Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266296458
Code sériel : 6028
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Le Rouge et le Noir

Date de parution : 13/06/2019
Jeune ambitieux nourri à la légende napoléonienne, Julien Sorel entre au service du maire de son village, Monsieur de Rênal, comme percepteur de ses enfants. Cet ombrageux mais séduisant jeune homme, soucieux de faire oublier ses origines modestes, ne recule devant rien pour assouvir ses désirs d’élévation sociale.
Deux femmes l’aimeront...
Jeune ambitieux nourri à la légende napoléonienne, Julien Sorel entre au service du maire de son village, Monsieur de Rênal, comme percepteur de ses enfants. Cet ombrageux mais séduisant jeune homme, soucieux de faire oublier ses origines modestes, ne recule devant rien pour assouvir ses désirs d’élévation sociale.
Deux femmes l’aimeront qu’il aimera également : la douce Madame de Rênal, dont il devient l’amant, et l’intense Mathilde de la Mole, toutes deux instruments de son ascension – et accessoires, passionnés, de sa chute.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296458
Code sériel : 6028
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SofyaSnf Posté le 5 Juin 2020
    Nous suivons Julien Sorel, fils de paysan, qui se voit élevé dans la société en devenant le précepteur des enfants de M. de Rénal, le maire. Il tombe amoureux de Mme de Rénal et nous allons les suivre dans leur folles aventures. • C'était fort intéressant. La société de l'époque n'était pas propice à de vraies histoires d'amour. Elles ont tendance à être étouffées rapidement ou gardées secrète aussi longtemps que possible. La fin m'a surprise mais je l'ai trouvé très belle. J'ajoute un classique de plus à ma connaissance.
  • nadiouchka Posté le 2 Juin 2020
    Hésitant entre publier une critique sur un livre fantastique (et l'horreur) ou un livre classique, j'ai finalement choisi le genre classique. C'est pour Stendhal que j'ai opté : « Le Rouge et le Noir ». C'est un titre que j'ai toujours aimé comme j'aime cette association de couleurs… (il ne faut pas chercher à comprendre). Stendhal, auteur du XIXe siècle, avait pour vrai nom Marie-Henri Beyle. Il était un écrivain français surtout connu pour « Le Rouge et le Noir » ainsi que pour « La Chartreuse de Parme ». Ici, l'action a lieu pendant la Restauration, dans une petite ville du Jura (Verrières), où Julien Sorel, issu d'une famille modeste, étant ambitieux, trouve son évasion dans la littérature et surtout dans « Les Confessions » de Rousseau, parmi d'autres. Dans ce roman que l'on peut qualifier « d'initiation », Julien, pour s'élever dans la société, aura de nombreux obstacles à surmonter, car fils de charpentier, il n'est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Il voue une grande fascination pour Napoléon, aimerait bien entamer une carrière militaire. Mais l'abbé Chélan (le curé de son village) pense plutôt le faire entrer au séminaire. Julien se voit embauché par M. de Rênal (maire de la ville), car il cherche un précepteur... Hésitant entre publier une critique sur un livre fantastique (et l'horreur) ou un livre classique, j'ai finalement choisi le genre classique. C'est pour Stendhal que j'ai opté : « Le Rouge et le Noir ». C'est un titre que j'ai toujours aimé comme j'aime cette association de couleurs… (il ne faut pas chercher à comprendre). Stendhal, auteur du XIXe siècle, avait pour vrai nom Marie-Henri Beyle. Il était un écrivain français surtout connu pour « Le Rouge et le Noir » ainsi que pour « La Chartreuse de Parme ». Ici, l'action a lieu pendant la Restauration, dans une petite ville du Jura (Verrières), où Julien Sorel, issu d'une famille modeste, étant ambitieux, trouve son évasion dans la littérature et surtout dans « Les Confessions » de Rousseau, parmi d'autres. Dans ce roman que l'on peut qualifier « d'initiation », Julien, pour s'élever dans la société, aura de nombreux obstacles à surmonter, car fils de charpentier, il n'est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Il voue une grande fascination pour Napoléon, aimerait bien entamer une carrière militaire. Mais l'abbé Chélan (le curé de son village) pense plutôt le faire entrer au séminaire. Julien se voit embauché par M. de Rênal (maire de la