Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264077929
Code sériel : 5663
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Le Grand Hôtel Babylon

LISE CAPITAN (Traducteur)
Date de parution : 17/06/2021
Un classique de la littérature anglaise, une comédie policière à l’humour so british !
La fille du magnat américain Theodore Racksole veut un steak et une bière, mais un palace d’un si haut standing que le Grand Hôtel Babylon ne saurait s’abaisser à des mets aussi vulgaires. Qu’à cela ne tienne : Racksole rachète donc l’hôtel.
Mais le milliardaire ne s’attendait pas à ce que...
La fille du magnat américain Theodore Racksole veut un steak et une bière, mais un palace d’un si haut standing que le Grand Hôtel Babylon ne saurait s’abaisser à des mets aussi vulgaires. Qu’à cela ne tienne : Racksole rachète donc l’hôtel.
Mais le milliardaire ne s’attendait pas à ce que la gestion hôtelière soit semée de tant d’embûches : la réceptionniste disparaît, le maître d’hôtel démissionne, un jeune diplomate est trouvé mort et son corps est subtilisé. Et que devient donc le prince Eugène, qui devait descendre au Grand Hôtel Babylon et dont personne n’a de nouvelles ? Les énigmes s’accumulent et des machinations internationales semblent s’ourdir dans les corridors chics du palace.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264077929
Code sériel : 5663
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Michigan32 Posté le 9 Août 2021
    Disons le d'emblée, qualifier "Le Grand Hôtel Babylon" de chef d'oeuvre, est un peu s'emballer. Il n'en reste pas moins une lecture très divertissante et pleine d'humour. C'est un roman d'aventures aux péripéties incessantes, une sorte de croisement entre un Arsène Lupin et Trois hommes dans un bateau. Le décalage entre les deux personnages principaux, deux américains sans complexe (Théodore Racksole, millionnaire et papa gâteau, et Nella, sa fille) et la bonne société britannique, participe indéniablement au charme de ce livre. La structure de l'histoire y participe également puisque le roman fut initialement publié en 1902 sous forme de feuilleton ce qui oblige l'écrivain à multiplier les rebondissements, le plus souvent en fin de chapitre (technique qui peut parfois s'avérer lassante mais qui là fonctionne bien). Tout commence lorsque les Racksole s'attablent pour diner au Grand Hôtel Babylon, établissement très respecté de Londres qui accueille tout le gratin britannique, en particulier les têtes couronnées. A l'occasion de son anniversaire, Nella a décidé de déguster un steak arrosé de bière, chose qui lui est refusée par Jules, le maître d'hôtel, courroucé par une telle suggestion (sachant que Théodore avait déjà osé commander au bar, un Angel Kiss 😲 si bien que Jules l'avait... Disons le d'emblée, qualifier "Le Grand Hôtel Babylon" de chef d'oeuvre, est un peu s'emballer. Il n'en reste pas moins une lecture très divertissante et pleine d'humour. C'est un roman d'aventures aux péripéties incessantes, une sorte de croisement entre un Arsène Lupin et Trois hommes dans un bateau. Le décalage entre les deux personnages principaux, deux américains sans complexe (Théodore Racksole, millionnaire et papa gâteau, et Nella, sa fille) et la bonne société britannique, participe indéniablement au charme de ce livre. La structure de l'histoire y participe également puisque le roman fut initialement publié en 1902 sous forme de feuilleton ce qui oblige l'écrivain à multiplier les rebondissements, le plus souvent en fin de chapitre (technique qui peut parfois s'avérer lassante mais qui là fonctionne bien). Tout commence lorsque les Racksole s'attablent pour diner au Grand Hôtel Babylon, établissement très respecté de Londres qui accueille tout le gratin britannique, en particulier les têtes couronnées. A l'occasion de son anniversaire, Nella a décidé de déguster un steak arrosé de bière, chose qui lui est refusée par Jules, le maître d'hôtel, courroucé par une telle suggestion (sachant que Théodore avait déjà osé commander au bar, un Angel Kiss 😲 si bien que Jules l'avait déjà étiquetté comme plouc...). Ni une ni deux, Théodore décide de racheter l'hôtel le soir même pour qu'enfin lui et sa fille puissent manger ce qu'ils veulent ! Mais ce rachat n'est pas de tout repos puisque dès le lendemain l'un des clients (secrétaire personnel du prince Eugène) est retrouvé mort et le corps finit même par disparaitre. Puis c'est le Prince Eugène que l'on perd. Bref, vous l'aurez compris, on ne s'ennuie pas une seconde dans ce Grand Hôtel Babylon !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Solexann Posté le 25 Juillet 2021
    Le grand hôtel Babylon est l’hôtel le plus prestigieux de Londres. Un soir, Racksole, un richissime client américain, par pur caprice, en fait l’acquisition. La même nuit, un meurtre est commis. Une intrigue est alors lancée sur un fond politique. Bien que l’intrigue soit intéressante et bien ficelée j’ai eu beaucoup de mal avec cette lecture. Le style d’écriture, l’enchaînement des scènes, m’a fait me sentir comme au théâtre. J’ai trouvé que c’était un roman très visuel, on est beaucoup dans l’action, et par moment j’ai eu l’impression d’être dans un vieux film d’espionnage. Mais cela n’a pas pris, car il m’a manqué un élément primordial: l’attachement aux personnages. Ceux-ci restent loin du lecteur, on ne comprend pas leurs motivations, je n’ai senti aucune émotion derrière leurs actions. Quel dommage!
  • Fafnirlit Posté le 20 Mars 2021
    Le Grand Hôtel Babylon, prestigieux hôtel de Londres où toutes les têtes couronnées d’Europe descendent, devient pendant quelques pages le théâtre d’une comédie policière. Dans cette histoire, l’auteur nous propose de suivre un magnat américain qui vient d’acheter l’hôtel sur un coup de tête, ainsi que sa fille, qui a toujours eu ce qu'elle souhaite. Tous deux vont découvrir que la gestion hôtelière est loin d’être simple. Cette intrigue mâtinée d’humour anglais est assez étrange et les protagonistes y sont bien singuliers pour autant, je me suis assez facilement laissé porter.
  • YvPol Posté le 9 Juin 2020
    Le Grand Hôtel Babylon, ouvert par Félix Babylon est à Londres, sur les bords de la Tamise. C'est l'hôtel le plus fameux au monde, toutes les têtes couronnées y descendent ainsi que les riches vacanciers. A la fin du XIX° siècle, Londres est la ville où il faut être. Lorsque Nella Racksole, la fille du richissime homme d'affaires étasunien Theodore Racksole dédaigne le menu raffiné et commande un steak arrosé d'une bière de son pays, Jules, le maître d'hôtel garde son calme mais refuse catégoriquement de servir. Vingt minutes plus tard, au terme d'une discussion avec Félix Babylon, Theodore Racksole est le nouveau propriétaire de l'établissement et exige d'être servi d'un steak. Mais tenir un hôtel de ce standing ne s'improvise pas, surtout lorsque après s'être séparé de Jules, c'est la réceptionniste qui s'en va. Arnold Bennett (1867-1931) est un écrivain et un journaliste qui considère les feuilletons de l'époque comme faibles ; il en écrit un et le publie en 1902, Le Grand Hôtel Babylon. Confinement oblige, je l'ai lu en numérique. Pas enthousiasmé au départ, je me suis vite fait prendre par le ton léger et volontiers sarcastique de l'auteur lorsqu'il décrit les riches Américains qui n'ont pas la distinction... Le Grand Hôtel Babylon, ouvert par Félix Babylon est à Londres, sur les bords de la Tamise. C'est l'hôtel le plus fameux au monde, toutes les têtes couronnées y descendent ainsi que les riches vacanciers. A la fin du XIX° siècle, Londres est la ville où il faut être. Lorsque Nella Racksole, la fille du richissime homme d'affaires étasunien Theodore Racksole dédaigne le menu raffiné et commande un steak arrosé d'une bière de son pays, Jules, le maître d'hôtel garde son calme mais refuse catégoriquement de servir. Vingt minutes plus tard, au terme d'une discussion avec Félix Babylon, Theodore Racksole est le nouveau propriétaire de l'établissement et exige d'être servi d'un steak. Mais tenir un hôtel de ce standing ne s'improvise pas, surtout lorsque après s'être séparé de Jules, c'est la réceptionniste qui s'en va. Arnold Bennett (1867-1931) est un écrivain et un journaliste qui considère les feuilletons de l'époque comme faibles ; il en écrit un et le publie en 1902, Le Grand Hôtel Babylon. Confinement oblige, je l'ai lu en numérique. Pas enthousiasmé au départ, je me suis vite fait prendre par le ton léger et volontiers sarcastique de l'auteur lorsqu'il décrit les riches Américains qui n'ont pas la distinction des Britanniques ni leur éducation et leur élégance, mais l'arrogance de la richesse vite acquise. Et une fois mordu à l'hameçon, difficile de résister à tourner les pages -virtuellement. A chaque chapitre -et il y en a plus de trente, courts- son lot de rebondissements et de surprises. Ceux qu'on croyait les gentils ne le sont peut-être pas tant que cela et vice-versa, même si rien n'est vraiment sûr. On se promène entre le Grand Hôtel à Londres et une maison surprenante à Ostende, en bateau entre les deux pays ou sur la Tamise. A chaque fois, l'aventure est au rendez-vous. Et pour ne rien gâcher, le langage est d'une grande élégance, un peu comme un Britannique en pleine action qui ne se départit ni de son calme ni de son flegme ; c'est sûrement un cliché, mais c'est l'image de certains vieux films qui me vient pour décrire l'écriture et le ton du roman. Excellent jusqu'au bout, un livre idéal pour la détente.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kaky Posté le 9 Juin 2020
    Je n'ai malheureusement pas été enchantée de ma lecture. Le court roman est un peu trop alambiqué pour moi. Dès le début, je n'ai pas trop aimé les personnages. Il faut aussi dire que je ne suis pas trop amatrice de l'humour british, peut-être que cela pèse aussi dans la balance. Je ne m'arrêterai pas à cet échec, je tenterai un autre livre de cet auteur. J'ai préféré la nouvelle qui suit le roman, qui est pour moi un peu plus claire et moins alambiquée.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…