Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264073259
Code sériel : 5431
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Le passé

Aurélie TRONCHET (Traducteur)
Date de parution : 04/04/2019
Que reste-t-il de nos amours ? Tessa Hadley signe une brillante comédie de mœurs dans la campagne anglaise.
Trois soeurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, à Kington, en Angleterre, pour quelques longues semaines d'été. L'endroit est plein des souvenirs de leur enfance et de leur passé mais ils envisagent de le vendre. Sous une surface idyllique, les tensions se font peu à... Trois soeurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, à Kington, en Angleterre, pour quelques longues semaines d'été. L'endroit est plein des souvenirs de leur enfance et de leur passé mais ils envisagent de le vendre. Sous une surface idyllique, les tensions se font peu à peu sentir : les invités sont perçus comme des intrus, les enfants découvrent un secret effrayant les emportant dans un jeu dangereux, la passion surgit là où on ne l'attendait pas, perturbant l'équilibre familial. Un certain mode de vie - bourgeois, cultivé, ritualisé, anglican - touche à son inévitable fin.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264073259
Code sériel : 5431
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Trois sœurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents pour quelques semaines de vacances. Cette maison les liant à leur enfance va probablement être vendue. Les complicités, les manies des uns et des autres refont surface. Les jalousies secrètes réapparaissent, la passion surgit où on ne l'attendait pas, les petites histoires du passé ont une influence sur le présent et les caractères des personnages. Le passé nous laisse entrevoir la tristesse du changement, mais tout n'était peut-être pas mieux avant... Tessa Hadley de son écriture légère et mélancolique nous entraîne irrésistiblement vers la fin d'un certain mode de vie.
Céline / Librairie Madison

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Caro17 Posté le 20 Juin 2020
    Ce roman avait tout pour me plaire : une fratrie, une vieille demeure familiale pleine de souvenirs, une décision à prendre : faut-il vendre la maison de famille ? Je viens de tourner la dernière page et je ne peux pas dire que j'ai été emballée plus que cela (le résumé est, à mon avis, plutôt trompeur). Une certaine langueur se dégage de ce roman, il ne se passe pas grand-chose, le rythme est lent mais on se laisse porter par le style, l'atmosphère et les souvenirs/introspections des personnages. Je suis quand même contente d'avoir découvert la plume de Tessa Hadley.
  • mumuboc Posté le 13 Juin 2020
    "Tous les membres de la fratrie ressentaient parfois, au fil des vacances, le simple agacement et la perplexité de la cohabitation familiale : la manière dont cela érodait un amour et un attachement néanmoins intenses et tenaces quand ils étaient séparés. Ils se connaissaient si bien, trop bien et pourtant ils étaient constamment surpris par les difficiles tours et détours - qu'ils avaient oubliés, si familiers dès qu'ils apparaissaient - de la personnalité des autres. (p103-104)" La maison de famille est au centre de ce roman dans la pure tradition de la littérature anglaise. Les quatre enfants Harrriet,  Roland, Alice et Fran se retrouvent le temps d'un séjour dans celle-ci pour décider de son sort : la garder ou la vendre. Mais Tessa Hadley, en bonne romancière anglaise, prend son temps. Elle nous invite à pénétrer dans le lieu, à le découvrir, à arpenter les alentours, la nature environnante et à révéler chacun de ses personnages, son caractère, ses choix de vie mais aussi ce qui les oppose.  Les jeunes enfants jouent un rôle important, ils sont le lien entre réalité, imaginaire, traces du passé..... Puis peu à peu, par petites touches, elle laisse le passé prendre sa place, les souvenirs,... "Tous les membres de la fratrie ressentaient parfois, au fil des vacances, le simple agacement et la perplexité de la cohabitation familiale : la manière dont cela érodait un amour et un attachement néanmoins intenses et tenaces quand ils étaient séparés. Ils se connaissaient si bien, trop bien et pourtant ils étaient constamment surpris par les difficiles tours et détours - qu'ils avaient oubliés, si familiers dès qu'ils apparaissaient - de la personnalité des autres. (p103-104)" La maison de famille est au centre de ce roman dans la pure tradition de la littérature anglaise. Les quatre enfants Harrriet,  Roland, Alice et Fran se retrouvent le temps d'un séjour dans celle-ci pour décider de son sort : la garder ou la vendre. Mais Tessa Hadley, en bonne romancière anglaise, prend son temps. Elle nous invite à pénétrer dans le lieu, à le découvrir, à arpenter les alentours, la nature environnante et à révéler chacun de ses personnages, son caractère, ses choix de vie mais aussi ce qui les oppose.  