ville), car il cherche un précepteur pour ses enfants. On se doute que Julien tombe sous le charme de Mme de Rênal et que l'époux cocufié oblige Julien à quitter Verrières. Question : cet amour va-t-il en souffrir ? C'est que Julien va faire d'autres connaissances dont une jeune fille…. Je ne voudrais pas trop en dire car ce roman a été largement chroniqué et je ne parle pas de tous les événements. Stendhal analyse bien ses personnages – les mœurs de cette époque - on se laisse prendre par cette histoire (et ce, malgré les un peu plus de 500 pages). Du Rouge, du Noir, ces couleurs sont bien présentes et je peux dire que j'ai apprécié cet ouvrage : Le Rouge : opposition entre Paris et la noblesse – noblesse et bourgeoisie. Le Noir : le clergé pour « le triste habit noir. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • JosephineR Posté le 25 Mai 2020
    S'il manque une rubrique au site de Babelio, ce serait celle des Mea culpa. J'y aurais bien versé quelques lignes pour exprimer le regret de n'avoir pas su prendre la mesure de cette oeuvre lors de ma première lecture, au lycée. S'il est de très bons livres, il y a les oeuvres, et je dois reconnaître qu'à 16 - 17 ans, je suis passée complètement à travers de celle-ci... Est-ce de courage ou de maturité dont je manquais ? Honnêtement, surement un peu des deux... Le Rouge et le Noir, ça ne commence pas in medias res. Au contraire, on fait ces premiers pas dans ce livre par la découverte d'une petite ville comtoise, où la scierie a su donner sa musicalité à la contrée. Le décor est admirablement bien dressé. Les personnes apparaissant, on en découvre la subtilité pour trois d'entre eux, seulement ; les autres resteront secondaires, moins dessinés. Julien est issu d'un milieu étriqué, dont ne peut espérer aucune grandeur d'âme. Son ambition passera aussi, voire surtout, par la conquête de deux femmes. La mère de jeunes enfants dont est le précepteur, puis, comme un tremplIn social, Mathilde, une jeune aristocrate parisienne. Il lui portera (et sera porté) par un... S'il manque une rubrique au site de Babelio, ce serait celle des Mea culpa. J'y aurais bien versé quelques lignes pour exprimer le regret de n'avoir pas su prendre la mesure de cette oeuvre lors de ma première lecture, au lycée. S'il est de très bons livres, il y a les oeuvres, et je dois reconnaître qu'à 16 - 17 ans, je suis passée complètement à travers de celle-ci... Est-ce de courage ou de maturité dont je manquais ? Honnêtement, surement un peu des deux... Le Rouge et le Noir, ça ne commence pas in medias res. Au contraire, on fait ces premiers pas dans ce livre par la découverte d'une petite ville comtoise, où la scierie a su donner sa musicalité à la contrée. Le décor est admirablement bien dressé. Les personnes apparaissant, on en découvre la subtilité pour trois d'entre eux, seulement ; les autres resteront secondaires, moins dessinés. Julien est issu d'un milieu étriqué, dont ne peut espérer aucune grandeur d'âme. Son ambition passera aussi, voire surtout, par la conquête de deux femmes. La mère de jeunes enfants dont est le précepteur, puis, comme un tremplIn social, Mathilde, une jeune aristocrate parisienne. Il lui portera (et sera porté) par un amour nourri par l'ambition. Ce n'est qu'après que tout ait basculé, et alors que Julien est condamné pour assassinat qu'on décèlera en lui plus d'humanité, apparaissant au lecteur presque meilleur qu'il ne fût jamais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RavenVador Posté le 19 Mai 2020
    Lu pour ce fameux bac de français, j'attendais avec impatience d'attaquer ce monstre. Dans un premier temps, ma main me démangeait énormément pour ce cher Julien Sorel, crétin de première classe, avec ses défauts innombrables, son orgueil,... Mais je pense que, comme toutes les personnes ayant lu ce livre, son caractère à la Georges Duroy a fini par me charmer autant qu'il charme Mme de Rénal. Quel Amour entre ces deux oiseaux ! Stendhal rend cette Romance (bien que ponctuée de petits traits d'esprits glissés par-ci par-là) tellement touchante que les yeux étaient secs à la fin du livre (et ne de l'état de mon pauvre petit coeur d'adolescente). J'ai adoré ce livre et je le relirai certainement des centaines de fois. Un véritable coup de coeur.
