ce que va essayer de plaider son avocat lors du procès du jeune homme. Que l’on adhère ou non à son opinion qu’il va défendre vaillamment, on ne peut que louer le sérieux et l’humanisme de ce professionnel qui va tout faire pour sauver son client de la potence. Une mission fort difficile si l’on considère que ce dernier reconnaît volontiers ses crimes et n’exprime aucun regret… Après avoir assisté à autant de mépris envers les habitants de la campagne qualifiés d’êtres inférieurs, j’ai apprécié de découvrir un personnage où ne pointe pas la condescendance derrière chacune de ses paroles. Il faut évidemment se remettre dans le contexte historique du roman, mais c’est assez dur de ne pas réagir avec véhémence devant les préjugés des « hommes instruits » envers ces « campagnards demeurés et faibles d’esprit ». M. Sinclair est donc le personnage que j’ai certainement le plus apprécié et qui, d’une certaine manière, redonne quelque peu foi en l’âme humaine. L’auteur a fait le choix judicieux de porter à notre connaissance le déroulement du procès de Roderick, un procès qui se révélera intéressant à bien des égards. Il sera d’abord l’occasion de découvrir la psychologie criminelle telle qu’elle était conçue au XIXe siècle, et que l’homme moderne ne pourra que juger choquante, car principalement basée sur des a priori et stéréotypes… Ce procès sera également captivant par son aspect quelque peu théâtral : population fascinée par l’affaire et qui le fait savoir, des journalistes qui commentent le procès avec, pour certains d’entre eux, ironie, des informations que l’on découvre et que Roderick avait passées sous silence dans son mémoire nous poussant ainsi à nous poser des questions sur la véracité de son récit et/ou sur sa santé mentale… Les interrogatoires des différents intervenants, voisins/amis ou professionnels, présentent, en outre, un certain avantage : dynamiser un récit qui, en première partie, a pu se révéler parfois un peu contemplatif. On a donc l’impression que les choses s’accélèrent et que, petit à petit, l’étau se resserre autour de notre protagoniste. J’avais l’habitude d’associer thriller et suspense haletant. Or, ici, le suspense n’est pas haletant, mais diffus dans la mesure où il se cache derrière toutes les questions que l’on se pose sur ce jeune meurtrier, sur la véracité de son récit, sur sa prétendue folie… D’ailleurs plus que de suspense, je parlerais d’une tension croissante qui vous fait guetter le point de non-retour qui va pousser un garçon intelligent et plutôt gentil à commettre l’irréparable. Et sur ce point, vous n’aurez pas de certitudes, juste éventuellement, au même titre que les membres du jury, votre intime conviction. Enfin, bien que nous ne soyons pas dans un roman historique et que l’auteur reconnaît avoir pris quelques libertés avec l’Histoire, on ne peut que saluer son travail de recherche qui nous permet de nous immerger complètement dans cette campagne écossaise du XIXe siècle. Mais au-delà d’un contexte historique passionnant et bien restitué, le gros point fort de ce roman est, pour moi, le pari audacieux pris par l’auteur, et qui confère toute son originalité à son travail. Je ne peux pas vous en dire plus sur ce point si ce n’est que son idée est diaboliquement efficace et bien ficelée. Je ne m’y suis pas laissée prendre, mais j’ai adoré la gymnastique intellectuelle dans laquelle s’est lancé l’auteur. Et rien que pour ça, je lui tire mon chapeau ! En conclusion, L’accusé du Ross-Shire est le genre d’ovni littéraire que l’on aimerait voir plus souvent. Il nous offre un voyage prenant dans les affres de la condition humaine et nous pousse à nous interroger sur ce jeune homme devenu meurtrier par la force des choses à moins que ce ne soit par la force de sa nature. Ce sera à chacun de se forger sa propre opinion sur cette affaire hors norme qui nous plonge avec précision et intelligence dans un petit village des Highlands du XIXe siècle. Alors si vous êtes curieux de découvrir une histoire inclassable et originale, bien documentée d’un point de vue historique et savamment orchestrée, ce roman est fait pour vous.
              Lire la suite
              En lire moins
            • patricia90 Posté le 28 Mai 2018
              J'ai beaucoup aimé ce polar d'un autre genre. Une histoire vieille de 150 ans est reprise par un descendant qui nous propose de lire les faits écrits par l'accusé au moment de sa détention, les témoignages et le jugement . Aucun suspense, vu que dès le départ on connaît l'assassin. On va surtout suivre le comportement de l'assassin et la manière dont les avocats des deux parties vont essayer de prouver la folie ou non du criminel. Des méthodes qui peuvent faire sourire ou frissonner...
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com