Les jeunes enfants jouent un rôle important, ils sont le lien entre réalité, imaginaire, traces du passé..... Puis peu à peu, par petites touches, elle laisse le passé prendre sa place, les souvenirs, les liens qui unissent chacun. Une fratrie mais chacun si différent par son caractère, ses choix de vie soulevant parfois l'incompréhension de la tribu, même les absents apparaissent à travers eux. Le rythme est lent, comme le temps qui s'écoule doucement pendant cet été. Pour l'instant on baigne dans le plaisir des retrouvailles, des vacances, on se réhabitue à vivre ensemble. L'issue de la décision concernant la maison n'est qu'un prétexte à une étude psychologique fine, fouillée, délicate, jamais frontale de chacun. En découpant son récit en trois parties, Le présent, Le passé puis à nouveau Le présent, l'auteure porte son regard sur quatre générations d'une famille dont la maison est le nid, la source, dans ce lieu qui a baigné leurs vies, comme une source à laquelle on revient s'abreuver pour trouver des réponses. La famille se bâtit par les vies de chacun de ses membres, ils en sont la structure, cet arbre qui a planté ses racines dans ce lieu, Kington House, les femmes en étant les principales actrices. Mais le passé peut comporter des failles et la famille se fissurer lorsque une nouvelle épouse, Pilar, va venir, involontairement, jeter le trouble. J'ai beaucoup aimé la première partie, l'arrivée dans le lieu, la découverte des personnages, ce qu'ils semblent être et ce qu'ils sont intimement, j'avais le sentiment d'être invitée moi-même. C'est le charme de cette littérature, vous êtes partie prenante de l'histoire, une observatrice (pour ma part) silencieuse de cet été. J'aurai aimé que la partie centrale, le passé, soit plus approfondie, le personnage de Jill, la mère des quatre personnages, étant particulièrement énigmatique. C'est lent, c'est un roman d'ambiance, les jours s'écoulent faits de coups de chaleur, d'orages, de jeux, de découvertes, de vie mais aussi peuplés de fantômes du passé, dans lequel chacun peut se retrouver soit dans les caractères ou attitudes mais aussi dans les souvenirs des lieux qui ont laissé en nous une empreinte. Pour amateur(rices) du genre comme moi uniquement car les autres s'y ennuieront. Une chronique douce d'un été décisif à bien des titres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • UntitledMag Posté le 28 Février 2020
    Trois sœurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, à Kingston, en Angleterre pour passer trois semaines d’été. Plein de souvenirs, de moments ensemble, de leurs parents et d’une enfance passée, ils envisagent de la vendre. Roland, le frère, débarque avec une nouvelle femme argentine, sa troisième épouse, Pilar, inconnue de ses sœurs et sa fille Molly, née d’un précédent mariage. Alice, elle débarque avec un jeune homme Kasim, fils de son ancien amant pakistanais. Fran, la seconde débarque seule avec ses deux enfants, son mari et un mariage qui semble battre de l’aile. Harriet, quant à elle, est restée célibataire et militante. Cela aurait pu être une réunion familiale ordinaire, mais les vacances ne semblent pas paisibles. Sous une surface, les tensions se font déjà ressentir. Les invités sont perçus comme des intrus dans la famille, les enfants découvrent un secret dangereux et la passion s’invite alors qu’on ne l’attendait pas. Tessa Hadley avec merveilles le monde de l’enfance, à travers Ivy et Arthur, les enfants de Fran. Leurs secrets, ces jeux parfois cruels, leur lucidité face aux adultes, ils deviennent des acteurs à part entière dans la maison de Kingston. Mais ses portraits de femmes... Trois sœurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, à Kingston, en Angleterre pour passer trois semaines d’été. Plein de souvenirs, de moments ensemble, de leurs parents et d’une enfance passée, ils envisagent de la vendre. Roland, le frère, débarque avec une nouvelle femme argentine, sa