Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264036933
Code sériel : 617
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

L'aventure ambiguë

Vincent-Mansour Monteil (préface de), Jean-Claude Zylberstein (collection dirigée par)
Collection : Domaine Français
Date de parution : 07/01/2003

Passant de l’enseignement coranique des Diallobé à l’université française, le jeune Samba Diallo doit affronter l’exil et les brèches identitaires. Son apprentissage, philosophique, éthique et spirituel, retrace l’itinéraire d’une Afrique métissée en quête d’elle-même. Où s’élève, flamboyante, la clameur d’un peuple en mal d’existence.

« Cheikh Hamidou Kane, échappant à...

Passant de l’enseignement coranique des Diallobé à l’université française, le jeune Samba Diallo doit affronter l’exil et les brèches identitaires. Son apprentissage, philosophique, éthique et spirituel, retrace l’itinéraire d’une Afrique métissée en quête d’elle-même. Où s’élève, flamboyante, la clameur d’un peuple en mal d’existence.

« Cheikh Hamidou Kane, échappant à la donnée temporelle et politique de son sujet, l'angoisse d'être noir, débouche sur une réflexion qui nous concerne tous : l'angoisse d'être homme. » 
Jacques Chevrier, Le Monde

Préface de Vincent Monteil

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264036933
Code sériel : 617
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Madame_lit Posté le 25 Novembre 2020
    Chère lectrice, Cher lecteur, J’ai lu L’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane lors de mes études littéraires il y a plusieurs années durant un cours sur la littérature de la francophonie. Comme le défi littéraire 2020 met à l’honneur les Grands prix littéraires de l’Afrique noire en octobre, j’ai décidé de replonger dans cet univers. L’auteur a remporté le prix en 1962. Son roman s’avère une lecture indispensable. Pourquoi? Tout simplement car il présente une quête tragique où les adeptes de la tradition s’opposent à ceux du progrès. Entre les deux, un homme est bouleversé, perturbé. Une aventure débute pour lui, une aventure ambiguë dont il est difficile de sortir indemne. Ce livre est passionnant et fort en raison de cet affrontement qui amène le personnage principal, Diallo, à flotter entre deux tendances. L’histoire L’aventure ambiguë relate l’itinéraire spirituel de Samba Diallo, issu de la famille des Diallobé. Ce dernier est déchiré entre les valeurs coraniques (tradition) représentées par le Maître d’école ou son père et celles inculquées par l’école française (progrès) associées entre autres à «la Grande Royale». Finalement, Diallo étudiera à l’école française au primaire et au secondaire et quittera le Sénégal pour aller poursuivre sa formation à Paris... Chère lectrice, Cher lecteur, J’ai lu L’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane lors de mes études littéraires il y a plusieurs années durant un cours sur la littérature de la francophonie. Comme le défi littéraire 2020 met à l’honneur les Grands prix littéraires de l’Afrique noire en octobre, j’ai décidé de replonger dans cet univers. L’auteur a remporté le prix en 1962. Son roman s’avère une lecture indispensable. Pourquoi? Tout simplement car il présente une quête tragique où les adeptes de la tradition s’opposent à ceux du progrès. Entre les deux, un homme est bouleversé, perturbé. Une aventure débute pour lui, une aventure ambiguë dont il est difficile de sortir indemne. Ce livre est passionnant et fort en raison de cet affrontement qui amène le personnage principal, Diallo, à flotter entre deux tendances. L’histoire L’aventure ambiguë relate l’itinéraire spirituel de Samba Diallo, issu de la famille des Diallobé. Ce dernier est déchiré entre les valeurs coraniques (tradition) représentées par le Maître d’école ou son père et celles inculquées par l’école française (progrès) associées entre autres à «la Grande Royale». Finalement, Diallo étudiera à l’école française au primaire et au secondaire et quittera le Sénégal pour aller poursuivre sa formation à Paris en philosophie. En sol français, il se sent seul, déraciné malgré des rencontres (pasteur Martial et sa fille Lucienne). Son père lui demande de revenir au Sénégal. De retour en terre natale, réussira-il à trouver un équilibre entre l’appel du respect de la tradition islamique et celui du progrès ? Ce que j’en pense Lire ou relire ce bouquin, c’est assister au choc des cultures (invasion de l’Afrique par l’Occident) et de l’impact de ce choc sur les êtres. Ainsi, le symbole de la courge dans le récit le représente bien. Le Maître du Foyer Ardent, responsable de l’éducation coranique de Diallo, est fermé aux temps nouveaux et aux avancées technologiques et scientifiques. Il rejette toute tentative de conciliation entre les deux mondes (tradition/nouveauté) car il croit fortement que ce qu’il ne connaît pas sera fatal aux siens : «La courge est d’une nature drôle. Jeune, elle n’a de vocation que celle de faire du poids, de désir que celui de se coller amoureusement à la terre. Elle trouve sa parfaite réalisation dans le poids. Puis, un jour, tout change. La courge veut s’envoler. Elle se résorbe et se vide tant qu’elle peut. Son bonheur est fonction de sa vacuité, de la sonorité de sa réponse lorsqu’un souffle l’émeut. La courge a raison dans les deux cas (p. 147-148)». Samba Diallo est un beau personnage. Il est intéressant de suivre son aventure aux couleurs de sa culture musulmane et occidentale (surtout française). Un livre que je recommande à tous car il est toujours d’actualité. Le choc des cultures est partout tout comme le choc identitaire. Qu’est-ce qu’on perd en apprenant? Qu’est-ce qu’on perd en n’apprenant pas? «Si je leur dis d’aller à l’école nouvelle, ils iront en masse…. Mais, apprenant, ils oublieront aussi. Ce qu’ils apprendront vaut-il ce qu’ils oublieront ?… Peut-on apprendre ceci sans oublier cela, et ce qu’on apprend vaut-il ce qu’on oublie ?» Chef des Diallobé La quête de Diallo s’avère universelle car elle est celle d’un homme cherchant sa place dans «l’interculturalité». J’ai été fortement ébranlée la première fois que j’ai lu ce récit et je dois dire que je le suis encore 25 ans plus tard. Ce livre parle d’une rencontre avec l’autre, cet étranger dont on a peur que l’on croit si différent mais qui est si semblable. Et si cette quête était celle de vous, de nous, de moi ? Voici comment Diallo décrit sa quête : «Il arrive que nous soyons capturés au bout de notre itinéraire, vaincus par notre aventure même…tout au long de notre cheminement, nous n’avons pas cessé de nous métamorphoser, nous voilà devenus autres». https://madamelit.ca/2020/10/29/madame-lit-laventure-ambigue-de-cheikh-hamidou-kane/
    Lire la suite
    En lire moins
  • afriqueah Posté le 17 Novembre 2020
    Ne soyons pas naïfs, bien sûr « l’aventure ambiguë « est une aventure intérieure , une recherche de mysticisme d’abord dans une école coranique, puis dans une université de philosophie française. Mais l’histoire commence par la maltraitance du Maitre sur un petit garçon, Samba Diallo, qui récite parfaitement le Coran, sauf que subitement la langue lui fourche, et se termine par son exécution parce qu’il prie mais n’a pas pris la position de la prière. Les mauvais traitements divers, se faire arracher l’oreille, se faire brûler par une bûche ardente, pour qu’il mette plus de conscience dans ses prières, Samba est trop noble pour s’en offusquer et pour montrer sa douleur. Il grandit donc dans la souffrance. Dans l’école coranique appelée Foyer-Ardent. Ça ne s’invente pas. Et connaît (grâce, ou en dépit) de ces sévices l’illumination, ce que Freud appelle le sentiment océanique, l’extase totale devant un ciel embrasé par exemple. ( Et si Freud avait connu la somptuosité de la nature africaine, il en aurait fait plus que devant l’Italie qui lui avait révélé sa beauté) Toujours le feu, celui qui brûle l’enfant Samba Diallo, « les dalles incandescentes de la géhenne promise aux mécréants » qui justifie la... Ne soyons pas naïfs, bien sûr « l’aventure ambiguë « est une aventure intérieure , une recherche de mysticisme d’abord dans une école coranique, puis dans une université de philosophie française. Mais l’histoire commence par la maltraitance du Maitre sur un petit garçon, Samba Diallo, qui récite parfaitement le Coran, sauf que subitement la langue lui fourche, et se termine par son exécution parce qu’il prie mais n’a pas pris la position de la prière. Les mauvais traitements divers, se faire arracher l’oreille, se faire brûler par une bûche ardente, pour qu’il mette plus de conscience dans ses prières, Samba est trop noble pour s’en offusquer et pour montrer sa douleur. Il grandit donc dans la souffrance. Dans l’école coranique appelée Foyer-Ardent. Ça ne s’invente pas. Et connaît (grâce, ou en dépit) de ces sévices l’illumination, ce que Freud appelle le sentiment océanique, l’extase totale devant un ciel embrasé par exemple. ( Et si Freud avait connu la somptuosité de la nature africaine, il en aurait fait plus que devant l’Italie qui lui avait révélé sa beauté) Toujours le feu, celui qui brûle l’enfant Samba Diallo, « les dalles incandescentes de la géhenne promise aux mécréants » qui justifie la brûlure que lui inflige le Maitre, (alors que le petit n’a rien à voir avec cette folie déguisée en religion), les rayons rouges d’un coucher de soleil sur le sable qui semble de l’or en ébullition, le feu d’artifice, le grand brasier lorsque sa famille décide de le rapatrier et de lui faire suivre l’école des étrangers, les blancs, le feu ardent qui prend possession de l’âme, le soleil rouge du visage d’Adèle. De la même façon que Samba Diallo est écartelé entre le mysticisme islamiste basé sur les sévices et la philosophie de Pascal