  • jullius Posté le 12 Mai 2020
    Quelle étrange idée de m'avoir fait lire ce roman à l'âge de 13 ans, quand j'ignorais tout de ce que la passion pouvait vouloir dire, tout ce que de grands auteurs russes en avaient dit. Car il faut bien des initiations pour commencer de goûter les transports sentimentaux, les bouleversements émotionnels, les crises et les révolutions, du coeur et de l'esprit que Stendhal a cousu de mots d'or et d'étoffes stylisées qui feraient pâlir de jalousie le plus accoutré des grands de son temps. du rouge et du noir, pour symboliser l'avenir de militaire que Julien Sorel, admirateur de Napoléon, rêvait et la destinée de séminariste qui sera la sienne. du rouge et du noir pour peut-être aussi signifier le feu des passions et la destinée tragique. Quelle erreur pédagogique de m'avoir mis dans les mains l'énigme d'une ambition, quand j'ignorais tout, jusqu'au nom même, des disciplines de l'esprit et des émotions. Car comment comprendre alors, au sens fort du mot, celui de saisir, de concevoir, d'admettre, d'appréhender en somme, dans toute sa profondeur, cette soif de reconnaissance d'un fils mal-aimé. Quel manque de timing, encore, de me l'avoir fait lire avant que je n'aie quelques notions un peu plus précises... Quelle étrange idée de m'avoir fait lire ce roman à l'âge de 13 ans, quand j'ignorais tout de ce que la passion pouvait vouloir dire, tout ce que de grands auteurs russes en avaient dit. Car il faut bien des initiations pour commencer de goûter les transports sentimentaux, les bouleversements émotionnels, les crises et les révolutions, du coeur et de l'esprit que Stendhal a cousu de mots d'or et d'étoffes stylisées qui feraient pâlir de jalousie le plus accoutré des grands de son temps. du rouge et du noir, pour symboliser l'avenir de militaire que Julien Sorel, admirateur de Napoléon, rêvait et la destinée de séminariste qui sera la sienne. du rouge et du noir pour peut-être aussi signifier le feu des passions et la destinée tragique. Quelle erreur pédagogique de m'avoir mis dans les mains l'énigme d'une ambition, quand j'ignorais tout, jusqu'au nom même, des disciplines de l'esprit et des émotions. Car comment comprendre alors, au sens fort du mot, celui de saisir, de concevoir, d'admettre, d'appréhender en somme, dans toute sa profondeur, cette soif de reconnaissance d'un fils mal-aimé. Quel manque de timing, encore, de me l'avoir fait lire avant que je n'aie quelques notions un peu plus précises d'histoire sociale, de sociologie même, pour saisir, au-delà du drame des personnages en place, une question posée : faut-il trouver dans l'origine modeste de ce criminel une cause explicative de son geste. Sorel est-il habité par la folie vengeresse ou par la rage d'exister enfin, socialement, et quoi qu'il en coûte ? L'ambition même de Sorel de s'extraire de sa condition médiocre puise-t-elle dans les vices de l'individu ou dans ceux d'une société qui porte aux nus la conquête et les succès, qu'ils s'appuient sur des victoires militaires ou sur des spoliations industrielles ? Mais quel immense plaisir, quelle satisfaction d'avoir osé l'ouvrir à nouveau, d'avoir eu la curiosité de comprendre pourquoi on le dit un des chefs-d'oeuvre de notre patrimoine littéraire. Car j'ai rarement lu un ouvrage aussi accompli.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.