troisième épouse, Pilar, inconnue de ses sœurs et sa fille Molly, née d’un précédent mariage. Alice, elle débarque avec un jeune homme Kasim, fils de son ancien amant pakistanais. Fran, la seconde débarque seule avec ses deux enfants, son mari et un mariage qui semble battre de l’aile. Harriet, quant à elle, est restée célibataire et militante. Cela aurait pu être une réunion familiale ordinaire, mais les vacances ne semblent pas paisibles. Sous une surface, les tensions se font déjà ressentir. Les invités sont perçus comme des intrus dans la famille, les enfants découvrent un secret dangereux et la passion s’invite alors qu’on ne l’attendait pas. Tessa Hadley avec merveilles le monde de l’enfance, à travers Ivy et Arthur, les enfants de Fran. Leurs secrets, ces jeux parfois cruels, leur lucidité face aux adultes, ils deviennent des acteurs à part entière dans la maison de Kingston. Mais ses portraits de femmes sont aussi inoubliables : Harriet, Fran et Alice, trois sœurs soudées, liées par un même lien. Mais comment garder des liens serrés dans une fratrie alors que chacun prends un chemin différent ? Comment faire revivre les idéaux de notre jeunesse alors que le monde les rejettes ? Un beau portrait d’une fratie, qui tente ensemble de trouver des réponses à toutes ces questions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sabine59 Posté le 20 Août 2019
    Entrez dans ce cottage anglais, personnage à part entière du roman. Découvrez ses occupants temporaires, pour trois semaines en été... Un frère et ses trois soeurs s'y retrouvent pour décider s'ils vendent ou pas cette maison de famille où ils reviennent de temps en temps mais qui nécessiterait des travaux de rénovation. Maison qui se lézarde, tout comme les êtres... L'auteure a l'art de l'introspection et beaucoup de finesse psychologique. Elle arrive à nous faire entrer dans les pensées, les rêves, les déceptions de ses personnages: la fantasque Alice, la torturée Harriet, la pragmatique Fran et le philosophe Roland. Autour de cette fratrie , soudée par un drame du passé, évoluent d'autres protagonistes: les enfants de Fran, dont elle rend à merveille les codes , la complicité, et Molly, 16 ans , fille de Roland, ainsi que Kasim, beau-fils d'Alice. Néanmoins, j'ai trouvé frustrant de passer de l'un à l'autre des personnages, et la partie centrale qui raconte un pan de vie de la mère de cette fratrie aurait dû être plus développée. Mais ce livre a un charme fou, entre nostalgie et dérision, entre passé et présent. Venez donc prendre une tasse de thé dans ce monde... Entrez dans ce cottage anglais, personnage à part entière du roman. Découvrez ses occupants temporaires, pour trois semaines en été... Un frère et ses trois soeurs s'y retrouvent pour décider s'ils vendent ou pas cette maison de famille où ils reviennent de temps en temps mais qui nécessiterait des travaux de rénovation. Maison qui se lézarde, tout comme les êtres... L'auteure a l'art de l'introspection et beaucoup de finesse psychologique. Elle arrive à nous faire entrer dans les pensées, les rêves, les déceptions de ses personnages: la fantasque Alice, la torturée Harriet, la pragmatique Fran et le philosophe Roland. Autour de cette fratrie , soudée par un drame du passé, évoluent d'autres protagonistes: les enfants de Fran, dont elle rend à merveille les codes , la complicité, et Molly, 16 ans , fille de Roland, ainsi que Kasim, beau-fils d'Alice. Néanmoins, j'ai trouvé frustrant de passer de l'un à l'autre des personnages, et la partie centrale qui raconte un pan de vie de la mère de cette fratrie aurait dû être plus développée. Mais ce livre a un charme fou, entre nostalgie et dérision, entre passé et présent. Venez donc prendre une tasse de thé dans ce monde anglican déclinant, dans ce cottage qui garde entre ses murs secrets et vies écoulées... Merci à Jean-François Lemoine, dont le ressenti m'a donné envie de lire ce roman!
    Lire la suite
    En lire moins
  • tynod Posté le 7 Août 2019
    Un récit familial en trois parties où s’ entremêlent le passé et le présent. Le charme de la campagne anglaise, la maison des souvenirs, les vacances en famille, l’ imaginaire de l’ enfance, les désirs inavoués, l’ amour, tous ces ingrédients sont réunis pour faire de ce roman , un vrai plaisir de lecture. À consommer sans modération, même si, parfois, la traduction est maladroite.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…