et de Descartes, il partage son intérêt lorsqu’il est en France entre une blonde aux yeux bleus, et une métisse aux longues jambes. Aucune des deux ne le retient, pas plus que ne le retient l’enseignement inachevé du Maitre,(ouf) ni la philosophie. De même, L’aventure ambiguë met en avant deux personnages presque similaires, le fou des Diallobés, qui assassine Samba, et le fou rencontré à Paris, qui radote. Ecartelé entre deux cultures, Samba Diallo analyse non pas la différence de cultures entre l’Occident et l’Afrique, mais la différence de pensée, sachant que l’homme est un, définitivement. Et en cela Pascal lui est proche, même s’il se demande si la grâce vient de Dieu, au bon plaisir de Dieu, ou si c’est l’homme qui choisit sa voie vers le divin. Descartes, lui, ne l’aide pas avec sa volonté de vouloir arriver à prouver l’existence ou non de Dieu en suivant les chemins de la raison. Trop rationnel, ce Descartes. Cheikh Hamadou Kane a commenté dans son second livre « les gardiens du temple » que le meurtre de Samba Diallo par le fou du village est bien un sacrifice réprouvé par tous et suivi d’un procès, puni d’une peine de mort. Surgit par contraste la figure de la Grande Royale, personnalité extraordinaire, forte femme qui a pacifié les tribus du nord du Sénégal et qui s’efforce de protéger son neveu Samba, contre les exactions du Maitre sadique. Elle pense qu’il est temps d’apprendre à vivre aux enfants car, dit elle « je pressens qu’ils auront affaire à un monde de vivants où les valeurs de la mort seront bafouées et faillies. » Les valeurs de l’Occident, même si elles sont détestables, sont incontournables. Elles apportent la vie, pas le supplice inutile. Il faut, dit elle, y « aller apprendre chez eux l’art de vaincre sans avoir raison. » Et c’est Samba Diallo qui en est chargé, il doit à la fois comprendre l’Occident et préserver et transmettre les valeurs de sa culture. Un fou de dieu a mis fin à cette double mission. Cheikh voulant dire sage, c’est bien de sagesse qu’il s’agit et s’il commence son roman par la scène insoutenable du supplice d’un jeune innocent au nom de la religion, et le termine par son exécution sans raison, je voudrais y lire une critique de l’endormissement spirituel de l’Occident et surtout, surtout, un pamphlet contre le fanatisme islamique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • GabianSpirit Posté le 27 Août 2020
    L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane. Je finis ce roman empreint d’un très grand mysticisme, d’une philosophie prenante et profonde. Comme son titre l’indique il s’agit plus d’une aventure que d’un récit. Un questionnement du rapport à l’Autre, à Dieu, à la vie et à la mort, que l’auteur nous pousse à avoir. Je le qualifierais de roman d’apprentissage, plus pour ce qu’il nous fait apprendre de nous, que pour le parcours suivi par le personnage principal, Samba Diallo, entre Afrique tribale et musulmane et philosophie occidentale. Le Coran dialogue avec les paroles des vieux sages et celles de Saint Augustin et Socrate, les ombres avec les Lumières, même les personnages secondaires sont des fragments de miroir qui renvoient la pensée de Samba Diallo vers d’autres nuances et une recherche toujours plus prononcée de l’absolu et de soi-même.
  • BJFenimore Posté le 27 Mars 2020
    C' est un roman merveilleusement bien écrit. L' auteur y décrit avec poésie la question de l' identité au lendemain des indépendances africaines : son personnage est déchiré entre tradition et modernité, entre islam et culture occidentale. A partir du moment où Samba Diallo "s'occidentalise", il est comme corrompu : il pert ses repères, son identité, sa foi. Aucun retour au bonheur pour lui. Sa fin est déjà toute tracée. C' est un roman triste et pourtant lumineux. Quand la lumière et l' ombre se réconcilient.
  • aouatef79 Posté le 29 Septembre 2019
    L 'Aventure ambiguë est un livre de l 'écrivain Sénégalais , Hamidou Cheikh Kane .Ce dernier joui d 'une grande estime auprès de l 'intelligentsia africaine et francophone . Durant sa vie ,il n 'a publié que deux romans : l''Aventure ambiguë et Les Gardiens du Temple .Deux romans considérés comme deux classiques non seulement en Afrique francophone mais au-delà aussi . Dans l''Aventure ambiguë , le personnage principal ,Samba Diallo vit une violente crise identitaire .Il est écartelé et tiraillé entre sa culture musulmane et la civilisation occidentale principalement française .Cette dernière , il l 'a acquise au contact des Pères Blancs venus au pays au cours de la colonisation et durant ses études supérieures en France . Un très beau roman .Le style de l 'auteur est flamboyant . Les questions qu 'il pose dans son roman sont toujours d 'actualité jus qu "à nos jours .Est-ce le choc des cultures ? Est-ce le choc des civilisations ?
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !